Édition du 25 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

États Unis

La politique de la direction du Parti démocrate et le processus de destitution de Trump

Il y a deux accusations contre Donald Trump qui ont été portées par les démocrates de la Chambre des représentants dans le cadre de la procédure de destitution du président. L’une est qu’elle a entravé l’enquête qui a conduit à l’ouverture de la procédure. L’autre est qu’il a agi contre les intérêts des États-Unis en suspendant une aide militaire à l’Ukraine dans le but de faire en sorte que ce pays tente de salir l’image de Joe Biden qui participe aux primaires du Parti démocrate pour être élu candidat à l’élection présidentielle de cette année.

13/01/2020 |Europe solidaire sans frontières
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article51751 (Version anglaise)
Traduction à partir de la version espagnole publiée dans Viento Sur

Chaque fois que les politiciens évoquent les intérêts nationaux des États-Unis en matière de politique étrangère, ils se réfèrent aux intérêts de l’impérialisme américain, et non à ceux de la majorité de la population, c’est-à-dire de la classe ouvrière et des classes moyennes. En se concentrant sur les intérêts de l’impérialisme américain, la direction du Parti démocrate a mis de côté les principaux crimes contre l’humanité que Trump a commis dans le monde et contre la grande majorité de la population américaine.

La liste des accusations portées à la Chambre des représentants pour lancer la procédure de destitution a été contrôlée par la présidente Nancy Pelosi, cheffe du Parti démocrate au sein de cet organe. Au Sénat, qui jugera Trump à la lumière de ces accusations, il est personnifié par Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate. Faisant référence à la proposition de destitution de Pelosi, le défenseur des consommateurs Ralph Nader a déclaré dans une interview publiée dans Democracy Now que "cela est bien léger et est risqué". Il a ensuite parlé de certains des crimes commis par Trump qui peuvent être invoqués pour demander son renvoi :
“Il a détruit, écrasé et désactivé les programmes fédéraux vitaux visant à prévenir les dommages [pour la classe ouvrière] et les maux de l’Environmental Protection Agency, de l’Occupational Health and Safety Administration et de la Product Safety Commission . Il a fermé le Bureau de la protection des consommateurs, visant à protéger la population contre les crimes de Wall Street et d’autres entités financières contre les gens ordinaires ... Le crime crime crucial méritant la destitution c’est son refus insolent de se conformer exactement à la loi.

Nader a continué d’énumérer d’autres crimes, notamment que Trump est un prédateur sexuel. Rappelez-vous la vidéo dans laquelle il s’exclame avec toute sa vulgarité qu’il a le droit de « tendre la main aux femmes » car il est riche et puissant.

“Il est impliqué dans toutes sortes de poursuites intentées par des femmes qui ont déclaré sous serment qu’il les avait maltraitées et harcelées. Il y a aussi son fanatisme et son racisme. Ses politiques sont un coup dur pour les minorités et les pauvres. Il y a aussi l’incitation à la violence. [Un exemple est sa déclaration] que s’il est renvoyé, il y aura des émeutes dans les rues. Pelosi a donc raté une excellente occasion de congédier Trump. Quel est l’intérêt d’engager une procédure de destitution si tout l’arsenal des délits dont vous pouvez être accusé n’est pas utilisé ?”

Amy Goodman, qui interviewait Nader, a mentionné le fait que Trump avait retiré les États-Unis des accords climatiques de Paris. Nader a souligné :

“Eh bien, il a fait bien pire. Il a donné libre cours à l’industrie des combustibles fossiles, permettant le forage dans l’Arctique et dans les océans. Il a permis de générer de grandes quantités de gaz à effet de serre ... C’est un président qui ne défend pas notre pays contre une industrie des combustibles fossiles qui dévaste la nature, provooquant de graves sécheresses et de graves inondations, le changement naissant des courants océaniques, la fonte de glaciers et toutes sortes d’agressions critiques ... Et cela ne serait pas des crimes méritant la destitution ?? Je veux dire, à quoi joue le Congrès ?

Dans le même programme télévisé, ils ont également interviewé Al Green, un député afro-américain du Texas, qui, peu après la constitution de l’administration Trump, a présenté une série d’accusations à la Chambre des représentants pour demander sa destitution qui comprenait toute une série de crimes. Peu de collègues démocrates l’ont soutenu. Green a énuméré quelques manifestations de Trump qui ont incité à la violence contre les minorités latino-musulmanes, LGBTQ et autres.

Il a également mentionné le processus de révocation du président Andrew Johnson en 1868. Johnson faisait partie du tandem, en tant que vice-président, de la candidature d’Abraham Lincoln aux élections présidentielles de 1864. Bien qu’il soit pro-esclavagiste, il n’a pas soutenu la guerre visant à séparer le Sud de l’Union. Lorsque Lincoln a été assassiné en 1865, Johnson, qui était vice-président, a assumé la présidence. De cette position, il a soutenu les anciens propriétaires d’esclaves de la Confédération vaincus dans leur campagne raciste pour opprimer les esclaves libérés. Il a soutenu l’infâme Code noir pour les priver de leurs droits civils dans les États du Sud et s’est opposé au 14e amendement constitutionnel, qui garantissait la citoyenneté aux anciens esclaves. Sa politique raciste a confronté les républicains radicaux qui voulaient écraser le Vieux Sud, et cela a provoqué le processus de destitution. Cependant, lors du procès devant le Sénat, il a été acquitté par un vote de différence.

Green a déclaré « comprendre que si en 1868, Andrew Johnson ait été poursuivi pour des raisons liées au fanatisme, à la haine, au racisme, cela l’amenait à conclure, le président [Trump] pouvait également être destitué pour les mêmes raisons ».

Avant la montée du mouvement de la minorité noire qui a combattu les lois de ségrégation de Jim Crow ( apartheid en afrikaans) dans le Sud, le Parti démocrate a fermement soutenu Jim Crow. Dans les vicissitudes de la politique américaine, le Parti démocrate a rompu avec son secteur sud et, sous la forte pression du mouvement de libération de la minorité noire, à la fois dans le sud et dans le reste du pays, au milieu des années 1960, il a passé des lois favorables à l’abolition des lois Jim Crow. Les républicains en ont profité pour tenter de capter l’essentiel du vote blanc dans le Sud. Les Dixiecrats, comme les démocrates du Sud étaient appelés ont été intégrés au nouveau Parti républicain. Dans toutes les élections présidentielles qui ont eu lieu depuis lors, aucun candidat démocrate n’a obtenu la majorité des voix blanches.

En 2016, les sondages ont révélé que Trump avait obtenu 58% des votes des blancs, qui sont passés à 63% chez les hommes blancs et sont restés à 53% chez les femmes blanches (environ, car les sondages sont inexacts) . Le racisme déclaré et virulent de Trump fait de lui un suprémaciste blanc. Cela ne signifie pas que vous êtes membre d’un des petits groupes nationalistes blancs de mentalité fasciste, mais cela signifie qu’il vous offre une couverture. Le résultat a été des meurtres de masse commis par des nationalistes blancs contre les Noirs, les Latinos, les Musulmans, les Juifs et autres. L’idéologie de ces groupes comprend également la misogynie et les attaques contre les femmes.

Le refus de la direction démocrate de défendre la destitution de Trump pour son racisme reflète la position politique de cette direction, de même qu’elle reflète sa position de vouloir l’accuser sur les différentes questions soulevées par Nade. À mesure que les Républicains se déplacent vers l’extrême-droite, l’appareil du Parti démocratie s’oriente dans la même direction mais en allant moins loin. Cela explique leur refus de combattre les politiques de Trump avece volonté et fermeté.

Une autre indication de leur politique est le fait que, pendant la procédure de destitution, ils ont secrètement rencontré les républicains pour convenir d’un budget commun, qui a été approuvé avec le soutien majoritaire des deux partis. Sans entrer dans tous les détails de ce budget, cela veut diredes concessions à Trump, qui se révèlent maintenant. Mous savons qu’il y a eu une écrasante majorité des deux partis qui ont voté en faveur du budget militaire. Les dépenses militaires prévues au budget cette année s’élèvent à 738 millards de dollars, soit 22 milliards de plus que l’an dernier. Ill p révoit créer une nouvelle branche des forces armées, la Force spatiale . Il prévoit également d’augmenter les dépenses consacrées aux armes nucléaires en vue de les perfectionner, en lançant une nouvelle course aux armements nucléaires.

De même, l’appareil du Parti démocrate a rejeté, lors des négociations secrètes, certaines propositions de membres du Congrès de l’aile gauche du parti. L’une de ces propositions était d’interdire à Trump d’utiliser des fonds pour lancer une guerre non autorisée contre l’Iran, qui prend un nouveau sens avec l’assassinat ordonné par Trump du général iranien Qussim Suleiman, un fait qui menace de déclencher une nouvelle guerre. Une autre proposition que rejetait la direction démocrate visait à interdire le soutien militaire américain à l’Arabie saoudite dans sa guerre au Yémen. Un autre aurait interdit la vente de munitions sol-air à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

L’acceptation par la direction démocrate de ce cadeau atroce de 738 milliards de dollars aux militaires met en évidence que le Parti démocrate est un parti aussi impérialiste que le parti républicain et révèle ses priorités avant la détérioration de la situation économique de la moitié (au moins) la plus défavorisée de la population.

Pour compléter le tableau, les porte-parole de l’appareil du Parti démocrate, tout en exprimant leur nervosité face à la guerre avec l’Iran, ont approuvé le le meurtre de Soliman, même s’il s’agissait d’une violation des lois international concernant la guerre, la souveraineté de l’Irak et la constitution américaine dans la mesure où il n’y a pas eu de déclaration de guerre à l’Iran. Tous ces crimes sont suffisants pour destituer le président. Les tweets de Trump vont encore plus loin, en menaçant l’Iran de la destruction totale du pays et du meurtre de masse de sa population sans l’approbation du Congrès, et de la destruction de son patrimoine culturel (une autre violation du droit international).

Nous verrons ce que les démocrates feront à mesure que cette nouvelle crise se développera, mais n’attendez rien de bon.

8 janvier 2020

Barry Sheppard

Barry Sheppard était l’un des militants du mouvement pour les droits civiques et contre la guerre du Vietnam, actif au MIT. Par la suite, il occupa un poste de direction au sein de l’historique Socialist Workers Party des Etats-Unis, avec lequel il a rompu suite à sa dégénérescence organisationnelle et politique. Un premier volume de ses mémoires politiques est paru The Socialist Workers Party 1960-1988 ?A Political Memoir, Volume 1 : The Sixties, Published by Resistance Books, 2005.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...