Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

La Vigile des femmes autochtones

Enfant, j’ai sauté en l’air et me suis brassée à gauche et à droite pour m’épivarder. Jeune adulte je me suis dévergondée dans les discothèques. Plus vieille, j’ai dansé avec ma gang de filles pour me défouler. J’ai aussi vu des spectacles de danse : voir le mouvement et les émotions sur une scène.
Mais qui m’aurait dit qu’on pouvait danser et chanter en solidarité ? Pourtant c’est ce qui est arrivé jeudi le 5 novembre au Parc de l’Université du Québec à Québec. Les femmes autochtones avaient organisé une vigile en soutien aux femmes de Val d’Or agressées par les policiers de la SQ.

C’est plus de cent cinquante personnes qui ont fait un grand cercle sur la place publique. Le cercle est un symbole fort chez les Autochtones. Il y avait aussi la lumière. Déjà à 18 hrs, le soleil était couché mais les petites chandelles, ici et là dans la foule ressemblaient à de petites étoiles brillantes. L’atmosphère se créait petit à petit.

Puis les chants ont commencé avec les tambours. Ont suivi les discours, entre autres de mesdames Larivière, militante autochtone, de Michèle Audet, ex candidate libérale et ex présidente des femmes autochtones, d’Émilia Castro pour la Coalition de la Marche Mondiale des femmes, de Pénélope Guay pour la Maison Missinack. Un message du chef des Premières Nations au Québec, Ghyslain Picard, a aussi été lu. Plusieurs autres femmes autochtones étaient impliquées dans l’animation et l’organisation.

Un homme a aussi été invité à faire une cérémonie d’accueil et à chanter pendant que des femmes donnaient une pincée de tabac à chaque personne présente. Le tabac est aussi un symbole fort dans la culture autochtone.

Et les chants ont été de nouveau présents. Les chanteuses ont invité les personnes présentes à briser le cercle en dansant avec elles autour de la place. Petit à petit, les gens se sont dispersé. Les chants et les danses se sont diffusé dans le vent vers les femmes de Val d’Or.

Alors les voix et le mouvement prennent un tout autre sens de vie. Un sens de solidarité.

Chloé Matte Gagné

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...