Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Garderies

Le tarif des CPE doit demeurer à 7 $ (CSN)

MONTRÉAL, le 6 déc. 2013 - La CSN prévient le gouvernement qu’elle n’acceptera pas qu’il tente d’équilibrer son budget sur le dos des centres de la petite enfance (CPE) ni sur celui des parents. « Le tarif à 7 $ par jour doit être maintenu », déclare Denise Boucher, vice-présidente de la CSN et responsable du dossier des CPE pour la Confédération.

Rappelons que la ministre Nicole Léger a mis sur pied en octobre 2013 un chantier sur le financement des services de garde, une table de discussion à laquelle ne participent que des associations patronales soit l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l’enfance (CQSGEE). Le chantier est notamment chargé de trouver des alternatives aux compressions de 40 millions de dollars annoncées ce printemps par la ministre.

Or, l’AQCPE, dans un mémo adressé à ses membres le 5 décembre dernier, s’est faite rassurante indiquant que les compressions et leur récurrence sont annulées.
« Cela semble une bonne nouvelle. Mais comment expliquer un tel revirement du côté du gouvernement. Où est passé le déficit ? A-t-on trouvé plus commode d’aller chercher les sommes manquantes dans la poche des parents ? » s’inquiète Denise Boucher

Interrogée par Radio-Canada le 3 décembre à savoir si une hausse du tarif à 8 $ était envisagée, la ministre Léger a répondu : « Pour le moment, je n’ai aucune idée à savoir comment cela va finir ».
La CSN n’entend pas de son côté que les tractations entreprises par le gouvernement avec les CPE et les garderies se soldent par une hausse de la contribution journalière. « Les parents n’ont pas à faire les frais des choix faits par le gouvernement quant au déficit zéro. Les services de garde à contribution réduite relève d’un choix de société. C’est un investissement et non une dépense. Ils favorisent la participation de tous et de toutes au marché du travail et ont une valeur éducative inestimable pour les jeunes enfants. Donc pas question d’accepter une hausse », de conclure Denise Boucher.

Rappelons que la CSN représente 9600 employé-es du réseau des CPE. On compte 34 syndicats et 367 accréditations dans les CPE partout au Québec. Ces derniers sont affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

Sur le même thème : Garderies

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...