Édition du 26 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Crise dans le transport aérien et aéronautique - La FTQ et ses affiliés réclament une aide d'urgence pour ce secteur d'activité crucial pour l'économie du Québec et du Canada

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au gouvernement Trudeau une action immédiate et urgente pour sauver l’industrie du transport aérien et de l’aéronautique. Au Québec seulement, c’est plus de 70 000 emplois qui sont en jeu, que ce soit dans l’assemblage, le personnel de vol, les travailleurs et travailleuses qui offrent les services au sol, la sécurité dans les aéroports, sans oublier toutes les PME de ce secteur.

« Il faut déplorer l’oubli du gouvernement canadien en ce qui a trait à l’aide aux secteurs aérien et aéronautique dans le dernier discours du Trône. Franchement, on se demande à quoi pense le fédéral. Ces secteurs d’activité sont en crises depuis mars dernier et on attend toujours un signe qui montre que cette industrie compte pour nos élus. À eux seuls, les transporteurs ont perdu des centaines de millions de dollars, des milliers de travailleurs et travailleuses se retrouvent sans emploi et bien souvent sans revenu. Si ça continue, nous allons perdre ces industries et les compétences qui s’y rattachent », déclare le président de la FTQ Daniel Boyer.

« Mais attention, l’aide gouvernementale ne doit pas servir à mettre d’autres millions dans les poches des dirigeants et actionnaires, c’est aux travailleurs et travailleuses qu’il faut penser. En remettant en vol et en production ces secteurs d’activité, c’est de l’oxygène qu’Ottawa injecte dans cette industrie. Mais il y a urgence, le gouvernement Trudeau, le ministre fédéral des Transports Marc Garneau, doivent agir et vite », conclut Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses. Le secteur aérien et de l’aéronautique à la FTQ sont représentés par l’AIMTA, le Syndicat des Métallos, le SCFP, les Teamsters et Unifor.

Unifor réclame un soutien financier d’urgence pour le transport aérien

En compagnie d’autres syndicats du secteur aérien, Unifor s’est adressé au gouvernement fédéral et provinciaux afin que des mesures d’aide directes soient mises en place rapidement pour aider le secteur du transport aérien.

« Alors que depuis mars dernier, plusieurs pays dont les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, pour ne nommer que ceux-là, sont venus en aide à leur industrie aérienne, le Canada n’a rien fait jusqu’à maintenant pour la sienne. Portant le transport aérien est un rouage stratégique dans nos infrastructures que ce soit pour le déplacement de la population, l’accès aux régions, le transport de biens et de marchandises au pays et à l’international. Elles sont aussi de très grands employeurs qui ont dû mettre à pied des milliers de gens », explique le confrère Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

Il faut aussi prendre en compte l’impact du ralentissement du transport aérien sur l’industrie aérospatiale qui souffre elle aussi d’une baisse généralisée de la demande pour tout ce qui concerne les avions, les moteurs et les équipements entrant dans la composition des avions de lignes commerciales.

C’est pourquoi Unifor lance un appel aux gouvernements fédéral et provinciaux pour une aide de l’ordre de sept milliards de dollars se composant :

- d’une combinaison de garanties de prêt et d’aide financière directe pour le rétablissement et/ou le maintien des services aériens, et ce, de manière semblable au soutien offert par d’autres pays ; et

- de financement pour l’élaboration d’un plan de quarantaine et de dépistage rigoureux afin d’assurer un environnement sécuritaire pour les usagers et les travailleuses et travailleurs.

Dans la seule région de Montréal, Unifor représente 2500 travailleuses et travailleurs dans le transport aérien et 6000 autres dans l’industrie aérospatiale.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...