Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Affronter la faim et la violence avec le féminisme paysan et populaire

Chaque année, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, la Via Campesina appelle à des actions symboliques de sensibilisation, de visibilité et de solidarité. À partir de la Via Campesina, nous dénonçons la violence alarmante subie par les femmes, les enfants et les diversités dans le monde. Nous sommes toujours attentives à la discrimination de notre genre, mais il est vrai que dans cette pandémie nous percevons de manière très aiguë que les violences touchent plus de la moitié de la population mondiale. Alors, elles ne peuvent pas être ignorées.

Tiré de Entre les lignes et les mots
Publié le 31 décembre 2021
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/12/31/affronter-la-faim-et-la-violence-avec-le-feminisme-paysan-et-populaire/

La violence de la faim, la violence du capital

Nous vivons plusieurs crises structurelles dans les domaines social, économique, climatique et alimentaire. Nous sommes confrontées à une féminisation croissante de la faim. Nous exigeons que les droits humains de base et fondamentaux soient garantis à toutes. Le droit à l’alimentation est ce qui guidera nos actions et nos processus. Ces processus doivent être urgents, en particulier la prise de décision des politiques publiques pour réaliser la souveraineté alimentaire sur la base de projets de production agroécologiques, dont les femmes sont la majorité des participants.

En juillet 2021, OXFAM a publié un rapport où il était possible de voir la comparaison entre combien de personnes sont mortes de faim et combien sont mortes de Covid-19 au sommet de la pandémie. Il y avait environ 11 personnes par minute qui mouraient de faim et environ 7 personnes par minute qui mouraient au sommet de la pandémie de Covid-19. Cette crise sanitaire que nous vivons a conduit à l’aggravation de la crise de la faim que nous subissions déjà.

« L’inégalité est une conséquence du système économique, social et politique en vigueur. La faim porte le sceau du capitalisme. La nourriture ne manque pas. Le problème est que la nourriture est le produit du profit de certaines entreprises. Et le profit chevauche tous les droits humains. »

Et sur qui est retombé le travail de soins, tant de nos personnes âgées que de nos enfants et de nos personnes dépendantes en général ? En raison de la pandémie, les écoles et les centres où nos personnes âgées dépendantes pouvaient passer la journée et recevoir des soins ont été fermés. La plus grande partie de ce travail était sous la responsabilité non rémunérée des femmes.

Les droits des femmes sont inclus dans la « Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales ». C’est une déclaration qui a été approuvée en 2018 et que nous devons insister pour qu’elle soit mise en œuvre et, surtout, pour rendre visible l’existence de ces droits et le fait qu’ils ont été reconnus internationalement.

Une offensive qui s’attaque aux corps et aux territoires des femmes

La vérité est que les revers sont nombreux, tant pour les femmes que pour les diversités. Au Brésil, en Colombie, au Honduras, en Palestine, aux Philippines, au Guatemala, au Costa Rica, au Kurdistan et au Mexique, ces alertes ont été intensifiées. En 2017, il y avait 87 000 féminicides, selon les données officielles. Cela signifie que 137 femmes sont mortes par jour. En Amérique Latine, une femme est tuée toutes les deux heures – toutes les deux heures, je le répète parce que c’est très grave – simplement parce qu’elle est une femme. Nous devons nous rendre visibles et nous battre pour nos droits afin de pouvoir également lutter ensemble contre la faim.

En Europe, nous avons un autre problème grave : la terre. De grands fonds d’investissement et des multinationales s’approprient des terres – agricoles, productives, sur lesquelles nous produisons de la nourriture – pour, tout d’abord, installer de grands projets miniers ; et dernièrement, avec cette « mode » européenne de se déguiser en producteurs d’énergies vertes et renouvelables, ils s’approprient nos terres, qui devraient être de petites exploitations familiales. Cependant, ce qu’ils conçoivent sont des méga-parcs éoliens et des méga-usines à panneaux solaires.

Fausses solutions

Si nous regardons de l’extérieur, nous pouvons dire « Eh bien, c’est peut-être un moyen de produire de l’énergie verte d’une autre manière », mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas la réalité. Ces grands fonds d’investissement arrivent et ce qu’ils font, c’est assembler ces mégaprojets. La réalité n’est pas qu’ils fournissent de « l’énergie verte » aux villages et aux villes. Ce qu’ils font, c’est transférer cette énergie supposée verte et renouvelable dans les grandes villes de notre territoire – par exemple, de la Galice à Madrid. Plus de la moitié de l’énergie produite est perdue sur le chemin pour des grandes villes.

Ils nous trompent et vendent des politiques qui ne sont pas vraiment bénéfiques pour la population paysanne. En tant que Via Campesina, nous voyons qu’il est urgent de protéger les populations qui produisent de la nourriture, les femmes, les enfants et surtout la diversité. Protéger nos coutumes, nos traditions, nos connaissances, nos territoires et l’accès aux biens les plus communs, tels que l’eau et la terre.

Pour mettre fin à la violence et aux inégalités, il faut changer le système capitaliste. Nous devons proposer des systèmes alimentaires diversifiés et basés sur la souveraineté alimentaire et l’agroécologie. Après tout, notre demande n’est pas exactement d’avoir beaucoup de nourriture, mais d’avoir une nourriture de qualité à une courte distance afin de pouvoir lutter contre la faim.

Chez Via Campesina, le 25 novembre, notre drapeau était « Femmes paysannes luttant pour leurs droits, contre la faim et la violence ! » Nous avons lancé la publication graphique L’itinéraire du féminisme paysan populaire à la Via Campesina, traduit en anglais, français et espagnol, pour soutenir les processus de formation, de mobilisation et d’organisation des femmes paysannes.

Nous voulons suggérer comment se battre ensemble et renforcer les alliances, qui sont très importantes. Nous voulons que nous soyons toutes ensemble et unies pour lutter contre ce capitalisme qui monopolise nos vies de toutes parts.

Sonia Vidal Lamas

Sonia Vidal Lamas est éleveuse de bétail, vit en Galice, est membre de l’exécutif du Syndicat Labrego Galego et de la Coordination européenne de Via Campesina. Cet article est une édition de son intervention lors du webinaire « Luttes anti-systémiques pour vivre sans violence », organisé par Capire en collaboration avec la Marche Mondiale des Femmes, Via Campesina et le Mouvement mondial pour les forêts tropicales, le 18 novembre 2021.

Édition par Helena Zelic

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Langue originale : espagnol

https://capiremov.org/fr/analyse/affronter-la-faim-et-la-violence-avec-le-feminisme-paysan-et-populaire/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...