Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Un début de commencement de soulèvement en Chine face à un gouvernement autoritaire et nationaliste qui s’est peinturé dans le coin

Ces soulèvements en Chine, les plus importants dit-on depuis la révolte de la place Tienanmen en 1989, contre la politique covid-zéro du gouvernement chinois vont jusqu’à mettre en cause la direction du Parti communiste et de son secrétaire général omnipotent depuis le dernier congrès. Comme quoi trop embrasser mal étreint. Il y a ici une odeur de vent venant d’Iran. On verra pour la suite mais on ne peut que s’interroger sur le cul-de-sac assez évident dans lequel s’était enfermé le Parti communiste, ce qu’explique la brève analyse de Bloomberg de ce matin, ci-après. À la décharge du gouvernement chinois on peut certes souligner que si cette politique de covid zéro avait dès le départ été mondialement appliquée, comme certains pays est-asiatiques l’avaient fait et tel que le souhaitait l’OMS, ni la Chine ni le monde n’en serait aujourd’hui à vingt millions de morts de la covid (excess mortality, The Economist) et avec une épidémie qui court toujours.
Pourquoi cet échec relatif de la vaccination surtout auprès des personnes âgées ? L’efficacité des vaccins chinois serait-elle plus problématique que ne le pensent Bloomberg et même l’OMS sans compter que l’ultra-nationalisme du gouvernement chinois lui interdit d’importer les vaccins ARN-messager. Ou plus simplement ne voudrait-il pas mettre en évidence la moindre efficacité des vaccins chinois en misant comme partout ailleurs d’abord sur une campagne de vaccination ? Ou serait-ce qu’encore par nationalisme le gouvernement chinois veuille montrer à la face du monde son bilan nettement supérieur de contrôle de la covid entre autres pour mieux faire oublier l’origine chinoise de l’épidémie et surtout le cafouillage initial de sa reconnaissance. L’éclatement de la contradiction entre la stratégie covid-zéro envers et contre tous sans priorité à la vaccination versus une épidémie mondiale incontrôlée devenue très contagieuse par insuffisance de la vaccination des pays les plus pauvres et par celle des systèmes de santé austérisés viendra-t-elle à bout d’un régime devenu plus autoritaire et plus répressif que jamais ?

Marc Bonhomme, 28/11/22


Aussi fermé que puisse être le pays, avec des frontières scellées, des médias contrôlés par l’État et la censure d’Internet, il était impossible que certains de ses 1,4 milliard d’habitants ne remarquent pas qu’on leur demandait de vivre dans une réalité alternative, à un coût social et économique sans cesse croissant.

Les concessions du gouvernement central à ces questions — un plan confus en 20 points annoncé plus tôt ce mois-ci qui présentait aux responsables locaux les objectifs contradictoires de minimiser les perturbations dans la vie des gens tout en éteignant la propagation du virus — n’ont fait que suralimenter la colère sur le terrain. Alors que les cas augmentaient ce mois-ci avec le temps froid, ceux qui pensaient que la nouvelle approche introduirait un régime plus doux ont été consternés de voir des personnes enfermées et transportées dans des installations d’isolement du gouvernement. Cette consternation s’est maintenant transformée en colère et s’est répandue dans les rues.

Dans le décompte final des faux pas chinois de Covid-19, de nombreuses questions resteront probablement sans réponse. Pourquoi, dans un pays si habitué aux politiques coercitives descendantes, ses personnes âgées n’ont-elles pas été obligées de se faire vacciner en plus grand nombre pour minimiser les décès lorsque le virus inévitablement se propagerait ? (Il ne s’agit pas ici de questionner l’efficacité de ses vaccins locaux qui sont toujours très efficaces pour prévenir les maladies graves et la mort).

Pourquoi, dans un pays disposant des ressources nécessaires pour ériger des hôpitaux du jour au lendemain, ses unités de soins intensifs et ses services de santé n’ont-ils pas été renforcés plus tôt pour se préparer à une attaque de Covid ? Pourquoi, alors que le virus évoluait pour devenir plus contagieux mais moins mortel, n’était-il pas reconnu que la prévention - mais pas le traitement - deviendrait plus difficile ?

Pourquoi, de la part d’un gouvernement capable de réaliser la plus grande histoire de croissance économique de notre génération, n’y a-t-il pas eu de plan de sortie correctement formulé de la stratégie de covid zéro, après que tant d’autres endroits ont montré que cela peut être fait de manière relativement sûre ?

Dans les chants des manifestants et leur frustration viscérale, ces mystères et bien d’autres demeurent.

Rachel Chang, Bloomberg Prognosis, 28/11/2

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...