Édition du 16 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Boues rouges en Hongrie

Une catastrophe européenne majeure et prévisible

D’ores et déjà, des centaines de poissons morts flottent dans les rivières et une grande partie de la végétation de la région a été anéantie, vraisemblablement pour des années, a indiqué jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF). Selon le secrétaire d’État à l’Environnement hongrois, le nettoyage et la reconstruction des villages pourraient prendre des mois, voire un an.

La Hongrie redoute une catastrophe écologique majeure suite à la rupture du réservoir d’une usine de production de bauxite-aluminium située à Ajka, à 160 kilomètres de Budapest. Un million de mètres cube de boue toxique s’est répandu dans un rayon de 40 km2 et dans sept villages alentours. On dénombre sept morts et plus d’une centaine de blessés. Le flux toxique provoqué par ces boues rouges a atteint jeudi matin le Danube, menaçant l’écosystème du grand fleuve, avec un taux alcalin légèrement au-dessus de la normale, a annoncé à l’AFP un responsable du Service des eaux.

D’ores et déjà, des centaines de poissons morts flottent dans les rivières et une grande partie de la végétation de la région a été anéantie, vraisemblablement pour des années, a indiqué jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF). Selon le secrétaire d’État à l’Environnement hongrois, le nettoyage et la reconstruction des villages pourraient prendre des mois, voire un an. Que ce sont les boues rouges ? Quelles peuvent être les conséquences sanitaires et écologiques ? Et en France, que faisons-nous de nos boues rouges ?

L’association Robin des Bois nous rappelle les caractéristiques des boues rouges : Les boues rouges sont les résidus de l’extraction d’alumine à partir du traitement de la bauxite. Elles contiennent de la soude caustique, du fer, de l’alumine, du silicium, du sodium, du calcium, du titane, du manganèse, du vanadium, du chrome hexavalent, du plomb et du cadmium. Le cumul de tous ces métaux et minéraux fait des boues rouges un déchet toxique pour la faune aquatique, les animaux domestiques et d’élevage.

Des animaux ont été intoxiqués en Australie suite à l’épandage de 20 tonnes de boues rouges par hectare contenant 1,8 kg d’alumine, 24 kg de chlorure, 6 kg de chrome. En eau douce, l’alumine est mortelle pour les truites à partir de 1,5 mg/litre, et 3 mg de fer par litre suffisent à empêcher la reproduction et à ralentir la croissance de nombreuses espèces de poissons. Ces chiffres sont à rapporter au million de m3 qui se sont déversés hors de l’enceinte de confinement. Par ailleurs, les boues rouges provenant du traitement de la bauxite sont très légèrement radioactives. La radioactivité naturelle renforcée des boues rouges par du radium 226 et du thorium 232 est reconnue par l’Union Européenne et par la France. Les boues rouges sont trois fois plus radioactives que la bauxite.

Concernant l’accident survenu près d’Ajka en Hongrie, l’association Robin des Bois précise les causes possibles à l’origine de cette rupture de digue : Ce type d’évènement a plusieurs causes possibles : des séquences de fortes pluies qui augmentent considérablement le niveau d’eau, le sous-dimensionnement des digues, leur rehaussement mal calculé ou leur maintenance défectueuse. Un autre site en Hongrie près de Tata au Nord-Ouest du pays témoigne d’une très mauvaise gestion des déchets dangereux. Les décharges de boues rouges couvrant plusieurs dizaines d’hectares sont situées directement au bord du Danube, sont soumises aux inondations et les villages voisins aux envols de poussières. Pour réduire ces envols, rapporte Robin des Bois, les autorités hongroises et le producteur des boues rouges n’ont pas trouvé d’autre solution que de les recouvrir avec des cendres d’incinérateur mélangées à des plastiques et à des mâchefers.

Conséquences de l’accident d’Ajka. Le volume de déchets liquides déversés est l’équivalent de 5 Amoco Cadiz ou d’environ 70 Erika. Si comme les autorités hongroises le planifient, les boues répandues dans le bâti et la voirie sont nettoyées au kärcher, elles vont être mélangées à l’eau de décapage puis rejoindre les cours d’eau, et se jeter à terme 110 km plus loin dans le Danube après avoir impacté de nombreuses zones humides. Les mortalités de poissons, d’oiseaux aquatiques, de biodiversité ordinaire vont être massives, autant par les effets du colmatage que par ceux de la toxicité.

Les effets sanitaires immédiats pour les habitants sont des brûlures externes ou internes par contact ou ingestion d’eau contenant de la soude caustique. Les mêmes effets sont prévisibles pour les animaux domestiques et les animaux d’élevage. Les effets sanitaires différés relèvent des risques de contamination des chaînes alimentaires, des produits agricoles, et de la contamination de l’eau par les métaux lourds. Un autre vecteur de transfert et de contamination pour les usagers des territoires pollués sera la transformation rapide des boues en poussières inhalables.

Selon Greenpeace, des années avant que ne se produise cette catastrophe, les organisations écologistes hongroises avaient déjà attiré l’attention des autorités sur le fait que les contrats de privatisation restreignent et atténuent la responsabilité des entreprises. Les ONG avaient demandé l’instauration d’un système d’assurance obligatoire pour les entreprises, ainsi que la création d’une réserve de fonds en cas d’accident. En 2006, le groupe Clean Air Action avait demandé au gouvernement de rendre publics ces contrats, afin que les responsabilités de chacun soient connues de tous…

Selon le WWF, le réservoir fuyait depuis trois mois

Le WWF-Hongrie a publié samedi dernier une photo aérienne prise en juin dernier du réservoir à l’origine de la coulée de boue toxique. Sur cette photo, on voit très clairement que le réservoir était endommagé et laissait déjà s’écouler de la boue. La pollution des cours d’eau, y compris du Danube, aurait pu donc être évitée...

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...