Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

La région du Sahel est un « canari dans la mine de charbon » (*) en matière de climat, selon un fonctionnaire de l’ONU

Mark Lowcoft critique les efforts « totalement insuffisants » pour aider les pays du Sahel à s’adapter au réchauffement climatique. Les communautés du Sahel sont beaucoup moins résistantes au changement climatique, a déclaré M. Lowcock.

photo et article tirés de NPA 29

La région du Sahel en Afrique est au centre de l’accélération du changement climatique et « un canari dans la mine de charbon de notre planète en réchauffement  », a déclaré le principal responsable humanitaire des Nations unies.

Mark Lowcock, le sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires, a déclaré que le Sahel était confronté à une tragédie après une « détérioration alarmante » ces dernières années qui a entraîné le déplacement de dizaines de millions de personnes, la montée de la violence extrémiste, des violations massives des droits de l’homme et une instabilité politique croissante.

Certaines des 13,4 millions de personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire dans les zones frontalières du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont été forcées de quitter leurs foyers à la suite d’inondations sans précédent en Afrique occidentale et centrale, soulignant la menace que les conditions météorologiques erratiques causées par le changement climatique font peser sur les vies et les moyens de subsistance dans la région.

Bien que des phénomènes météorologiques extrêmes se produisent ailleurs dans le monde, les communautés du Sahel sont beaucoup moins résistantes aux changements résultant du changement climatique. La croissance démographique rapide et les modes de vie traditionnels renforcent le problème, a déclaré M. Lowcock au Guardian.

« Il est très frappant de constater à quel point le problème climatique est grave », a-t-il déclaré. « L’effort international pour aider ces pays à s’adapter au changement climatique est totalement insuffisant ».


Selon certaines projections, la température moyenne diurne au Sahel devrait augmenter de huit degrés d’ici la fin du siècle. Les modes d’agriculture traditionnels sont particulièrement vulnérables à la diminution des ressources telles que les pâturages et l’eau.

Mardi, les Nations unies, le Danemark, l’Allemagne et l’UE accueilleront une conférence ministérielle sur la situation humanitaire dans la région centrale du Sahel.

« Il n’y a pas de désaccord sur les problèmes sous-jacents, mais aucune mesure adéquate n’a été prise. Chaque fois que les dirigeants du monde se réunissent, le Sahel a tendance à être en huitième, neuvième ou dixième position sur la liste des sujets de discussion, de sorte qu’il ne reçoit jamais l’attention qu’il mérite  », a déclaré M. Lowcock.

«  Si nous ne changeons pas de cap et ne faisons pas plus de choses et différemment, les risques d’une tragédie mondiale vont augmenter. Les problèmes qui se préparent au Sahel ont un potentiel de contagion … et les risques pour l’Europe sont particulièrement transparents  ».

Vendredi, l’envoyé spécial de l’UE au Sahel, Ángel Losada Fernández, a décrit une « tempête parfaite » de crises dans la région. Selon les experts, celles-ci alimentent le militantisme islamiste.

La violence extrémiste dans le Sahel a connu une recrudescence après qu’une coalition d’islamistes et de membres de tribus séparatistes locales a pris le contrôle d’une grande partie du nord du Mali en 2012.

Une campagne de huit ans menée par les troupes françaises, le déploiement de centaines de forces spéciales américaines, une aide massive aux militaires locaux et une opération de maintien de la paix de l’ONU d’un milliard de dollars par an n’ont pas permis d’affaiblir de manière décisive les multiples insurrections qui se chevauchent dans la région et la sécurité a continué de se détériorer.

Nombre des attaques les plus sanglantes ont été attribuées à une organisation affiliée à l’Isis, l’État islamique du Grand Sahara (ISGS).

M. Lowcock a déclaré que les groupes étendaient leur territoire mais qu’il était possible d’imaginer un avenir sans militantisme islamiste dans la région. « C’est un phénomène relativement nouveau  », a-t-il déclaré. La région a récemment été secouée par de nouveaux bouleversements politiques, avec le deuxième coup d’État en dix ans qui a renversé le gouvernement élu du Mali.

Les projets environnementaux phares n’ont pas réussi à avoir un impact significatif. La Grande Muraille verte a été conçue en 2007 par l’Union africaine comme une barrière transcontinentale de 7 000 km qui s’étend du Sénégal à Djibouti et qui retiendrait les déserts du Sahara et du Sahel.

Ses partisans ont déclaré qu’elle améliorerait les moyens de subsistance dans l’une des régions les plus pauvres du monde, qu’elle capterait le dioxyde de carbone et qu’elle réduirait les conflits, le terrorisme et les migrations. Jusqu’à présent, le projet couvert seulement 4% de sa zone cible, selon un récent rapport de situation.

Jason Burke Mon 19 Oct 2020
https://www.theguardian.com/

Note * :

Les mineurs de charbon avaient un oiseau en cage en cas d’explosion (« coup de grisou ») : si l’oiseau arrêtait de chanter, c ‘est que le gaz s’accumulait.

Jason Burke

Journaliste au Courrier international.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...