Édition du 25 janvier 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Contre l’austérité

La hausse des frais de garderies : les libéraux tiennent un discours hautement hypocrite

Pour justifier leur nouvelle politique en matière de tarification pour les frais de garde, les libéraux tiennent un discours hautement hypocrite. En modulant ces tarifs, ils disent vouloir être plus justes. C’est habile comme stratégie, mais cela est complètement faux et malhonnête comme approche ! C’est d’ailleurs comme pour tout le reste de leur plan d’austérité.

André Parizeau est le Chef du PCQ

Le fait de vouloir plus de tenir compte des niveaux de revenus dans le calcul des impôts à payer, à chaque année, est une approche juste et progressiste. Nul doute en cela. Et si le gouvernement voulait vraiment chercher une solution par rapport au fait qu’il y aurait un manque à gagner, dans la colonne de ses revenus, il aurait pu se tourner dans cette direction, comme le propose du reste la plupart des organisations de la société civile, en commençant par les syndicats. Mais ce n’est pas ce qu’il fait.

Il pourrait également mettre un terme à toutes ces histoires de copinage qui finissent par coûter également un fortune aux contribuables. À preuve les milliards de dollars — c’est en effet en ces termes que cela se compte — gaspillés en pure perte dans différents projets informatiques qui vont nulle part, qui devait en théorie faciliter la marche des choes, au niveau des différentes opérations de l’État québécois mais qui, dans les faits, vont parfois jusqu’à empirer cette gestion. Mais cela serait trop leur en demander ...

En lieu et place, ce qu’ils proposent, une fois encore, viendra encore plus agrandir le fossé déjà existant entre les couches les plus riches de la société et celles qui sont, au contraire, plus pauvres et voici pourquoi.

Premièrement, et contrairement à ce que les différents ministres de ce gouvernement, en commençant par le premier ministre lui-même, prétend, sa nouvelle politique ne fera pas plus payer la classe des millionnaires pour la simple et bonne raison que la plupart des familles de millionaires n’envoient juste pas leurs enfants dans des CPE. En lieu et place des CPE, ils préfèrent de loin embaucher une gardienne qui viendra chez eux, ou mieux encore, qui habitera chez eux en permanence.

Conclusion, et vu sous cet angle, une telle mesure rapportera 0 dollar — ou presque — de plus, en provenance de ces couches de millionnaires.

Par contre, et en placant la barre minimale à partir de laquelle la modulation commencera, soit à 50 000$ de revenus familial brut, on s’attaque en fait aux bas revenus.

Faites vos calculs. Prenez 50 000$ et divisez le tout par 2, pour tenir compte du fait que chaque conjoint travaille probablement, puis divisez encore le tout par 1820, soit le total d’heures de travail dans une année, pour quelqu’un qui est au boulot au moins 35 heures par semaine, et vous aboutirez au mirobolant salaire de ... 13,72$ l’heure. Wow !

C’est là que le calcul des libéraux devient vraiment insidieux.

Si vous prenez maintenant la barre des revenus brut à 75 000$ par année, et que vous refaites ensuite le même calcul, vous aboutirez alors à un salaire horaire moyen, pour chacun des conjoints, qui serait alors de 20$ l’heure. On est encore loin de pouvoir prétendre être riche avec pareil salaire. Et souvenez-vous. Les vrais riches, parce qu’ils ne paient toujours pas assez d’impôts, continueront, eux, de se payer des gardiennes et des " nounous " et continueront aussi à rire entre eux du fait que nous, les moins riches, continuons à accepter qu’on paie toujours plus pour des services, qui eux, ne cessent de se rapetisser.

Un dernier point : Couillard peut bien prétendre que le nouveau crédit fédéral pour frais de garde pourra, au moins partiellement compenser pour cette nouvelle hausse, mais ce qu’il ne dit pas est ce qui arrivera si jamais le Fédéral décidait, de son bord, de faire plus tard, machine arrière, et coupait finalement dans ce même crédit d’impôt ... De la part de Stephen Harper, ou même de quelqu’un comme Justin Trudeau — sait-on jamais qui pourrait devenir le prochain Premier ministre du Canada l’automne prochain —, on ne serait se surprendre de rien.

***

Dans un tout autre dossier, mais qui demeure en même temps relié, puisqu’il s’agit toujours des mesures prévues par ce gouvernement pour nous faire payer " leur " crise — puisqu’ils en sont en même temps, et dans une large mesure, responsables —, je me surprend de voir à quel point si peu de gens, dans le reste du mouvement souverainiste, ont jusqu’ici soulevé le " deux poids, deux mesures " des libéraux en matière de restructuration appréhendée des commissions scolaire, du côté francophone et anglophone. Comme si les gens avaient peur de dire haut et fort ce qui est pourtant réalité.

Dommage.

***

Avec tout ce que les libéraux sont en train de faire, à n’en pas douter, ils sont en train de se creuser leur propre tombe. Enfin, espérons-le. À très court terme, il faut souhaiter aussi qu’il y ait un maximum de gens qui descendront dans les rues de Montréal et de Québec le 29 novembre prochain.

À cela s’ajouteront les grandes journée de dérangements, organisées par les syndicats du secteur municipal qui auront lieu, d’abord mecredi prochain, 26 novembre, puis, et à nouveau, le 2 décembre. S’il est vrai que’il ne sera pas facile de faire reculer Philippe Couillard sur l’ensemble de son plan d’austérité, assurons-nous, tous et toutes, collectivement, d’au moins faire notre part pour que nous puissions effectivement le faire reculer. Il en va de notre avenir collectif à tous.

C’est d’autant plus vrai que plusieurs économistes sont déjà en train de dire qu’on pourrait déjà être aux portes d’une nouvelle récession. On est bien loin des belles promesses tenues par Couillard, nous faisant miroiter jusqu’à 250 000 nouveaux emplois, le retour des beaux jours, etc. On en est bien loin.

La neige, on peut la prendre. On est habitué. Mais le reste ... la coupe est pleine, comme je le disais il y a déjà plusieurs semaines.

André Parizeau

Chef du Parti communiste du Québec

Sur le même thème : Contre l’austérité

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...