Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écosocialisme

Entretien avec Ian Angus

Écosocialisme ou barbarie

Le réchauffement climatique aggrave la situation en permettant (ou en forçant) les agents pathogènes de quitter les zones isolées où ils avaient existé, passant inaperçus pendant des siècles ou plus. De plus, le changement climatique affaiblit le système immunitaire des personnes et des animaux, les rendant plus vulnérables aux maladies et plus susceptibles de subir des complications extrêmes. En fin de compte, le capitalisme fait passer le profit avant les gens, et cela nous tue.

05/09/2020 | Revue de l’économie politique africaine. Cette entrevue a été traduite de Viento sur.

Parlez-nous un peu de votre carrière biographique et politique.

Je suis né au Canada, où j’ai passé toute ma vie. À l’adolescence, j’ai été attiré par les révolutions cubaine et vietnamienne, et alors que j’étais encore étudiant, je suis devenu militant de la gauche marxiste. J’ai participé à l’organisation de manifestations contre la guerre et au soutien des réfugiés latino-américains dans les années 1960 et 1970, et pendant ce temps, j’ai régulièrement écrit dans des magazines socialistes au Canada et aux États-Unis. Mon premier livre, publié en 1981, s’intitulait Canadian Bolsheviks , une histoire des premières années du Parti communiste au Canada.

En tant que socialiste et marxiste, quand avez-vous entendu parler du changement climatique pour la première fois ? Quels sont les livres, événements et problèmes qui ont attiré votre attention sur ces problèmes ?

J’ai toujours été très intéressé par la science, et c’est pourquoi je suis depuis longtemps les débats et des questions environnementales. Je ne sais pas quand j’ai pensé au changement climatique comme une préoccupation particulière. Cependant, dans les années 1990, je me suis intéressé aux discussions et débats sur la possibilité d’une analyse marxiste de la crise écologique mondiale. J’ai lu des livres et des articles d’une grande variété de chercheurs écologistes, socialistes et marxistes, et pendant un certain temps, j’étais d’accord avec l’idée que Marx et Engels n’avaient pas grand-chose à dire sur la nature, ou que ce qu’ils disaient était inapproprié ou même qu’ils avaient tort. Un moment inspirant c’est quand j’ai lu L’écologie de Marx par John Bellamy Foster. Contrairement à d’autres écrivains, Foster est allé aux fonds de choses, en montrant en détail ce que Marx avait dit sur l’agression du capitalisme contre la nature et comment cela se rapportait à sa vision matérialiste du monde. Marx a analysé la grande crise environnementale de son temps - la baisse de la fertilité des sols en Angleterre et en Europe - et a identifié la source de celle-ci comme une rupture causée par le capitalisme dans ce qu’il a appelé le "métabolisme universel de la nature" . Comme l’a montré Foster, ce concept de rupture ou « fissure métabolique » nous offre un cadre indispensable pour comprendre les crises écologiques actuelles.

Cette analyse et le travail dans le même sens de Paul Burkett dans « Marx et Nature » m’ont complètement convaincu. Après avoir écrit une série d’articles sur les questions environnementales, j’ai lancé le magazine en ligne Climate & Capitalism en 2007 et cette même année j’ai participé à la construction du Réseau international écosocialiste (EIN). Avec Michael Löwy et Jel Kovel, j’ai écrit le deuxième Manifeste écosocialiste (également connu sous le nom de Déclaration écosocialiste de Belém ), en 2008. L’EIN a eu une courte vie, mais c’e fut une première étape importante : je crois que le Réseau écosocialiste mondial récemment créé fera la promotion de la construction de larges mouvements sociaux dont nous avons besoin.

Il y a quelques années, vous avez écrit Face à l’anthropocène, le capitalisme fossile et la crise du système terrestre, pourriez-vous nous parler des arguments de votre livre, du concept de l’Anthropocène comme marque d’une nouvelle époque géologique et historique ?

Au cours des dernières décennies, les connaissances scientifiques de notre planète ont radicalement changé. Un nombre croissant d’enquêtes se sont concentrées non seulement sur des problèmes environnementaux spécifiques, mais sur la planète dans son ensemble, et ont montré que le système terrestre change rapidement et radicalement. Les conditions environnementales qui prévalaient depuis la dernière période glaciaire - les seules conditions dans lesquelles les civilisations humaines ont existé - sont balayées. Le changement climatique en est l’exemple le plus évident : le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère est maintenant beaucoup plus élevé qu’à tout moment au cours des deux derniers millions d’années. Ceci, ainsi que d’autres changements radicaux, ont conduit de nombreux scientifiques à conclure qu’une nouvelle époque dans le système terrestre a commencé. Ils appellent cette nouvelle ère l’Anthropocène, et il est largement admis que le changement décisif vers ces nouvelles conditions s’est produit au milieu du 20e siècle. 

Dans Face à l’Anthropocène , j’ai essayé de montrer comment les grands changements du capitalisme pendant et après la Seconde Guerre mondiale ont provoqué les changements globaux que les scientifiques ont identifiés. Fondamentalement, la faille métabolique identifiée par Marx est devenue un ensemble de failles mondiales interdépendantes, d’énormes ruptures dans les systèmes qui soutiennent la vie sur la planète Terre.

Cette vaste crise mondiale est le problème le plus important de l’heure. Il fut un temps où les socialistes pouvaient légitimement considérer les dommages environnementaux comme l’un des nombreux problèmes du capitalisme, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Lutter pour limiter les dégâts causés par le capitalisme aujourd’hui, et construire le socialisme dans les conditions de l’Anthropocène, nécessitera des changements qu’aucun socialiste du XXe siècle n’aurait jamais imaginé. Comprendre ces changements et s’y préparer doit être la priorité numéro un de notre agenda socialiste.

Je dois admettre que j’ai été très satisfait de l’accueil réservé à Face à l’anthropocène . Il en est maintenant à sa troisième édition et fait désormais partie de la liste des livres obligatoires dans de nombreux programmes universitaires en sciences de l’environnement. Il a été traduit en plusieurs langues.

On a beaucoup parlé du Green New Deal, concernant les programmes publics, les réformes financières et les politiques adoptées par le président Franklin Roosevelt dans les années 1930. On nous dit qu’un nouveau New Deal radical et vert qui doit être maintenant promu et est censé mobiliser toutes les ressources des États pour éviter la catastrophe environnementale. Que pensez-vous de ces propositions défendues par Naomi Klein et d’autres écologistes ?

Aux États-Unis, où le terme a été inventé, le label Green New Deal est utilisé par un grand nombre de politiciens et d’activistes pour défendre des propositions les plus diverses. Les projets de Green New Deal vont des réformes libérales du système fiscal aux propositions pour un État-providence social-démocrate, et vont dans certains cas jusqu’à la nationalisation des industries énergétiques. Et ces différentes versions sont avancées dans d’autres pays, notamment au Canada et au Royaume-Uni. Aucun d’entre elles ne remet en question le système capitaliste en tant que tel, mais en outre, il est difficile de faire une évaluation générale de leur contenu. Vous devez analyser ce que signifie chacun des projets présentés. Les détails sont importants, mais à mon avis, il ’est encore plus important si un projet particulier de Green New Deal peut mobiliser les gens hors des sphères du pouvoir. Selon Marx, "chaque étape d’un mouvement réel est plus importante qu’une douzaine de programmes". Et comme le dit Naomi Klein, ce qui vient de la plupart des dirigeants politiques et des organisations non gouvernementales, ce sont des plans verticaux conçus pour persuader les politiciens et les fonctionnaires, en utilisant l’action extra-parlementaire comme un écran de fumée, ou en l’instrumentalisant vers un soutien électoral pour politiciens libéraux. C’est une posture visant à convaincre. Ce type de Green New Deal vaut peu de chose.

Cela dit, l’intérêt croissant pour les solutions vertes est un signe positif. Il y a quelques années, il aurait été impossible pour Alexandria Ocasio-Cortez de faire entendre sa version du Green New Deal. Nous ne disons pas qu’il a été soutenu par d’autres députés et que la question a eu sa place dans des débats importants dans la presse et dans les autres médias. Cela ne signifie pas que les changements dont nous avons besoin ont été réalisés, mais cela montre que certains de nos dirigeants commencent à ressentir la chaleur des protestations et des mobilisations. Donc, même si ce n’était pas l’intention de ses auteurs, l’idée d’un Green New Deal peut nous aider à faire sortir les gens de la rue.

Roape est un magazine et un site Web d’économie politique critique axé sur l’Afrique. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l’ampleur de la crise climatique sur le continent et dans le Sud global plus généralement ?

Il y a un chapitre dans Face à l’anthropocente intitulé « Nous ne sommes pas du tout ensemble là-dedans". La persistance des pillages brutaux en Afrique en est une preuve évidente. Les personnes et les pays les moins responsables du réchauffement climatique sont déjà sa principale victime. C’est un cliché environnemental de dire que nous sommes tous dans le même bateau sur la planète, mais en réalité, quelques-uns voyagent en première classe, avec des sièges réservés dans les meilleurs canots de sauvetage, tandis que la plupart restent sur le pont, sur des bancs de bois exposés aux intempéries et sans accès aux canots de sauvetage. L’apartheid environnemental est la norme dans l’Anthropocène.

Si le capitalisme fossile reste dominant, l’Anthropocène sera une nouvelle ère de gouvernements sauvages contrôlés par une minorité et où la majorité subira de terribles souffrances, en particulier dans les pays du Sud. C’est pourquoi le responsable de « Climate & Capitalism » a adapté le slogan du célèbre appel à la résistance de Rosa Luxemburg pour prévenir le désastre de la Première Guerre mondiale, Ecosocialisme ou barbarie : il n’y a pas de troisième voie.

L’activisme environnemental militant a secoué le monde entier l’année dernière, les enfants et les jeunes ont joué un rôle central dans les grèves et les manifestations. Que pourriez-vous nous dire sur le rôle et l’importance du militantisme, et comment ces mouvements doivent se lier à des groupes plus larges et à la politique anticapitaliste ?

Comme je le disais, en effet, la tâche qui nous attend est de construire de larges mouvements sociaux dans les rues, en dehors des allées du pouvoir. Nous devons supposer que ces mouvements ne seront pas parfaits répondant à une théorie précise et qu’ils prendront des formes inattendues. Personne à ma connaissance n’aurait prédit les dimensions du mouvement mondial de la jeunesse pour la grève climatique de Greta Thunberg, ni l’impact du mouvement Extinction Rebellion au Royaume-Uni, mais les deux sont des exemples significatifs de ce qui peut être fait.

Au Canada, les campagnes les plus efficaces sont menées par des peuples autochtones qui luttent pour protéger leurs terres ancestrales de l’exploitation par les industries pétrolières et gazières. Récemment, lors de leurs manifestations et de leurs piquets de grève, ils ont réussi à couper les principales voies ferrées du pays, forçant le gouvernement à devoir négocier avec les Wet’sunwet’en, qui se battent pour garder un gazoduc hors de leurs terres.

Dans des situations comme celle-ci, la pire chose que les socialistes puissent faire (et malheureusement de nombreux radicaux puristes font exactement la même chose) est de se retirer, critiquant le mouvement parce que ses revendications ne sont pas suffisamment exigeantes ou parce que les militant-e-s ont des idées irréalistes sur ce qu’il est. possible d’obtenir avec le système actuel. Nous devons nous rappeler la célèbre explication de Marx selon laquelle les gens ne changent pas leurs idées, puis changent le monde : ils changent leurs idées dans l’action de changer le monde.

Les écosocialistes doivent être des participant-e-s actifs et des bâtisseur-e-s d’un mouvement lié à la réalité. Et ce faisant, nous devons patiemment expliquer la nécessité d’un changement radical, montrant que la crise écologique mondiale est en fait une crise du capitalisme mondial, et qu’il ne sera pas possible de construire des solutions durables tant que le capitalisme continuera de diriger cette planète.

A côté de mon bureau, j’ai le célèbre aphorisme de Gramsci « Pessimisme de l’intelligence, optimisme de la volonté » car pour moi il définit ce que doit être l’attitude écosocialiste de notre temps. Le capitalisme est puissant et nous savons que le désastre est en effet possible, mais nous ne pouvons pas céder au désespoir. Si nous nous battons, nous pouvons perdre ; si nous ne nous battons pas, nous perdrons. Une lutte consciente et collective pour arrêter le train de l’enfer qu’est le capitalisme est le seul espoir d’un monde meilleur.

Beaucoup de gens établissent un lien entre la crise climatique, le capitalisme et l’émergence de Covid-19. Pourriez-vous nous décrire comment, selon vous, ces questions sont étroitement liées ?

Il y a trois ans, l’Organisation mondiale de la santé recommandait aux agences de santé publique de se préparer à ce qu’elles appelaient la « maladie X » : l’émergence probable d’un nouveau pathogène qui provoquerait une épidémie mondiale. Aucun des pays riches n’a répondu à cet avis.Ils ont poursuivi leurs politiques d’austérité néolibérales, réduisant les dépenses de recherche et de services de santé. Et même maintenant, lorsque la maladie X est arrivée, les gouvernements dépensent plus d’argent pour renflouer les banques et les compagnies pétrolières que pour sauver des vies.

Une multitude de nouvelles zoonoses - virus, bactéries et parasites passant de la faune aux humains et aux animaux de compagnie - font leur apparition dans le monde parce que le capitalisme se déchaîne à travers les forêts primaires, les remplaçant par des monocultures dont elles peuvent profiter.

Dans les écosystèmes déstabilisés qui en résultent, il existe plus de possibilités pour des maladies comme Ebola, le virus Zika, la grippe porcine, d’autres nouvelles grippes et maintenant Covid-19 de se propager aux communautés voisines.

Le réchauffement climatique aggrave la situation en permettant (ou en forçant) les agents pathogènes de quitter les zones isolées où ils avaient existé, passant inaperçus pendant des siècles ou plus. De plus, le changement climatique affaiblit le système immunitaire des personnes et des animaux, les rendant plus vulnérables aux maladies et plus susceptibles de subir des complications extrêmes. En fin de compte, le capitalisme fait passer le profit avant les gens, et cela nous tue.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Écosocialisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...