Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections fédérales 2015

Éviter le pire et lutter pour la transformation

Devant le gouvernement le plus réactionnaire du Canada depuis les années 1930 se trouvent deux partis néolibéraux, le PLC et le NPD qui sont les deux seuls à pouvoir l’emporter contre Harper. Le PLC, depuis longtemps le « parti de gouvernement » du capitalisme canadien, espère déborder le NPD sur sa gauche, promettant des investissements dans les infrastructures, quitte à faire augmenter le déficit. Mulcair est pour sa part préoccupé de démontrer à la classe dirigeante qu’il préside un autre parti que celui historiquement associé aux syndicats canadiens-anglais. Son « budget équilibré » est un mot de code indiquant qu’il ne s’engagera pas dans de vastes réformes sociales à part (peut-être) quelques initiatives modestes (comme le programme fédéral des garderies).

(tiré du Bulletin du collectif d’analyse politique no 17, septembre 2015)
Pour lire tout le bulletin du Collectif, cliquez sur le lien

Parallèlement, le NPD promet d’abolir certaines lois liberticides (C-51), que les Libéraux ont défendues en appuyant Harper. Les deux partis se rejoignent pour défendre le modèle extractiviste promu par le capitalisme canadien.

Du point de vue de la gauche écosocialiste, il faut vaincre Harper, d’une part. Il faut constater d’autre part qu’aucun des deux partis ne représente une option réellement progressiste. Néanmoins, je favorise un vote pour le NPD, tant au Québec qu’au Canada. Un gouvernement NPD aurait comme effet de déstabiliser quelque peu l’ordre dominant et d’ouvrir des espaces pour les mouvements populaires et de stimuler éventuellement le processus visant à construire une force politique de gauche pancanadienne. Dans ce contexte, le Bloc Québécois me semble une voie sans issue, car il ne peut vaincre Harper. D’autre part, la bataille pour l’indépendance sera gagnée à Québec et non à Ottawa.

Par ailleurs, il ne s’agit nullement d’envoyer la question nationale aux oubliettes. En réalité, l’avancée d’un mouvement indépendantiste québécois est un préalable pour faire lever le programme anticapitaliste au Québec. Au Canada, l’indépendance du Québec est fondamentale pour imposer une réelle reconfiguration de l’État, que cela soit avec un Québec carrément indépendant, ou dans le cadre d’une fédération tout à fait nouvelle, démocratique et plurinationale, impliquant le Québec et les Premières Nations. La force et la continuité de la revendication indépendantiste ont déjà forcé le NPD à reconnaître formellement le droit à l’autodétermination (la déclaration dite de Sherbrooke). Un projet de loi déposé par le NPD en 2013 proposait que le Parlement reconnaisse ce droit en acceptant la règle du 50 % + 1 en cas d’un référendum (le projet n’a évidemment pas été adopté). Ce virage du NPD le distingue du PLC commis à maintenir la structure de l’État capitaliste canadien. Si jamais le NPD accède au gouvernement le mois prochain, il faudra s’assurer qu’il respecte son engagement.

Richard Fidler

Sur le même thème : Élections fédérales 2015

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...