Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La guerre en Ukraine - Les enjeux

Drame ukrainien et roulette russe

A la mémoire d’ Alain Krivine
L’impuissance dans laquelle on se trouve à un moment donné, impuissance qu’il ne faut jamais considérer comme définitive, ne peut dispenser de rester fidèle à soi-même, ni excuser la capitulation devant l’ennemi, quel que soit le masque qu’il adopte. Et l’ennemi le plus important continue d’être l’appareil administratif, policier et militaire ; pas celui d’en face, qui n’est notre ennemi que dans la mesure où il est l’ennemi de nos frères, mais celui qui prétend être notre défenseur et fait de nous des esclaves. En toute circonstance, la pire trahison possible est toujours d’accepter la subordination à cet appareil et de piétiner toutes les valeurs humaines en soi et chez les autres pour le servir.
Simone Weill

Réflexions sur la guerre, 1933 (citado en Daniel Bensaïd,
Contes et légendes de la guerre éthique,
Ed. Textuel, Paris, 1999)

17 mai 2022 | tiré de Viento sur

I. Introduction

Depuis deux mois et demi, l’Europe connaît la plus grave crise de guerre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale 1/ . De nombreuses années de montée du néolibéralisme et de démolition sociale, de la résurgence de valeurs réactionnaires liées au nationalisme ethnique ou au fanatisme religieux, d’une nouvelle montée du "keynésianisme militaire" 2/des grandes puissances et, last but not least, l’éclipse de l’imaginaire socialiste parmi les larges masses a créé les conditions sociopolitiques et idéologiques de la tragédie en cours. L’invasion criminelle, impérialiste et atroce initiée par Vladimir Poutine le 24 février (qui restera dans l’histoire comme l’une des dates les plus sinistres et ignominieuses du monde contemporain, avec le 28 juillet 1914, le 1er septembre 1939 ou le 9 août , 1945) mérite la condamnation et le rejet unanimes de quiconque se considère non seulement marxiste, anti-impérialiste et anticapitaliste, mais même défenseur du droit inaliénable des peuples à décider de leur avenir ou des idées les plus élémentaires des Lumières . La position à adopter contre elle doit être sans équivoque : arrêt immédiat de l’agression, le retrait des troupes de la Fédération de Russie, le soutien à la résistance ukrainienne (militaire et civile) contre l’agression impérialiste et la solidarité avec les victimes et les réfugiés et le soutien non moins déterminé à l’opposition russe à la guerre. A mon avis, cette orientation devrait être la base politique de la gauche en général, et de la gauche anticapitaliste en particulier, tant en Europe que dans le monde. L’action de Poutine est non seulement criminelle et catastrophique pour l’Ukraine, mais aussi suicidaire et extraordinairement dangereuse pour la Russie elle-même. et l’anticapitaliste en particulier, tant en Europe que dans le monde. L’action de Poutine est non seulement criminelle et catastrophique pour l’Ukraine, mais aussi suicidaire et extraordinairement dangereuse pour la Russie elle-même. et l’anticapitaliste en particulier, tant en Europe que dans le monde. L’action de Poutine est non seulement criminelle et catastrophique pour l’Ukraine, mais aussi suicidaire et extraordinairement dangereuse pour la Russie elle-même.3/ , pour toute l’Europe et pour le monde entier.

Orientez-vous malgré la propagande

Il y a un grand consensus autour de l’idée que dans toute guerre l’une des premières victimes est la vérité et que, si une analyse rigoureuse dans des situations normales doit pouvoir pénétrer une énorme couche d’abstractions, de préjugés et de mensonges qui enveloppent et cachent les relations sociales capitalistes, en temps de guerre le manteau de la propagande, des mensonges, de la désinformation, de la démagogie et des exagérations qui accompagnent les forces militaires de combat pour redoubler d’efforts pour développer la critique au sens du jeune Marx : lever tous les voiles qui recouvrent les rapports sociaux qui prévalent dans la société. La propagande de guerre, la prolongation des actions de guerre par d’autres moyens, pour paraphraser Clausewitz, est une arme utilisée par tous les camps : attaquants et défenseurs, alliés des attaquants et alliés des défenseurs. Ce serait extrêmement dangereux, mais à mon avis une réflexion aussi désastreuse que fréquente à gauche, s’adapter à la propagande de part et d’autre au nom de la lutte contre la propagande de leurs adversaires. Ce constat n’implique nullement de faire abstraction du fait qu’il y a des agresseurs et des victimes dans cette guerre, mais d’affirmer que seule la vérité est révolutionnaire et que le devoir de solidarité ne doit jamais conduire à l’abandon d’une démarche critique.

Comprendre pour agir… avec des critères

Dans un débat parlementaire sur le terrorisme tenu à l’Assemblée nationale française début 2016, Manuel Valls a prononcé la phrase célèbre suivante : « Pour ces ennemis [en référence à l’État islamique après les attentats des 13 et 14 novembre 2015 à Paris], peut être qu’aucune explication ne vaille la peine, car expliquer c’est déjà un peu vouloir excuser » 4/ . L’affirmation de ces caractéristiques illustre parfaitement l’utilisation idéologique réactionnaire et liberticide de l’impact psychologique et de la commotion provoquée par des situations traumatisantes pour les peuples 5/ , telle qu’analysée par Naomi Klein 6/. C’est une nécessité politique de premier ordre que d’empêcher notre colère et notre impuissance devant les souffrances et les destructions que cette guerre cause, notre soutien au peuple ukrainien et notre consternation et notre indignation face à la mort de soldats et de civils ukrainiens et au non moins tragique la mort de soldats russes nous amène à nous adapter à la propagande médiatique et gouvernementale des pays occidentaux et à diaboliser et caricaturer le Bonaparte rétronationaliste et néo-pietiste de Poutine 7/ou, pire encore, le peuple russe lui-même. Comme nous le rappelait souvent Daniel Bensaïd, dont on remarque si intensément l’absence dans des moments critiques comme celui-ci, « avant de juger, il faut comprendre ». Et j’ajouterais que pour agir consciemment il est encore plus important de comprendre d’ailleurs qu’essayer de comprendre, c’est aussi commencer à agir. En ces temps de chocs répétés —sécuritaires, économiques, climatiques, sanitaires, et maintenant de guerre—, il faut aussi le rappeler encore, l’inférence démagogique à la Valls est inacceptable de réduire la compréhension à la justification. Dans cette contribution au débat de gauche, je n’ai pas la prétention de dire du génie mais, plus modestement, d’avertir du danger de faire des concessions idéologiques fondamentales face à l’environnement manichéen qui se crée dans de nombreux pays 8/ , de éclairer ce qui, à mon avis, sont des preuves géopolitiques et historiques malgré l’environnement d’intimidation intellectuelle que créent de nombreux politiciens 9/ et journalistes 10/, et rappelez-vous que, face au changement radical des temps que nous vivons, dans lequel nous devrons résister à des tournants inattendus, à de grandes pressions et travailler à contre-courant, en faisant certaines affirmations, avec, à mon avis, une joie étonnante et l’indolence, peuvent nous persécuter et miner sérieusement notre crédibilité politique pendant des années voire des décennies.

II. Responsabilités partagées

Mais de nombreux démocrates russes craignaient également que l’élargissement de l’OTAN n’enferme la Russie hors de l’Europe, politiquement ostracisée et jugée indigne de faire partie du cadre institutionnel de la civilisation européenne. L’insécurité culturelle s’est ajoutée aux peurs politiques, faisant de l’élargissement de l’OTAN l’aboutissement de la vieille politique occidentale d’isolement de la Russie, la laissant seule au monde et vulnérable à ses nombreux ennemis. En outre, les démocrates russes n’ont tout simplement pas saisi la profondeur de la rancœur des Européens du Centre après un demi-siècle de domination de Moscou, ni leur désir de faire partie d’un système euro-atlantique plus large.
Zbigniew Brzezinski, Le Grand Conseil mondial. La suprématie américaine et ses impératifs géostratégiques , 1997.

Avant le déclenchement de la guerre, lorsque la pression de Poutine pour rassembler une énorme force de combat le long des frontières ukrainiennes a clairement indiqué que quelque chose de grave allait se produire mais qu’il était impossible de déterminer exactement ce qui se passerait, le courant politique dans lequel il était actif a approuvé , Malgré quelques réticences initiales, une déclaration 11/ avertissant que ce qui se passait n’était pas un drame, mais plutôt un risque de guerre imminente, et soulignait le contexte historique, dans le contexte d’instabilité géoéconomique et géopolitique qui présidait aux tensions de moment — rendant la situation particulièrement dangereuse —, dans le rôle à la fois de la reconstruction de l’impérialisme russe et de l’encerclement opéré par l’OTAN contre la Russie pendant trente ans 12/et qu’elle a contribué à l’alimenter et, last but not least, elle a lancé un appel aux forces progressistes et pacifistes à se mobiliser préventivement contre un conflit armé plus que probable 13/ . Mettre la responsabilité du traité de Versailles (avec sa responsabilité exclusive de la Grande Guerre sur l’Allemagne, son étouffement économique pour les réparations et certaines pertes territoriales) dans l’alimentation du ressentiment nationaliste de l’Allemagne de Weimar contre la gauche et l’Entente (et en particulier la France de Clémenceau) n’équivaut pas à justifier le nazisme, mais à comprendre qu’il avait non seulement des coupables en Allemagne mais aussi à l’étranger .. Se souvenant aujourd’hui des humiliations imposées par les pays capitalistes à l’ex-URSS, de leur complicité dans leur pillage mafieux et oligarchique (que subissent à la fois la Russie et l’Ukraine), du soutien à des actions antilibérales-démocratiques et humanitaires comme l’attentat à la bombe d’Eltsine contre la Cour suprême soviétique en 1993 - alors le premier parlement pleinement élu de l’histoire du pays - pour couronner une restauration capitaliste autoritaire ou sa bienveillance face aux assauts "anti-terroristes" d’Eltsine (1994-1996) et de Poutine 14/ (1999-2009) contre la Tchétchénie en le nom de « défense de l’Occident »… n’équivaut pas à justifier le militarisme despotique d’un grand Bonaparte russe comme Poutine, mais à analyser le partage des responsabilités dans sa genèse.

Solidarité avec le peuple ukrainien… les yeux ouverts
Les années 90 : plus jamais ça !
Adage folklorique russe

On ne peut pas non plus oublier que le démembrement chaotique de l’Union soviétique - perpétré contre la volonté de la majorité de sa population, manifesté lors d’un référendum organisé peu de temps auparavant - par les secteurs les plus procapitalistes des principales républiques de l’URSS, dans ce que Poch de Feliu appelle à juste titre la « conspiration de Belavezha » 15/ , a conduit à un effondrement économique dramatique dans toutes les anciennes républiques soviétiques (surmonté par le krach financier de 1998 16/), mais particulièrement aiguë en Ukraine, ce qui, combiné à la division interne des oligarchies ukrainiennes post-soviétiques, a eu des conséquences désastreuses pour ce pays (la seule ancienne république soviétique qui a encore aujourd’hui un PIB par habitant inférieur à celui de l’époque de l’URSS) et particulièrement déstabilisatrice 17/ . L’orientation d’un secteur vers Moscou et l’autre vers l’Union européenne constituait un fragile équilibre politique 18/, économique et culturel dans un pays très hétéroclite tourmenté par son histoire (qui fait honneur à son nom : « borderland », une grande plaine disputée entre empires et puissances rivales depuis le Moyen Age). Cet équilibre a été rompu après la révolte de 2014, lorsque Ianoukovitch s’est retiré du protocole de relations avec l’Union européenne lorsque cette dernière l’a fait chanter en l’obligeant à rompre toute relation commerciale avec la Russie afin de se rapprocher de l’UE 19/. Le retrait de l’accord a fait exploser la véritable révolte démocratique et anti-oligarchique qui conduirait à l’Euromaïdan. Comme on le sait, le développement du mouvement verra une recrudescence de la répression policière jusqu’à aboutir, dans la nuit du 22 février 2014, à un massacre qui mettra fin à la vie de plus de 60 personnes (manifestants et CRS). ) par des snipers postés sur un toit. A ce jour, les auteurs du massacre n’ont toujours pas été identifiés, entre autres parce que les nouvelles autorités n’ont jamais ouvert d’enquête sur les événements 20/ .

Ce massacre a conduit à la chute de Ianoukovitch et à la montée au pouvoir de gouvernements non moins oligarchiques qui ont malheureusement su attiser un nationalisme ukrainien radicalisé pour masquer le fait que la révolte du Maïdan était incapable d’introduire des changements structurels. l’égalité et un approfondissement significatif de la démocratie 21/ . De plus, en plus d’être nationalistes, ils étaient pro-OTAN et ouvertement anti-russes. Malheureusement, le gouvernement Porochenko a bafoué certains droits culturels et civils de la population russophone, imposé des lois de décommunisation en 2015 – y compris l’interdiction du parti communiste 22/, une force qui bénéficiait alors d’un soutien électoral de 14 % alors qu’elle était dominée par une faction oligarchique, comme le sont d’ailleurs tous les grands partis du pays – et faisait de l’ancien ultranationaliste pronazi un héros national – et, en temps de la guerre froide, protégé par la CIA pour lancer une guérilla anti-soviétique en Ukraine occidentale - Stepan Bandera 23/ , qui avait créé des unités militaires qui combattraient aux côtés de la Wermachtquand il a commencé son invasion de l’URSS en 1941. L’arrivée de ce changement de gouvernement, avec une marginalisation croissante des forces progressistes aux mains des partis libéraux, des ONG financées par l’Occident et, last but not least, le proto -les milices d’extrême droite qui avaient tiré leur prestige des affrontements du Maïdan —et avaient réussi à s’intégrer dans l’appareil répressif et militaire de l’État ukrainien et à placer plusieurs de ses membres dans certains ministères clés— ont provoqué, à leur tour, une révolte du population opposée à la rupture des relations avec la Russie et craignant la montée de l’ultranationalisme ukrainien. Il est important de souligner que, si heureusement le poids électoral de l’extrême droite ukrainienne est moindre que dans d’autres pays, il existe néanmoins deux dynamiques très inquiétantes :courant dominant du type "cordon sanitaire", aussi hypocrite soit-il dans d’autres pays) et ont réussi à faire entrer certains de leurs slogans dans le "bon sens" (au sens de Gramscian) d’une bonne partie de la population de Ukraine occidentale 24/ . Dans ce contexte, la population opposée au tournant anti-russe a également subi une répression sanglante de la part des secteurs d’extrême droite face à l’acquiescement total de l’appareil répressif : la mort de 46 manifestants « AntiMaidan » brûlés vifs avec impunité au siège du syndicat d’Odessa, où ils avaient tenté de se protéger d’une attaque aux cocktails Molotov par des hooligans ultra-nationalistes du football et des groupes d’extrême droite tels que Pravy Sektor et Svoboda25/ , embryon de ce qu’on appellera le bataillon Azov, fut le prétexte à la proclamation des républiques sécessionnistes du Donbass et à la prise de la péninsule de Crimée par les forces du Kremlin. On sait que la guerre du Donbass avait déjà coûté 14 000 morts avant l’invasion ordonnée par Poutine 26/. Le fait qu’il n’y ait pas eu jusqu’à présent d’enquêtes officielles sérieuses sur les massacres de Maïdan ou d’Odessa, ou sur les violations des droits de l’homme qui ont eu lieu dans le Donbass (généralement ignorées par les grands médias occidentaux) en dit long sur les oligarchiques et les gouvernement ultra-nationaliste de Petro Porochenko et de ses collaborateurs comme l’ancien président géorgien anti-russe, pro-OTAN et fortement lié à l’appareil d’Etat américain, Mikheil Saakashvili 27/. Avec la participation à la guerre d’unités militaires telles que le bataillon Azov, composé presque exclusivement de néonazis avec l’aide et l’entraînement militaires américains, d’une part, et de non moins sinistres mercenaires et groupes d’extrême droite et staliniens contrôlés à distance par Kremlin, à travers la manipulation de la révolte anti-Maïdan par les services secrets militaires russes, il me semble indéniable qu’il y a eu une intense dispute inter-impérialiste sur le contrôle géopolitique et géoéconomique du pays au cours des huit dernières années, comme Achim Engelberg souligne à juste titre 28/. Malgré la signature des accords de Minsk en 2015, la zone n’a jamais été totalement pacifiée et, contrairement à ce qui avait été convenu, le gouvernement de Kiev a refusé d’accorder un statut particulier à ces régions capables de désamorcer le conflit — tant par la montée anti-russe nationalisme ainsi que par les menaces de l’extrême droite contre ceux qui ont osé les mettre en œuvre—.

Malgré le fait que l’élection à une large majorité, en avril 2019, de Volodymyr Zelensky — un nationaliste ukrainien plus modéré, russophone et d’origine juive avec un programme prétendument anti-oligarchique 29/ plus respectueux de la diversité du pays et conciliant en rapport avec le conflit du Donbass 30/ — suscitait des espoirs d’amélioration, son programme comportait la volonté d’intégrer l’Ukraine dans l’OTAN et l’exigence du retour de la Crimée à l’Ukraine, sachant que ces deux exigences augmentaient inévitablement la tension avec la Russie.

Tous les faits rapportés jusqu’ici sont essentiels pour évaluer l’enchaînement des phénomènes qui ont précédé l’invasion du 24 février et sont nécessaires pour caractériser précisément la guerre en cours. Notre devoir de solidarité inconditionnelle avec les victimes de la guerre ne nous oblige en aucun cas à oublier que ce qui s’est passé en Ukraine depuis 2014 n’a pas renforcé les valeurs progressistes dans ce pays et que ses gouvernements successifs n’ont pas non plus brillé dans le respect des minorités. , ils n’ont pas non plus développé de politiques qui consolideraient, à mon avis, la souveraineté, la cohésion nationale et une politique internationale indépendante 31/ .

À son tour, il ne fait aucun doute que la Russie a perdu de l’influence en Ukraine depuis 2014 et qu’elle est incapable de contrer politiquement et économiquement la pénétration occidentale croissante dans le pays - le Kremlin n’a pas le "soft power"caractéristique de l’impérialisme occidental en général et américain en particulier et n’a pas, disons, de modèle de société à proposer qui soit attractif du point de vue économique (extractivisme corrompu), politique ("démocratie d’imitation" et autocratie en fait) et sociale (une société aux inégalités quasi équivalentes à celles des États-Unis) - cela explique en partie pourquoi ses relations avec l’Ukraine ont évolué vers une diplomatie coercitive d’abord en 2021 et vers l’aventure militaire lancée le 24 février plus tard - donc catastrophique pour la Russie ou plus qu’elle ne l’est pour l’Ukraine elle-même… dans le vain espoir d’atteindre ces objectifs. Tout cela est indiscutable, mais il n’en est pas moins vrai que la Russie, à son tour, avait considéré l’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN comme un cassus belli pendant des années.32/ . Lorsque, le 22 décembre 2014, la Rada (parlement) de Kiev a décidé que l’Ukraine renoncerait à son statut de pays non aligné et entamerait son rapprochement avec l’OTAN, à mon avis, il était inévitable que les relations avec la Russie se détériorent 33/ et , ce faisant, les nouvelles élites post-Maïdan, encouragées dans cette décision par Washington et renforcées par l’influence ultra-nationaliste croissante, adoptaient une trajectoire de collision qui porte indéniablement leur part de responsabilité dans le fait de ne pas avoir évité la catastrophe actuelle.

Cela dit, bien sûr, le discours de Poutine pour justifier son invasion en invoquant un danger imminent pour la sécurité de la Russie et en proclamant que le but de son "opération militaro-technique" est de "libérer l’Ukraine d’un gang de terroristes" est absurde et délirant [...] les toxicomanes et démilitariser et dénazifier » le pays. De plus, comme on le sait, Poutine n’a pas manqué de temps pour attaquer la figure de Lénine, non seulement pour avoir mené avec succès la première révolution ouvrière et paysanne de l’histoire, mais aussi pour avoir contribué à créer une union de républiques socialistes capable de rompre avec la longue tradition d’oppression nationale sous le tsarisme et établir un cadre de coopération entre les peuples unis par un projet politique commun fondé sur l’internationalisme et le droit à l’autodétermination des nationalités34/.

III Russes dehors, Américains dedans, Allemands en bas !

Étant donné que la principale demande de Poutine est la garantie que l’OTAN n’accepte pas davantage, et plus particulièrement l’Ukraine ou la Géorgie, il n’y aurait évidemment eu aucune motivation à la crise actuelle s’il n’y avait pas eu un élargissement de l’Alliance atlantique après la fin de la guerre froide ou si l’expansion avait eu lieu conformément à la construction d’une structure de sécurité en Europe incluant la Russie.
Jack Matlock, ancien ambassadeur américain en Russie 35/ , 15/02/22 .

La phrase bien connue de Lord Ismay (le premier secrétaire général de l’OTAN) qui ouvre cette section décrit bien les objectifs stratégiques de ladite organisation. Pour l’essentiel, il garde aujourd’hui sa validité à condition que l’allusion aux Allemands soit étendue à l’ensemble de l’Union européenne. Je m’explique. J’ai dit plus haut que le choc de la guerre, la campagne médiatique qui acclame la guerre du bien (la défense de la civilisation et des « valeurs » européennes 36/par les Ukrainiens) dans leur lutte contre le mal (la « barbarie asiatique » représentée par les Russes) et un environnement néo-mccarthyste contre la dissidence intellectuelle et politique conduisent certains secteurs de la gauche à occulter un facteur fondamental de la crise actuelle, à savoir, qui , de la même manière que le seul responsable de l’invasion de l’Ukraine n’est autre que Poutine et ses délires néo-tsaristes, n’est pas moins vrai que l’extension de l’OTAN à l’Est et la fausse clôture de la guerre froide, ainsi car le refus systématique de répondre aux demandes diplomatiques de la Russie au cours des trente dernières années par les ministères des Affaires étrangères occidentaux en général, et nord-américains en particulier, porte une grande part de responsabilité dans le fait d’avoir fait exploser toute éventuelle architecture politique de paix en Europe.Il a toujours été plus confortable pour les contradictions européennes (crise économique et inégalités Nord-Sud et crise de la dette dans l’UE, montée des populismes réactionnaires, crise migratoire, Brexit, etc...) et, en particulier, pour les relations euro-américaines de exclure systématiquement la Russie du concert européen37/ , puisqu’il n’a cessé de se définir comme un Etat ennemi de l’OTAN. S’il est un argument avancé par Gilbert Achcar dans son débat avec Stathis Kouvelakis 38/ qui me paraît totalement insoutenable, c’est de caractériser la guerre impériale en cours au même titre que les interventions occidentales comme la conquête de l’Irak par les États-Unis en 2003 39/. Elle n’est pas comparable pour plusieurs raisons : elle n’a pas une motivation économique comparable à la première — la maîtrise d’énormes ressources énergétiques avec les avantages compétitifs que cela comporte par rapport aux blocs économiques rivaux n’est pas comparable au potentiel céréalier ou aux minerais rares ( tels que le lithium) qu’il peut avoir l’Ukraine - ni la même signification géopolitique - la proximité de l’Ukraine avec la Russie n’a pas la même signification lorsque la possibilité de stationner des armes de destruction massive visant la Russie est bien réelle, contrairement aux armes de masse imaginaires destruction de l’Irak (à plus de 10 000 kilomètres des frontières américaines), qui, lorsqu’elles existaient, étaient d’ailleurs fournies par les États-Unis et par Donald Rumsfeld lui-même dans les années 1980 pour écraser l’Iran de la révolution islamique—. À mon avis, la lutte contre l’OTAN en tant qu’alliance militaire impérialiste doit tomber sur le peuple ukrainien. Mais je crois aussi que la question de l’adhésion ou non à l’OTAN ne peut être réduite exclusivement à un problème démocratique. Dans ce cas s’ajoute que, si l’Etat voisin estime — avec plus ou moins de justification, peu importe — que ladite intégration suppose un « danger existentiel », je pense que la chose raisonnable est, au moins, de prendre compte de ce fait et moins envisager la nécessité de garantir, comme l’OTAN elle-même le recueille en théorie dans ses "principes", que tout élargissement ne porte pas atteinte aux exigences légitimes de sécurité d’un autre État. Que les gouvernements de l’OTAN ignorent ouvertement cet aspect ne devrait surprendre personne,

Imaginons un instant la situation, pas totalement exclue après le Brexit et le contexte d’instabilité et de crise politique, économique, sociale et démocratique qu’il a ouvert au Royaume-Uni 40/, que l’Ecosse (une nation qui, malgré des conflits majeurs, a partagé un État avec l’Angleterre et le Pays de Galles pendant plus de trois siècles, c’est-à-dire qu’elle est un "peuple frère" pour la majorité de la population) célèbre, après un soutien considérable, la politique russe et financier aux partis indépendantistes, un référendum contre la volonté de Downing Street, proclame l’indépendance pour le minimum et mène une politique du fait accompli sans parvenir à aucun accord de séparation avec le Royaume-Uni, ce que la majorité des Britanniques souhaiteraient vivent un si grand traumatisme et une immense humiliation dans l’un des contextes politiques les plus difficiles de leur histoire. Des conflits internes majeurs, des conflits frontaliers et des bouleversements économiques et tarifaires très importants seraient tout à fait probables. Il n’est pas non plus exclu que Londres soutienne et finance les régions les plus unionistes de la Nouvelle-Écosse. Ce scénario, à lui seul, créerait des tensions majeures entre Londres et Édimbourg. Imaginons maintenant un instant que face à ces tensions, Édimbourg accepte des prêts d’un million de dollars de la Russie et de la Chine et reçoive des conseillers militaires et des systèmes d’armes de pointe du Kremlin. Et que face aux protestations de Londres, on a soutenu à gauche qu’elles ne sont pas légitimes, puisqu’il faut soutenir le droit à l’autodétermination des Écossais et que les demandes de Downing Street d’empêcher l’installation d’armes offensives hostiles dans le pays voisin ne sont pas acceptables compte tenu de l’histoire des interventions impérialistes britanniques dans le monde. Allons maintenant un peu plus loin,l’ ancienne base de sous-marins nucléaires britanniques Polaris à Clyde à la flotte de sous-marins nucléaires russes de la Baltique et que la Russie justifie la prise de contrôle en disant qu’elle n’était pas contre la sécurité de l’Angleterre, mais était une mesure pour aider à protéger la sécurité de la frontière sud des États-Unis depuis le instabilité générée par les flux migratoires en provenance du Mexique 41/. Il est très probable que les autorités de Londres non seulement n’apprécieraient pas le sens de l’humour russe, mais le prendraient probablement aussi comme une provocation inacceptable et lanceraient une sorte d’ultimatum aux Écossais. Prétendre que la sauvegarde de la sécurité nationale anglaise le long de ses frontières n’est pas légitime en raison de son passé (et présent) impérial indiscutable et de sa longue histoire de guerres d’oppression nationale contre l’Écosse serait, à mon avis, pour le moins démagogique. Je crois que la postion raisonnable serait de chercher un avenir dénucléarisé pour l’Écosse et une sorte de statut de neutralité signé avec Downing Street et de grandes puissances, comme le statut dont a profité de l’Autriche et de la Finlande, deux pays parfaitement démocratiques et souverains depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, indépendamment de l’histoire évidente de l’oppression nationale et du passé impérial anglais. Eh bien, de la même manière qu’une gauche écossaise et internationale sérieuse, rejetant même que les grandes puissances dictent la politique de défense des petites nations, poserait ce scénario pour une hypothétique Ecosse indépendante, cela me semblerait une catastrophe politique et intellectuelle de la premier ordre qu’il pénétrerait à gauche l’histoire de propagande chargée de démagogie et de cynisme propagée par l’OTAN par rapport aux faits, et non à des hypothèses imaginaires, qui se sont produits en Ukraine depuis au moins 201442/.

Certes, la vision de ce qu’est l’OTAN dans les différentes parties de l’Europe varie en raison de l’histoire particulière de chaque pays 43/ . Il n’en est pas de même au Portugal, où la prétendue défense des libertés contre le totalitarisme que proclame ladite organisation n’a pas empêché d’y incorporer la dictature salazariste ; en Italie, où le terrorisme noir de la stratégie de tension liée à l’OTAN visait à empêcher par tous les moyens une victoire électorale des communistes ; ou dans des pays qui ont subi des coups d’État parrainés par l’OTAN comme celui des colonels en Grèce en 1967 ou celui d’Evren en Turquie en 1980 44/... que dans les pays d’Europe de l’Est, soumis à la domination stalinienne pendant près de cinquante ans, où la chute de l’URSS a ouvert des horizons de liberté et de bien-être matériel grâce au "rêve" européen et à la promesse de "protection " de l’OTAN contre l’ours russe. Cela est bien compris en Espagne, où les secteurs les plus intelligents de la bourgeoisie qui avaient parrainé le régime de Franco ont compris qu’un régime libéral intégré en Europe était essentiel pour la recomposition de l’hégémonie bourgeoise dans le pays et un système beaucoup plus sûr pour gérer la crise. capitalisme et les politiques d’austérité qui ont inévitablement accompagné la lutte pour récupérer les taux de profit perdus par le capital dans les années 1970. Ici aussi, le chantage à l’acceptation de l’adhésion à l’OTAN a été utilisé comme un péage nécessaire dans notre cheminement vers les droits démocratiques et sociaux européens. Cependant, et en admettant qu’il s’agissait d’autres temps, la survie d’une gauche de classe et révolutionnaire a permis de mener une lutte pacifiste décisive contre les blocs militaires et contre la logique exterminationniste (selon l’expression de EP Thompson) de l’arme nucléaire sans pour cette raison cesser de soutenir la lutte armée révolutionnaire en Amérique centrale, par exemple. Je dis tout cela parce que probablement dans l’Europe d’aujourd’hui il y a aussi une corrélation très claire entre l’état organisationnel et idéologique de la gauche anticapitaliste et le jugement que l’OTAN mérite. Dans la situation politique actuelle, ce n’est pas un débat secondaire, car elle a une influence décisive sur l’analyse qui est faite du plus grave conflit militaire qui ait secoué le continent depuis la Seconde Guerre mondiale et conditionne les alliances à gauche et les tâches de solidarité et de lutte pour la paix dans cette phase. Il est extrêmement inquiétant qu’un secteur de la gauche anticapitaliste européenne ait adapté son discours aux sympathies pour l’OTAN émanant de la gauche politique quasi inexistante des pays d’Europe de l’Est, région qui compte les gouvernements les plus réactionnaires du continent après celui de Poutine et qui encouragent plus ouvertement l’intervention directe de l’OTAN dans le conflit, notamment la Pologne et la Lituanie45/ . À mon avis, non seulement cette position ne contribue pas à élever le niveau de conscience politique et à développer une gauche de classe dans ces pays, qui continuent de subir les conséquences de la dévastation sociale et idéologique du stalinisme, mais elle déforme aussi gravement l’analyse de la nature du conflit en cours et contribue à la perte de prestige d’une gauche européenne qui devra résister à une nouvelle montée militariste, austéritaire et liberticide sur tout le continent.

La géopolitique, comme la force de gravité, opère même si elle est invisible
La bonne politique consiste à faire croire aux gens qu’ils sont libres
Napoleon Bonaparte

La géopolitique existe 46/et le rapport de forces entre les puissances impérialistes aussi, même s’il n’y a pas eu de vote à l’ONU. Comme on le sait, les rapports de force entre grandes puissances conditionnent considérablement les relations internationales sur de longues périodes historiques et imposent des dynamiques qui limitent inévitablement l’éventail des options démocratiques que les peuples peuvent adopter. Ce fait oblige à comprendre que les luttes d’émancipation sont toujours surdéterminées par les luttes inter-impérialistes, de la même manière que la force de gravité existe indépendamment de l’opinion que mérite Isaac Newton, par exemple. Je dis cela parce que l’Europe et le monde, mais surtout l’Ukraine, la Russie et le reste des anciennes républiques soviétiques, paient chèrement la fausse fin de la guerre froide. Comme dans d’autres contextes historiques, l’attitude des puissances victorieuses a marqué drastiquement la dynamique d’une longue période historique. Voyons-en quelques exemples. Les puissances qui ont vaincu l’Empire napoléonien en 1814 ont eu la prudence de respecter, grosso modo , l’intégrité territoriale de la France, d’intégrer le pays au Congrès de Vienne et d’éviter des humiliations irréversibles qui conduiraient à une explosion du concert européen qui, malgré quelques conflits brefs et localisés, a su conserver une stabilité assez le système des États et éviter les guerres majeures au cours du siècle qui a précédé la Grande Guerre de 1914-18. Cependant, le diktat Versailles impose des conditions draconiennes à l’Allemagne (responsabilité exclusive du conflit, pertes territoriales importantes et asphyxie économique par des réparations de guerre impayables) qui jetteront les bases d’une grande revanche du militarisme allemand, qui se concrétisera dans le projet impérial du nazisme. Après l’issue apocalyptique de la Seconde Guerre mondiale, les alliés qui avaient vaincu l’Axe ont tenté d’assurer le développement économique de l’Allemagne, d’empêcher sa marginalisation du système onusien et même d’annuler sa dette extérieure en 1953, d’ailleurs, ont accepté son rôle de premier plan, à travers de son partenariat avec la France, dans la promotion du projet d’intégration européenne 47/. Le cas allemand après 1945 contraste dramatiquement avec les mauvais traitements subis, tout d’abord, par l’Union soviétique à l’époque de Lénine et de Trotsky, lorsque toutes les puissances impérialistes ont obtenu, avec leur intervention pendant la guerre civile, sinon l’effondrement complet qu’elles voulaient .de l’expérience révolutionnaire des bolcheviks, au moins pour imposer la destruction physique, économiques et morales qui contribueraient de manière décisive à jeter les bases de l’involution anti-démocratique et bureaucratique du stalinisme et qui réduiraient radicalement et de manière irréversible l’attrait de la révolution soviétique en tant que société alternative parmi la masse des classes populaires du capitalisme développé [...] jusqu’à son effondrement définitif sous la pression conjuguée de la course aux armements et de l’inefficacité économique chronique et de la stagnation continue des conditions de vie matérielles de la population qui en résulte. Bref, avec la Perestroïka en URSS, la bonne volonté et la générosité pacifiste et réformiste dont Gorbatchev a fait preuve non seulement n’ont pas éveillé aucune forme de réciprocité entre les puissances occidentales en temps de "paix froide"48/ , elle était plutôt perçue comme une belle opportunité de mener à bien un projet de domination mondiale et comme un signe de faiblesse qui ne méritait que des gestes de mépris et d’arrogance. On le sait, le renouveau du nationalisme impérialiste russe représenté par Poutine et ses protestations impuissantes et ses grognements systématiquement ignorés dans les chancelleries de l’OTAN ne sont pas étrangers à cette séquence historique.

Combattons notre propre impérialisme en temps de paix, laissons-le de côté en temps de guerre !
Sur le rôle de l’OTAN

Rappelons que la sensibilité humanitaire des États-Unis (et de l’Europe) est très sélective, qu’elle a soutenu les massacres du régime indonésien en 1965, qu’elle a comploté le coup d’État chilien en 1973, qu’elle a soutenu la représentation des Khmers rouges à l’ONU jusqu’en 1988 (!), qui a soutenu Saddam Hussein contre l’Iran, qui a équipé l’armée turque à bas prix, qui a encadré les contras en Amérique centrale et qui a formé des tueurs à gages colombiens, ne suffit pas à exclure une bonne action. Mais il suffit de s’interroger sur les raisons d’une « éthique » aussi exceptionnelle, son pourquoi, son comment et son pourquoi.
Daniel Bensaïd, Contes et légendes de la guerre étique, 1999.

Si cette guerre soulève pas mal d’interrogations angoissantes et d’inquiétantes inconnues, elle permet néanmoins de conserver quelques certitudes.
La première est que, quelle que soit sa fin, cette guerre est déjà, en soi, une grande opportunité pour l’OTAN en général 49/ , et pour les États-Unis en particulier, à tous les points de vue imaginables. Et je pense qu’il serait particulièrement inquiétant que ces arguments ne soient pas partagés par ce qui reste de la gauche en Europe 50/ :

a) Après de longues années d’expansion vers l’Est 51/ , d’ingérence dans les affaires intérieures de la Géorgie et de l’Ukraine, après l’installation de boucliers antimissiles en Roumanie, en Pologne et en Espagne (justifiée par la menace nucléaire posée par... l’Iran , sic ! ) et de dénonciations de plus en plus intenses contre l’autocrate du Kremlin, a conduit la Russie à se lancer dans un conflit armé qui fonctionne comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice d’une organisation qui a besoin du conflit en Europe pour justifier son existence, se propager et ( re)souder sa cohésion interne.

b) Elle permet l’une des grandes entreprises partagées par toutes et chacune des puissances impérialistes 52/ (y compris, bien sûr, la Russie et la Chine), ce qui est un grand coup de pouce pour le complexe militaro-industriel. Dans un article récent 53/ , qui à mon avis prête à confusion et sous-estime largement la responsabilité de l’OTAN dans le déclenchement de la guerre en Ukraine 54/, Pierre Rousset et Mark Johnson soutiennent : « Nous ne voyons aucune contradiction entre la demande de réduction des dépenses militaires dans les pays de l’OTAN et la fourniture d’armes à l’Ukraine. En fait, la livraison d’armes à l’Ukraine sans augmenter les budgets militaires des pays membres de l’OTAN contribuerait à la réduction de l’arsenal de l’OTAN. Bien sûr, cela n’aurait qu’un effet limité, puisque les pays de l’OTAN fournissent à l’Ukraine des armes pour la plupart plus anciennes, en particulier celles de l’ère soviétique qui sont encore utilisées ou stockées dans les pays de l’OTAN à l’est de l’Union européenne". Je pense que le moins que l’on puisse dire de cette affirmation, c’est que l’envoi d’armes archaïques de l’époque de la guerre froide est totalement anecdotique et ne concernerait que des livraisons de l’ex-RDA ou de la Pologne, une part totalement marginale si l’on prendre en compte l’ensemble de l’assistance militaire occidentale. Si nous analysons les envois envoyés par les États-Unis55/ et le Royaume-Uni, par exemple, nous verrons qu’il s’agit d’armes de pointe fraîchement sorties de leurs usines et, bien qu’elles semblent gratuites pour l’Ukraine (d’un point de vue économique, puisqu’elles ne sont bien sûr jamais du point de vue politique, comme le savent très bien les auteurs de l’article), sans doute ne le seront-ils pas du point de vue du fabuleux transfert des ressources publiques issues de l’exploitation du travail vers le capitalisme profit privé qui caractérise les complexes militaro-industriels 56 /. Tout en reconnaissant que la gauche occidentale n’est personne pour dire aux Ukrainiens où se procurer les armes dont ils ont besoin pour se défendre contre l’invasion de Poutine, il n’en est pas moins vrai qu’il existe un certain nombre de problèmes politiques majeurs pour la gauche dans les pays impérialistes occidentaux :

1. La peine de se demander, à tout le moins, si les livraisons d’armes à l’Ukraine par nos ennemis de classe poursuivent les mêmes objectifs que nous préconisons.
2. Considérez quelles implications stratégiques cette apparente confluence tactique a à court et moyen terme avec les initiatives d’intervention militaire (même par procuration) de nos propres gouvernements dans la guerre 57/ .

3. Se demander s’il est vrai, comme le soutiennent les auteurs, qu’il n’y a pas de contradiction entre soutenir les livraisons d’armes et s’opposer à la remilitarisation des États capitalistes sur le dos des classes populaires après 45 ans d’austérité néolibérale et sur fond d’effondrement socio-environnemental et sanitaire.

Mon opinion est que, dans le domaine de la lutte politique concrète et dans le corps à corps pour défendre une politique cohérente, dans les débats politiques qui brisent les eaux (oui ou non à l’adhésion à l’OTAN, oui ou non à Maastricht, oui ou non à l’invasion de l’Irak, oui ou non au traité constitutionnel européen, oui ou non à l’intervention par procuration de l’OTAN contre la Russie en Ukraine...) il n’y a jamais de place pour les nuances, puisqu’elles ne sont pas pertinentes au-delà d’infimes minorités politisées ou fortement intellectualisées environnements. Je crois que la réaction la plus probable des représentants de l’union sacrée qui proclament que « l’Europe est en guerre », comme le disait un apparatchik au début de la crise aussi méprisable que Josep Borrell, ce sera quelque chose comme « comment osez-vous vous opposer à ce que nos gouvernements augmentent leurs dépenses militaires pour nous défendre de la menace expansionniste russe alors qu’ils ont soutenu l’envoi d’armes de l’OTAN en Ukraine ? Pour quelle raison soutiennent-ils que les Ukrainiens ont les moyens de se défendre et pas nous ? Je pense que la gauche serait très mal placée et perdrait en crédibilité si on souscrivait à la position de Rousset et Johnson.

Je ne prétends pas avoir toutes les réponses à cet égard, mais il semble pertinent et nécessaire de se poser certaines questions et de se rappeler que, dans des moments comme celui-ci, nous devons être extrêmement prudents dans nos propos, car un faux pas peut nous hanter pendant des années ou des décennies 58/ .

c) Elle perpétue l’OTAN comme principal instrument de domination nord-américaine sur le continent européen 59/ , rompt toute logique de collaboration économique entre l’UE et la Russie (et tout particulièrement Nord Stream 2 ; objectif stratégique de l’administration Biden, qui semble avoir intérêts gaziers personnels en Ukraine). Le renforcement actuel de l’OTAN n’est comparable qu’à celui permis par les guerres qui ont conduit à l’éclatement de l’ex-Yougoslavie 60/ , et tout particulièrement la guerre du Kosovo en 1999 et le bombardement de la Serbie - premier grand avertissement pour les marins qui post- La Russie soviétique a appris comment le cosmopolitisme libéral de l’OTAN défendait les droits de l’homme-. Ces conflits n’étaient pas seulement un beau cadeau d’anniversaire pour l’OTAN pour fêter ses 50 ans et obtenir sa relégitimation après la fin de la guerre froide, mais aussi pour esquisser une nouvelle doctrine stratégique qui transcendait son caractère supposé "défensif" et son envergure géographique originaire du Nord atlantique d’amorcer la globalisation de son champ d’action et d’adopter de plus en plus ouvertement un rôle de véritable gendarme du monde — qui présidera sans doute jusqu’en août dernier à ses 20 ans de brillant 61/ combat pour l’émancipation nationale, la démocratie, le progrès social, le développement durable. développement et émancipation des femmes en Afghanistan— 62/ .

d) Il permet de donner un coup de fouet à l’économie américaine (hydrocarbures, céréales, armement, etc...) et de générer un chaos macroéconomique phénoménal dans l’Union européenne, qui devra également faire face aux conséquences humanitaires du conflit 63 / .

e) Elle permettra une nouvelle course aux armements en Europe 64/— à commencer par une renaissance du militarisme allemand qui, après l’augmentation drastique de son budget militaire qu’il vient d’approuver, va devenir pour la première fois depuis l’époque du IIIe Reich la principale puissance militaire du continent, ce qui devrait grandement inquiéter tout démocrate ayant des notions élémentaires d’histoire contemporaine -, un redéploiement nucléaire stratégique et tactique plus que probable de la Russie et de l’OTAN et, surtout, indique clairement que la politique étrangère européenne n’est pas dirigée par Paris, ou Berlin, ou l’Europe Bruxelles, mais Washington. Il sera très amusant de voir la poursuite du combat entre la Commission européenne et les gouvernements polonais et hongrois sur la prééminence ou non du droit européen sur le droit national — en ce qui concerne les droits des femmes et de la communauté LGBTIQ. Varsovie et Budapest, qui abritent les gouvernements les plus à droite d’Europe, après celui de Poutine lui-même, montrent les signes d’un cabotinage aiguisé par l’excitation belliciste qui parcourt les chancelleries européennes à l’odeur du sang versé par l’ours russe. Le gouvernement polonais semble possédé par unRenouveau pilsudskien : il y a d’éminents dirigeants polonais qui envisagent sérieusement l’opportunité d’occuper militairement l’ouest de l’Ukraine. Le gouvernement hongrois, aux traits horthyens forts, a vu l’un des spectacles les plus cocasses du drame épouvantable que nous vivons : Viktor Orban supprimant fiévreusement ses tweets élogieux et ses selfies avec Vladimir Poutine… aussi hâtivement que d’autres goliards d’extrême droite ont fait des Européens du genre Le Pen ou Salvini 65/ .
f) Last but not least : le retour de la culture politique de la guerre froide, c’est-à-dire le pro-poutinisme des secteurs staliniens et populistes de l’extrême droite (ce que nous avons appelé historiquement le « campisme », qui, pour paraphraser August Bebel, nous comprenons comme un "anti-imbécile anti-imbécile") et l’enthousiasme pour la défense du "monde libre" à la BHL 66/ , de la social-démocratie à quelque secteur bien intentionné mais non moins désorienté de la gauche anticapitaliste, touché par ce qui ne l’est pas, j’hésite à nommer, dans l’expression d’un ami, « altercampismo ».

À propos du « campisme » et de l’internationalisme

Dans la tradition du marxisme révolutionnaire, la notion de « campisme » a été utilisée pour caractériser les courants de gauche qui ont excusé le caractère réactionnaire de certains régimes au nom de leur supposé antagonisme envers l’impérialisme occidental en général, et l’impérialisme américain en particulier. . , et pour ses bonnes relations avec les supposées « patries du socialisme » que le XXe siècle a connues, fondamentalement l’URSS stalinienne d’abord et la Chine maoïste ensuite, ou les deux à la fois. Dans la vision campiste, il était entendu que le vecteur principal de l’avancée vers le socialisme était l’antagonisme entre les blocs au lieu de la lutte de classe internationale, c’est pourquoi l’analyse de classe a été appliquée, dans le meilleur des cas,67/. Or, la tradition marxiste révolutionnaire reconnaissait normalement la survivance des conquêtes sociales dans les pays post-révolutionnaires qui exigeaient une défense critique de leur droit à l’existence face à un impérialisme capitaliste économiquement et militairement supérieur au nom de la perspective d’extension du projet révolutionnaire à le niveau national monde. Cette tradition était ainsi capable de distinguer un ennemi principal — les États impérialistes qui jouaient un rôle ouvertement contre-révolutionnaire sur la scène internationale — et un ennemi secondaire — les bureaucraties réactionnaires dans la mesure où elles bloquaient la transition vers le socialisme, autoritaires dans la mesure où ils ont empêché l’émergence d’une démocratie socialiste et conservateurs dans la mesure où ils ont arrêté la révolution mondiale et recherché la coexistence pacifique avec le bloc capitaliste. Aujourd’hui, heureusement, les secteurs campistes sont beaucoup plus marginaux dans la gauche sociale et politique que par le passé.68/. Cependant, la notion de « campismo » est utilisée de manière beaucoup plus imprécise pour discréditer des secteurs qui sont sans équivoque des marxistes révolutionnaires et qui n’hésitent pas à dénoncer le rôle contre-révolutionnaire et impérialiste de la Russie de Poutine et de ses alliés pour la simple raison que nous sommes encore capables de faire la distinction entre un impérialisme mondial dominant — celui représenté par l’OTAN, qui représente environ 56 % du budget militaire mondial — et un impérialisme qui, bien que plus agressif que l’invasion en cours, a malgré tout de sa folie des grandeurs un caractère régional et bien moins puissant - celui de la Russie,69/ . Je crois que l’accusation est non seulement injuste et calomnieuse, mais révèle également une analyse simplificatrice et incohérente du conflit actuel.

IV Allons au cœur du débat : comment caractériser la guerre en cours ?

J’ai personnellement écrit contre les interprétations simplistes d’Euromaidan, qui a été considéré à tort par des parties de la gauche occidentale comme un coup d’État soutenu par l’Occident, tout comme les républiques séparatistes du Donbass étaient considérées comme des États proto-socialistes, alors qu’en réalité elles sont les marionnettes d’un très peu de régime russe socialiste. Mais discuter de la culpabilité des gauchistes occidentaux en tant qu’idiots utiles de Poutine à ce stade est très préjudiciable à la gauche. Le débat sur la sous-estimation de l’impérialisme russe est important, mais il ne doit pas avoir lieu dans des moments d’émotions fortes et de chantage moral [...] La gauche a besoin d’arguments offensifs. Nous ne devons pas accepter que le débat sur la complicité de l’OTAN et du régime post-Maïdan en Ukraine soit interdit, sur les raisons de la non-application de l’accord de Minsk ou sur les relations entre l’OTAN et la Russie. Cela signifierait la capitulation, surtout en Europe de l’Est, où à l’ère du néo-mcarthysme à venir, il ne sera peut-être plus possible de faire valoir même les arguments de base de la gauche sans être accusé d’être un espion russe.
Volodymyr Ishchenko, intellectuel socialiste ukrainien, 14/03/2022

(https://www.rosalux.de/en/news/id/46153/stopping-the-war-is-the-absolute-priority)70/

Il existe essentiellement trois caractérisations.

La première consiste à comprendre et à excuser l’invasion de Poutine au nom du nécessaire « multilatéralisme » dans les relations internationales, une invasion qui serait exclusivement un réflexe légitime de défense de la Russie face à l’accaparement géostratégique dont elle a été victime par l’Occident en général et l’OTAN en général, en particulier. S’il est vrai qu’il y a eu quelques ambiguïtés dans certains mouvements anti-guerre et dans certains secteurs campistes de la gauche nord-américaine par exemple, cette vision n’est explicitement partagée que par certains États du Sud global 71/, pour un large éventail de raisons, et par des groupes d’extrême droite et paléo-staliniens non représentatifs. Ceux qui tolèrent l’invasion ignorent une longue histoire d’oppression nationale de l’Ukraine par le tsarisme d’abord et la domination stalinienne ensuite et refusent de condamner l’impérialisme ethnique de Poutine, oubliant que l’Ukraine a accepté dans le mémorandum de Bucarest de 1994 de renoncer à son arsenal nucléaire russe en échange de la garantie de son intégrité territoriale, que l’expansion de l’OTAN vers l’Est a fait de l’Ukraine le bouc émissaire de tous les ressentiments qu’elle a suscités en Russie en général et au Kremlin en particulier, et que l’invasion qui a commencé le 24 février écrase le droit à l’autodétermination du peuple ukrainien et vise à reconstruire une zone d’influence manu militari , comme l’ont également montré les récentes actions russes telles que l’intervention militaire contre la révolte populaire anti-oligarchique au Kazakhstan.

Le second soutient à juste titre qu’il faut condamner l’invasion de Poutine et soutenir la résistance militaire et civile du peuple ukrainien contre l’invasion, insiste sur le fait qu’une position exclusivement pacifiste équivaudrait à exhorter le peuple ukrainien à un défaitisme révolutionnaire complice des objectifs de Poutine et affirme que l’État ukrainien a le droit de recevoir une aide militaire de l’étranger, d’où qu’elle vienne. C’est la position défendue par Gilbert Achcar, insistant sur l’idée que la défaite de la tentative d’invasion de Poutine est positive dans la mesure où elle décourage les autres puissances capitalistes de déclencher une agression impériale du même type, reconnaissant même que l’intervention de l’OTAN impose un rapport de vassalité à une hypothétique Ukraine victorieuse, qui serait préférable à « l’assujettissement » et à la « colonisation totale » qu’imposerait une victoire de Poutine.

Enfin, il existe une série d’auteurs marxistes comme Alex Callinicos 72/ , Claudio Katz 73/ ou Stathis Kouvelakis 74/ , pour ne citer que les plus éminents, qui argumentent avec des nuances et des accents différents qui, malgré leur condamnation de l’invasion impérialiste de la Russie , il n’est pas possible de comprendre ce conflit actuel en dehors d’une lutte entre un impérialisme mondial et encore très hégémonique, malgré son déclin croissant, mené par les États-Unis et canalisé à travers l’alliance militaire qu’il dirige, l’OTAN 75/, responsable de la plupart des guerres impériales dans le monde depuis la fin de la guerre froide... et un impérialisme beaucoup plus faible et plus dépendant du point de vue économique, technologique et financier et avec un caractère incontestablement régional comme le celle russe, qui, face aux obstacles qui s’opposaient à ses prétentions occidentales initiales (non seulement d’Eltsine, mais aussi de Poutine qui demandait l’adhésion de la Russie à l’OTAN), a cherché à reconstruire une zone d’influence dans certains ex-soviétiques républiques et lutter pour la subordination politique des pays qu’elle considère comme les clés de leur propre sécurité, comme en l’espèce, en grande partie compte tenu des élargissements successifs à l’Est de l’OTAN. Malgré les nuances respectives de leurs analyses, ils s’accordent à dire que,

Eh bien, à mon avis, nous assistons à une guerre de libération nationale d’une nation historiquement opprimée par le nationalisme grand-russe du tsarisme d’abord, et très maltraitée par la domination stalinienne ensuite, qui se défend d’une agression ethno-nationaliste ultra-réactionnaire et de un impérialisme qui a la prétention de peser au niveau mondial, mais du fait de sa propre réalité économique, financière et technologique, il ne peut transcender son caractère régional. Mais je crois qu’une telle agression, ainsi que l’agenda impérial poutiniste, sont incompréhensibles s’ils sont abstraits de leur relation avec les effets de la fausse clôture de la guerre froide par ses vainqueurs (l’impérialisme occidental en général et les États-Unis en particulier) et par l’immense humiliation sociale que la restauration capitaliste a entraînée dans l’ex-Union soviétique, le pillage oligarchique de l’époque d’Eltsine et la reconstruction d’un État fort basé sur la discipline desdites oligarchies, sur la passivité sociale et sur un autoritarisme croissant (avec des traits proto-fascistes notoires depuis le début de l’invasion) par Poutine au cours des 20 dernières années . Pour toutes ces raisons, la guerre en cours est dialectiquement liée et fortement conditionnée par la lutte géopolitique insomniaque pour le contrôle de l’Ukraine entre les États-Unis, essentiellement, d’un côté, et la Fédération de Russie, de l’autre, qui se dessine dans une guerre par procuration de plus en plus évidente de l’OTAN contre la Russie (sans parler des déclarations de plus en plus explicites de nombre de ses architectes à cet égard76/ ). Par conséquent, la situation nous oblige à faire la distinction entre les objectifs légitimes de la résistance ukrainienne à l’invasion, que nous soutenons pleinement - la survie de leur pays et une paix juste - et ceux de l’intervention des pays de l’OTAN qui s’arment - prolonger la guerre autant que possible au nom de l’industrie militaire et de la remilitarisation généralisée et pour affaiblir la Russie d’abord et la Chine ensuite 77/ , les deux seuls obstacles à l’hégémonie mondiale incontestée de Washington 78/- et qu’ils tentent d’imposer aux premiers, réduisant ainsi leur autonomie politique. À mon avis, trois tâches émergent de cette caractérisation pour la gauche occidentale : a) elle doit soutenir, au mieux de ses capacités, tant politiquement que matériellement, la résistance du peuple ukrainien et sa lutte pour sa survie en tant que nation, b) elle doit soutenir le défaitisme révolutionnaire de l’opposition russe à la guerre et, last but not least, c) s’opposer à l’objectif de l’OTAN, qui est fondamentalement celui de Washington — qui gouverne vraiment en son sein —, dans cette guerre : l’étendre à la maximum, ignorant son coût en vies humaines et en destructions matérielles, sachant même qu’il aggrave trois grands dangers de la situation par ordre d’importance :

• Que l’envoi d’armes de plus en plus meurtrières mène à une escalade qui dégénère en guerre ouverte entre la Russie et l’OTAN.
• Qu’à terme, dans un scénario d’effondrement de l’État et de l’économie ukrainiens et de renforcement des courants ultranationalistes en raison de la dynamique d’une guerre prolongée, cela ouvre la porte à la prolifération de courants ultradroitiers armés (en raison de leur force endogène importante et l’arrivée dans le monde de milliers de combattants volontaires - ainsi que de mercenaires - partageant les mêmes idéologies) mettant en danger la démocratie en Ukraine et contribuant puissamment à la déstabilisation de la région et au-delà - de la même manière que le conflit moudjahidines-URSS a été un tremplin pour Al-Qaïda ou celle d’Irak (2003-) et de Syrie (2011-) pour Daech—, semant tour à tour, comme par le passé, le germe de nouvelles guerres et fléaux terroristes avec leurs effets liberticides 79/. À cet égard, ce serait une grave erreur de sous-estimer à quel point l’invasion de Poutine et des épisodes tels que la résistance numantine à Marioupol par des combattants néonazis ont relégitimé le néofascisme en Ukraine, en Europe et dans le monde.
• Qu’un effondrement chaotique du bonapartisme ultra-réactionnaire de Poutine, favorisé plus par une défaite militaire extérieure que par une défaite politique intérieure, ouvre la porte, compte tenu de la faiblesse relative de l’opposition socialiste dans la phase actuelle, à un mouvement ouvertement fasciste en Russie. , avec tout ce que cela implique puisqu’il s’agit d’une puissance nucléaire.

Ni pacifisme... ni militarisme !

Ces questions fondamentales doivent être précisées et expliquées souvent à l’aide d’exemples concrets, selon le cours des événements et l’humeur des masses. Il faudra aussi distinguer le pacifisme du diplomate, du professeur, du journaliste et celui du charpentier, de l’ouvrier agricole ou de la femme de chambre. Dans le premier cas, son pacifisme n’est qu’un paravent à l’impérialisme ; dans le second, une expression confuse de sa méfiance à son égard. […] Le pacifisme et le patriotisme bourgeois sont pleins de tromperie. Dans le pacifisme, et même dans le patriotisme des opprimés, il y a un mélange d’éléments qui, d’une part, reflètent leur haine de la destruction et de la guerre et, d’autre part, les poussent vers ce qu’ils considèrent comme leur propre bien. Ces éléments doivent être correctement compris afin de pouvoir tirer des conclusions correctes.
Léon Trotsky,
Le programme de transition , 1938.

Certains ont critiqué l’approche éminemment pacifiste d’une partie importante de la gauche et des mouvements sociaux 80/ . Je crois personnellement qu’une vision exclusivement pacifiste ne suffit pas face à une agression impérialiste brutale comme celle que subit aujourd’hui le peuple ukrainien. La résistance ukrainienne, aussi surprenante pour le Kremlin que pour l’OTAN 81/– a sans aucun doute contrecarré les plans initiaux de Poutine d’imposer un gouvernement fantoche à Kiev avec une opération éclair destinée à imiter les interventions de Khrouchtchev et de Brejnev à Budapest (1956) et à Prague (1968), respectivement. Il est vrai que l’effet conjugué de la résistance armée ukrainienne et de la résistance citoyenne a réussi à stopper le premier coup. Il ne fait aucun doute non plus que l’invasion s’avère être un cauchemar pour l’armée russe 82/ . Des sources ukrainiennes ont donné des chiffres récents sur les pertes russes dépassant les 20 000 soldats en deux mois de guerre 83/ ; rappelons que l’URSS a perdu 15 000 hommes en Afghanistan en dix ans… Bien qu’il y ait un élément de propagande, l’énormité du revers militaire russe est indéniable. L’armée d’invasion a réagi en augmentant le recours à la terreur contre la population civile en raison de sa propre incapacité à atteindre ses principaux objectifs stratégiques. Cela dit, je pense que la question des armes est exagérée lorsqu’il s’agit de la résistance ukrainienne - même dans le débat à gauche - et, ce faisant, elle est utilisée par les gouvernements occidentaux pour enterrer des mesures beaucoup plus efficaces pour arrêter la machinerie de guerre russe : à savoir un boycott généralisé des exportations russes d’hydrocarbures, qui devrait aussi constituer un levier puissant pour accélérer la transition énergétique. Quel problème as-tu ? Quoi,
Revenons au débat sur les armes à feu. Je pense que c’est une chose de dire que la gauche occidentale n’est pas en mesure de dire aux Ukrainiens où ils doivent se procurer les armes dont ils ont besoin pour se défendre, et une autre de soutenir explicitement les livraisons d’armes de l’OTAN, un geste qui est également totalement gratuit, dans la mesure où comme il n’y a pas de boycott contre l’Ukraine en matière d’acquisition d’armements, bien au contraire : autant elle n’ose pas, pour l’instant, une intervention militaire directe, autant une belle opportunité s’est présentée pour que l’impérialisme occidental intervienne en faveur de ses propres intérêts —militaire, politique et économique— dans ce conflit 84/. L’infériorité — à mon avis quantitative et non qualitative — de l’armement de la résistance ukrainienne est exagérée, afin d’éviter le côté politique du problème. Je pense qu’il est clair que dans cette guerre il y a un binôme tragique avec lequel la situation doit être pesée le plus rationnellement possible et essayer de contrôler l’inévitable impact émotionnel qu’elle produit. Le binôme inévitable est une paix rapide avec des concessions à l’ennemi qui limite autant que possible les destructions et les morts, ce qui implique inévitablement la réalisation de certains objectifs par les forces d’invasion, c’est-à-dire une paix plus rapide au prix d’une situation politique résultante plus injuste. L’autre option, la priorisation de la poursuite de la lutte armée par les Ukrainiens,

Bref, ce qui ne me semblerait pas raisonnable, c’est que ceux d’entre nous qui croient qu’il est souhaitable que la résistance ukrainienne essaie de combiner diverses formes de lutte, de compenser sa relative infériorité militaire par l’audace et l’indépendance politique, au lieu de accepter la logique militariste imposée par l’OTAN 85/ et essayer d’arriver au plus vite à une solution politique raisonnable, même s’il s’agit d’un compromis, car nous pensons que la poursuite de la guerre à tout prix n’empêchera guère une détérioration profonde de la situation humanitaire , situation économique et politique en Ukraine 86/. S’il est vrai que n’importe quelle paix n’est pas acceptable pour le peuple ukrainien, cela ne doit pas nous conduire à sous-estimer les énormes dangers liés à la chronification et à la stagnation du conflit 87/ . Je ne doute pas que le scénario d’un Afghanistan slave pour les Russes soit extrêmement séduisant 88/ et excite l’imagination des stratèges de Washington 89/, pour qui le risque d’effondrement économique dû à l’effet de la guerre est bien moindre que celui de l’UE et qui, de surcroît, ne sont pas directement concernés par le drame humanitaire qu’elle engendre... Bref, comme Victoria Nuland, responsables de la politique eurasienne d’Obama, dans la conversation divulguée avec l’ambassadeur américain à Kiev au cours de laquelle ils ont discuté des ministres possibles les plus appropriés pour le gouvernement post-Maïdan : Fuck the EU !

Je crois que si on ne tient pas compte de tout cela, il est normal qu’on ait tendance à ignorer les objectifs spécifiques de l’intervention militaire par procuration que l’OTAN mène 90/ , qui à mon avis ne sont autres que la défaite ou du moins l’affaiblissement militaire maximal de la Russie sur le dos du peuple ukrainien qui met les morts et la chute de Poutine par tous les moyens (comme Biden l’a ouvertement proclamé lors de sa visite en Pologne fin mars) sauf une intervention militaire directe 91 / , ce qui impliquerait certainement une conflagration générale et un anéantissement nucléaire plus que probable. Les exemples d’interventions « humanitaires » ne manquent pas depuis que les États-Unis ont atteint leurs propres objectifs 92/ .

V. Poutine va perdre cette guerre 93/ , mais l’Ukraine va difficilement la "gagner"

Tout porte à croire que l’invasion russe de l’Ukraine, dans laquelle Poutine - croyant profiter d’un moment de faiblesse et de division au sein de l’OTAN après son retrait humiliant de Kaboul en août dernier - a en fait suivi les traces de Saddam Hussein en 1990 en tombant de face dans un piège, il va être un échec majeur pour le Kremlin, comparable seulement à l’invasion soviétique de l’Afghanistan dans les années 1980 94/ qui a précipité l’effondrement de l’URSS, et il n’est pas du tout gouverné que cela aura un résultat très similaire pour le régime russe 95/. Depuis la Révolution française, il n’est possible de gagner que des guerres qui ont un minimum de légitimité politique et de faisabilité militaire, tant tactique que stratégique. Il est possible que Poutine finisse par remporter de nombreuses batailles, mais force est de constater que son objectif politique initial plus que probable - créer un régime fantoche ami du Kremlin en comptant à tort sur la passivité ou l’assentiment de la population ukrainienne russophone - est déjà totalement exclu à la fois par la résistance ukrainienne inattendue ainsi que par la mise en accusation et l’intelligence insensées qui ont guidé l’invasion. Le caractère irréaliste d’une aventure de cette envergure révèle une confusion considérable de la part de Poutine et une contradiction flagrante entre son propre discours de propagande et la réalité. De plus, à mesure que la mort et la destruction grandissent, La plupart des objectifs stratégiques alternatifs proposés par Poutine deviendront de plus en plus irréalisables sans une croissance exponentielle de la violence, qui à son tour conditionne dramatiquement toute solution politique stable à moyen et long terme. Si una cosa ha cristalizado esta invasión es la conciencia nacional ucraniana y su voluntad de persistir como nación por los siglos de los siglos (en el supuesto optimista de que el porvenir de la especie pueda aspirar a ser medido con esta unidad temporal, visto el estado du monde).򽖏

Mon programme est très simple. Il n’y a que trois objets dessus : armes, armes et armes 96/

N’étant pas d’accord avec cette déclaration stellaire du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, je voudrais me recentrer sur le cœur politique de la guerre. Tout comme il a été très difficile de parvenir à un compromis qui empêcherait un conflit avec le gouvernement Zelensky refusant de reconsidérer les alliances militaires de l’Ukraine et de rechercher une sorte de statut spécifique pour la Crimée et les Dombas capable d’empêcher la guerre, cela va maintenant être beaucoup plus compliqué toujours. J’ai dit auparavant qu’il n’était pas du tout déraisonnable d’avoir oeuvré à un statut spécifique de neutralité pour l’Ukraine dans lequel un traité avec les grandes puissances aurait assuré sa sécurité et fourni des garanties contre des invasions comme celle qui a finalement eu lieu. Maintenant, le scénario de neutralité autrichien ou finlandais semble que, s’il n’a pas complètement disparu, il a du moins été considérablement repoussé par l’intensification de la guerre. J’ai bien peur que désormais l’issue politique de la guerre ne soit à mi-chemin entre un scénario hongrois (1956) ou tchécoslovaque (1968) - politiquement despotique mais aussi économiquement néocolonial et extractiviste - et quelque chose de similaire à la partition de la péninsule coréenne depuis 1953 —un pays morcelé, ultramilitarisé, despotique au nord et autoritaire au sud et théâtre constant de provocations répétées entre les deux camps, tant avec des armes conventionnelles qu’avec des armes nucléaires— ou des conflits non moins dangereux comme celui de Cachemire. La troisième alternative, un mélange de chronique de la guerre, de l’escalade militaire et l’effondrement de la société ukrainienne pourraient avoir un large éventail de résultats désastreux. L’une, de moins en moins exclue, serait le déclenchement d’une guerre ouverte entre la Russie et l’OTAN, une éventualité que les enthousiastes des livraisons d’armes de l’OTAN sous-estiment aussi sérieusement, à mon avis. Un autre pourrait être l’effondrement de l’État ukrainien et la prolifération de milices ultranationalistes d’extrême droite incontrôlables.97/ et lourdement armés, pratiquant une sorte de guerre irrégulière 98/ . Je crois que le cas afghan des années 1980, d’abord, et les cas syrien et irakien, plus récemment, constituent des avertissements importants sur le danger réel des mouvements réactionnaires lourdement armés par des puissances étrangères dans un contexte d’effondrement de l’État 99/ . Enfin, il est également important de garder à l’esprit que ce que l’on pourrait appeler les conséquences économiques de la paix et le coût de la reconstruction, que des réparations de guerre soient demandées ou non à la Russie, vont logiquementla guerre s’éternise

Il n’y a jamais de solutions exclusivement militaires à des problèmes essentiellement politiques.

Imaginez combien d’armes nous avons. Combien avons-nous de vétérans… Nous avons le plus grand nombre de Javelins (lanceurs de missiles portables) sur le continent européen. Seuls les Britanniques peuvent en avoir plus. Le potentiel de ces forces armées deviendra immédiatement un problème pour ceux qui veulent nous créer des problèmes .
Yevhen Karas 100/ , leader de l’organisation néonazie C14
󱍎

Revenons au problème politique nodal. De quelle réelle marge de négociation Zelensky dispose-t-il pour développer une politique autonome et parvenir à un compromis décent qui mettra fin à la guerre ? À mon avis, sa dépendance croissante à l’égard du soutien financier et la logique politique imposée par les livraisons d’armes occidentales, d’une part, et la radicalisation du nationalisme ukrainien et de son aile ouvertement d’extrême droite, d’autre part, minent de manière significative et de plus en plus votre pièce pour manœuvre. Comment interpréter autrement l’assassinat de deux généraux ukrainiens, l’élimination par les services secrets d’un membre de la délégation de négociation ukrainienne ou les menaces de mort contre Zelensky lui-même s’il faisait des concessions pour parvenir à un compromis avec les forces d’invasion ? 101/Une éventuelle défaite totale de Poutine sur le champ de bataille, ce qui me semble moins probable puisque l’intervention croissante de l’OTAN peut provoquer une réaction patriotique en Russie et parce que l’autocrate russe est capable d’escalader la guerre vers une confrontation avec l’OTAN aux conséquences incalculables s’il est acculé 102/, pourrait à son tour conduire à un scénario extraordinairement dangereux de guerre civile en Russie même, puis la porte d’une steppe Hitler serait grande ouverte. Si au contraire, après les mobilisations de la jeunesse et des classes moyennes depuis 2018, il y a eu, sous l’effet conjugué d’une dégradation accélérée des conditions de vie et de l’arrivée de leurs enfants dans les cercueils de guerre, un réveil des secteurs populaires et la classe ouvrière qui jusqu’à présent a préféré la sécurité de l’autoritarisme et du paternalisme de Poutine au chaos des années 1990, il pourrait y avoir une chute révolutionnaire de Poutine par le peuple russe, ce qui ouvrirait un scénario beaucoup plus prometteur pour la gauche dans ce pays gigantesque. Quoiqu’il arrive,

VI. L’Europe devant le miroir ukrainien

Arrêtons-nous un instant sur ce que cette guerre nous apprend sur l’Europe. Tout d’abord, il dénonce une hypocrisie scandaleuse par rapport à la question des réfugiés. Logiquement, on ne peut que célébrer la volonté d’accueillir, d’éduquer, de régulariser, d’aider tous les réfugiés ukrainiens, mais la duplicité de cet accueil chaleureux est dégoûtante alors qu’il est réservé exclusivement aux blancs, aux chrétiens et aux blondes aux yeux bleus (« ils sont comme nous » ont célébré de nombreux correspondants des grands médias occidentaux, soulignant le racisme sous-jacent au préjugé réfugié = brun, yeux noirs et musulman). Surtout venant d’institutions qui délèguent à la Turquie et au Maroc la répression des migrations et de l’arrivée des réfugiés - qui fuient en grande partie les guerres impérialistes principalement menées par l’Occident (et qui, logiquement, ont tendance à bénéficier d’une couverture médiatique bien moindre ), sans oublier la participation remarquée de la Russie également, dans le cas de la Syrie – pour que l’attention médiatique des violations des droits de l’homme soit transférée vers des pays tiers, en échange d’importantes concessions géopolitiques : intervention au Kurdistan et en Syrie pour certains, colonisation définitive et provincialisation à la Trumpdu Sahara Occidental (qui est pratiquement passé inaperçu dans les médias occidentaux, étant trop occupé par les bénéfices des livraisons d’armes à l’Ukraine) pour d’autres, après des années de guerre de colonisation, avec l’accord exprès de l’ex-métropole — dirigée par les « plus progressistes gouvernement dans l’histoire » – et l’Allemagne « sociale-démocrate » de Scholz. C’est alors que des milliers et des milliers de réfugiés ne sont pas autorisés à mourir dans l’énorme fosse commune dans laquelle les dirigeants de l’Europe douce et civilisée ont transformé la Méditerranée.

Deuxièmement, on ne peut pas perdre de vue l’environnement susmentionné de remilitarisation, d’intimidation néo-mccarthyste de la dissidence et d’exigence de nouveaux sacrifices des classes populaires en temps de guerre, que Miguel Urbán a justement dénoncé dans la tribune de la presse susmentionnée 103/ .

Troisièmement, il est profondément troublant que la fermeture de médias russes tels que Sputnik et Russia Today (RT), accusés de diffuser les fausses nouvelles du Kremlin , soit passée largement inaperçue et ait suscité peu de débats publics. Il est vrai que le système médiatique russe est particulièrement soumis au pouvoir et participe à l’ivresse de propagande éhontée du populisme réactionnaire de Poutine, qui n’est pas sans rapport avec celui de Trump ou de Johnson. Cela dit, un minimum critique et informé ne pense-t-il pas que l’accusation de propagande ne peut pas s’étendre aussi à CNN, à la BBC ou à TV5 Monde, pour ne citer que quelques exemples marquants ? 104/Sans aller plus loin, au Royaume-Uni, depuis des années, les gouvernements conservateurs purgent la BBC des journalistes sérieux tout en faisant pression sur les juges pour qu’il expulse Julian Assange vers les États-Unis afin qu’il y purge une peine à perpétuité pour avoir divulgué des informations sur des crimes de guerre perpétrés par son armée. , donnant un message sans équivoque au journalisme critique et indépendant. Ce qui me semble encore plus grave dans le cas présent, c’est que les médias sont fermés sans même ordonnance du tribunal. Indépendamment du fait que les fausses nouvelles existent sans aucun douteJe pense que cela viole le droit à l’information et constitue un danger pour la démocratie dans les pays européens. Comme l’explique très bien 105/ un ancien journaliste, correspondant à l’étranger d’un périodique libéral catalan bien connu , plus on s’éloigne de chez soi, plus il y a de liberté pour un journaliste critique et, plus on s’en rapproche, plus son travail est en danger. Je pense que cela s’applique également à certains journalistes critiques qui viennent d’être licenciés de RT, par exemple, même si la diffusion de fausses nouvelles par ces médias est également souvent confirmée. une autre affaireLié à la guerre et à la liberté d’expression et de la presse, l’emprisonnement du journaliste basque Pablo González pendant deux mois en Pologne accusé d’espionnage en faveur de la Russie, sans aucune action connue en son nom par le gouvernement espagnol 106/ . Je pense qu’il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se dirait dans les chancelleries européennes si tout cela se passait à Cuba ou au Venezuela...

Bref, le soutien de l’UE 107/ à l’interdiction des 12 partis présumés pro -russes et majoritairement de gauche que Zelenski 108/ a décidé par décret le 20 mars me semble extraordinairement sérieux 109/. Comment est-il possible de soutenir la énième limitation des droits démocratiques en Ukraine depuis 2014 alors que ce dont ce pays a besoin est de préserver au maximum le pluralisme politique, de promouvoir le débat et la critique et d’encourager la mobilisation des citoyens pour aborder non seulement les problèmes de résistance aujourd’hui , mais aussi les aspects politiques, sociaux et économiques de la reconstruction de votre pays dans l’intérêt de la majorité demain. Bref, cette logique d’exception qui subvertit la norme, installée dans le monde depuis au moins le 11 septembre 2001 110/ , est un avertissement très inquiétant de la logique liberticide du scénario mondial déjà turbulent que cette guerre ne fait que radicaliser 111 / .

VII Dénouement incertain et changement radical d’époque

L’inflation et la famine vont provoquer d’autres changements en Europe. La nouvelle dégradation des conditions de vie de la majorité sociale qui s’ajoutera aux conséquences de la crise de 2008 et de la pandémie, à qui profitera électoralement ? En Espagne, nous avons un scénario assez clair à cet égard, dans le reste de l’UE, chaque pays a le sien. Quels régimes vont gérer la dégradation générale du bien-être dans les différents pays d’Europe ? Il semble que non seulement la Russie, et bien sûr l’Ukraine, mais nous tous allons être perdants avec les "changements de régime" que la guerre détermine.
Rafael Poch de Feliu, "Changements de régime"
https://ctxt.es/es/20220301/Firmas/39208/Rafael-Poch-Estados-Unidos-Regimen-Rusia-modelo-gobierno.htm

Malgré les hypothèses avancées dans la section précédente, il est aujourd’hui très difficile d’entrevoir l’issue du conflit. Poutine semble déterminé à tenir la distance coûte que coûte. Au fur et à mesure que la guerre s’intensifie, la tension internationale ne fera qu’augmenter, de même que la volonté de l’OTAN et de l’UE de mener une guerre par procuration en essayant de contrôler à distance la résistance militaire ukrainienne pour leur propre bénéfice, d’une part, et de déstabiliser la société russe en resserrant sanctions économiques, d’autre part 112/ . Dans cette dynamique, il est beaucoup plus difficile d’imaginer une solution négociée qu’une généralisation du conflit à d’autres pays avec le risque énorme que cela comporte de dégénérer en un embrasement mondial 113/. De plus, si, comme cela a été confirmé, les services de renseignement américains avaient raison dans la prévision que Poutine lancerait l’invasion (une décision qu’il n’adoptera, selon ces mêmes sources, qu’en février), si les Américains cherchaient réellement à éviter le conflit, pourquoi n’ont-ils pris aucune initiative à cette fin à ce moment-là, se limitant plutôt à la « diplomatie du mégaphone » 114/ et à la fuite des plans d’invasion à la presse ? Cette question n’a été soulevée par personne dans les grands médias occidentaux et, à mon avis, nous permet de faire l’hypothèse qu’au moins les États-Unis, et peut-être aussi le Royaume-Uni 115/, non seulement ils n’ont rien fait pour empêcher la guerre, mais, au contraire, il y a déjà de fortes indications de penser qu’ils avaient intérêt à l’encourager, au vu de la situation actuelle.

Mais, revenant à la situation actuelle, résultant de la combinaison des actions et des omissions exposées jusqu’ici, à mon avis, tout incident (ou accident) minime entre les forces terrestres, navales ou aériennes de la Russie et de l’OTAN - pas seulement dans les environs de l’Ukraine , mais dans toutes les zones du monde où ils sont déployés et où il y a un risque de contact physique (Mer Noire, Baltique, Pacifique Nord, Méditerranée, Moyen-Orient, Sahel, etc.) - pourraient devenir incontrôlables à tout moment instant 116/ . Il n’existe pas aujourd’hui de canaux de gestion des tensions entre blocs militaires comme ceux qui ont géré la guerre froide et tout accident ou erreur de calcul pourrait vite devenir incontrôlable et ouvrir une spirale infernale au sens strict 117/. C’est sans l’ombre d’un doute la conjoncture la plus dangereuse que l’humanité ait connue depuis la crise des missiles de Cuba en octobre 1962.

Qui plus est, l’insistance des ministères des Affaires étrangères occidentaux sur les crimes de guerre commis par les troupes d’occupation - ce qui sera sûrement confirmé à l’avenir par des enquêtes indépendantes et qui se produisent dans la plupart des guerres impérialistes mais qui, comme les invocations aux droits de l’homme, ils ne sont dénoncés que dans le cas d’Etats ennemis 118/ — elle vise aussi à empêcher toute solution négociée en invoquant l’impossibilité de s’asseoir pour négocier avec des criminels de guerre et en laissant entendre implicitement qu’il n’y a pas d’autre issue que la destruction totale du régime ils conduisent.

Tout cela nous oblige à mettre toute la viande sur le gril de la mobilisation citoyenne contre l’invasion russe et en soutien à la résistance ukrainienne, mais aussi, et en même temps, à dénoncer le rôle de l’OTAN et la prise de conscience du danger que les blocs militaires et la course aux armements se comportent bien. Sans aucun doute, le 24 février 2022 a inauguré un tournant historique radical et dramatique 119/ , caractérisé par de nouvelles turbulences économiques 120/ qui s’ajoutent à la crise sous-jacente que nous traînons depuis 2008 et déjà aggravée par le coronavirus, par des dynamiques de remilitarisation 121 /et renforcement de l’OTAN —avec de nouveaux risques liés à un hypothétique élargissement à la Suède et à la Finlande—, une nouvelle subordination de l’UE à la logique militariste de Washington, un environnement maccarthyste de criminalisation de la dissidence, un renforcement du néo-fascisme... Sans oublier un plus que probable un nouveau déploiement d’armes nucléaires stratégiques et tactiques en Europe comparable à celui qui a eu lieu pendant la seconde guerre froide des années 1980 et le danger déjà mentionné qu’à tout moment cette nouvelle situation puisse dégénérer en un affrontement entre puissances nucléaires dans le qu’ils perdraient chacun d’eux 122/. Enfin, cette guerre détourne l’attention des problèmes les plus graves et des défis les plus urgents auxquels l’humanité est actuellement confrontée : la lutte contre le réchauffement climatique, l’explosion des inégalités et la menace mondiale croissante de l’extrême droite. Face à un scénario aussi adverse, la première chose à faire, comme nous l’a rappelé Rosa Luxemburg, est d’avoir une vue d’ensemble, de rester calme et de garder un léger sourire.

VIII Quelle solidarité ?

C’est, bien sûr, un autre siècle, et la gauche est dans une position beaucoup plus faible, avec beaucoup moins d’influence sur le cours des événements. Pour la même raison, il est beaucoup plus vulnérable à être balayé ou balayé par une confrontation militarisée de grandes puissances à la création desquelles il n’a pas participé. Certains des anciens outils - l’internationalisme, la solidarité de classe, une clarté analytique féroce et sans compromis - seront nécessaires pour armer la gauche contre ce nouveau cycle de lutte inter-impériale : contre les puissants, à la fois contre leurs guerres et contre leur paix.
Tony Wood, cit .

Sans aucun doute, la solidarité avec le peuple ukrainien en général et avec les gens de gauche en particulier qui résistent à l’invasion de Poutine est la priorité du moment, sans oublier l’importance primordiale de soutenir le mouvement anti-guerre russe. Pour cette raison, le courant politique dans lequel j’évolue concentre son soutien sur les deux principales organisations anticapitalistes et internationalistes jumelées des deux pays, Sotsialnyi Rukh en Ukraine et le Mouvement socialiste russe 123/ .

Sans aucun doute, les deux éléments les plus positifs du terrible drame en cours sont la mobilisation massive pour la défense nationale en Ukraine contre la brutalité de l’invasion poutiniste et une mobilisation non moins admirable du mouvement socialiste et anti-guerre russe, qui souffre d’une très forte dur. Cela dit, comme à l’époque du Maïdan, la gauche ukrainienne, bien qu’en voie de recomposition, est contrainte de se battre dans un contexte très défavorable et dans un climat d’antimarxisme intense. Cela m’amène à penser qu’à gauche, les secteurs qui mettent davantage l’accent sur le manque d’armes de l’Ukraine tendent également à exagérer les potentialités progressistes de la situation, parlant d’un processus imaginaire d’« auto-organisation ». À mon avis, l’énorme mobilisation populaire ukrainienne en faveur de la défense nationale et du déploiement solidaire de l’entraide dans les quartiers et localités ne cristallise pas pour l’instant des formes d’auto-organisation. Dire cela ne revient pas à sous-estimer son importance, mais simplement à nuancer les caractéristiques de sa dynamique. La mobilisation citoyenne s’organise à la manière desCivil Defence Service que le gouvernement Churchill a mis en place au Royaume-Uni au début de la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire encadré par le gouvernement et dans le cadre de l’État. Les phénomènes d’auto-organisation populaire se produisent dans des contextes d’auto-activité des masses qui, bien que souhaitables, ne se produisent pas pour le moment, en grande partie parce qu’ils répondent normalement à une logique d’autonomie politique par rapport aux institutions. De plus, l’auto-organisation implique généralement la capacité de subvenir, à travers des organisations issues de la lutte, à des besoins populaires quotidiens qu’une crise de l’État et/ou de l’économie ne peut satisfaire de manière normale .. Sans aucun doute, ce serait un scénario souhaitable, surtout s’il s’inscrivait dans une dynamique de développement de valeurs progressistes qui entraient en contradiction, sinon en antagonisme, avec la ligne droitière du gouvernement Zelensky. Cependant, je pense qu’un scénario de prolongement de la guerre ne renforcera guère la gauche et, plus inquiétant, augmentera probablement plutôt le pouvoir de l’extrême droite dans un contexte de crise ou de faillite, ce qui n’est pas à exclure, de crise ou de faillite de l’État. Dès lors, il me semble primordial de ne pas confondre réalité et désir et de se concentrer sur la collecte du maximum de moyens politiques et matériels pour renforcer à la fois la gauche socialiste ukrainienne et russe,

Un deuxième aspect crucial est l’exigence que l’Union européenne accueille non seulement les réfugiés non masculins, les personnes âgées et les enfants fuyant l’Ukraine, mais aussi les déserteurs russes, les exilés russes fuyant la répression de Poutine et enfin, les objecteurs de conscience ukrainiens qui, pour quelque raison que ce soit raison, ne rejoignent pas volontairement la défense armée de leur pays. Je pense que ce pack est essentiel pour la gauche anticapitaliste européenne.

Un autre axe de solidarité très important avec le peuple ukrainien est l’abolition de sa dette extérieure, quelque chose que les gouvernements européens tentent de faire taire avec leur insistance obstinée sur des livraisons d’armes miraculeuses, qui résoudraient soi-disant tous les problèmes. Logiquement, un autre des paradoxes historiques que nous vivons est que, alors que sur le Maïdan en 2014 volaient des cocktails Molotov, romancés par la presse mondiale, à la poursuite de rejoindre le rêve européen ... à Athènes, les cocktails, considérés comme des terroristes dans ce cas, s’envolaient pour dénoncer le cauchemardes impositions du capital d’Europe centrale, qui exigeait le suicide social de la Grèce sur l’autel du paiement de la dette. Il est très probable qu’après le conflit, l’Ukraine souffrira également du cauchemar européen de la dette, avec son corrélat de coupes supplémentaires, de privatisations et de colonisation économique. Malgré son histoire d’amour avec Zelensky, je pense que le refus actuel de l’UE d’abolir la dette de l’Ukraine en est un signe certain.

Un quatrième axe qui me paraît essentiel est de diriger les sanctions, non pas contre le peuple — contre les Russes... et indirectement contre l’ensemble des classes populaires du monde entier, d’ailleurs —, mais contre l’oligarchie russe, mais aussi à l’oligarchie ukrainienne et internationale qui pille les pays, qui soutient le populisme réactionnaire et qui détruit les acquis sociaux de deux siècles de mouvement ouvrier. S’attaquer exclusivement à l’oligarchie russe est hypocrite s’il n’est pas étendu à l’oligarchie transnationale dans son ensemble (ce fameux 1% dont parlaient les militants d’ Occupy Wall Street ), ce qui nécessite une attaque globale contre les paradis fiscaux et un registre des fortunes offshore .caché dans le monde, ce à quoi, bien sûr, les élites européennes sont fortement opposées. De plus, il est scandaleux que la grande majorité des pays qui ont appliqué sans réserve les diktats de Washington contre la Fédération de Russie en matière de sanctions, coïncident pour la plupart avec les gouvernements qui refusent d’appliquer les mesures promues depuis des années pour la campagne BDS. contre l’État d’Israël 124/. Liée à cela, mais avec un impact encore plus important pour freiner la machine de guerre de Poutine, se trouve la mesure précitée de décréter un boycott généralisé des hydrocarbures russes et de s’en servir comme levier d’urgence pour accélérer la transition énergétique grâce à d’énormes investissements dans les énergies renouvelables guidées par les exigences de l’urgence climatique que nous vivons à travers le monde.

Bref, je crois qu’un dernier devoir de solidarité, mais qui n’est pas des moindres, c’est que la gauche européenne reste fidèle à elle-même et ne se confond ni avec un ennemi ni avec un combattant.

Andreu Coll est membre d’Anticapitalistas, une section de la Quatrième Internationale dans l’État espagnol
Barcelone, 05/12/22

Notes

1/ https://ctxt.es/es/20220301/Politica/38974/Noam-Chomsky-guerra-Ucrania-Rusia-Putin-EEUU-OTAN-geopolitica-Polychroniou.htm
2/ Vid. este editorial de la Monthly Review https://monthlyreview.org/2022/03/07/mr-073-11-2022-04_0/
3/ Voir. Rafael Poch, « Vers une faillite de la Russie » sur https://rafaelpoch.com/2022/03/01/towards-a-quiebra-in-russia/
4/ https://elpais.com/elpais/2016/03/07/eps/1457353410_506770.html.
5/ Un ami s’en est récemment souvenu très poétiquement : https://vientosur.info/ukrania-y-la-doctrina-del-shock/
6/ La doctrine du choc. La montée du capitalisme de catastrophe , Ed. Planeta, Barcelone, 2012.
7/ https://newleftreview.es/issues/94/articles/perry-anderson-rusia-inconmensurable.pdf.
8/ https://www.elsaltodiario.com/opinion/richard-seymour-guerra-ucrania-beligerantes.
9/ https://jacobinlat.com/2022/03/14/los-ataques-orwellianos-contra-los-criticos-de-la-otan/
10/ https://ctxt.es/es/20220301/Firmas/39043/ucrania-rusia-guerra-bbc-jonathan-cook-gaza-palestina-israel-doble-rasero.htm.
11/ https://puntodevistainternacional.org/project/contra-la-escalada-militar-de-la-nato-y-rusia-en-europa-oriental/?et_fb=1&PageSpeed=off
12/ Vid. https://jacobinlat.com/2022/03/16/la-eterna-marcha-hacia-el-este/
13/ Un article très équilibré, complet et synthétique immédiatement après l’invasion est le suivant de Valerio Arcady https://jacobinlat.com/2022/02/28/ukrania-ni-putin-ni-la-otan-son-innocentes/
14/ Qui en retour soutiendrait la « guerre contre le terrorisme » de George W. Bush à partir du 11 septembre 2001.
15/ Rafael Poch de Feliu, Comprendre la Russie de Poutine , Ed. Akal, Madrid, 2018, p. 83.
16/ La thérapie de choc procapitaliste, la paupérisation généralisée et les humiliations économiques infligées par Geoffrey Sachs sont bien décrites dans Cédric Durand, « La paix froide » :
https://newleftreview.org/sidecar/posts/cold-peace
17/ Cet article de Volodymyr Ishchenko, l’un des principaux intellectuels marxistes ukrainiens, est également très éclairant à cet égard : https://jacobinlat.com/2022/02/13/what-there-is-to-know-about- Ukraine /
18 / Sur https://rafaelpoch.com/2022/02/15/haciendo-memoria/
19/ https://rafaelpoch.com/2022/02/02/reventando-el-Polvorin-ukraniano/
20/ Bien que l’auteur des événements n’ait pas été élucidé, on sait au moins que les tirs provenaient d’un immeuble contrôlé par les manifestants —et non par la police de Ianoukovitch—. Professeur émérite de l’Université de Princeton et auteur de la principale biographie sur Boukharine, Stephen Cohen ( War With Russia ? : From Putin & Ukraine to Trump & Russiagate, Hot Books, 2019), considère qu’il est presque prouvé que les fusillades ont été menées par des hommes armés. le secteur Pravi. La même thèse est soutenue par le politologue de l’Université d’Ottawa Ivan Katchanovski dans une étude documentée : https://www.researchgate.net/profile/Ivan-Katchanovski/publication/266855828_The_Snipers’_Massacre_on_the_Maidan_in_Ukraine/links/5a83a7f7a6fdcc6f3eb295a5/The-Snipers - Massacre-sur-le-Maïdan-en-Ukraine.pdf
21 / Sur https://newleftreview.org/issues/ii133/articles/volodymyr-ishchenko-towards-the-abyss
22/ Voir à cet égard ce rapport d’Amnesty International
https://www.amnesty.org/es/latest/news/2015/12/ukraine-communist-party-ban-decisive-blow-for-freedom-of-speech-in-the-country/
23/ Elle est même entrée dans une logique de révisionnisme historique —très proche d’ailleurs de ce qui existe dans la Russie de Poutine— qui a conduit à la censure d’ouvrages comme Stalingrad, de l’éminent historien militaire britannique Anthony Beevor, qui est pas soupçonné de sympathiser avec l’URSS et encore moins avec Poutine. Beevor réfléchit ici sur son cas et plus généralement sur les dangers du révisionnisme historique et de la judiciarisation de l’historiographie. https://www.theguardian.com/books/2018/feb/03/antony-beevor-stalingrad-ukraine-ban-censorship
24/ Voir. Article récent de Tony Wood : https://newleftreview.org/issues/ii133/articles/tony-wood-matrix-of-war
25/ Il existe heureusement un rapport assez concluant sur les événements du Conseil de l’Europe : https://www.wsws.org/fr/articles/2016/01/19/odes-j16.html
26/ La répression de Milosevic contre les Albanais du Kosovo en 1999, qui à mon sens était beaucoup plus limitée, et la création de l’UÇK — comme on le sait aujourd’hui — avec quelques secteurs issus du crime organisé et en partie encadrée par la CIA, ont été des prétextes suffisants pour que l’OTAN lancer sa première attaque militaire sur le sol européen après la guerre froide.
27/ N’oublions pas que le rôle de Saakashvili dans la tentative avortée de la Géorgie de récupérer militairement l’Ossétie du Sud et d’intégrer cette ancienne république soviétique à l’OTAN a constitué un tournant décisif dans la détérioration des relations avec la Russie et dans la reconstruction d’un impérialisme régional par le Kremlin . Vigne. Poch, op. cit ., p. 108.
28/ https://www.eurozine.com/caught-in-the-geopolitical-crossfire/#anchor-footnote-6
29/ Cependant, il existe des indices assez concordants pour douter de l’honnêteté du combat anti-oligarchique de Zelensky, vid. https://www.theguardian.com/news/2021/oct/03/revealed-anti-oligarch-ukrainian-president-offshore-connections-volodymyr-zelenskiy
30/ Cependant, ne perdons pas de vue qu’il est un ardent défenseur de l’impérialisme occidental. Cette lettre ouverte de Palestine nous rappelle deux choses fondamentales : premièrement, l’hypocrisie extrême et le double standard de l’impérialisme occidental face aux occupations par des gouvernements "amis" et, deuxièmement, qu’il est toujours un comédien qui préside au terrible drame de le peuple ukrainien : https://vientosur.info/paralelismos-entre-la-trabajo-de-ukrania-y-la-de-palestina/. Cette déclaration du Comité national palestinien BDS sur les sanctions contre la Russie et l’hypocrisie scandaleuse qu’elles distillent dans de nombreux cas est également fortement recommandée : https://rafaelpoch.com/2022/03/27/la-respuesta-del-occidente- avant-l’invasion-russe-montre-qu’il-n’y a-pas-d’excuses-pour-rejeter-bds-contre-l-occupation-israélienne/
31/ Voir à ce sujet l’interview suivante de Volodymyr Ishchenko, l’un des principaux intellectuels de gauche du pays : Voir : https://rafaelpoch.com/2022/03/26/esta-guerra-no-era- inévitable/# plus-923
32 / Vid. Tariq Ali, "Nouvelles de Natoland" https://newleftreview.org/sidecar/posts/news-from-natoland
33/ Il est vrai que Poutine utilise la question de l’OTAN comme élément de propagande pour légitimer son propre agenda impérial réactionnaire (comme le soutient à juste titre David Ost : https://vientosur.info/rusia-ukrania-la-otan-y-la-left / ), cependant, l’agressivité impériale croissante de Poutine ne peut être comprise en dehors de l’expansion de ladite organisation militaire. A mon avis, le fait que cette guerre éclate maintenant n’est pas exclusivement le résultat, ni d’un déchaînement ni d’un calcul erroné du rapport de force international de Poutine, mais plutôt l’aboutissement d’une lutte inter-impérialiste pour la politique, l’économie et le contrôle militaire de l’Ukraine depuis au moins 2014.
34/ Cet article de Kessler est intéressant à cet égard https://jacobinlat.com/2022/02/27/las-fantasias-antibolcheviques-de-putin-podrian-ser-su-perdicion/?fbclid=IwAR1vAajatyEEsv6GOvgohV_kuIDgY1hWK4pPGDnfEbEQQYidMG25GKDY_PU
35/ https://responsiblestatecraft.org/2022/02/15/the-origins-of-the-ukraine-crisis-and-how-conflict-can-be-avoided/
36/ Slavoj Zizek nous a rappelé l’hypocrisie nauséabonde qui distille l’enthousiasme des gouvernements et des institutions de l’UE en faveur de l’accueil des réfugiés ukrainiens, que nous soutenons sans aucun doute, alors qu’ils sont responsables d’un authentique génocide, avec leur nécropolitique à la poursuite de l’Europe forteresse, en transformant la Méditerranée pendant des années en un immense charnier de réfugiés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, dont la plupart fuient les guerres et les inégalités causées par l’impérialisme occidental : https://www.project-syndicate.org/commentary/europe -inégalité-de-traitement-des-refugies-expose-par-l-ukraine-par-slavoj-zizek-2022-03/espagnol
37/ Marco d’Eramo ( https://newleftreview.org/sidecar/posts/216 ) a raison lorsqu’il affirme que l’Union européenne n’a pas pu avoir d’autre relation avec la Russie que de lui tourner le dos, étant donné sa taille, son potentiel militaire et sa nature eurasienne, facteurs qui ont toujours généré une panique identitaire dans l’UE, quelque chose de similaire aux contradictions qu’elle a historiquement générées dans ses relations avec la Turquie.
38/ Tous les textes sont à retrouver ici : https://vientosur.info/debate-la-guerra-en-ukrania-y-el-antiimperialismo/
39/ À laquelle ont participé 1 700 soldats envoyés par le président ukrainien de l’époque, Koutchma, en mission de « stabilisation », cf. Tony Wood, cit .
40 / Vid. Perry Anderson, "¿Ukania perpétua ?" https://newleftreview.es/issues/125/articles/ukania-perpetua-translation.pdf
41/ Soit dit en passant, selon l’analyste conservateur précité, Robert Kaplan ( cit .), un scénario de déstabilisation politico-militaire à la frontière sud des États-Unis est une éventualité absolument écartée dans les années à venir.
42/ S’il faut condamner sans ambiguïté la propagande poutiniste qui suppose que l’Ukraine n’est pas un État viable et qui assimile l’intention de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN à un danger immédiat pour la sécurité de la Russie, tentant ainsi de légitimer une invasion criminelle et impérialiste, il n’en est pas moins vrai que les Américains avaient installé d’importants complexes militaires dans le pays, comme la base navale d’Ochakiv ( https://navalpost.com/us-plan-to-modernize-naval-base-at-ukraine / ) ou la base de Yavoriv ( https://www.clarin.com/mundo/guerra-rusia-ukrania-base-unidos-entreno-27-000-soldados-ucranianos_0_hPJr7DjiY1.html). De plus, selon Noam Chomsky, ce qui semble avoir précipité la crise que nous traversons est un protocole de relations militaires avec les États-Unis qui semble accélérer considérablement la perspective d’intégration de l’Ukraine à l’OTAN, comme on peut le voir dans la déclaration conjointe sur la stratégie Partenariat entre les États-Unis et l’Ukraine signé par la Maison Blanche le 1er septembre 2021 : https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/09/01/joint-statement-on- the- us-ukraine-partenariat-stratégique/
43/ Voir. Perry Anderson, Le Nouveau Vieux Monde , Ed. Akal, Madrid, 2012.
44/ Voir. https://vientosur.info/otan-control-geopolitico-soberanias-limitadas-e-involucion-politica/ et le livre de Daniele Ganser, Les armées secrètes de l’OTAN, Opération Gladio et le terrorisme en Europe occidentale , Ed. La Vieille Taupe , Barcelone, 2010.
45/ Je pense que cela explique pourquoi ce manifeste de solidarité avec l’Ukraine ne fait aucune mention de l’OTAN lorsqu’il évoque la guerre en cours ( Castellano | European Solidarity Network with Ukraine (ukraine-solidarity.eu) . Je crois que cette initiative est pour le moment très limités en termes de construction d’une solidarité internationale et très incohérents en termes de caractérisation du conflit.Par conséquent, des organisations comme Anticapitalistas, qui ont explicitement approuvé qu’elles ne participeront à aucune initiative qui ne condamne pas à la fois le responsable de la guerre (Poutine ) et la principale organisation responsable de la destruction de la paix (OTAN), ont refusé de la signer. Ses promoteurs ont préféré obtenir l’adhésion de l’organisation polonaise Razem, ouvertement atlantiste et pro-nucléaire, qui estime que l’adhésion de la Pologne à l’OTAN ne suffit pas et défend donc la création d’une euro-armée en son sein pour renforcer les "tâches de défense" ( https://en.wikipedia.org/wiki/Left_Together ) ... L’adhésion, a-t-il dit, qui s’est faite au prix de la suppression de toute référence critique à l’OTAN du manifeste.
46/ Je crois que des livres comme La Revanche de la géographie (éditions RBA, Barcelone, 2013) et Le Retour du monde de Marco Polo (éditions RBA, Barcelone, 2019), d’un auteur aussi peu suspect d’être un ami de Poutine comme Robert Kaplan , l’un des plus grands représentants du courant réaliste dans les relations internationales, illustrent très bien que tous les États sont paranoïaques quant à leur sécurité devant les autres États et, comme le disait Manuel Vázquez Montalbán à propos de l’URSS dans laquelle le l’ancien agent du KGB Vladimir Poutine et qui peut certainement s’étendre à la Russie qu’il préside actuellement, "la pire chose qui puisse arriver à un paranoïaque, c’est qu’ils le persécutent".
47/ Juan Carlos Pereira, Histoire des relations internationales contemporaines , Ed. Ariel, Barcelone, 2009.
48/ Selon l’expression de Cédric Durand : https://newleftreview.org/sidecar/posts/cold-peace
49/ Que dans cette guerre elle apparaît à de larges secteurs comme une organisation défendant le faible contre le fort, comme le souligne à juste titre Franco Turigliatto : https://anticapitalista.org/2022/03/20/contro-le-agressioni-imperialiste- per-il-ritiro-delle-truppe-russe-dallucraina/
50/ Je partage ici pleinement de nombreuses pistes de réflexion de Wolfgang Streek dans un article récent : https://www.elsaltodiario.com/carta-desde-europa/wolfgang-streeck-guerra-ukrania-todos-losers
51/On ne saurait trop insister sur le fait que la déclaration de l’OTAN après son sommet de Bucarest en avril 2008, dans laquelle il a été annoncé que la Géorgie et l’Ukraine rejoindraient ladite organisation, avec une responsabilité très importante des États-Unis dans ce domaine, constitue sans aucun doute un véritable tournant dans la dégradation accélérée des relations entre l’Occident et la Russie après la fin de la guerre froide et l’un des stimuli les plus puissants pour que la Russie tente de reconstruire une zone d’influence dans la région et entrave ainsi lesdits plans. Une promesse qui, de surcroît, faute de délais précis, faisait de ces pays la cible d’éventuelles représailles russes. La guerre russo-géorgienne qui éclata quelques mois plus tard préfigurait déjà le scénario du drame ukrainien d’aujourd’hui. La Russie a changé de politique, mais Washington a continué sur le pilote automatique. De ces poudres, ces boues. Vigne. TonyWood,cit .
52/ Quelque chose qu’Achcar lui-même reconnaît ( https://vientosur.info/para-los-fabricantes-de-armas-la-guerra-en-ukrania-es-un-gran-negocia/ ), mais sur la pointe des pieds sur un point fondamental , à savoir que l’intervention de l’OTAN en Ukraine, avec l’envoi d’"armes défensives", que l’auteur soutient, est le principal lien immédiat entre l’invasion russe et la relance de l’industrie militaire occidentale, quelles que soient les exagérations flagrantes de la propagande sur l’armée russe pourrait qu’il pointe à droite.
53/ https://vientosur.info/en-esta-hora-de-grave-peligro-en-solidaridad-con-la-resistencia-ucraniana-reconstruyamos-el-movimiento-antiguerra-internacional/
54/ Comme le souligne très bien Noam Chomsky (https://www.sinpermiso.info/textos/centremonos-en-evitar-una-war-nuclear-in-lugar-de-debate-sobre-la-war-justa- entrevista -a-noam), il semble que ce qui a déclenché la crise soit le document suivant ( https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/09/01/joint-statement-on-the -us-ukraine-strategic-partnership/ ), le partenariat stratégique américano-ukrainien qui a ouvert la voie à l’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN.
55/ Dans cette documentation, le gouvernement américain ( https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2022/03/16/fact-sheet-on-us-security-assistance-for-ukraine/ ) il ne détaille que le contenu de la dernière cargaison d’armes envoyée en Ukraine, logiquement il ne compte pas toutes les cargaisons récentes avant l’invasion ou des années précédant le déclenchement de cette crise.
56/ Pour un compte rendu détaillé des livraisons d’armes des États-Unis, de l’OTAN et de l’Union européenne, voir ce rapport de la Chambre des communes britannique :
https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/CBP-9477/CBP-9477.pdf
57/ Il a été dit que l’opposition à l’OTAN est, dans l’État espagnol, une question « identitaire » (voir https://www.elsaltodiario.com/laplaza/otan-no-o-la-crisis-de-identity- de-la-gauche-espagnole). Certes, il peut y avoir des gens qui affichent un anti-américanisme primaire typique d’autres temps et, de fait, une vision campiste qui classe le degré de progressisme de chaque État selon son niveau d’antagonisme avec les États-Unis ; d’autres utilisent sans doute leur rejet de l’OTAN pour se différencier et dissimuler des décisions désastreuses comme l’adhésion à des gouvernements de collaboration de classe et de gestion loyale du système... mais à mon avis - et je pense que c’est une idée partagée par le gros de l’alternative de gauche et des mouvements sociaux locaux - la nécessité de s’opposer à l’OTAN est fondée sur des preuves : elle n’est pas la seule, mais la branche armée principale et la plus puissante du capitalisme mondial et donc une structure de pouvoir contre-révolutionnaire qui, comme toute organisation militaire, il a un caractère offensant, même s’il proclame systématiquement le contraire. De plus, son caractère offensif a été largement accrédité après ses interventions dans les Balkans, en Libye et en Afghanistan depuis la fin de la guerre froide. J’ai bien peur que si cela est perdu de vue dans des pays comme la France, je ne prédise pas un avenir très prometteur à ses forces de gauche.
58/ Les militants d’Anticapitalistas ont l’honneur de compter dans leurs rangs Miguel Urbán, l’un des 15 seuls eurodéputés à avoir voté contre une résolution du PE qui a profité du choc de l’opinion publique lors de l’invasion pour lancer un programme de relance militariste et néo -l’agressivité impérialiste dûment graissée d’une atmosphère d’union sacrée et ornée, à son tour, d’un paquet de belles proclamations de solidarité. Ici vous pouvez lire la justification de votre orientation de vote : https://www.eldiario.es/euroblog/parlamento-europeo-vota-caminar-senderos-gloria_132_8833235.html
59/ C’est brillamment exposé dans l’un des ouvrages capitaux sur la géopolitique écrit par une référence de la politique étrangère américaine et le grand artisan du piège afghan qui a coulé l’URSS dans les années 1980 : Zbigniew Brzezinski, The Great World Board. La suprématie américaine et ses impératifs géostratégiques , Ed. Paidós, Barcelone, 1997. Un texte clé pour comprendre la dynamique de Longue Durée dans la politique internationale en général et la politique américaine en particulier. Il s’en souvient aussi de positions gauchistes inspirées de la maxime de Liebknecht, "l’ennemi est chez lui", Leandros Fischer https://www.contretemps.eu/guerre-ukraine-critique-imperialisme-gauche-allemande/
60/ Voir. Peter Gowan, Le pari sur la mondialisation. Géoéconomie et géopolitique de l’impérialisme euro-américain , Ed. Akal, Madrid, 2000.
61/ Je ne peux m’empêcher de recommander le film du réalisateur et scénariste australien David Michôd, "War Machine", une satire hilarante de cette période, basée sur d’autres faits réels, à mon avis comparable aux classiques du genre de cinéastes comme E. Lubitsch, B. Wilder ou S. Kubrick, une brillante exception qui confirme la règle de la mauvaise qualité générale des productions cinématographiques de Netflix.
62/ Pour un récit factuel synthétique d’un militant pacifiste chevronné sur l’évolution stratégique de l’OTAN, cf. https://blogs.publico.es/cronicas-insumisas/2022/03/01/la-guerra-de-ukrania-responsabilidades-asimetricas/
63/ Je pense que cet article de Francisco Louça fait mouche à cet égard et corrobore que faire exploser le projet Nord Stream 2 était un objectif stratégique de l’administration Biden : https://www.contretemps.eu/ukraine-russie -stratégie- sanctions-victoire-usa/
64/ Voici un article intéressant sur le sous-développement social et la prostration du mouvement ouvrier qu’entraîne un complexe militaro-industriel hypertrophié, comme dans le cas des États-Unis, et comment le rôle impérialiste et contre-révolutionnaire de l’OTAN a accentué ladite dynamique : https://blogs.publico.es/vicenc-navarro/2022/03/14/causas-y-consecuencias-de-la-guerra-en-ukrania/
65 / Vid. https://www.nytimes.com/2022/02/26/world/europe/russia-putin-matteo-salvini-marine-le-pen.html
66/ Bernard-Henri Lévy, enfant terrible repenti de 1968 qui constitue la grande icône de l’imposture intellectuelle narcissique, fortement promue par le système médiatique français en raison de son exaltation de l’impérialisme atlantiste libéral (et du sionisme) et de sa frivolité et conformisme des gauches .
[67] Voir. Daniel Bensaïd, Trotskismes , Sylone Editorial, Barcelone, 2015.
68/Dans une lettre ouverte (https://www.sinpermiso.info/textos/una-carta-desde-kiev-a-la-left-occidental), Taras Bilous a justement dénoncé la gauche occidentale qui n’accusait que l’impérialisme occidental d’être responsable de la crise, il a rappelé à juste titre qu’en 2014 la Russie a violé le protocole de Bucarest par lequel l’Ukraine a cédé ses armes nucléaires à la Russie en échange de garanties de son intégrité territoriale et a fait une série de considérations normales et raisonnables du point de vue de la gauche ukrainienne, ce qui va sans aucun doute ont fortement influencé les camarades qui ont tendance à généraliser l’étiquette de « campeur » à tous ceux qui continuent à penser qu’il est vital de comprendre le rôle de l’impérialisme occidental et ne réduisent pas exclusivement ce conflit à une guerre de libération nationale. Cependant,
69/Dans cet article récent (http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article62130) Gilbert Achcar est assez exhaustif en affirmant que le seul soutien efficace au peuple ukrainien passe inexorablement par le soutien à l’intervention indirecte de l’OTAN dans Ukraine. Además, convierte en una equivalencia la oposición a la intervención por procuración de la OTAN —olvidando que todo envío de armas está sujeto a condicionalidades (para empezar estar en las antípodas políticas de los revolucionarios vietnamitas de los 60 y 70 o de los revolucionarios sirios de 2011, por solo referirnos a un par de analogías que utiliza a menudo) y persigue objetivos propios no necesariamente coincidentes con los de los sujetos que las piden— y la negación del derecho del pueblo ucraniano a armarse en general (que apoyo sin necesidad de jalear laagence de l’OTAN ).
70/ Disponible en traduction espagnolesur tipodevistainternacional.org
71/ Cet article de Paul Martial, en plus de rappeler les risques alimentaires que l’approfondissement de la crise économique implique pour l’Afrique du fait de cette guerre (qui s’ajoute aux effets très graves du COVID sur le continent), illustre très bien les causes du ressentiment anti-occidental et anti-OTAN en Afrique et de la sympathie suscitée par tout gouvernement qui remet en cause l’hégémonie euro-américaine : https://lanticapitaliste.org/actualite/international/guerre-contre-lukraine-un-desastre-aussi- pour-lafrique
72/ Voici le débat entre Achcar et Callinicos : https://socialistworker.co.uk/long-reads/ukraine-and-anti-imperialism-gilbert-achcar-and-alex-callinicos-debate/?fbclid=IwAR3x96p9EmPinYDbsVK37KIlkjtEAwA5Aq8sRgZPRxZ7gb8A8mTFAtxj- M0
73/ https://puntodevistainternacional.org/que-nos-dice-la-invasion-de-ukrania-por-rusia-sobre-el-imperialismo-del-siglo-xxi-intervista-a-claudio-katz/ et Ukraine : diagnostics et controverses - Jacobin Latin America (jacobinlat.com)
74/ Ici vous pouvez lire la polémique entre Achcar et Kouvelakis : https://vientosur.info/debate-la-guerra-en-ukrania-y-el-antiimperialismo/
75/ Pour quelques données récentes sur la puissance militaire représentée par l’OTAN, cf. C. Serfati : http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article61628
76/ Dans un article récent, l’historien nord-américain Adam Tooze a comparé le « Ukraine Democracy Defence Lend-Lease Act of 2022 » que vient d’approuver le Congrès des États-Unis avec celui mis en place par Rousevelt pour soutenir l’effort de guerre anglo-soviétique contre les Troisième Reich avant l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, tant du point de vue du volume d’aide militaire qu’il comporte, que de la logique de guerre indirecte qu’il représente, que des implications qu’il peut avoir en termes d’escalade et de danger de confrontation directe. Vigne : https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/may/04/us-lend-lease-act-ukraine-1941-second-world-war
77/ Dans cet article, Francis Fukuyama, le grand propagandiste de la « fin de l’histoire », est limpide à ce sujet : https://www.americanpurpose.com/blog/fukuyama/preparing-for-defeat/
78/ Il y a de plus en plus de confirmations documentaires, même de la part de la presse de l’establishment, qu’il y a une véritable guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie. Cet article calcule que le soutien militaire américain à l’Ukraine est déjà budgétairement supérieur au coût annuel moyen de l’occupation de l’Afghanistan et que cette escalade donne des signes sans équivoque du danger croissant de dérapage vers une guerre générale : la guerre de Poutine en Ukraine entre dans un contexte international spirale de conséquences imprévisibles | Internationale | LE PAYS (elpais.com)
79/ Je pense que cette éventualité est très bien développée par cet article : https://www.lamarea.com/2022/04/22/el-peligro-de-ignorar-a-la-ultraright-en-ukrania/
80/ C’est la position de E. Balibar ( http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article61676 ), D. Tanuro ( http://www.europe-solidaire.org/spip.php ? article61771 ) ou C. Samary (https://southwind.info/why-i-have-not-signed-the-feminist-manifesto-against-the-war-in-ukraine/).
81/ Les Américains ont calculé que l’invasion russe serait achevée en seulement trois ou quatre jours, sous-estimant la force de l’armée ukrainienne et exagérant, à son tour, le potentiel de guerre russe. Vigne : https://newleftreview.org/issues/ii133/articles/volodymyr-ishchenko-towards-the-abyss
82/ Cet entretien avec Anthony Beevor est illustratif des erreurs et faiblesses militaires dont fait preuve l’armée russe : https://www.spiegel.de/international/world/british-historian-antony-beevor-putin-wants-to- être-craint-comme-staline-et-hitler-a-93a32290-fa50-425b-9cc0-5c6d2f6c9ba6
83/ https://www.publico.es/internacional/conocer-numero-muertos-guerra-ucrania.html#md=modulo-portada-fila-de-modulos:2x3;mm=mobile-big
84/ Ce qui me paraît le plus grave de tout cela, c’est qu’on en est venu à croire que les buts poursuivis par les livraisons d’armes de l’OTAN à l’Ukraine coïncidaient avec ceux de la gauche anti-impérialiste, lorsqu’elle accepte la logique de la moindre mal (la vassalité de l’Ukraine par l’Occident) pour éviter le plus grand mal (sa soumission totale à la Russie).
85/ L’ancien chef de la CIA Leon Panetta a explicitement reconnu que les États-Unis menaient une guerre par procuration contre la Russie en Ukraine : Vid. https://www.abc.net.au/news/2022-03-25/nato-us-in-proxy-war-with-russia-biden-next-move-crucial/100937196
86/ Il est bon de rappeler que tant les républicains espagnols pendant la guerre civile – qui, soit dit en passant, ont subi un boycott des « démocraties occidentales » dans leur droit de s’armer, lorsque la France et l’Angleterre ont monté la farce du Comité de non-intervention — comment les révolutionnaires vietnamiens ont payé très cher l’aide militaire soviétique : certains contraints d’arrêter et de réprimer la révolution sociale (notamment à Barcelone et en Aragon) et d’imposer une sorte de "démocratie populaire" avant la lettre, les autres subissant les manœuvres diplomatiques capitulantes du Kremlin, à commencer par la partition du pays en 1953. Aucun soutien financier ou militaire n’est neutre et n’est exempt de subordination politique. Seules des personnalités de la stature d’Ho Chi Minh ou de Tito - qui ont libéré la Yougoslavie des nazis par leurs propres moyens, liant libération nationale et révolution sociale, évoluant habilement dans la lutte Staline-Churchill et résistant aux pressions des deux - avaient la stature et l’audace de la limiter au maximum dans la défense de ses intérêts nationaux et de classe. J’ai des doutes raisonnables que Zelensky, bien qu’il soit sans aucun doute un patriote courageux et courageux (comme, d’ailleurs, Churchill l’avait fait à "l’heure la plus sombre")mai-juin 1940), montrera des signes d’indépendance politique un peu comparables, d’abord parce qu’il est malgré tout un politicien bourgeois pro-impérialiste, même si certains amis ont tendance à l’oublier.
87/ Par conséquent, j’approuve pleinement la position exprimée par Volodymyr Ishchenko dans cette interview : https://puntodevistainternacional.org/detener-la-guerra-es-una-prioridad-absoluta-entrevista-a-volodymyr-ishchenko-sobre-el - l’avenir-de-votre-pays-et-la-responsabilite-de-la-gauche-a-l-est-et-a-l-ouest/
88/ Ce à quoi Hillary Clinton a explicitement fait appel sur MSNBC News le 28 février.
89/ Selon Rafael Poch de Feliu, la guerre actuelle résout en fait une vieille division au sein de l’ establishment en dépassant la vieille dichotomie « contre la Russie ou contre la Chine » au profit de la solution suivante : « la Russie d’abord et ensuite la Chine ». .
Vidéo : https://ctxt.es/es/20220401/Firmas/39377/Rafael-Poch-Estados-Unidos-rusia-invasion-Ucrania-guerra-Finlandia-Guerra-de-Invierno.htm
90/ L’intervention directe du renseignement militaire américain dans le conflit pour fournir des informations permettant de liquider une dizaine de généraux russes est désormais officiellement reconnue. Vigne. https://www.nytimes.com/2022/05/04/us/politics/russia-generals-killed-ukraine.html
91/ Pour le moment, tout porte à croire qu’un coup d’État contre Poutine est irréalisable à court terme car l’oligarchie russe manque de moyens pour le mener à bien et il semble que le système de contrôle de Poutine ait montré sa résilience à ce niveau. Cet article d’Ilya Matveev à ce sujet est recommandé :
https://studies.aljazeera.net/en/analyses/ukrainian-invasion-implications-putin%E2%80%99s-power#a17
92/ La trahison des Kurdes qui luttaient contre Daech en Syrie est encore récente quand, après des années de collaboration militaire et de renseignement, de manipulations et de promesses de mauvais payements, les Américains se sont soudainement retirés et les ont laissés à la merci de l’armée turque. Vigne. Trahi par les États-Unis, les Kurdes ont joué un rôle clé dans la recherche du chef de l’État islamique - The New York Times (nytimes.com) .
93/ C’était l’opinion de Patrick Cockburn au début de la guerre et il considère qu’il y a de fortes chances qu’elle dégénère en conflit avec l’OTAN : https://www.counterpunch.org/2022/03/07/even- si-la-russie-capture-kyiv-poutine-a-deja-ete-vaincu-apres-le-declenchement-de-la-guerre-ingagnable/
94/ Pour une analyse de l’origine du drame actuel, voir l’article de cette nouvelle star émergente dans la New Left Review qui, vu sa qualité, promet de placer très haut le drapeau familial en termes de jalons intellectuels à gauche : https://novaramedia.com/2022/03/03/in-ukraine-rival-worldviews-led-to-unnecessary-war/
95/ Harari, l’auteur israélien populaire de Sapiens et Homo deus , a prédit la défaite russe dès les premiers stades du conflit : https://www.eldiario.es/internacional/theguardian/vladimir-putin-perdido-guerra_129_8790058.html
96/ https://www.bbc.com/news/world-europe-61020567
97/Dans cette guerre, le problème de la grande influence des tendances d’extrême droite n’est plus exclusivement ukrainien. L’arrivée de milliers de volontaires, principalement d’anciens militaires et d’anciens policiers (voire des fonctionnaires en activité) du monde entier vient également renforcer militairement et offrir un terrain d’entraînement au néo-fascisme international. Cela ne disqualifie pas d’emblée la résistance ukrainienne et, pour l’instant, cela reste un problème limité, mais on ne peut pas perdre de vue qu’en cas d’effondrement de l’État ukrainien, cette guerre pourrait avoir des effets très puissants sur la prolifération d’une extrême droite internationale armée à l’instar de la guerre en Afghanistan (1979-1989 ) a catapulté le terrorisme d’Al-Qaïda à travers le monde et les guerres en Irak (depuis 2003) et en Syrie (depuis 2011) ont été le tremplin politique, militaire et économique du développement de l’État islamique. Cet article de Miquel Ramos revient sur le rôle de l’extrême droite ukrainienne depuis le Maïdan (https://blogs.publico.es/dominiopublico/42714/el- Polvorin-neonazi-en-ukrania/ ) et enquête même sur leurs liens avec de petits groupes qui ont participé à l’assaut Trumpiste sur le Capitole, à l’alarme du FBI… ; ici, il est avancé que la chronification de la guerre est le meilleur scénario pour le renforcement des tendances ultranationalistes ( https://novaramedia.com/2022/02/22/the-far-right-is-using-the-situation-in -ukraine-to-cement-its-power/ ), ici le rôle des milices néo-nazies est passé en revue ( https://vientosur.info/la-verdad-sobre-las-milicias-de-extrema-right/ ) et ici Les risques liés à l’arrivée de milliers de volontaires étrangers sont abordés (https://www.newtral.es/voluntarios-extranjeros-ukrania/20220321/).
98/ Cet article de Branko Marcetic me semble assez concluant à cet égard et souligne l’impossibilité de contrôler - comme le reconnaissent plusieurs responsables militaires américains - le sort des armes dont 20 pays impérialistes inondent l’Ukraine depuis des mois :
https://jacobinmag.com/2022/04/united-states-military-aid-ukraine-war-weapons?fbclid=IwAR3_XjpuWGbCnK-3UgIUNTU24uUIfmBc4j3nYsws2oF__2fYr4yObrvCDI0
99/Cette contribution réussie d’un groupe de révolutionnaires syriens exilés avec laquelle je suis entièrement d’accord (https://vientosur.info/diez-lecciones-de-siria/), ne répond malheureusement pas à deux questions essentielles à mon avis. Tout d’abord, le refus occidental de soutenir militairement la révolution démocratique au début de la guerre civile en Syrie, qui contraste avec l’armement du régime néolibéral pro-occidental de Zelensky, montrant que, indépendamment du fait que l’Ukraine a tout droit de résister à l’invasion de Poutine, l’OTAN n’armera jamais un acteur qui ne défend pas ouvertement les intérêts de cette organisation. En second lieu,
100/ https://www.lamarea.com/2022/04/22/el-peligro-de-ignorar-a-la-ultraderecha-en-ucrania/
101/ En ce sens, je suis assez d’accord avec cette analyse de Branko Marcetic : https://www.jacobinmag.com/2022/03/left-antiwar-policy-ukraine-russian-invasion-war-levitz-liberal-interventionism
102/ Dans cet article, un ancien analyste de la CIA spécialiste de la Russie se demande comment la guerre en cours peut se terminer. Certaines des hypothèses qu’il envisage sont on ne peut plus inquiétantes : https://responsiblestatecraft.org/2022/04/29/how-will-the-war-in-ukraine-end/
103/ https://www.eldiario.es/euroblog/parlamento-europeo-vota-caminar-senderos-gloria_132_8833235.html
104/ Je ne peux que partager bon nombre des arguments de la journaliste russe Inna Afinogenova, ancienne employée de RT et à cette époque sans doute critique du gouvernement russe et opposée sans équivoque à l’invasion de l’Ukraine, à propos de la propagande dans tous les grands médias : Où est Inna Afinogenova et ce qui lui est arrivé - YouTube
105/ Cette interview de Pablo Iglesias avec Rafael Poch de Feliu est très intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=yTxNH-QgDC8
106/ https://www.rtve.es/noticias/20220323/periodista-espionaje-polonia-prision-provisional/2321582.shtml
107/ https://www.europapress.es/internacional/noticia-bruselas-enmarca-suspension-partidos-opositores-ucrania-ley-marcial-plena-invasion-rusa-20220322154330.html
108/ https://www.eldiario.es/internacional/ultima-hora-invasion-rusa-ucrania-directo_6_8846082_1086968.html
109/ Incidemment, non seulement l’interdiction des 12 partis a été perpétrée, mais il y aurait aussi, semble-t-il, une augmentation alarmante des perquisitions et des arrestations de blogueurs et de militants de gauche et d’opposition à Zelensky. De plus, comme nous le rappellent nos amis de Sotsialnyi Rukh , depuis 2014 les partis favorables au neutralisme ou simplement peu enthousiastes à l’égard de l’UE et de l’OTAN sont également disqualifiés comme « pro-russes ». Vigne : https://www.contretemps.eu/ukraine-zelensky-interdiction-partis-pro-russes/
110/ Voir. Daniel Bensaïd, Éloge de la politique laïque , Ed. Península, Barcelone, 2009.
111 / Vid. https://vientosur.info/la-tormenta-perfecta-ya-esta-aqui/
112/ Soit dit en passant, l’un des principaux risques pour l’impérialisme américain dans ce conflit est l’affaiblissement du dollar en tant que monnaie refuge en raison de la confiscation des avoirs russes à l’étranger. Voir https://rafaelpoch.com/2022/03/25/el-suicidio-del-dolar-ii/
113/ Des articles journalistiques récents évoquent déjà une dynamique de « débordement » de la guerre et le risque de son extension à la Trasnistrie dans les prochains jours : https://elpais.com/opinion/2022-05-02/desbordamiento-belico. html
114 / Vid. https://newleftreview.org/issues/ii133/articles/volodymyr-ishchenko-towards-the-abyss
115/ Le 26 avril, James Heappey, secrétaire d’État britannique à la Défense, ordonna aux Ukrainiens d’étendre la guerre au territoire russe. Vigne Marco d’Eramo : Vigne : https://newleftreview.org/sidecar/posts/radioactive-righteousness
116/ Des analystes prestigieux, comme Chomsky, alertent depuis un certain temps sur le grave danger que nous courons : https://www.sinpermiso.info/textos/centremonos-en-evitar-una-guerra-nuclear-en-lugar -de-debat-sobre -la-guerre-juste-interview-avec-noam
117/ En fait, Marco d’Eramo affirme que les grandes puissances agissent comme des somnambules qui s’approchent de l’abîme d’une manière qui rappelle beaucoup l’antécédent de la Grande Guerre de 1914. Cit .
118/ Vid. Marco d’Eramo, cit.
119/ Pour une caractérisation concise et passionnément ironique de ce changement d’époque, voir ces notes de Mike Davis, où l’humour raffiné ne manque pas : https://newleftreview.org/sidecar/posts/thanatos-triumphant
120/ Francisco Louça affirme que nous assistons au début de la fin de la mondialisation par la guerre et les sanctions : « Le réseau financier mondial se fragmente, avec le risque supplémentaire de bloquer l’approvisionnement en énergie et en nourriture. Il y aura deux internets, deux systèmes de paiement et d’échange, deux économies qui vont se heurter : comme 10 pays détiennent 75 % de la production de tous les minerais, les frontières de ces mondes vont les franchir. Après la mondialisation, nous sommes entrés dans le temps de la guerre infinie. Vigne : https://www.sinpermiso.info/textos/es-really-el-fin-de-la-globalizacion
121/ Selon l’annuaire du SIPRI, les dépenses militaires mondiales ont déjà augmenté de 0,7 % en 2021 malgré la pandémie. Les politiques de remilitarisation en 2022 pourraient atteindre des niveaux bien supérieurs à ceux de la guerre froide : https://www.sipri.org/sites/default/files/2021-09/yb21_summary_esp.pdf
122 / Vid. Poch https://rafaelpoch.com/2022/03/24/el-gran-peligro/
123/ Je profite de cet article pour inviter vos lecteurs à soutenir notre campagne de soutien financier à la gauche anticapitaliste ukrainienne et russe : https://www.anticapitalistas.org/comunicados/campana-de-solidaridad-con-las -socialistas-de -ukraine-et-russie/
124/ https://bdsmovement.net/es/news/la-respuesta-del-occidente-ante-invasi%C3%B3n-rusa-demuestra-que-no-hay-excusas-para-rechazar-el-bds

Andreu Coll

Izquierda anticapitalista, Espagne

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : La guerre en Ukraine - Les enjeux

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...