Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Le Canadien Pacifique change les règles du jeu et impose un lockout

CALGARY, AB, le 19 mars 2022 - Malgré tous les efforts faits par le Comité de négociations de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada, il y aura lockout ce soir au Canadien Pacifique. Un lockout est un arrêt de travail initié par la direction d’une entreprise pendant un conflit de travail. Contrairement à une grève, dans laquelle les employés refusent de travailler, un lock-out est initié par un employeur.

Après une pandémie, l’explosion des prix des denrées et des produits, la guerre en Ukraine, le transporteur ferroviaire ajoute une couche d’insécurité chez les Canadiens et les Canadiennes, particulièrement celles et ceux qui dépendent du réseau ferroviaire…

Peu avant l’annonce du lockout, le syndicat des Teamsters a exprimé son souhait de continuer à négocier. Malheureusement, l’employeur a choisi de mettre la chaîne d’approvisionnement canadienne et des dizaines de milliers d’emplois en danger.

Après une pandémie, l’explosion des prix des denrées et des produits, la guerre en Ukraine, le transporteur ferroviaire ajoute une couche d’insécurité chez les Canadiens et les Canadiennes, particulièrement celles et ceux qui dépendent du réseau ferroviaire.

« Nous sommes très déçus de la tournure des événements, a expliqué Dave Fulton, porte-parole de la CFTC à la table de négociation. La direction du Canadien Pacifique doit assumer l’entière responsabilité de la situation. C’est le CP qui a déclaré le lockout prévu ce soir, quand nous étions prêts à poursuivre les négociations. De plus, ils ont ensuite modifié les règles du jeu à la dernière minute quand est venu le temps d’échanger sur les termes d’un arbitrage final et obligatoire. »

Dans le cadre d’un arbitrage définitif et obligatoire, les parties conviennent d’accepter la décision de l’arbitre comme définitive. Les Teamsters étaient prêts à explorer ce type d’arbitrage, mais n’ont pas réussi à s’entendre avec l’employeur.

Les salaires et les pensions demeurent les principales pierres d’achoppement de ces pourparlers. Cependant, les négociations portent aussi sur ces conditions de travail qui remettent en question la capacité du chemin de fer à recruter et à conserver ses travailleurs et travailleuses.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...