Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Forum social mondial 2016 à Montréal

Forum social mondial 2016 à Montréal

L’expérience d’Istanbul

Le 31 mai 2013, une manifestation locale contre la destruction d’un parc public au cœur d’Istanbul (parc Gezi) a évolué en un cycle de protestations antigouvernementales à une échelle nationale sans précédent dans l’histoire moderne de la Turquie. Au cours de quelques semaines, plus de 2,5 millions de personnes ont occupé les lieux publics dans 79 villes, où la violence de la police a causé plus de 7 500 blessés et 5 morts. La force motrice des mobilisations se composait de travailleurs salariés et d’étudiants des classes populaires dans leur majorité.

Les auteurs sont doctorants à l’Université Simon Fraser (Vancouver).

Inspiré par le mouvement du Printemps arabe, ce mouvement a fait un large usage de médias sociaux et adopté le répertoire d’occupation d’espaces publics qui sont symboles de l’inégalité sociale et économique. Les manifestants ont parallèlement recouru aux modes de prise de décisions participative démocratique à travers des forums de quartiers où ont été élaborées des stratégies pour la critique du gouvernement, la mise en place d’alliances avec les mouvements sociaux, la transformation démocratique de la vie quotidienne et la formulation des solutions concernant les besoins des quartiers.

En Turquie, la restructuration néolibérale du milieu urbain pour assurer l’accumulation du capital ne repose pas seulement sur des politiques économiques. Les projets urbains du gouvernement et la construction de centres commerciaux et de mosquées consistent en effet des efforts de mise en avant d’une société marchande justifiée autour des codes culturels spécifiques qui s’efforcent d’effacer les oppositions de classes. Au-delà de la mobilisation fragmentée et centralisée sur des questions particulières, l’expérience de la Turquie démontre l’émancipation sociale passée par une appréciation critique et holistique des origines politiques, économiques et culturelles de la société marchande, d’où l’importance d’une critique de masse à la fois de l’autoritarisme, du capitalisme et du néolibéralisme, de l’islamisme, de l’oppression de sexe et de l’injustice environnementale.

De même, l’expérience de la Turquie confirme que les luttes populaires démocratiques ne découlent pas d’une inexistence de « leadership » en forme de spontanéité pure. Ces luttes sont construites sur la base d’une myriade de formes de leadership qui tissent des alliances entre média alternatifs, intellectuels progressistes et groupes d’admirateurs de football, sans nier la contribution majeure des partis politiques et des organisations de masse de gauche expérimentées et disciplinées.

Efe Can Gürcan

Doctorants à l’Université Simon Fraser (Vancouver).

Efe Peker

Doctorant à l’Université Simon Fraser (Vancouver).

Sur le même thème : Forum social mondial 2016 à Montréal

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...