Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Mobilisation pour le climat : repartir la machine après deux ans de pandémie

La tournée Faut qu’on s’organise offre des formations à des activistes de différents horizons pour relancer la lutte à la crise climatique dans tous les milieux. Le regroupement des Travailleuses et travailleurs pour la justice climatique (TJC) lance une tournée provinciale pour redynamiser le mouvement écologiste après deux ans de pandémie. Pivot est allé à leur rencontre alors que la tournée s’arrêtait à Joliette.

30 MAI 2022 | Tiré de Pivot.Québec

Malgré la magnifique journée qui sévissait dehors, une poignée de militant·es écologistes se sont rassemblé·es au Cégep de Joliette ce dimanche. Au programme : tisser de nouveaux liens tout en affinant les techniques de mobilisation. « C’est évident qu’on aurait aimé avoir un peu plus de monde, mais ça démontre toute l’importance de la tournée », remarque François Geoffroy, enseignant au collégial impliqué avec TJC depuis sa création.

Il rappelle qu’avant la pandémie, Lanaudière était un des points forts de la mobilisation climatique au Québec. C’est justement pour recréer cet élan que TJC a mis sur pied la tournée Faut qu’on s’organise. « Notre désir est de contribuer au redémarrage du mouvement écologiste, qui a été fortement désorganisé par la pandémie, et de tisser des liens entre militants et militantes de différents horizons », explique celui qui a aussi co-fondé La Planète s’invite au Parlement.

Des participant·es de différents milieux

C’est pourquoi TJC, un collectif qui vise principalement à impliquer les syndicats dans la lutte climatique, a invité les associations étudiantes, les groupes communautaires et les associations citoyennes à participer aux ateliers offerts durant la journée, poursuit-il.


Les discussions ont rapidement mené à la préparation d’actions concrètes Photo : Francis Hébert-Bernier

Une stratégie qui semble avoir fonctionné, puisque les participant·es laissaient voir des motivations et des affiliations très diverses. « Je me suis longtemps impliqué en politique et ça m’a brulé. Je suis venu ce matin pour trouver de nouvelles façons de m’impliquer dans ma communauté », confie l’ancien candidat de Québec solidaire et militant pour la France Insoumise Stéphane Durupt.

« Si je suis ici, c’est pour changer le monde. Il faut s’organiser pour freiner la destruction et le chaos dans lequel on vit », explique pour sa part l’activiste de longue date et enseignante de musique au primaire Louise Marand. « Je dis souvent à mes collègues : si on ne se bat pas, les enfants auxquels on enseigne n’auront pas d’avenir », poursuit-elle.

Des formations tournées sur la pratique

En première partie de journée, les participant·es avaient le choix entre plusieurs ateliers de formation visant à les aider à s’organiser et à mobiliser leur entourage. Au-delà des conseils et de la théorie fournie par les formateurs, les ateliers se sont rapidement transformés en lieux d’échange, où les activistes ont partagé leurs trucs et astuces, développés au fil de leurs projets respectifs.


Les ateliers ludiques et interactifs visent à créer des liens durables. | Photo : Francis-Hébert-Bernier

Durant la pause-dîner, les récits de lutte ont laissé place à de grandes discussions politiques et philosophiques autour de la crise climatique et de la nécessité d’agir. L’après-midi s’est plutôt ouvert sur une présentation plus factuelle : les militant·es ont pu y apprendre les bases scientifiques derrière les revendications de TJC. Ils et elles ont ensuite discuté de leurs préoccupations respectives pour identifier les points de convergence et jeter la base pour d’éventuelles collaborations.
Les nouveaux·elles allié·es ont ensuite conclu la journée en jetant les bases concrètes d’une nouvelle action qui s’organisera durant l’été.


Après le diner, les participant·es reçoivent une formation plus théorique. | Photo : Francis-Hébert-Bernier

En route vers une grève le 23 septembre

« La journée a été très motivante. C’est intéressant de se réunir pour réfléchir ensemble et nous avons accompli un travail sérieux qui nous donne plein de pistes pour des actions futures », confiait Louise Marand en sortant du dernier atelier. « Le plus petit nombre a permis une discussion plus intime et les échanges ont été vraiment fructueux », remarque François Geoffroy.

« Nous voyons qu’il y a un vrai désir de se mobiliser et de faire changer les choses, nous l’avons vu ici aujourd’hui et nous le voyons dans les assemblées syndicales », poursuit l’organisateur.

D’ailleurs, avec l’équipe de TJC, François Geoffroy travaille activement pour tenter de convaincre des syndicats de se doter de mandats de grève, en vue d’une journée de mobilisation nationale pour le climat le 23 septembre prochain. « Nous sentons un réel engouement, surtout auprès des syndicats de l’enseignement, de la fonction publique et du milieu de la culture et des communications », remarque-t-il.
Deux syndicats se sont pour l’instant dotés de mandat de grève pour cette journée et plusieurs autres sont selon lui en voie de se prononcer sur le sujet. Pour que la journée du 23 septembre soit une réussite, ils auront toutefois besoin d’une forte mobilisation et la tournée Faut qu’on s’organise est un bon pas dans cette direction, croit le militant syndical.

Le travail continue alors que la tournée poursuit son chemin. Des arrêts sont pour l’instant prévus le 4 juin à Montréal et le 18 juin à Québec. D’autres dates devraient être annoncées prochainement.

À lire

Sur la création de TJC : « Justice climatique : “Si ça prend un appel à la grève sociale, ça va être ça” »

Entrevue avec François Geoffroy : « Il est temps de nommer les adversaires dans la lutte pour le climat »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...