Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Grande-Bretagne

Unis contre le Brexit des Conservateurs

Peu importe comment les socialistes ont voté lors du référendum de 2019, soutient Phil Hearse. Ce qui compte maintenant, c’est l’unité contre le Brexit nationaliste et raciste des Conservateurs. Donc, en ce qui concerne la gauche, le peuple a voté pour le Brexit, alors faisons-le, non ? Faux. Quelle que soit la position de la gauche lors du référendum de 2016, le Brexit sans accord (avec l’Union européenne) vers lequel le gouvernement Johnson se dirige serait un désastre pour la classe ouvrière. L’opposition au Brexit Conservateur doit permettre l’unité de toute la gauche.

Publié le 31 août 2020 | tiré de Socialist Resistance

« La nouvelle donne » fait partie d’un processus de saccage des normes environnementales et des droits des travailleurs et des travailleuses, et de l’ouverture de la vente du système de santé (NHS) à des sociétés privées de santé américaines. Cette nouvelle donne conservatrice passe également par des attaques contre les migrants et les demandeurs d’asile, ainsi que les citoyen-ne-s de l’UE vivant en Grande-Bretagne. Et à la manière philistine des Conservateurs, elle ferme la porte à une vague de collaboration transeuropéenne en matière de recherche scientifique et sanitaire. Le refus de collaborer sans réserve avec l’UE sur la recherche et l’acquisition de vaccins va entraîner une catastrophe.

Un « Lexiteer » de gauche (partisans de gauche de la sortie de l’Union européenne) a déclaré en janvier 2017 que « … ce moment historique nous donne une chance de présenter un scénario totalement différent, qui profite aux travailleurs plutôt qu’aux riches, qui crée des services publics décents et développe des emplois et des pratiques de travail qui ne font pas partie de la course vers le bas qui caractérise l’UE néolibérale » [1]

Les choses ne se sont pas passées de cette façon. La victoire au référendum de juin 2016 a permis à Johnson en décembre 2019 de présenter les élections générales comme « la réalisation du Brexit » comme une question de démocratie. Ce qui est à l’ordre du jour maintenant, c’est une série de mesures anti-ouvrières et anti-migrantes enveloppées dans l’Union-Jack. Le seul type de sortie actuellement proposé est le Brexit nationaliste et raciste des Conservateurs.

Lorsque David Davis était ministre de la sortie de l’UE, le député conservateur de droite Peter Bone a demandé au Parlement ce qu’il adviendrait des réglementations européennes en matière de travail et d’environnement après le Brexit. Davis a répondu que lorsque la Grande-Bretagne partirait, elles seraient toutes transférées dans le droit britannique. Bone a répondu qu’elles pouvaient toutes être abolies - provocant l’hilarité générale des bancs conservateurs et l’accord enthousiaste de Davis. C’est ce à quoi on peut s’attendre.

​ Ce que le Brexit conservateur veut mettre à la ferraille

Alors, qu’est-ce qui va être détruit ? Le droit des travailleurs et des travailleuses à temps partiel et irrégulièrement employés à des congés payés a toujours été contesté par le gouvernement Blair, mais a été imposé par l’UE en 2001. Dans la ligne de mire du Brexit se trouve également toute la directive sur le temps de travail, qui fixe 48 heures de travail comme le maximum. Il y a bien sûr beaucoup de possibilités, et en Grande-Bretagne notamment, pour les domestiques travaillant dans des ménages privés et pour les agents de la police, de l’armée et de la sécurité. Néanmoins, la directive sur le temps de travail établit un cadre juridiquement contraignant pour des millions de travailleurs, et les conservateurs veulent s’en débarrasser.

La législation de l’UE établit des périodes minimales de repos journalier et hebdomadaire, un minimum de quatre semaines de congés payés, le droit à la consultation des syndicats pour les licenciements collectifs (plus de 20 personnes) et des normes minimales pour la santé et la sécurité au travail. Tout ça risque d’être balayé par le Brexit des Conservateurs

Les Brexiteers conservateurs soutiennent que, libérée des accords commerciaux de l’UE, la Grande-Bretagne pourrait commercer selon les « règles de l’OMC », c’est-à-dire en dehors de tout accord commercial international spécifique. En réalité, seuls quelques pays comme Madagascar et la Micronésie sont dans cette situation malheureuse, qui garantit que tous les échanges sont soumis à des droits de douane. Et Johnson et Cummings chercheront en fait un accord commercial avec les États-Unis dès que possible. Cette voie est une catastrophe pour les travailleurs et les normes réglementaires.

Avec un accord commercial avec les États-Unis, il ne fait aucun doute sur qui donnera le la. Les objectifs américains ont été exposés avec une franchise alarmante dans un document du gouvernement américain . Il s’agit d’un texte extraordinaire qui exige essentiellement que la Grande-Bretagne agisse conformément aux diktats américains. Les exigences imposées aux entreprises gérées ou contrôlées par l’État (SOE) en sont un exemple clé. Celles-ci signifient :

a) Veiller à ce que les entreprises publiques accordent un traitement non discriminatoire en ce qui concerne l’achat et la vente de biens et de services.
b) Veiller à ce que les entreprises publiques agissent conformément aux considérations commerciales en ce qui concerne l’achat et la vente de biens et de services.
c) Assurer des disciplines de subvention strictes applicables aux entreprises publiques, au-delà des disciplines énoncées dans l’Accord de l’OMC sur les subventions et les mesures compensatoires (Accord SMC).
d) Exiger que les entreprises publiques ne causent pas de dommage aux États-Unis en accordant des subventions.
e) Exiger que les entreprises publiques ne causent pas de préjudice à la branche de production nationale des États-Unis par le biais d’investissements subventionnés par les entreprises publiques.
f) Assurer une réglementation impartiale des entreprises publiques, des monopoles désignés et des entreprises privées. 
F) Donner une compétence aux tribunaux sur les activités commerciales des entreprises publiques étrangères.

Ne vous laissez pas berner par le langage terre-à-terre. Cela exige un accès ouvert pour les entreprises américaines à tous les contrats d’État britanniques, qui doivent reposer uniquement sur des critères commerciaux. Le système de santé public (NHS), bien entendu, est une entreprise publique. La déclaration corrigée plus tard de Donald Trump selon laquelle « tout est sur la table » dans un accord commercial entre les États-Unis et le Royaume-Uni était juste la première fois. La « compétence devant les tribunaux » est une exigence particulièrement pernicieuse. Quels tribunaux ? Dans quel pays ? Compte tenu de la propension des tribunaux américains à voir leurs décisions appliquées dans le monde entier, il s’agit d’une demande effrayante.

La demande de « disciplines fortes en matière de subventions » signifie que les subventions de l’État britannique aux entreprises d’État doivent être minimes car elles pourraient « nuire aux États-Unis ».
Ce n’est qu’un aspect du document, qui exige à maintes reprises un libre accès pour les entreprises américaines sur la base de critères commerciaux uniquement - c’est-à-dire en ignorant tout dommage causé aux travailleurs, aux industries ou aux communautés britanniques. Il propose également des comités de surveillance conjoints pour garantir la conformité au Royaume-Uni.

Notre système de santé (NHS) en grand danger

En juin de cette année, la députée verte Caroline Lucas a présenté un amendement au Parlement pour empêcher la propriété étrangère du NHS après le Brexit. Elle a appelé à :

• Garantir la capacité de fournir un « service de santé complet et financé par l’État, gratuit au point de livraison » n’a pas à être mis en danger par aucun accord commercial futur.
• Protéger le personnel du NHS qui travaille dur contre la réduction de son salaire ou de ses droits par tout accord commercial futur.
• Protéger la qualité et la sécurité des services de santé et de soins.
• Réglementer le contrôle et la tarification des médicaments. Protéger les données des patients contre la vente.
• Protéger le NHS des soi-disant « règlements des différends entre investisseurs et États » des clauses qui permettent aux investisseurs étrangers de poursuivre les gouvernements nationaux pour toute mesure portant atteinte à leurs bénéfices.

Les Conservateurs l’ont rejeté par 350 voix contre 240. Ils sont au moins parfaitement conscients que dans un accord commercial américain, le NHS sera sur la table. L’implication des sociétés de santé américaines signifiera une avancée plus rapide vers un service de santé privatisé à deux vitesses, qui sera éventuellement étayé par un système d’assurance maladie (désastreux) de type américain. Les États-Unis exigeront, dans le cadre de tout accord commercial, une harmonisation des normes de santé et de sécurité alimentaire et agricole. Cela signifie accepter le poulet et la viande chlorés américains traités avec des doses massives d’antibiotiques et d’hormones.

Droits des personnes migrantes

Un aspect clé du Brexit conservateur est de limiter le droit des travailleurs de l’UE de voyager, de vivre et de travailler au Royaume-Uni. Une série de mesures anti-migrants a découlé du résultat du référendum sur le Brexit.

Celles-ci incluent des critères stricts pour les travailleurs et travailleuses immigrés, qui devront généralement avoir une offre d’emploi à 30 000 £ par an ou plus (ce qui exclura la plupart des gens). Les citoyens de l’UE qui travaillent actuellement en Grande-Bretagne peuvent rester s’ils ont demandé le « statut de résident » (pour ceux et celles qui résident depuis au moins cinq ans) ou le statut de ’’ pré-établissement ’’ (s’ils résident depuis moins de cinq ans). Ceux qui n’ont que le statut de pré-établissement n’auront pas automatiquement droit aux prestations sociales.

Les travailleurs et travailleuses ou autres visiteurs restés au Royaume-Uni pendant plus de six mois paieront une prime de santé de 624 £ pour un traitement (possible) du NHS - bien qu’ils aient à payer les impôts normaux qui financent le NHS. Ceux qui ont le statut de résident qui ne sont pas encore citoyens seront passibles d’expulsion, même pour des délits mineurs. Et ceux et celles qui souhaitent amener leur conjoint ou partenaire au Royaume-Uni devront montrer qu’ils ont un revenu d’au moins 18 000 £ par an.

Les mesures anti-migrants du Brexit font partie de la croisade idéologique mondiale contre les personnes migrantes. Les régimes autoritaires et d’extrême droite font des minorités et des migrants du monde entier des boucs émissaires. Ils colportent un mensonge raciste pernicieux -selon lequel les personnes migrantes volent « nos » emplois, réduisent « nos » salaires, profitent de « nos » services de santé et d’assistance sociale ; qu ’« elles » sont en quelque sorte responsables de la montée du chômage, de la pauvreté et de la décadence sociale d’un système capitaliste mondial en crise.

La militarisation de la répression est indissociable de cela. Les contrôles aux frontières, les centres de détention, les vols aériens d’expulsion et les descentes de police dirigées contre les personnes migrantes font partie d’une répression plus large de la démocratie, des libertés civiles et des droits de la personne Le but du Brexit à ce sujet est le projet des Conservateurs de retirer la Grande-Bretagne de la compétence de la Cour européenne des droits de l’homme et de renoncer à la Convention européenne des droits de l’homme.

Dans le contexte de la pandémie Covid-19, de l’effondrement économique et social en cours et du fascisme rampant de l’État, le Brexit des Conservateurs représente un assaut majeur contre les migrant-e-s, les travailleurs et les travailleuses en général et l’environnement. Le vote des gauchistes en 2016 n’a plus d’importance. L’option Lexit est morte. Elle a été rayé de la carte par la défaite électorale du Labour en décembre 2019. La gauche doit maintenant s’unir contre le Brexit, objectif phare du régime conservateur.

Phil Hearse est co-auteur de Creeping Fascism : what it is and how to fight it. Il est activement impliqué dans la tentative de la résistance anticapitaliste de parvenir à un regroupement de la gauche révolutionnaire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...