Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Retour à la normale ? De nombreuses personnes immunodéprimées se sentent laissées pour compte alors que les États-Unis lèvent les mesures de lutte contre la pandémie.

"Les millions de personnes coincées dans les limbes de la pandémie : Que doit la société aux personnes immunodéprimées ?"
Alors que les directives sanitaires américaines commencent à s’assouplir et que les cas de COVID-19 diminuent après avoir atteint des niveaux d’infection record, nous examinons comment il y a encore des millions de personnes immunodéprimées qui font face à un risque aigu de maladie et qui ont le sentiment d’avoir reçu peu ou pas de conseils sur la façon de rester en sécurité dans un monde de COVID-19 prolongé. L’écrivain scientifique Ed Yong, lauréat du prix Pulitzer, de The Atlantic, s’est entretenu avec des personnes immunodéprimées pour son nouveau rapport et déclare : "Alors qu’une grande partie du monde s’ouvre, leur monde se ferme, et ils se sentent laissés pour compte et abandonnés par le gouvernement, par leurs amis, par leur lieu de travail." M. Yong note que les personnes immunodéprimées "veulent aussi retrouver leur vie", mais qu’elles ne demandent que des solutions structurelles pour assurer leur sécurité et celle des personnes non immunodéprimées.

17 février 2022 | Democracy now !
https://www.democracynow.org/2022/2/17/covid_19_immunocompromised_pandemic_limbo_healthcare
Invité : Ed Yong, rédacteur scientifique primé à The Atlantic.

AMY GOODMAN : C’est Democracy Now ! Je suis Amy Goodman, avec Nermeen Shaikh.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le nombre d’infections confirmées par le coronavirus dans le monde a chuté de 19 % la semaine dernière, de nombreux pays d’Europe et d’Amérique ayant enregistré une forte baisse par rapport aux niveaux d’infection record. Malgré cela, 16 millions de nouveaux cas et environ 75 000 décès ont été signalés dans le monde la semaine dernière. Ici, aux États-Unis, où plus de 3 300 nouveaux décès dus au COVID-19 ont été signalés mercredi, le directeur des Centres de contrôle des maladies, le Dr Rochelle Walensky, a déclaré que son agence se préparait à publier de nouvelles directives qui suggéreront d’assouplir les restrictions de santé publique.

Nous sommes rejoints par Ed Yong, journaliste scientifique à The Atlantic, qui a remporté le prix Pulitzer du reportage explicatif pour sa couverture de la pandémie. Son nouvel article s’intitule "Les millions de personnes bloquées dans les limbes de la pandémie" : Que doit la société aux personnes immunodéprimées ?"

Ed, bienvenue à nouveau sur Democracy Now ! Vous écrivez : "Ce n’est pas un petit groupe. Près de 3 % des adultes américains prennent des médicaments immunosuppresseurs, soit pour traiter des cancers ou des troubles auto-immuns, soit pour empêcher leur organisme de rejeter des organes ou des cellules souches transplantés. Cela fait au moins 7 millions de personnes immunodéprimées - un nombre qui est déjà plus important que la population de 36 États, sans même inclure les millions d’autres qui ont des maladies qui entravent également l’immunité, comme le SIDA et au moins 450 troubles génétiques." Prenez-en de la graine, Ed. Parlez-nous de la population immunodéprimée et de la façon dont cela devrait affecter la politique fédérale et celle des États dans ce pays au milieu de la pandémie.

ED YONG  : Oui, je pense que nous avons toujours eu, et continuons à avoir, la responsabilité de prendre soin des plus vulnérables d’entre nous. Et en ce moment, cela inclut ces plus de 7 millions de personnes. Les personnes immunodéprimées ont eu la vie dure pendant la pandémie. Elles continuent de se sentir abandonnées et isolées, et ce de plus en plus alors que le reste de la société s’efforce de revenir à la normale. La levée des protections qui les protégeaient, comme les masques et les vaccins obligatoires, leur fait du tort. Ils se sentent délaissés et abandonnés par le gouvernement, par leurs amis, par leur lieu de travail, qui croient en cette rhétorique selon laquelle Omicron s’est calmé, que la pandémie est terminée. Ce n’est pas du tout fini pour eux. Et comme je l’ai dit, il ne s’agit pas d’un petit groupe. La plupart des personnes que j’ai interrogées pour cet article sont vaccinées, mais pour beaucoup d’entre elles, les vaccins ne déclenchent pas la même réponse immunitaire forte que chez le reste d’entre nous. Ainsi, beaucoup d’entre elles savent qu’elles ne sont pas protégées, et beaucoup d’entre elles ne savent tout simplement pas dans quelle mesure elles sont en sécurité à une époque où tant d’autres personnes se complaisent dans la sécurité de l’immunité.

NERMEEN SHAIKH : Et, Ed, pouvez-vous expliquer ce que vous savez de l’impact d’Omicron sur les personnes immunodéprimées ? Et aussi, les personnes immunodéprimées, comme vous le soulignez dans votre article, ont toujours vécu avec un risque accru d’infection. Expliquez-nous en quoi COVID est différent.

ED YONG  : Absolument. Donc, un meilleur - un accès plus équitable aux traitements est certainement l’un d’entre eux. Je parle dans cet article d’Evusheld, la combinaison d’anticorps qui pourrait être administrée pour prévenir les infections. Ils sont prometteurs pour les personnes immunodéprimées. Vous savez, ils doublent en quelque sorte les anticorps que leur propre corps ne produit pas en réponse aux vaccins. Le problème, c’est que les doses d’Evusheld que nous avons sous la main sont pitoyablement courtes. Vous savez, il n’y en a qu’un million et quelques, alors qu’il y a au moins 7 millions de personnes immunodéprimées dans ce seul pays. Et le fait que les doses n’aient pas été commandées et fournies en quantité suffisante signifie qu’il faut souvent être très malade, au plus fort de l’immunodépression, pour les obtenir. De nombreux hôpitaux ont dû organiser des loteries pour certains de leurs patients immunodéprimés. Et tout cela renforce le sentiment d’être abandonné par le gouvernement et par le reste de la société. Considérez tous les efforts déployés pour produire et distribuer les vaccins, et comparez-les au manque relatif d’efforts pour distribuer les antiviraux qui pourraient faire une énorme différence pour cette population.

AMY GOODMAN : Avant -

ED YONG : En termes de ce qu’ils - laissez-moi juste répondre à la deuxième partie. En ce qui concerne ce qu’ils veulent, vous avez raison. Par exemple, aucune des personnes à qui j’ai parlé n’a parlé de confinement permanent. Ils veulent retrouver leur vie, aussi. Ils veulent faire partie du monde, et ils en ont besoin. Leurs emplois sont là dehors. Vous savez, leurs vies sont là-bas. Leurs familles sont là-bas. Ils ont juste besoin que ce soit plus sûr.

Et leurs demandes et requêtes sont vraiment raisonnables. Il s’agit de choses comme de meilleures normes de ventilation, un accès plus facile aux traitements et aux tests, des choses comme l’obligation de porter un masque, mais de manière flexible, lorsque les cas se multiplient, des options à distance, de la flexibilité autour de choses comme le travail et l’école, afin que les personnes qui ont un risque plus élevé trouvent plus facile de se protéger, des solutions structurelles, comme des congés de maladie payés. Toutes ces mesures, je le signale, sont des choses qui profiteraient également aux personnes immunocompétentes.

Et donc, ce n’est pas vraiment comme si les personnes immunodéprimées demandaient le monde. Encore une fois, il y a ce stéréotype selon lequel, vous savez, ils veulent juste un confinement permanent. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Ils veulent un monde dans lequel ils peuvent exister, comme le monde que tout le monde veut, mais ils ont juste besoin que ce monde soit plus sûr pour eux. Et nous pouvons le faire. Nous pouvons créer une société dans laquelle les personnes immunodéprimées sont moins handicapées. Nous avons le choix en la matière. Le handicap est une question de société autant qu’une question de biologie. Il se résume à un grand nombre de choix que nous décidons de faire et à la vie de qui nous choisissons d’accorder de la valeur.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...