Édition du 18 janvier 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections québécoises 2012

Élections Québec 2012 - L'Association québécoise des CPE se prononce sur les engagements politiques

MONTRÉAL, le 30 août 2012 - À quelques jours des élections générales du Québec, l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) présente son appréciation des plateformes des principaux partis politiques, ainsi que son bilan des années au pouvoir du gouvernement libéral. Cette analyse fait suite à une tournée de plusieurs circonscriptions ayant permis de rencontrer de nombreux candidats.

Des engagements positifs pour le développement du réseau des services de garde :

L’AQCPE se réjouit de constater que le Parti Québécois, la Coalition Avenir Québec, Québec Solidaire et Option Nationale s’engagent à compléter le réseau des services de garde. Pour ces partis, c’est un enfant, une place. Seule ombre au tableau : le Parti Libéral du Québec qui refuse de prendre le même engagement. Pourtant, avec de la volonté politique, il est possible dès maintenant de combler les 45 000 places manquantes dans le réseau, grâce aux 63 000 places jugées admissibles lors du dernier appel d’offres du ministère de la Famille. « Il faudra toutefois demeurer vigilant pour que ce développement respecte les besoins exprimés par les parents sur les listes d’attente et se fasse en centre de la petite enfance », affirme madame Hélène Gosselin, présidente de l’AQCPE.

Les réserves de l’AQCPE :

L’AQCPE émet de sérieuses réserves quant à la proposition du Parti Québécois d’offrir la maternelle aux enfants âgés de quatre ans en milieux défavorisés de même qu’à l’engagement de la Coalition Avenir Québec de transformer le réseau dysfonctionnel des garderies commerciales non subventionnées en places à 7 $. « Il sera important de rappeler à la Coalition Avenir Québec le modèle unique de gouvernance des centres de la petite enfance, qui sont des corporations à but non lucratif administrées par les parents » précise madame Hélène Gosselin, présidente de l’AQCPE.

De plus, l’AQCPE estime qu’il est essentiel de poursuivre les travaux du Chantier sur le financement global des CPE et de compléter le développement du réseau avant de précipiter l’indexation des tarifs. Ceux-ci sont passés de 5 $ à 7 $ sous le régime libéral, soit une augmentation de 40 %, allant bien au-delà de l’indexation souhaitée par la Coalition Avenir Québec et le Parti Libéral.

Bilan du gouvernement libéral

La campagne électorale a aussi été l’occasion de faire le bilan des années au pouvoir du gouvernement libéral. Celui-ci a développé le réseau des services de garde à un rythme trois fois moins rapide que celui du gouvernement précédent. Le gouvernement Charest a aussi facilité l’accès aux crédits d’impôt. Cela a favorisé le développement anarchique des commerces offrant des services de garde non subventionnés qui ont connu une croissance de 1600 % depuis leur arrivée au pouvoir. « Ce gouvernement a choisi juste avant le déclenchement des élections de geler le financement des CPE, mais de donner 24 M$ aux garderies commerciales qui font déjà annuellement 54 M$ de profit » rappelle Louis Senécal, directeur général de l’AQCPE.

Durant le règne libéral, les allégations de l’opposition officielle sur le « scandale des garderies libérales » et les blâmes sévères du Vérificateur général ont terni la réputation du réseau des services de garde, qui faisait pourtant la fierté de tous les Québécois. Rappelons que le Vérificateur général a dénoncé le manque de rigueur et la subjectivité dans l’attribution des permis pour les services de garde. Ces irrégularités ont mobilisé le réseau et forcé le gouvernement libéral à adopter une loi resserrant l’encadrement de l’attribution des places. Malheureusement, dès le premier appel de projets ayant suivi l’adoption de ces nouvelles règles, le ministère de la Famille s’est attribué un large pouvoir discrétionnaire pour exclure d’emblée près de la moitié des 2200 projets » déplore Louis Senécal, directeur général de l’AQCPE.

Tout commence en petite enfance

La tournée électorale de l’AQCPE s’est déroulée à grande vitesse en raison de l’enthousiasme des candidats et médias locaux et régionaux. « Avec cette campagne positionnant la petite enfance en tant qu’enjeu prioritaire de notre société, nous espérons que les familles seront mieux informées pour les élections générales du 4 septembre prochain », conclut Hélène Gosselin.

L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est le principal réseau d’entreprises d’économie sociale représentant les intérêts des centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, offrant des services de qualité, partout au Québec. Forte de son membership, l’AQCPE est la seule association nationale pleinement représentative des parents-administrateurs de CPE, CPE-BC et BC de toutes les régions du Québec.

L’AQCPE est reconnue auprès de ses nombreux partenaires comme un acteur de premier plan dans le secteur des services de garde et qui assume un leadership exemplaire dans la défense des intérêts des enfants et des familles du Québec.

Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE)

L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est un réseau d’entreprises d’économie sociale représentant les intérêts de la majorité des centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, partout au Québec. L’AQCPE est reconnue auprès de ses nombreux partenaires comme un acteur de premier plan en petite enfance et sa mission est d’exercer un leadership national sur l’ensemble des enjeux liés aux services éducatifs et de garde à l’enfance.

Sur le même thème : Élections québécoises 2012

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...