Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

L’ouragan le plus meurtrier de Floride depuis des années pourrait aggraver les inégalités et augmenter le nombre de sans-abris dans le contexte de la guerre culturelle menée par DeSantis

Alors que le président Biden rencontre le gouverneur de Floride Ron DeSantis et les survivants de l’ouragan Ian, la tempête la plus meurtrière à frapper l’État depuis des décennies, nous recevons une mise à jour de la représentante de l’État de Floride, Michele Rayner, sur les efforts de secours en cours et la crise du logement exacerbée par la tempête. Les Républicains comme le gouverneur DeSantis sont « plus préoccupés par le fait de s’en prendre à Joe Biden que de s’assurer qu’ils peuvent prendre soin de leur peuple », a déclaré Rayner. Elle discute également du traitement des demandeurs d’asile en Floride et du projet de loi anti-LGBT « Don’t Say Gay ».

05 octobre 2022 | tiré de Democracy now !

AMY GOODMAN : Le président Biden rend visite aux survivants de l’ouragan Ian en Floride aujourd’hui, examinant les dommages causés par la tempête de catégorie 4 qui a dévasté une partie de la côte du golfe de Floride. Le nombre de morts causés par l’ouragan a dépassé les 109, dont 105 en Floride, ce qui en fait l’ouragan le plus meurtrier que l’État a connu depuis des décennies. Les équipes de recherche et de sauvetage avertissent qu’elles sont susceptibles de découvrir d’autres corps dans les prochains jours. Au moins 55 des décès ont eu lieu dans le comté de Lee, en Floride. Le gouverneur républicain Ron DeSantis a refusé de répondre aux questions lors d’une conférence de presse lundi sur les raisons pour lesquelles les responsables n’ont pas imposé d’évacuations avant la veille du passage de la tempête.

AMY GOODMAN : DeSantis rencontre le président Biden aujourd’hui alors que de nombreux résidents font face à une longue crise du logement qui pourrait laisser beaucoup sans logement, en particulier ceux à faible revenu ou à revenu fixe.

Pour en savoir plus, nous nous rendons à St. Petersburg, en Floride, pour parler avec la représentante démocrate de l’État, Michele Rayner. Elle a été sur le terrain pour aider aux efforts de secours dans les quartiers les plus durement touchés de Fort Myers, qui se trouve dans le comté de Lee, y compris Harlem Heights et Dunbar.

Bienvenue à Democracy Now ! C’est formidable de vous avoir parmi nous, représentante Michele Rayner. Si vous pouvez parler de toute cette histoire, vous savez, l’attaque contre les fonctionnaires pour ne pas avoir appelé à l’évacuation plus tôt, mais toute la question de savoir qui est le plus durement touché ? Qui est-ce le plus difficile – qui sont les plus difficiles à évacuer ? Par exemple, les pauvres, les personnes qui n’ont pas accès aux véhicules, etc. Et puis, que se passe-t-il après la tempête ? Qui est le plus touché ? Donnez-nous une idée de la situation.

REP. MICHELE RAYNER : Eh bien, Amy et Juan, c’est tellement bon d’être avec vous. C’est, presqu’un rêve devenu réalité. Donc, j’aime Democracy Now ! et le travail que vous faites.

Mais pour répondre à la question qui se pose, je suis une noire en Amérique, une noire en Floride depuis 41 ans – une jeune de 41 ans, mais depuis 41 ans. J’ai donc de la famille à Fort Myers dans la région de Dunbar et à Harlem Heights. Donc, quand on pense à évacuer, il y a un privilège à pouvoir évacuer. Tout le monde n’a pas les moyens ou la capacité d’évacuer. Et donc, c’est une priorité, alors nous partons de là. De plus, vous savez, alors que nous évaluons et examinons la réponse du comté de Lee, nous savions qu’il y avait un ouragan qui approchait, mais au début, ils pensaient qu’il allait frapper ma maison, mon district, et il a tourné. Donc, encore une fois, en disant aux gens d’évacuer, surtout à Harlem Heights et à Dunbar, il y a un privilège qui est là.

Mais deuxièmement, une fois que nous devons répondre à la situation faisant suite l’ouragan, la question préoccupante est la suivante : qui reçoit quel type de secours ? Et je pense que, vous savez, comme j’ai fait des appels à ce sujet, il faut mettre intentionnellement l’accent sur nos familles de travailleurs, sur nos travailleurs agricoles. Il y a une grande population de travailleurs agricoles dans le sud-ouest de la Floride. De plus, certaines parties de ces collectivités, vous savez, le quart de Dunbar vit sous le seuil de pauvreté fédéral, et ainsi de suite — mais nous savions qu’il y aurait une disparité ou une réponse inéquitable à cause de ce qui se passait avant l’ouragan Ian.

JUAN GONZÁLEZ : Et, Madame la représentante, pourriez-vous nous parler de la crise du logement qui existe déjà en Floride, avant l’ouragan, en termes de logement abordable, de rapports faisant état d’une énorme flambée des prix des loyers dans de nombreuses régions de la Floride ? Comment voyez-vous le nombre de personnes qui sont maintenant sans abri, comment l’État va pouvoir mobiliser — et le gouvernement fédéral — des ressources pour pouvoir aider ceux qui n’ont pas de logement ?

REP. MICHELE RAYNER : Je veux dire, Juan, vous savez, nous avons une crise du logement, comme vous l’avez dit. Il existe des moyens de résoudre cette crise du logement, mais une direction dirigée par les Républicains à partir de la résidence du gouverneur et à l’Assemblée législative a choisi de ne pas le faire. Nous avons tenté de régler la crise de l’assurance de biens que nous connaissons. Cela n’a pas été abordé. En fait, c’était — vous savez, aider et aider les compagnies d’assurance.

Donc, quand vous pensez aux gens qui sont des familles de travailleurs et aux gens qui essaient de s’assurer qu’ils peuvent reconstruire leur vie, premièrement, est-ce que leur logement sera le même ou meilleur que ce qu’ils ont perdu ? Deuxièmement, vont-ils pouvoir se permettre ce logement ? Troisièmement, les compagnies d’assurance — vont-elles vraiment faire preuve d’éthique dans leurs relations avec les gens sur le terrain ?

Donc, nous voyons déjà que nous avons une crise sur notre marché du logement, nous avons une crise dans notre marché locatif, nous avons une crise dans notre marché de l’assurance de biens, et cette tempête a maintenant exacerbé la crise dans laquelle nous nous trouvons. Et nous nous retrouvons à des niveaux catastrophiques. J’espère que la FEMA entrera en fonction, qu’elle commencera immédiatement à travailler avec les communautés les plus marginalisées et qu’elle se concentrera intentionnellement sur la façon de s’assurer qu’elles peuvent se réloger.

JUAN GONZÁLEZ : Et je voulais vous poser des questions sur votre gouverneur et sa position sur des questions telles que le changement climatique. Si je ne me trompe pas, à la suite de la tempête Sandy, il s’est opposé à l’aide fédérale au New Jersey et à New York par le gouvernement fédéral après cette catastrophe. Maintenant, il est forcé de demander de l’aide à Washington, n’est-ce pas ?

REP. MICHELE RAYNER : Oui. Et donc, vous savez, le gouverneur, lui et d’autres membres de son parti parlent des deux côtés de leur bouche. Vous savez, nous avons vu des membres de la délégation républicaine du Congrès de la Floride voter contre leurs propres intérêts et leurs propres électeurs cette semaine au sujet de l’acheminement de l’aide à la Floride. Donc, vous savez, ils sont plus préoccupés par le fait de s’en prendre à Joe Biden que de s’assurer qu’ils peuvent prendre soin de leur peuple. Et en ce moment, vous savez, DeSantis se retrouve dans cette position. Vous savez, il essaie de trouver un moyen de continuer à s’en prendre à Joe Biden tout en lui tendant simultanément la main. Et les deux positions ne peuvent pas être authentiques ; vous ne pouvez pas faire les deux. Et encore une fois, c’est pourquoi j’ai dit, vous savez, nous sommes des fonctionnaires. Lorsque nous sommes élus, nous sommes fonctionnaires. Mais il y a des gens qui sont plus préoccupés par le fait d’être reconnus que par le fait d’être un serviteur.

AMY GOODMAN : Permettez-moi de vous poser une question, toujours sur le gouverneur DeSantis, mais sur une autre question, et c’est la question des migrants. Nous savons tous ce qu’il a fait, dépensant de l’argent du gouvernement pour transporter des demandeurs d’asile vénézuéliens du Texas en Floride, jusqu’à Martha’s Vineyard. Maintenant, il y a un certain nombre d’immigrants – des migrants, des demandeurs d’asile à New York à qui on a montré des dépliants qu’il y a du travail rémunéré en Floride. Ils redescendent. Le New York Post rapporte cela. Que leur dites-vous, représentante Michele Rayner ? On leur dit qu’ils recevront de l’argent s’ils vont en Floride.

REP. MICHELE RAYNER : Je ne sais pas quoi dire, Amy. Premièrement, il est déchirant que, fondamentalement, notre gouverneur les ait kidnappés – je veux dire, par exemple, appelons cette chose comme ce qu’elle est – et sous de faux prétextes. Vous savez, je suis un avocat de la défense criminelle. Et selon n’importe quelle autre norme, vous savez, il ferait face à des poursuites pour ce qu’il a fait.

Deuxièmement, vous savez, même si je comprends que les gens doivent travailler — ils essaient de s’assurer qu’ils peuvent rester ici aux États-Unis parce que les conditions d’où ils viennent sont si dangereuses. Je ne le fais pas – je suppose que nous sommes ici maintenant. Je ne sais pas si la Floride est le meilleur endroit pour eux, parce que nous avons un gouverneur qui s’est avéré dangereux pour les gens qui ne lui ressemblent pas, pour les gens qu’ils n’aiment pas, pour les gens qui ne sont pas du même parti et pour les gens qui n’ont pas le même niveau de richesse que lui. Et donc, vous savez, alors que moi, comme tout le monde, j’accueillerais les gens et dirais : « S’il vous plaît, venez. S’il vous plaît, travaillez. S’il vous plaît, aidez-nous et soyez également en mesure d’avoir de l’argent à envoyer à vos familles », la Floride a tendance à être un peu dangereuse pour les gens qui ne s’accordent pas avec Ron DeSantis.

AMY GOODMAN : Permettez-moi de vous poser rapidement la question, madame la représentante Michele Rayner. Vous êtes la première femme noire ouvertement LGBTQ à l’Assemblée législative de Floride. Le 11 octobre prochain, la semaine prochaine, c’est la Journée nationale du coming out. Vous prévoyez diriger une assemblée publique à la suite de l’adoption du projet de loi H.B. 1557, « Ne dites pas gay ». Pouvez-vous nous parler de l’impact que cela a eu ? Et les gens continuent-ils leur activisme autour de cela au milieu de cette tempête ?

REP. MICHELE RAYNER : Vous savez, Amy, cela a eu un impact significatif. Il a eu un impact significatif sur les enseignants. Il y a eu des enseignants qui ont quitté la profession. Nous avons eu des gens qui sont nerveux de ce qu’ils peuvent dire aux parents. Un district scolaire juste au-dessus de mon comté a demandé aux enseignants d’enlever les autocollants « espace sûr ». Vous avez des parents qui s’inquiètent de la sécurité de leurs enfants. Vous avez des élèves qui signalent une augmentation de l’intimidation parce qu’ils sont membres de la communauté LGBTQ.

Et les gens continuent très certainement leur plaidoyer autour de ce travail, parce que voici ce que nous savons être vrai. Si cette législature reste la même composition, si Ron DeSantis remporte un deuxième mandat comme gouverneur, ce type de projets de loi ne s’arrêtera pas à « Ne dites pas gay ». Nous allons voir des projets de loi comme ceux que nous avons vus au Texas, vous savez, criminalisant les parents qui essaient de permettre à leurs enfants d’avoir des soins d’affirmation de genre, et qui repoussent les limites de ce qui peut être fait. Donc, nous savons qu’en ce moment avec « Don’t Say Gay », nous devons continuer à tirer la sonnette d’alarme, sachant que c’est une pente glissante quant à ce qui peut arriver, non seulement envers les jeunes LGBTQ, mais aussi les Noirs et les Bruns, les travailleurs et les familles de travailleurs.

AMY GOODMAN : Eh bien, représentante Michele Rayner, merci beaucoup d’être d’être avec nous, comme représentante démocrate de l’État de Floride. Après l’ouragan Ian, la représentante Rayner a été sur le terrain dans les quartiers les plus durement touchés de Fort Myers, y compris Harlem Heights, Dunbar, pour contribuer aux efforts de secours.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...