Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique du Sud

Bolsonaro vaincu, la gauche reste en vie

Publié par Jacobin América Latina. Les grands perdants des élections municipales brésiliennes du dimanche 15 novembre 2020 ont été le président Jair Bolsonaro et l’extrême droite. La droite traditionnelle se développe et la gauche reste en vie, ce qui constitue la plus grande surprise à São Paulo, le PSOL passant au second tour.

Publié sur le site L’Anticapitaliste
Le 20 novembre 2020

Par Ana C. Carvalhaes

Crédit Photo
Bureau du Sénat fédéral lors de l’adoption de l’EC 107 en juillet. Au centre, le président du Sénat fédéral, Davi Alcolumbre ; à sa gauche, Luís Roberto Barroso, président de l’EST. © Senado Federal / Wikicommons

Bien que traditionnellement rapide et efficace, le dépouillement du vote électronique pour ces élections a été retardé de plus de trois heures et demie. La frayeur n’a pas empêché les tendances générales de l’électorat de se manifester avant minuit. Nous sommes en présence du plus important thermomètre de l’humeur populaire depuis la tragique élection de 2018, qui a porté Bolsonaro au pouvoir.

Le plus grand perdant de la journée, sans aucun doute même parmi ses partisans, ont été le président Bolsonaro et l’extrême droite ; ce qui était déjà prévisible par la croissance du rejet de son gouvernement par la population des grandes villes. Sept maires de capitales ont été élus au premier tour : à Florianópolis et Curitiba, dans le sud ; à Belo Horizonte, dans le sud-est ; à Salvador et Natal, dans le nord-est ; à Campo Grande et Palmas, dans le centre-ouest. Tous étaient issus de partis et avaient des profils personnels assez à droite, mais aucun n’était soutenu directement par le président et ses enfants.

Sur 27 capitales (25, sans compter Brasilia, district fédéral, qui n’a pas de maire, et l’Amazone Macapá, soumise à une crise d’approvisionnement énergétique depuis 20 jours), seules 18 capitales vont faire l’objet d’un second tour de scrutin. Et parmi elles, seules trois ont un profil similaire ou sont directement identifiées à la sphère politique du président néo-fasciste : à Fortaleza (Ceará, Nord-Est : Capitão Wagner), à Vitória (Espírito Santo, Sud-Est : Delegado Pazolini) et à Rio de Janeiro, où l’actuel maire Marcelo Crivella, qui est un évêque de l’Église universelle du Royaume de Dieu, tente de se faire réélire. Le pari, basé sur les performances des candidats à l’élection d’hier, indique que le seul qui a une chance est Pazolini.

Dès que les chiffres définitifs sont sortis des ordinateurs de la Haute Cour Électorale, les journalistes, les scientifiques et les politiciens ont déjà débattu des principaux messages des sondages. L’observation la plus raisonnable est que dans le conflit qui s’est ouvert en mars entre Bolsonaro et les gouverneurs et les maires concernant le traitement de la pandémie - qui a déjà tué 165 000 Brésiliens et en a infecté plus de cinq millions - le gouvernement fédéral a été battu. On peut dire que le Brésil s’est réaligné de l’extrême droite vers une droite plus traditionnelle, et que la gauche, bien que divisée, a montré qu’elle est bien vivante et qu’elle a un avenir.

Les figures de droite qui ont été réélues ou qui sont passées au second tour ont mené une politique pro-science, avec quelques mesures de fermeture d’activités, telles que les écoles et les gymnases (le Brésil n’a été fermé à aucun moment et en aucun lieu), les masques et la distanciation sociale ; des mesures contre lesquelles le président s’est battu avec acharnement, avec des menaces de poursuites, des fausses nouvelles, la démission de ministres et beaucoup de discours de bas niveau.
L’opposition et la gauche

Si le scénario politico-institutionnel ne change pas radicalement, tout indique que les groupes parlementaires municipaux des partisans les plus radicaux de Bolsonaro seront réduits. En outre, les partis qui s’opposent au bolsonarisme ont obtenu un bon résultat en général. Il faut en tout cas souligner la situation politique très réactionnaire, la survie d’une hostilité à la gauche profondément enracinée dans les secteurs des propriétaires terriens de la classe moyenne (touchés par le discours sur la corruption dans les années du PT) et parmi les plus pauvres, sous l’influence des églises néo-pentecôtistes amies du président.

Dans neuf des dix-huit capitales où se déroule le scrutin, un candidat de l’opposition est en lice. Trois du Parti socialiste brésilien (PSB, qui est un parti bourgeois-oligarchique plus au centre qu’à gauche), à Recife et Maceió (NE) et à Rio Branco (Nord, Amazonie). Dans deux capitales importantes, le PSOL a atteint le deuxième tour (São Paulo et l’Amazonie Belém) ; deux sont du PT, à Vitória (Espírito Santo) et à Recife ; deux sont du Partido Democrático Trabalhista (PDT, fondé par le nationaliste Leonel Brizola et aujourd’hui dirigé par l’ancien ministre Ciro Gomes), à Fortaleza et Aracaju (Nord-Est). À Porto Alegre, la jeune candidate du PCdoB, Manuela D’Ávila, est en lice.

Dans les 25 plus grandes villes (sur les 55 qui auront un bulletin de vote), le PT a élu 48 conseillers, dont 22 femmes. Le PCdoB a obtenu des conseillers dans six villes. Le PSOL a élu des conseillers dans 12 des 25 plus grandes villes, avec un total de 33 élus, dont 17 femmes, pour la plupart noires - y compris les deux premiers conseillers transgenres : la candidate la plus votée d’Aracaju, Linda Brasil, et la transgenre noire Beny, de Niterói (RJ) - ainsi que deux conseillers ouvertement éco-socialistes. Le PSOL a également élu cinq maires de petites villes : Ribas do Rio Pardo (MS), Potengi (CE), Janduís (RN) et Marabá Paulista (SP).

Mais ce qui a été le plus “surprenant” pour les médias d’entreprise et la bourgeoisie, c’est le succès du PSOL dans la plus grande ville du pays. Après être entré dans le parti en 2018, pour briguer la présidence, le militant et leader du Mouvement des sans-abri (MTST) Guilherme Boulos, accompagné de l’ancienne maire Luíza Erundina, a commencé avec un peu plus de 4 % des intentions de vote en septembre pour atteindre plus de 20 % et se rendre au second tour ; dans lequel il affrontera l’actuel maire Bruno Covas (PSDB), proche du gouverneur de droite João Doria. Dans la capitale, le groupe parlementaire du PSOL est passé de deux à sept conseillers.

Malheureusement pour le PSOL et pour toute la gauche, Rio de Janeiro, la deuxième capitale du pays, a connu un scénario électoral tout à fait différent et devra choisir entre le maire bolsonariste et néo-pentecôtiste, Marcelo Crivella, et l’ancien maire de l’ancien et corrompu MDB, Eduardo Paz. Bien que jouissant d’un espace politique large et traditionnel dans la ville, le PSOL ne pouvait pas compter sur la candidature du député fédéral Marcelo Freixo, qui a renoncé à se présenter en mai, au motif que, face à l’impossibilité de réunir toute l’opposition sous son nom en un seul front, il ne serait pas possible de gagner. Néanmoins, la jeune députée noire de l’État (province) Renata Souza a représenté avec enthousiasme le parti et a contribué à faire élire ou réélire les sept conseillers du parti.
Y aura-t-il un front de gauche en 2022 ?

L’idée de diversifier la représentation politique a fait son chemin à gauche. Et le PSOL en a été le principal bénéficiaire. Comme l’a souligné la BBC Brésil, il y a eu une recherche générale de renouveau dans tous les sens du terme. Boulos, 38 ans, et Manuela, 39 ans, sont l’expression maximale du phénomène.

En fait, la gauche dans un sens moins large (sans le centre-gauche bourgeois du PDT et du PSB) a un peu régressé dans la représentation parlementaire (en raison de la chute numérique des conseillers du PT et du PCdoB, voir le tableau ci-dessous). Le PSOL est le parti qui a le plus progressé. Il faudra en tirer des leçons.

Le plus probable est que l’électorat dit progressiste, avec des préoccupations sociales, environnementales, antiracistes et féministes, se regroupera dans les prochaines années autour d’une identité frontalement anti-Bolsonaro et fera pression sur la gauche (PSOL, PT, PcdoB) pour tenter sérieusement des alliances électorales viables afin de vaincre la droite. L’absence de la gauche au second tour de Rio renforce cette thèse. Mais il faudra surmonter l’obstacle le plus difficile : le refus de Lula et d’une grande partie de la direction du PT de négocier des alliances sans leur hégémonie (aujourd’hui très contestée).

Cependant, il est tout aussi important, voire plus, que les grands et petits succès et victoires de cette difficile campagne soient, pour la gauche et le militantisme au Brésil, comme des gouttes de pluie qui fertilisent la terre, ranimant les gens pour des luttes de résistance aux plans de Bolsonaro et des gouverneurs et maires de la droite néolibérale. Et que la pression pour l’unité de la gauche vient principalement d’en bas, dans les mouvements sociaux et les communautés, afin que nous réalisions l’unité nécessaire pour vaincre le génocide dans les rues.

Maires de gauche
Parti 2016 2020 Différence
PT 254 174 – 31,50%
PCdoB 81 45 – 45,7%
PSOL 2 4 + 100%

La gauche a chuté de 337 à 223 (33,83%)

Conseillés de gauche
Parti 2016 2020 Différence
PT 2815 2584 – 8,21%
PCdoB 1010 678 – 32,87%
PSOL 56 74 + 33,93%.

La gauche a chuté de 3.881 à 337 conseillés (- 14,02%)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique du Sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...