Édition du 18 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

La bataille contre les peuples

« La bataille de Londres » : Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel de l’historien Frédéric Bastien publié chez Boréal, nous replonge dans la saga qui a suivi la défaite référendaire de 1980, les méandres antidémocratiques du rapatriement de la constitution imposé par le premier ministre du Canada Pierre Elliot Trudeau.

Le livre a été écrit à partir d’archives de l’époque -en particulier celles du Foreign office et du cabinet de la première ministre britannique Margueret Thatcher-, et d’entrevues avec de hauts fonctionnaires mêlés à cette sombre histoire. La demande rapatriement de la constitution du premier ministre libéral du Canada à la première ministre conservatrice devait être une simple formalité est devenu une véritable course à obstacles. Le rapatriement unilatéral était la réponse du gouvernement Trudeau à la victoire du Non au référendum sur une nouvelle entente Québec-Canada, connue comme souveraineté-association tenue par le gouvernement du Parti Québecois du premier ministre René Lévesque en mai 1980. Le rapatriement qui devait être une formalité complique les relations entre les deux alliés impérialistes, il ne s’agit pas de répondre à la demande gouvernement canadien par l’adoption d’une loi qui transférerait de vieux textes constitutionnels de Londres à Ottawa, mais de faire adopter une Charte canadienne des droits par le parlement britannique sans vraiment consulter les peuples concernés. C’est tout un coup de force, un véritable coup d’état. Une opposition de 8 gouvernements provinciaux dont celui du Québec tentent de sensibiliser les députés du parlement britannique sur ce qu’ils considèrent comme un véritable un coup d’état opéré par Trudeau avec la complicité de Thatcher. Ce qu’on apprend c’est que ce rapatriement antidémocratique et surtout sa charte sont les outils que le gouvernent Trudeau se donne pour mettre en place un État fort centralisé au niveau pan-canadien et surtout pour bâillonner le Québec et se débarrasser de l’irritant linguistique de la loi 101.

Mais la principale révélation de l’ouvrage, c’est l’intervention d’au moins deux juges intéressés de la Cour suprême du Canada dont le juge en chef Bora Laskin auprès de représentants du gouvernement canadien pour les informer discrètement du déroulement des débats et sur les procédures de contestation judiciaire par les provinces opposées à ce rapatriement au même moment où la cause est entendue à la Cour surprême, Et vlan pour le mythe bourgeois de la séparation des pouvoirs. On ne peut qu’appuyer les demandes de faire toute la lumière sur cette sombre histoire.

L’auteur de « La bataille de Londres » à du faire le détour par Londres pour avoir accès aux informations pour son travail de recherche, les demandes d’accès aux archives pertinentes aux différentes instances du gouvernement canadien ou liées à celui-ci n’ont pas été concluantes. L’ouvrage de Bastien est bien documenté. Il nous présente une bonne chronologie des événements. Sauf pour l’explication intéressante du contexte politique britannique, austérité et offensive anti-ouvrière du gouvernement Thatcher et les divisions quelles provoquent dans son cabinet des ministres. Bastien se concentre trop sur les tensions entre les différents paliers de gouvernements, ministres et haut fonctionnaires et très peu sur les réactions populaires. Il mentionne l’opposition autochtone et leurs actions avec une certaine sympathie. En revanche il traite de façon hautaine les quelques manifestations de mouvements sociaux mentionnées sous le couvert d’une justification pseudo théorique. Les débats théoriques sur l’économie sont mal présentés. Quels liens y avait-il avec les préoccupations du mode ordinaire. Il ne parle pas de la mobilisation populaire au Québec et au Canada contre de coup de force de Trudeau. La résistance a été insuffisante et le coup de force a fini par passer. L’opposition des gouvernements provinciaux à eux seuls ne pouvaient arrêter Trudeau. Trudeau, Thatcher et compagnie menaient une bataille contre les peuples. Une résistance populaire de plus large ampleur aurait été nécessaire.

Alain Bernatchez

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...