Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Les cheminots grecs bloquent la livraison de chars américains à l'Ukraine

Dans un signal clair aux travailleurs européens, les cheminots grecs ont réussi à bloquer une livraison de chars américains à l’Ukraine pendant plus de deux semaines.

3 avril 2022 | tiré du site de Left Voice | Image d’un char avec le numéro 32 écrit au centre gauche. De la fumée rouge sort du char sur le côté droit.
https://www.leftvoice.org/greek-railroad-workers-block-delivery-of-u-s-tanks-to-ukraine/

Simon Zinnstein

Les travailleurs de TrainOSE, une compagnie ferroviaire grecque, ont refusé de transporter des chars américains destinés à l’Ukraine depuis Alexandroupoli, un port situé dans le nord du pays. Après le refus des travailleurs sur place, les patrons ont essayé de forcer des cheminots d’ailleurs à prendre en charge ce travail.

"Depuis environ deux semaines", a déclaré le Parti communiste grec (KKE) dans un communiqué, "des pressions sont exercées sur les employés de la salle des machines de Thessalonique pour qu’ils aillent à Alexandroupoli."

L’effort désespéré des patrons pour trouver des travailleurs qui feraient avancer le transport a échoué. L’argument des employeurs selon lequel ils ne devraient pas avoir d’intérêt particulier pour ce qu’ils transportent n’a rien donné, même avec une menace concernant le contrat des travailleurs, qui stipule : "Un employé peut être déployé en fonction des besoins de l’entreprise." D’autres menaces de licenciement se sont également avérées infructueuses.

Face à cette situation, les syndicats sont intervenus, exigeant que les cheminots grecs ne soient pas utilisés pour transporter du matériel militaire et que cessent les menaces à l’encontre de ceux qui refusent de transporter des armements de l’OTAN. Une déclaration syndicale affirme

Pas de participation de notre pays aux conflits militaires en Ukraine, qui sont engagés dans l’intérêt de quelques-uns au détriment des peuples. En particulier, nous exigeons que le matériel roulant ferroviaire de notre pays ne soit pas utilisé pour transférer l’arsenal des États-Unis et de l’OTAN dans les pays voisins.

Cette déclaration met le syndicat en porte-à-faux non seulement avec les patrons, mais aussi avec le président américain Joe Biden. Pas plus tard que lundi dernier, Biden a annoncé que les États-Unis dépenseraient 6,9 milliards d’euros pour l’Ukraine et les États membres de l’OTAN afin de "renforcer les capacités et l’état de préparation des forces américaines, des alliés et des partenaires régionaux face à l’agression russe".

Malheureusement, les patrons de TrainOSE ont réussi à faire appel à des briseurs de grève, et les armes ont finalement été déplacées - mais pas sans une action finale des travailleurs en grève, qui ont aspergé les chars de peinture rouge.

Saviez-vous que Left Voice a un podcast ? Écoutez All That’s Left sur Spotify et Apple Podcasts.

Ce boycott d’une livraison d’armes montre une fois de plus que les travailleurs sont capables de mettre fin à la guerre. Ailleurs, comme à Pise, en Italie, les travailleurs des aéroports ont refusé de livrer des armes, des munitions et des explosifs à l’Ukraine. En Biélorussie également, les cheminots ont refusé de livrer à l’armée russe des fournitures dont elle avait un besoin urgent. Maintenant, les travailleurs grecs ont rejoint cet appel international. Ils montrent à tous que les travailleurs de tous les jours peuvent arrêter la guerre. C’est un modèle pour les cheminots allemands qui ont déjà démontré, avec un premier rassemblement à Berlin contre les livraisons d’armes, qu’ils s’opposent à la guerre en Ukraine.

Depuis la gauche révolutionnaire, nous encourageons les mobilisations mondiales contre la guerre qui exigent le retrait des troupes russes d’Ukraine et dénoncent le rôle de l’OTAN et le réarmement des puissances impérialistes occidentales. Nous devons lutter pour que l’opposition à l’invasion russe, exprimée par ceux qui manifestent contre la guerre à travers le monde et particulièrement en Europe, ne devienne pas un mécanisme de promotion du militarisme et du réarmement des puissances impérialistes. L’unité internationale de la classe ouvrière, qui est plus nécessaire que jamais, ne peut être développée qu’en intervenant de cette manière dans les luttes qui battent leur plein actuellement.

Publié pour la première fois en allemand le 3 avril dans Klasse Gegen Klasse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...