Édition du 12 mars 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Enquête sur les réseaux d’influence israéliens à Bruxelles

tiré de : https://orientxxi.info/magazine/enquete-sur-les-reseaux-d-influence-israeliens-a-bruxelles,2876

Tout le monde le sait, les réseaux pro-israéliens jouent un rôle actif sur la scène politique américaine. Moins connue en revanche est leur influence à Bruxelles, siège des institutions européennes. Avec l’appui de leurs homologues d’outre-Atlantique et le soutien de Tel-Aviv, ils consolident le statut sans équivalent d’Israël auprès d’une Union européenne qui refuse toute mesure contre la poursuite de la colonisation et les innombrables violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

Grégory Mauzé > 31 janvier 2019

« Au regard des violations des droits humains, le lobby israélien bénéficie d’un net traitement de faveur par rapport à d’autres représentations d’intérêts étatiques, explique une source au Parlement européen. « Lorsque la Russie a placé des députés européens sur une liste noire d’interdictions d’entrée sur son territoire national, le président du Parlement européen Martin Schultz a immédiatement limité l’accès des diplomates russes à l’institution. Israël, de son côté, n’hésite pas à blacklister les eurodéputés qui défendent les droits des Palestiniens et, à de rares exceptions près, interdit aux membres du Parlement européen l’accès à la bande de Gaza depuis 2011, sans que cela ne suscite la moindre contre-mesure de notre côté ! », poursuit notre contact.

En janvier 2016, le successeur de Schultz, Antonio Tajani, interdisait une conférence à laquelle était convié un ministre syrien dans le contexte d’accusations d’usage d’armes chimiques par le régime de Bachar Al-Assad. Il n’a vu toutefois aucune objection à ce que le député israélien Avi Dichter, maître d’œuvre de la répression de la seconde Intifada, soit invité avec les honneurs à s’exprimer en commission des affaires étrangères en septembre 2018.

Si l’influence des groupes d’intérêt visant à préserver le soutien dont jouit Tel-Aviv auprès des États-Unis est de notoriété publique, moins connue est l’activité de ces réseaux sur le Vieux Continent. Depuis le début des années 2000, ces derniers s’emploient pourtant à asseoir leurs bonnes relations avec l’Union européenne (UE) et ses États membres. Si les bonnes grâces de Bruxelles ne revêtent pas pour Tel-Aviv le même intérêt vital que celles de Washington, elles n’en sont pas moins stratégiques. Première partenaire commerciale, l’UE a progressivement octroyé à Israël un statut d’allié privilégié dans des domaines cruciaux tels que la recherche scientifique, l’innovation ou le renseignement.

Le lobby israélien a connu sa première implantation substantielle en Europe dans la foulée de la seconde Intifada qui éclate en septembre 2001. « Prenant acte de son image désastreuse en raison de la répression de la résistance palestinienne, le gouvernement israélien va tenter de compenser le déficit de légitimité dont il souffre à cause de sa politique coloniale en cherchant à soigner son image auprès des élites européennes », explique David Cronin, journaliste irlandais, auteur, avec les chercheurs Sarah Marusek et David Miller, d’une vaste étude sur le sujet1. Quinze ans plus tard, la greffe semble avoir remarquablement pris, et Tel-Aviv dispose d’un réseau d’influence quasiment sans pareil pour un groupe de pression étatique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...