Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Sur quelques notions fondamentales pour comprendre le syndicalisme ouvrier

Des origines à aujourd’hui texte 1

Le syndicalisme ouvrier n’est pas le résultat d’une génération spontanée. Il a vu le jour dans le cadre d’une société bien particulière : une société qui s’inspire largement de la doctrine libérale (le libéralisme de John Locke et d’Adam Smith). Société au sein de laquelle le mode de production capitaliste s’est imposé comme mode de production dominant

Dans cette société qui voit le jour vers la fin du XVIIIe siècle, donc au cœur de la modernité, une grande fissure apparaît entre la société civile et l’État. C’est dans un cadre où les grandes libertés syndicales (droit de négocier les conditions de travail et de rémunération et, droit de faire la grève) étaient niées, par les employeurs privés et l’État, qu’a émergé une résistance ouvrière tantôt à caractère économique et tantôt à caractère politique. Les luttes de résistance ouvrière ont largement contribué à la mise en place de certaines réformes à caractère progressistes aux niveaux économique, politique, social et culturel. Hélas, puisque le mouvement de l’histoire n’est jamais unidirectionnel ou linéaire, par la suite, certaines de ces réformes progressistes (mais pas toutes) seront plus ou moins frontalement remises en question. La vie politique est ainsi faite que nous sommes à même de constater, à certains moments, le triomphe d’idées progressistes et à d’autres moments nous observons l’inverse, à savoir : l’adoption par les gouvernements de mesures conservatrices, voire même réactionnaires.

Le syndicalisme, considéré sous l’angle des syndicats de salariéEs toutes catégories confondues, le capitalisme (manufacturier, industriel, postindustriel et cognitif), la société libérale et la société moderne, ne sont pas des phénomènes figés de manière irréversible dans le temps. Les formes institutionnelles qui les caractérisent se modifient et donnent lieu constamment à des reconfigurations. Le syndicalisme ouvrier est le résultat de nombreuses transformations qui sont survenues dans les paysages économique, politique, social et idéologique, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Pour comprendre le syndicalisme (c’est-à-dire le regroupement professionnel lié à un métier, le regroupement professionnel des salariéEs d’une usine industrielle, les associations professionnelles [de cols blancs, de cols roses]), nous devons prendre le temps de définir certains concepts clés dont les suivants : la société civile, l’État, le travail, le travail salarié, l’exploitation capitaliste, l’oppression capitaliste et la domination capitaliste sur les lieux de travail, la société industrielle, le mouvement ouvrier, la résistance ouvrière, le mouvement social, le conflit, le conflit larvé, le conflit ouvert, le syndicalisme, la société post-industrielle, le rapport de force, le rapport de faiblesse, etc.

Nous commencerons notre récit en regardant comment la doctrine libérale, qui est au fondement de notre société contemporaine, a vu le jour. Cette doctrine, qui émerge aux XVIIe et XVIIIe siècles, s’oppose d’abord et avant tout, sur le plan politique, à l’absolutisme royal et, sur le plan économique, elle réclame le respect de la propriété privée et du marché ainsi que la réduction de l’interventionnisme de l’État au niveau social et économique.

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...