Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Le gouvernement Charest rompt les négociations : aucun désir de régler la crise (FECQ-FEUQ)

QUÉBEC, le 31 mai 2012 - Malgré les nombreuses propositions de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) qui respectaient les paramètres décrétés par le ministre des Finances lui-même, le gouvernement s’obstine à vouloir faire payer les étudiants et à rejeter l’ensemble des propositions des étudiants. Pour les étudiants, il s’agit littéralement d’un refus de négocier de la part du gouvernement Charest. « On a joué selon les règles du jeu, on a respecté les exigences. Force est de constater que le gouvernement n’avait qu’une idée en tête, augmenter la facture des étudiants et hypothéquer l’avenir du Québec. Faisant suite à la dernière proposition des étudiants, le gouvernement n’a même pas daigné offrir une contre-offre. Il a préféré claquer la porte et retourner les étudiants à la rue », condamne Martine Desjardins, présidente de la FEUQ.

En effet, les fédérations étudiantes dénoncent l’attitude du gouvernement qui n’a même pas pris en considération leurs propositions.

« À cause de la mauvaise gestion, on ne voulait pas augmenter le financement des universités sans régler le problème. On a finalement accepté d’augmenter le financement avant de régler la mauvaise gestion. On nous a demandé de ne pas toucher à la poche des contribuables. On a accepté. Et c’est toujours insuffisant. On voit bien que ce gouvernement ne veut pas négocier », déplore Léo-Bureau-Blouin, président de la FECQ.

La FECQ et la FEUQ rappellent que les associations étudiantes ont toujours négocié de bonne foi et que si le gouvernement a dans un futur proche les mêmes intentions, elles seront disponibles afin de résoudre la crise qui secoue le Québec. « Si le gouvernement Charest veut réellement régler la crise, il devra prendre en considération les propositions étudiantes. Nous avons démontré notre sérieux, le gouvernement devra faire de même », concluent Mme Desjardins et M. Bureau-Blouin.

Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 26 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis plus de 25 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...