Édition du 24 mars 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Contribution au séminaire de préparation du FSM Dakar 2011

En tant que mouvements sociaux, nous mettrons la plus grande énergie, temps et argent que possible pour que le FSM soit un grand succès et un moment important pour construire un monde socialement juste et respectueux de la nature, à partir des luttes, par et pour les peuples africains et du monde.

1. Le but de cette lettre est de partager quelques points de vue sur les orientations du Forum Social Mondial, ainsi que d’exprimer une préoccupation par rapport au FSM 2011 à Dakar, en particulier en ce qui concerne l’Assemblée des mouvements sociaux (AMS)

2. Le Forum social mondial mérite une grande reconnaissance au regard des résultats concrets qu’il a apporté, d’abord comme un lieu de rencontre et de construction de réseaux thématiques et transversaux. Le processus du FSM a permis aussi de rendre plus visibles les luttes sociales et leurs articulations. De même, le FSM a été un lieu qui a promu et organisé des actions d’envergure pour construire l’autre monde pour lequel nous luttons.

3. Toutefois, ces dernières années, le processus a montré des signes d’épuisement. Par conséquent, des demandes sont venues de différents mouvements sociaux pour faire du FSM un espace plus « productif » avec un caractère fédérateur et motivant.

4. Sur la base de cette demande croissante, des discussions ont commencé et diverses réponses et initiatives méthodologiques ont été entreprises. Mais jusqu’à présent, nous pouvons dire que nous n’avons pas atteint les résultats espérés.

5. Pour que le FSM soit plus attrayant pour les mouvements sociaux, nous pensons que les solutions doivent nécessairement être de nature stratégique, à savoir que celui-ci devienne un instrument utile pour la globalisation de la lutte, qu’il permette la création d’espaces d’articulation efficaces pour la mise en place d’actions concrètes et qu’il contienne plus de radicalité politique.

6. Tout cela pourrait attirer et impliquer de nouveaux acteurs dans le processus et rendre le Forum social mondial plus cohérent avec la conjoncture globale que nous vivons à chaque instant, et en faire ainsi un processus qui apparaît et devient un réel contrepoids au capitalisme, entièrement responsable des maux contre lesquels nous luttons.

7. Depuis le début et à partir de l’intérieur du Forum social mondial, l’Assemblée des Mouvements Sociaux (AMS) s’est petit à petit construite. Tout en reconnaissant ses lacunes et faiblesses, il faut également reconnaître ses résultats obtenus et sa légitimité. Il faut également reconnaître que l’AMS répond en partie à la demande stratégique exprimée plus haut.

8. l’espace « AMS » ne reflète pas tout « l’univers » de ceux et celles qui s’engagent dans les luttes sociales, et ne prétend pas être l’épicentre du processus. Mais le fait est qu’à l’intérieur de l’espace AMS, se rapprochent des organisations, des réseaux et des mouvements qui ont pour objectif principal l’action et la mobilisation comme instruments de lutte, tout en les rendant le plus visible possible. Ce point est important, surtout si nous nous demandons : combien nous sommes et combien nous devons ou nous pouvons être pour créer une plus grande résistance et une lutte plus forte.

9. Si le Forum social mondial renforçait une telle initiative, le processus pourrait devenir plus utile aux mouvements sociaux et aux luttes. De même, le processus lui-même en serait renforcé, avec la participation et l’implication croissante des mouvements sociaux.

10. Ainsi, nous sommes convaincus que, pour donner une vraie réponse à la nécessité et l’intention de rendre le Forum social mondial plus « productif » et plus utile pour les luttes sociales, il serait opportun de tenir plus compte de l’Assemblée des mouvements sociaux, ainsi que des acteurs qui agissent en son sein, et de favoriser / faciliter / son potentiel.

11. Une façon pratique concrète d’apporter une première réponse serait de faciliter la préparation et la réalisation de l’Assemblée des mouvements sociaux lors du FSM 2011 à Dakar.

12. Si cette idée a été exprimée au cours de la récente réunion du CI du FSM au Mexique, malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de discuter de manière approfondie et d’atteindre une décision par consensus sur cette question.

13. Certains membres du Conseil international ont avancé l’argument que l’AMS est une assemblée comme les autres assemblées (la guerre, la dette, femmes, TLC, climatiques, ...) et qu’il est donc impossible ou que ce cela représenterait un manque de respect d’accorder une préférence ou une plus grande importance à l’AMS par rapport aux autres.

14. Tout d’abord, nous voulons dire que les assemblées thématiques sont très importantes et que la plupart de nos organisations participent activement à celles-ci. Ensuite, l’AMS n’est pas une assemblée comme les autres, notamment parce que c’est une assemblée qui vise à établir un agenda de mobilisations et de luttes transversales.

15. Nous pensons que clôturer la programmation du Forum avec la réalisation de l’Assemblée mondiale des mouvements sociaux, pourrait certainement donner une connotation plus « productive » au forum.

16. Mais il ne s’agit pas absolument de clôturer le FSM avec l’AMS. Nous pensons que les assemblées thématiques ont un rôle important, tout comme l’Assemblée des assemblées (où nous devrons cependant éviter les erreurs commises lors du FSM 2009 à Belém)

17. Mais les mouvements sociaux ont réellement besoin d’un espace adéquat, visible et cohérent, afin de pouvoir se concentrer sur le processus politique de l’AMS, et non pas principalement sur les questions de logistique. Nous devons rappeler ici ce qui s’est passé lors du FSM de Nairobi, où il a été quasi impossible d’organiser une Assemblée des Mouvements Sociaux. A Belém également cela a été très difficile, avec une AMS au milieu du FSM « perdue » dans des centaines d’autres activités importantes.

18. Ainsi, nous demandons au comité organisateur du FSM 2011 de réfléchir à comment organiser un temps et un espace pour l’Assemblée des mouvements sociaux. Si ce n’est pas possible de le placer au final du FSM, il ne peut pas non plus se situer au début ou en plein milieu du FSM, parce que l’AMS est un processus d’élaboration et de construction collective, et qu’elle doit logiquement pendre en compte les résultats des assemblées thématiques.

19. Il est clair qu’une telle Assemblée n’est en aucun cas le patrimoine exclusif des mouvements sociaux. Au contraire, il est un espace faisant partie intégrante du processus FSM, où chacun et chacune aurait accès, non pas en tant que membres de l’Assemblée, sinon en raison des résultats qui en découlent, résultats qui seront très certainement partagés par beaucoup d’organisations et cela de manière croissante.

20. Nous ne voulons pas et ne prétendons pas que l’AMS soit le porte parole officiel du forum. Plus, nous comprenons parfaitement que nous devons éviter ce problème. Nous sommes sûrs que nous pouvons l’éviter.

21. Nous ne voulons rien imposer au comité d’organisation du FSM 2011. Nous sommes persuadés que le comité travaille très dur et avec énergie pour arriver à faire du prochain FSM une grande réussite. En tant que mouvements sociaux, nous mettrons la plus grande énergie, temps et argent que possible pour que le FSM soit un grand succès et un moment important pour construire un monde socialement juste et respectueux de la nature, à partir des luttes, par et pour les peuples africains et du monde. Comme vous le savez certainement, nous sommes en train de préparer un séminaire mondial des mouvements sociaux à Dakar au début de Novembre 2010, précisément dans cette perspective.

Plus de 45 organismes sigantaires

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...