Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Dossier : contre l’agression militaire contre l’Ukraine !

Le double tranchant des sanctions tous azimuts en faveur des ÉU et de son valet canadien

En annexe : une article de Nicholas Mulder intitulé : L’isolement économique de la Russie entraînera des répercussions dramatiques sur l’économie mondiale

L’article ci-bas publié par The Economist et écrit par un spécialiste des sanctions montre bien que celles tous azimuts d’une ampleur historique jamais vue frapperont d’abord et avant tout le peuple russe puis plusieurs peuples de pays dépendants surtout du Moyen-Orient et d’Asie centrale déjà fragilisés par des guerres civiles et des soulèvements avant de frapper les peuples des pays plus puissants. Selon lui, le choc sur l’économie mondiale produira une réorganisation permanente des chaînes d’approvisionnement. L’auteur bien que favorable à ces sanctions n’en met pas moins en garde contre leurs effets « incontrôlables ».

Il aurait pu ajouter que le renforcement de la mainmise étasunienne sur l’Europe par le biais d’une OTAN soudainement ragaillardie amène les ÉU à mettre en œuvre unilatéralement un arrêt de ses marginales achats russes de pétrole pour forcer la main à une Allemagne qui à court terme dépend pour sa survie économique du gaz russe. La stratégie des sanctions a pour but de viser le noir pour tuer le blanc. Comme le démontre notre auteur, les sanctions commerciales et financières — on ne parle pas ici des sanctions ciblant directement les personnes de la classe dirigeante dont les actifs immobiliers et mobiliers devraient être saisis au profit du peuple ukrainien comme dommage de guerre — ont très peu de chance de modifier le comportement de la Russie mais ont beaucoup de chance de restructurer les chaînes d’approvisionnement des hydrocarbures, du blé et sans doute de l’aluminium et du nickel en faveur des ÉU et de son proche allié, le Canada.

La leçon que la gauche doit tirer de cette analyse c’est de s’opposer aux sanctions commerciales et financières sauf à celles visant spécifiquement les armements et l’industrie militaire. L’internationalisme entre les peuples se construit par leur solidarité ce qui commence par combattre les gouvernements étatsunien et canadien, et dans une moindre mesure européens, qui veulent faire souffrir le peuple russe sous prétexte de forcer la main à Poutine. Quant à espérer que le peuple russe, déjà pour une significative minorité avec les femmes à l’avant-garde opposée à la guerre, se retournera contre le gouvernement Poutine, c’est contre les auteurs des sanctions qu’il se retournera. Rappelons-nous que les dures sanctions contre le gouvernement irakien de Saddam Hussein suite à la Première guerre du Golfe n’ont en rien affaibli le régime, au contraire, elles ont occasionné des millions de morts et d’énormes souffrances tout en permettant au régime d’institutionnaliser un clientélisme d’État pour simplement survivre.

Marc Bonhomme, 8/03/22


L’isolement économique de la Russie entraînera des répercussions dramatiques sur l’économie mondiale

4 mars 2022 (mis à jour le 5 mars 2022)

Le barrage des sanctions occidentales contre la Russie a déplacé les systèmes politiques et économiques du monde entier vers un territoire inexploré. En décembre, il était déjà clair que l’agression russe contre l’Ukraine se heurterait à une vague de pression économique américaine et européenne. Mais bien que l’invasion soudaine et brutale de Vladimir Poutine nous ait tous choqués, la réponse économique occidentale a été tout aussi étonnante.

Une première série de sanctions le 24 février visait les banques russes et les exportations de technologies ; un deuxième tour le 26 février a coupé l’accès au réseau de messagerie financière SWIFT, saisi la richesse étrangère des oligarques russes et, surtout, gelé la plupart des réserves des banques centrales russes à l’étranger. Avant cela, aucune économie du G20 n’avait jamais été confrontée à des sanctions économiques aussi drastiques, ni subi autant d’entre elles en si peu de temps.

Les dirigeants européens sont remarquablement francs quant à la force de leurs sanctions. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que l’Occident mènerait "une guerre économique et financière totale contre la Russie". Mais l’importance de cette campagne de sanctions va au-delà de sa signification géopolitique. Elle a déjà galvanisé l’OTAN, resserré l’alliance transatlantique et unifié l’Union européenne. Pourtant, c’est aussi un tournant dans l’histoire économique mondiale.

On peut chercher des épisodes historiques comparables en considérant la sévérité des sanctions, la taille de la cible, ou le but : arrêter la guerre. Au cours des deux dernières décennies, seuls l’Iran, le Venezuela et l’Afghanistan ont vu leurs avoirs extérieurs de banque centrale gelés. Ce qui distingue définitivement la Russie de ces cas, c’est sa taille. En tant que 11e économie mondiale, la Russie est un géant par rapport à la petite économie afghane et à celles moyennes des républiques islamique et bolivarienne.

Ce n’est pas seulement la cible des sanctions, mais aussi les ambitions de ceux qui les utilisent qui sont beaucoup plus grandes. Si le but de la guerre économique de l’Occident est de mettre fin à la guerre d’agression de M. Poutine en Ukraine, l’expérience historique suggère que différentes mesures seront nécessaires. Les sanctions seules ont un piètre bilan pour arrêter les aventures militaires. Au cours du XXe siècle, seules trois des 19 tentatives d’utilisation des sanctions comme politique pour empêcher la guerre ont été couronnées de succès : deux d’entre elles étaient l’œuvre de la Société des Nations. Elle a étouffé dans l’œuf les guerres frontalières naissantes dans les Balkans, entre la Yougoslavie et l’Albanie en 1921 et entre la Grèce et la Bulgarie en 1925. L’autre utilisation réussie des sanctions a été la pression financière américaine sur la livre sterling, qui a forcé la fin de l’expédition militaire égyptienne britannique dans le Guerre de Suez de 1956.

De manière significative, les deux premiers de ces cas étaient des menaces plutôt que des applications réelles, tandis que le troisième était un cas d’un allié de la guerre froide en pressant un autre. Il n’y a qu’un seul cas dans lequel un État d’un poids similaire à celui de la Russie a été sous embargo afin de freiner son agression. En 1935, la Société des Nations a imposé des sanctions à l’Italie de Mussolini, qui était la septième économie mondiale pour avoir envahi l’Éthiopie en 1935. Mais ces mesures n’ont pas réussi à entraver l’envahisseur et à sauver les défenseurs.

Quel sera l’effet des sanctions sur la Russie ? Le choc financier initial sera sûrement sévère, conduisant à une grave inflation et à la misère populaire. Pourtant, il y a des raisons de s’attendre à ce que, si la Russie résiste à cette crise immédiate, elle continuera cahin-caha par la suite à des taux de croissance faibles ou négatifs pendant un certain temps. L’Iran a subi de graves crises monétaires en 2012 et 2018 à la suite des sanctions occidentales, mais après les contractions initiales, il s’est ajusté et stabilisé. La Russie est plus étroitement intégrée à l’économie mondiale, mais elle possède également une base économique beaucoup plus large, des recettes fiscales plus importantes et un secteur d’exportation plus diversifié que l’Iran. L’isolement économique de la Russie entraînera des répercussions dramatiques sur l’économie mondiale. Ceci est fonction de son rôle de fournisseur leader de plusieurs produits de base clés.

Les sanctions globales contre l’Iran et le Venezuela ont affecté l’économie mondiale principalement dans des segments spécifiques du marché pétrolier. Mais les sanctions occidentales forceront certainement un ajustement douloureux et affecteront la capacité de la Russie à fournir sa part variée du panier mondial de produits de base : 6 % de la production d’aluminium, 7 % de l’approvisionnement en nickel, 12 % de la production de pétrole brut, 18- 19 % du blé et des exportations de gaz naturel et un quart de l’approvisionnement en cuivre. L’Égypte, la Tunisie, l’Irak et le Liban connaissent déjà une hausse des prix en raison de la fermeture des ports ukrainiens ; les sanctions rendent leur approvisionnement alimentaire continu dépendant de manière précaire des décisions des décideurs politiques occidentaux. Les marchés financiers mondiaux auront besoin d’un soutien supplémentaire de la part des banques centrales pour compenser le retrait des importants excédents de devises de la Russie des marchés des swaps de devises.

Bien que les sanctions aient jusqu’à présent évité les exportations de produits de base les plus essentielles de la Russie, leur crainte effrayera les acheteurs en gros, les intermédiaires et les consommateurs finaux. Les décisions du secteur privé de se désinvestir de la Russie s’accélèrent. Maersk et MSC, deux géants du fret qui contrôlent un tiers du marché mondial des conteneurs, ont déjà suspendu les commandes d’expédition vers et depuis la Russie. BP et Shell se retirent de l’industrie pétrolière du pays. Les voyages aériens, le tourisme et les autres liaisons entre la Russie et l’Occident ont tous été réduits rapidement.

Après l’accord sur le nucléaire de 2015, le piètre intérêt des entreprises occidentales pour l’Iran a montré que les réactions excessives aux sanctions pourraient durer plus longtemps que les mesures elles-mêmes. Ils s’enracinent dans le comportement des entreprises. Il y a aussi des retombées imprévues. La dévaluation de la monnaie russe affecte négativement les cinq républiques d’Asie centrale, dont les monnaies suivent le rouble. Sans assistance, une année qui a commencé par des protestations contre la hausse du coût de la vie au Kazakhstan apportera de nouvelles difficultés à cette région. Mais les chocs s’étendent déjà bien plus loin. Les perturbations en temps de guerre, les pénuries d’approvisionnement et les craintes de sanctions entraînent un choc mondial sur les prix des matières premières. Cela pourrait inaugurer une récession mondiale et saper la stabilité politique des sociétés en Afrique du Nord, au Moyen Orient, en Asie et au-delà.

Les sanctions ne sont plus des instruments de type scalpel qui se découpent dans la mondialisation. À leur échelle actuelle, ils constituent une tempête qui modifiera la nature de la mondialisation elle-même de manière majeure. Compte tenu de la criminalité de l’invasion de M. Poutine, il est nécessaire de punir l’agression russe par des mesures économiques, financières et diplomatiques. Mais les décideurs politiques occidentaux doivent être très prudents dans la conception de ces interventions. Les sanctions ont un effet dissuasif qui persistera dans la prise de décision du secteur privé. Une fois la perception que les mesures sont des bâtons permanents, toute chance de les utiliser pour orienter vers la paix en Europe de l’Est sera perdue.

Dans une économie mondiale déjà fragile, les effets politiques et économiques involontaires des sanctions peuvent rapidement devenir incontrôlables. Au lieu de se précipiter avec de nouvelles sanctions, les décideurs occidentaux doivent se concentrer sur l’aide directe aux Ukrainiens pour défendre leur indépendance. Ils doivent également définir rapidement des conditions claires pour la levée des sanctions afin d’encourager la désescalade et la fin de cette guerre catastrophique.

Nicholas Mulder est professeur adjoint au département d’histoire de l’Université Cornell à New York. Il est l’auteur de "The Economic Weapon : The Rise of Sanctions as a Tool of Modern War"

(2022). Source : https://www.economist.com/by-invitation/2022/03/04/nicholas-mulder-who-studies sanctions-declares-a-watershed-moment-in-global-economic-histor

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Dossier : contre l’agression militaire contre l’Ukraine !

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...