Édition du 19 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Covid-19 : de l’état de désastre à l’état d’urgence en Afrique du Sud

Après les premiers cas avérés de contamination par le Coronavirus, le Président Ramaphosa s’est adressé à ses compatriotes le 15 mars. Au 16 mars, l’Afrique du Sud comptabilise 62 cas de contamination et 1000 tests sont en attente de résultats selon le Ministre de la santé qui envisage des mesures plus drastiques en proposant une déclaration de l’état d’urgence.

Tiré du blogue de l’auteure.

Dans son allocution, le Président Ramaphosa a souligné la gravité de la situation et la vitesse de la transmission du virus d’où la nécessité de ne « pas prendre de demi-mesures ».

A partir du 18 mars, interdiction d’entrée sur le territoire sud-africain de personnes venant de pays à hauts risques : Italie, Corée du Sud, Allemagne, Espagne, Usa, Grande-Bretagne.Il est déconseillé aux Sud-Africains de voyager dans les pays de l’UE, aux USA, en Grande-Bretagne, en Chine, en Iran et en Corée du Sud. Ces mesures pouvant s’élargir à d’autre pays en fonction de la situation. Tous les Sud-africains revenant de pays à haut risque seront soumis à des tests, avec renforcement des contrôles dans les aéroports internationaux. Fermeture de 35 entrées terrestres et de deux ports maritimes ; tous les déplacements intérieurs, par air, rail, taxis ou bus, sans nécessité absolue sont déconseillés.

Pour éviter les contacts, les écoles seront fermées à partir du 18 mars et jusqu’à Pâques ; les rassemblements de plus de 100 personnes interdits ; les commémoration du 20 mars, journée des Droits humains (Massacre de Sharpeville) et fête nationale du 24 avril seront annulées. Un étudiant de l’université de Witwatersrand ayant été testé positif, tous ceux qui ont été en contact avec lui sont mis en quarantaine. D’autres mesures pourront être prises dans les établissements d’enseignement supérieur.

Les entreprises, les mines, les banques, les exploitations agricoles sont appelées à redoubler de vigilance en ce qui concerne les mesures d’hygiène préventive tout comme les commerces et autres lieux publics.

Les hôpitaux vont avoir des moyens renforcés (le ministre des finances a assuré qu’il y avait des fonds disponibles) des lieux d’isolement et de quarantaine dans chaque grande agglomération vont être désignés.

Toutefois ces mesures pourraient être renforcées et d’autres obligations imposées sur tout le territoire si le pays est déclaré en état d’urgence comme le ministre de la santé le proposait le 16 mars. Il estime qu’au moins15% de la population devront être hospitalisés et un tiers au moins de ces malades admis en réanimation.

L’inquiétude est grande de l’explosion de la contamination pour les populations les plus pauvres. Selon le ministre « il faut créer une nouvelle dynamique et trouver des lieux de quarantaine. Quand nous parlons de mesures d’isolement ce la veut dire que des malades devront quitter leur foyer pour être mis dans ces lieux de quarantaine ».

Le gouvernement prend très au sérieux les dangers du Covid-19 pour la population du pays et le Président Ramaphosa en appelle à la responsabilité de chacun et de tous pour vaincre ce fléau le plus vite possible.

Jacqueline Derens

Collaboratrice au site de Mediapart (France).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...