Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Une chaîne de guerres, une chaîne de crimes, une chaîne d’impunité : Les guerres russes en Tchétchénie, en Syrie et en Ukraine

Le Centre de défense des droits Memorial publie aujourd’hui un imposant rapport disponible en russe et en anglais sur le site https://ruswars.org/

2023-02-24-08.09.22
Tiré de Entre les lignes et les mots
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/03/03/une-chaine-de-guerres-une-chaine-de-crimes-une-chaine-dimpunite-les-guerres-russes-en-tchetchenie-en-syrie-et-en-ukraine/

Les auteurs О. Golubev, V. Malykhin, A. Cherkasov le présentent ainsi :
« L’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, lancée le 24 février 2022 [1], est un acte d’agression sans précédent dans l’histoire européenne depuis la Seconde Guerre mondiale [2]. Cette guerre est criminelle et terrible, et la réaction générale qu’elle suscite est compréhensible.

Cependant, cette guerre a été précédée par d’autres conflits armés avec une participation russe ouverte, certes de moindre ampleur, mais comparables dans les méthodes utilisées. Il est également important de noter que ces conflits armés ont parfois impliqué les mêmes acteurs, les mêmes unités et formations militaires, ainsi que les mêmes officiers et généraux. C’est le cas dans toute une série de conflits armés post-soviétiques antérieurs impliquant la Russie, parmi lesquels se distinguent la première et la deuxième guerre de Tchétchénie ainsi que le conflit armé en Syrie.

Nous avons essayé d’observer et de présenter les événements de l’agression de la Russie en Ukraine dans la perspective des autres guerres majeures que la Fédération de Russie a menées au cours des trois décennies de son existence. Cette perspective est, bien entendu, très incomplète. La sélection d’événements et d’épisodes dans chaque section peut sembler aléatoire ou incorrecte. Toute personne qui suit les événements en Ukraine peut dire qu’ils sont donnés ici par touches isolées. On peut reprocher à juste titre aux auteurs de décrire la première et la deuxième guerre de Tchétchénie de manière plus détaillée que tous les événements ultérieurs. Mais c’est précisément la nature de la perspective : ce qui est lointain est écrasé dans la mémoire par de nouveaux événements et est oublié. En reconstruisant l’échelle des événements, nous affinons notre évaluation de ceux-ci. En changeant de perspective, en revenant aux événements des années 1990, à la première guerre tchétchène menée de 1994 à 1996, nous pouvons voir à quel point cette guerre était sanglante, brutale et méprisable. Cette approche semble nous permettre de comprendre que la chaîne des erreurs et des crimes contemporains s’étend plus loin, et que les problèmes qui les ont générés sont plus profonds.

Les guerres post-soviétiques menées depuis le début des années 1990 ne sont pas une chaîne d’événements aléatoires et de coïncidences. Elles doivent être considérées comme une chaîne de guerres, une chaîne de crimes, une chaîne d’impunité. L’impunité pour les crimes passés génère de nouveaux crimes et provoque de nouveaux criminels. Surovikin, Strelkov et d’autres « héros » de la guerre en Ukraine ont apporté avec eux l’expérience de trois décennies de violence impunie. La ville massacrée de Mariupol est une conséquence de la destruction de Grozny. L’impunité dont ont bénéficié les meurtriers de Samashki et de Novye Aldy a inévitablement donné naissance à Bucha. Les « camps de filtration », par lesquels les habitants de Marioupol ont dû passer, ont hérité du « système de filtration » qui avait existé en Tchétchénie. Il ne peut y avoir de paix durable sans mémoire et sans justice.

Afin de montrer, d’une part, la reproduction de ces pratiques criminelles dans les différents conflits armés et, d’autre part, les mécanismes de cette reproduction, nous avons préparé un rapport regroupant les différentes violations du droit international humanitaire et illustré d’exemples tirés de ces guerres. Ce rapport sommaire comptait plus de cent pages.

*-*

Après l’effondrement de l’URSS en décembre 1991, la nouvelle Russie démocratique s’est, semble-t-il, désengagée de la politique post-soviétique. La Russie a officiellement agi comme un « gardien de la paix » dans les conflits armés en Transnistrie (juin 1992) et en Ossétie du Sud (juillet 1992). Toutefois, si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’en 1992, année « pacifique », la Russie était en fait impliquée dans cinq « guerres hybrides » à la fois [3].

Ces conflits ont été progressivement « gelés » au milieu des années 1990, mais à cette époque, la première guerre de Tchétchénie avait déjà commencé. Finalement, après avoir subi une défaite militaire et négocié un cessez-le-feu en août 1996, la Russie a retiré ses troupes de la république rebelle au début de 1997.

Les pertes en vies humaines se sont élevées à 30 000 à 50 000 citoyens de la république, et jusqu’à 6 000 « personnels de sécurité » russes, faisant de Grozny la ville la plus détruite d’Europe. En août 1999, la deuxième guerre de Tchétchénie a commencé ; elle a coûté la vie à 15 à 25 000 Tchétchènes ; 3 à 5 000 Tchétchènes ont « disparu » ; les pertes des services de sécurité se sont élevées à 6 000. En conséquence, le régime totalitaire de Ramzan Kadyrov, qui a réussi à devenir « indispensable » au Kremlin, s’est établi en Tchétchénie.

Au milieu des années 2000, certains des conflits apparemment résolus dans les années 1990 ont été « dégelés ». À la suite de la guerre de 2008 en Géorgie, après la reconnaissance par la Russie de l’indépendance des autonomies rebelles, jusqu’à 20% du territoire géorgien ont été occupés. Dans cette guerre, la Russie a, pour la première fois, ouvertement dépassé ses frontières.

En février 2014, la Russie a occupé puis annexé la Crimée, après quoi elle a lancé une « guerre hybride » dans l’est de l’Ukraine – dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Apparemment, les plans étaient plus larges que cela. La déstabilisation a été déclenchée dans tout le sud et le sud-est du pays, de Kharkov à Odessa. Un groupe d’armée était prêt à mener une opération offensive de grande envergure qui n’a pas été lancée à l’époque.

En septembre 2015, la Russie a ouvertement rejoint le conflit armé en Syrie aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Le conflit y avait débuté en 2011, sur la vague du mouvement de protestation du Printemps arabe. La répression brutale du mouvement démocratique laïque par le gouvernement a naturellement conduit à sa radicalisation progressive et a finalement contribué à l’émergence d’ISIS qui contrôlait des territoires importants, utilisait des méthodes ouvertement terroristes et cherchait à créer un « califat ». Dès le départ, la Russie a soutenu son allié de longue date, Assad, malgré les crimes commis par les forces gouvernementales et les énormes pertes (selon les normes européennes) causées par la guerre civile déclenchée par le gouvernement. L’un des objectifs exprimés par les représentants russes était d’éliminer les combattants du Caucase du Nord qui étaient venus dans la zone contrôlée par DAECH. Un autre objectif ouvertement déclaré par les dirigeants russes était de tester les systèmes d’armes et la préparation au combat de toutes les branches des forces armées. En fait, en Syrie, l’armée se préparait à de nouvelles guerres, et la plupart des corps d’officiers (plus précisément, tous les commandants des troupes russes en Ukraine avaient à différents moments occupé le poste de commandant du corps en Syrie) et des pilotes militaires étaient passés par cette guerre. Ici, les « compagnies militaires privées » russes, principalement Wagner, ont eu le champ libre et ont acquis une sinistre réputation. Les résultats de la campagne de Syrie ont valu (à juste titre ou non) à l’armée russe la réputation de « deuxième armée du monde ».

C’est ainsi que la Fédération de Russie a abordé l’année 2022, c’est-à-dire le début d’une invasion à grande échelle de l’Ukraine. Avec le recul, nous voyons les événements des 35 dernières années, les conflits armés en Russie, dans l’ancienne Union soviétique et au-delà, non pas comme une série d’épisodes séparés et sans lien entre eux, ni comme une suite de coïncidences aléatoires – mais comme des événements logiquement liés. Les crimes commis lors de chacun de ces conflits n’ont pas fait l’objet d’une enquête. Les auteurs n’ont pas été nommés, condamnés et punis, et ils ont donc participé à de nouvelles guerres, reproduisant et diffusant leurs expériences. C’est une chaîne de guerres, une chaîne de crimes et une chaîne d’impunité.

Nous ne prétendons pas, et ne souhaitons pas prouver, que la Fédération de Russie est le seul État à avoir violé les droits de l’homme, le droit international et le droit humanitaire ou d’autres traités et conventions internationaux lors de conflits armés. Il n’y a pas eu et il n’y a pas un seul conflit dans lequel les deux parties n’aient pas violé les lois et les coutumes de la guerre. La question qui se pose ici est, premièrement, l’ampleur de ces violations et leur prévalence ; deuxièmement, leur caractère accidentel ou systématique ; et troisièmement, la manière dont elles sont traitées par le commandement, le système judiciaire et les autorités étatiques. Ces institutions tentent-elles de réduire leur ampleur et leur nombre ? Ou, au contraire, les encouragent-elles ? Quelles mesures concrètes sont prises pour y parvenir ? Les militaires et les policiers ont-ils commis des crimes contre des civils au vu et au su de leurs commandants, ou au mépris de leurs ordres et instructions ? Les dirigeants militaires et politiques de la partie belligérante sont-ils prêts à punir les responsables de violations graves ? Les autorités enquêtent-elles sur les crimes contre les civils commis par « leurs » services militaires et policiers ? Enquêtent-elles uniquement sur les violations de la discipline militaire, ou également sur celles qui ont été commises sur ordre ? Les enquêteurs se limitent-ils aux auteurs des crimes eux-mêmes, ou est-ce que l’enquête porte-t-elle sur la chaîne de commandement ? Les actions d’une partie belligérante qui entraînent sciemment la mort et la souffrance de civils sont-elles systématiques ? Et si nous constatons un tel caractère systémique, est-il possible de retracer la continuité des violations dans les différents conflits dans lesquels cette partie a été impliquée à différents moments ?

Les réponses à ces questions déterminent l’évaluation des actions de chacune des parties.

Notre rapport est une tentative de poser ces questions sur notre pays à notre pays lui-même– et de trouver les réponses. »
Rapport disponible en russe et en anglais sur le site https://ruswars.org/

[1] L’agression russe en Ukraine, c’est-à-dire l’annexion de la Crimée, la « guerre hybride » dans les régions orientales du pays, a commencé en 2014. Même à cette époque, Memorial a qualifié ces actions d’agression, selon la définition de l’ONU (https://hro.org/node/20001) ; pour cette déclaration, Memorial International a été déclaré agent étranger en 2016).
[2] L’invasion soviétique de la Hongrie en 1956 et l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en 1968 étaient comparables à cette guerre en termes de nombre de troupes impliquées, mais ne s’accompagnaient pas d’opérations de combat d’une ampleur comparable. La guerre en Afghanistan, qui a coûté jusqu’à un million et demi de vies afghanes et a été l’une des raisons de l’effondrement de l’Union soviétique, commencée en 1979, ne s’est pas déroulée en Europe mais « quelque part en Asie ». Dans les guerres des Balkans des années 1990 sur le territoire de l’ex-Yougoslavie (dont l’ex-Union soviétique semblait avoir évité le sort à l’époque), la Russie n’a pas été directement et largement impliquée (toutefois, la participation de « volontaires » russes dès le début et la présence de « casques bleus » vers la fin de ces guerres, dans les deux cas pas trop nombreux, ont été essentiellement importantes).
[3] Ce rapport passe en revue la genèse des « points chauds » post-soviétiques ainsi que le développement et l’interdépendance des conflits armés de 1988 à 1993.

https://memorial-france.org/une-chaine-de-guerres-une-chaine-de-crimes-une-chaine-dimpunite-les-guerres-russes-en-tchetchenie-en-syrie-et-en-ukraine/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...