Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Chaque seconde, l’intolérance écourte une vie

La Fondation Émergence lançait fin avril sa campagne 2022 pour souligner la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, dont elle est l’initiatrice. Et le thème de cette année touche toutes les lettres de l’acronyme LGBTQ+, tous les âges, tous les pays et les conditions dans lesquelles se trouvent les minorités sexuelles, partant d’un constat bien simple et vérifié : les personnes LGBTQ+ ont une espérance de vie moins longue que la moyenne de la population. Un fait que la Fondation Émergence mettra en lumière tout au long de sa campagne 2022.

Tiré de Fugues Infolettre , le 2022-05-16

Par Denis-Daniel Boullé, 29 avril 2022

Pour Laurent Breault, directeur général de la Fondation Émergence, ce constat a été élaboré à partir des statistiques d’ici et d’ailleurs sur les violences exercées à l’endroit des personnes en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité ou de leur expression de genre. « Le cumul de ces violences rédui[t] l’espérance de vie de toute une catégorie de la population. Pour marquer cet écart, nous avons eu l’idée de la représentation d’une montre qui ne comporte que 54 secondes au lieu de 60 pour mieux visualiser et mieux frapper l’imagination, car chaque seconde, l’intolérance écourte des vies », explique Laurent Breault.

Pour étayer ce constat, la Fondation Émergence lance aussi un dépliant qui reprend de nombreuses données compilées à travers le monde, mais aussi au Canada, pour illustrer cette violence. « Tout le monde sait peut-être que seulement 11 pays actuellement interdisent les “thérapies” de conversion, mais ce que l’on sait moins c’est qu’encore 111 pays à travers le monde ne disposent d’aucune loi protégeant les personnes LGBTQ+ contre les discriminations ou encore que 4042 personnes transgenres ont été assassinées à travers le monde depuis 2008 », continue Laurent Breault. Sans compter le très haut taux de tentatives de suicide chez les jeunes LGBTQ+, qui est 4 fois plus élevé que parmi les jeunes hétérosexuels et lié essentiellement à l’intimidation et à des violences physiques subies. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. À cela s’ajoute la violence étatique, avec 69 pays qui pénalisent encore l’homosexualité, parmi lesquels on compte 11 pays où l’homosexualité est encore passible de la peine de mort. »

Ce portrait de la situation des personnes LGBTQ et des risques qu’elles encourent non seulement ailleurs, mais encore ici, justifie donc l’importance du 17 mai pour continuer à informer, sensibiliser et influencer les instances internationales, nationales et locales afin qu’elles modifient les politiques et s’engagent à en faire plus auprès des personnes LGBTQ+, où qu’elles se trouvent sur la planète. « Nous allons faire des représentations auprès de grandes institutions internationales en charge des droits de la personne, nous avons déjà rencontré des représentants du Conseil de l’Europe, d’Amnistie internationale, pour attirer leur attention sur cette réalité, précise le directeur général de la Fédération Émergence, car on ne peut rester indifférent ou encore ne pas bouger face à cette situation. » Avec cette campagne, la Fondation Émergence souhaite mener une action plus politique en ciblant les décideurs de ce monde.

Autre initiative de la Fondation Émergence : en association avec le ministère de l’Immigration du Québec, les délégations du Québec à l’étranger sont parties prenantes de la campagne de cette année et ont donc pour mission de la promouvoir dans les pays où elles sont implantées. Comme pour les autres campagnes de la Fondation, une affiche est produite en accompagnement du dépliant. L’affiche de cette année est particulièrement frappante et donne le ton, avec le verre de la montre de 54 secondes qui met en relief l’arrestation brutale d’une jeune personne (difficile de dire si c’est un homme ou une femme) qui tient un drapeau arc-en-ciel aux couleurs ternies. L’image n’est pas un montage, mais une photo prise lors de la parade de la Fierté, à Saint-Pétersbourg, en 2003. Le dépliant souligne par des chiffres les types de violence auxquelles font face les personnes LGBTQ, présente des définitions, mais aussi des actions que peuvent prendre au quotidien des allié.e.s pour, à leur niveau, faire une différence. L’affiche, offerte en 20 langues différentes, et le dépliant seront disponibles sur demande. À Montréal, la STM s’est associée à la campagne et l’affiche se retrouvera aussi bien dans les stations de métro, les abribus et les autobus.

Lors du lancement de la campagne, la Fondation dévoilera aussi un sondage mené auprès de la population canadienne par la firme Léger Marketing et qui révèle que : plus le contact avec la communauté LGBTQ+ est grand, meilleure est la compréhension et l’acceptation. Statistique intéressante choisie dans le sondage : 76 % des Canadien.ne.s accepteraient très facilement si une personne de leur entourage annonçait qu’elle était une personne trans. Ils et elles sont également plus nombreux à connaitre la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie.

Qu’en est-l de la remise de prix, qui est aussi un moment fort des événements entourant la Journée internationale ? La Fondation Émergence en décernera cette année, mais Laurent Breault constate que : « La pandémie ne nous aide pas beaucoup, car la remise d’un prix a beaucoup plus de valeur et d’impact si celle ou celui ou encore l’organisme qui le reçoit [est] présent.e au cours d’une cérémonie en présentiel. Pour l’instant, nous pensons à une date au tout début du mois de juin, mais c’est sûr que nous remettrons les différents prix de la Fondation Émergence. »

INFOS| Chaque seconde, l’intolérance écourte une vie,
fondationemergence.org
montreal54secondes.com

• • •

39% des personnes LGBTQ+ au Canada ont déclaré avoir été victimes de violence en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité ou de leur expression de genre.

4042 personnes trans ont été assassinées dans le monde entier entre le 1er janvier 2008 et le 30 septembre 2021. « J’aurais souhaité avoir à moins me défendre. Être traité de tapette une fois par jour, ça va, dix fois, c’est trop, cent fois, ça te tue. » (garçon, 21 ans) Les jeunes lesbiennes, gais et bisexuel.le.s sont 4 fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuel.le.s. De plus, la moitié des personnes trans ont déclaré avoir fait une tentative de suicide avant l’âge de 25 ans. En mars 2022, Alex de Gatineau au Québec, s’est enlevé la vie à 10 ans à cause de l’intimidation subite à l’école en raison de son identité. « Les personnes LGBTQ+ sont trois fois plus à risque de subir des agressions sexuelles. »

111 pays ne disposent d’aucune loi protégeant les personnes LGBTQ+ contre la discrimination en milieu de travail ou lorsqu’elles cherchent un logement.

1/3 Dans la ville de Toronto, pendant la pandémie, un jeune sans-abri LGBTQ+ sur 3 a tenté de se suicider. « L’homosexualité est encore passible de la peine de mort dans 11 pays. Et 69 pays pénalisent encore l’homosexualité. »

+65% des jeunes LGBTQ+ itinérant.e.s se retrouve à la rue en raison du rejet de leur famille ou d’une fugue. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le nombre de jeunes sans-abris qui s’identifient comme LGBTQ+ a presque triplé. Source : Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+, 2019 et Étude du CAMH

700 000 personnes LGBTQ+ auraient subi une ou plusieurs « thérapies » de conversion aux États-Unis. 59 000 d’entre elles étaient mineures. Les personnes LGBTQ+ qui ont suivi une thérapie de conversion sont deux fois plus susceptibles de tenter de se suicider.

48% des jeunes intersexes ont sérieusement envisagé le suicide au cours des 12 derniers mois.

23% des personnes trans aux États-Unis ont évité de s’adresser aux services de santé par peur de recevoir de mauvais traitements ou d’être humiliées.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...