Édition du 18 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les Républicains menacés par la montée de l’extrême-droite

Le Comité national du Parti Républicain craint que le parti se dirige vers une scission historique. Avant la campagne pour la nomination du candidat actuellement en cours (les « primaires »), la stratégie était de se présenter sous la bannière d’un conservatisme modéré, dont le candidat Jeb Bush était le porte-parole. Mais aujourd’hui, ce fils de George Bush et frère de George W. Bush ne recueille que moins de 10% des intentions de votes des électeurs républicains. Selon les sondages, il est en quatrième place en Iowa (le vote dans cet état aura lieu le 1 février) et au New Hampshire (le 9 février), donc, très loin dernière les meneurs Donald Trump, Ted Cruz et Marco Rubio. L’an passé en février, lors du grand rendez annuel du Conservative Political Action Committe (regroupement de la droite républicaine), 90% des délégués (sur 3500) ont affirmé qu’ils ne voulaient pas de Bush.

Pour le moment, Trump et Cruz ensemble obtiennent 70 % des intentions de votes. Leur discours extrémiste plaît : défendre les « valeurs américaines », lutter contre le terrorisme, protéger les États-Unis et reconstruire l’hégémonie impérialiste américaine. C’est un fait que la base traditionnelle du Parti républicain (éléments réactionnaires de la classe ouvrière, nouveaux riches de la classe moyenne urbaine, petite bourgeoise rurale, libertariens, populistes de droite, religieux de droite), a changé en devenant plus réactionnaire. Elle privilégie les candidats qui se prétendent indépendants des riches donateurs et de l’establishment. Cependant, cette rupture remet en cause l’existence même du parti tel que fondé par Abraham Lincoln en le coinçant trop à droite. Il se pourrait même, dans le cas d’une victoire de Trump ou de Cruz, qu’une partie de l’électorat républicain vote pour les Démocrates, surtout si c’est Hillary Clinton qui est la candidate.

Pour empêcher cette éventualité, le Comité national du parti tente de reconfigurer la convention prévue à la fin juillet à Cleveland. Les 750 « super délégués » (l’establishment du parti), qui ont un poids très important, pourraient être « libérés » de l’obligation de voter pour les candidats qui auraient remporté les primaires et permettre à Rubio de se faufiler.

Si un tel scénario se matérialise cependant, il est possible que Trump forme un tiers parti. On avait vu une situation similaire dans les années 1990, alors qu’un conservateur radical, Ross Perrot, mécontent du Parti Républicain, s’était présenté aux élections présidentielles comme candidat indépendant. Le vote républicain s’était alors divisé (Perrot avait obtenu l’appui de 19 % des électeurs), ce qui avait permis au démocrate Bill Clinton de l’emporter contre le républicain George Bush.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...