Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Logement

Pas de nouveaux cadeaux fiscaux pour les plus riches dans le budget Oliver, réclame le FRAPRU

MONTRÉAL, le 14 avril 2015 - À une semaine du budget fédéral, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) presse le gouvernement conservateur de Stephen Harper de renoncer à augmenter le plafond annuel de cotisation à un Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pour plutôt investir dans le logement social et la lutte contre l’itinérance.

« Le gouvernement Harper a déjà accordé suffisamment de cadeaux fiscaux aux contribuables à revenu élevé, notamment en permettant le fractionnement du revenu des familles. Il serait carrément indécent d’aller plus loin en ce sens. Les surplus budgétaires doivent plutôt être consacrés au respect des obligations du Canada en matière de droits et notamment de celui au logement », explique le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant.

Poursuite des subventions aux logements sociaux existants

Inquiet de la fin des subventions fédérales aux logements sociaux existants, l’organisme réclame que le budget Oliver en confirme sans plus tarder la poursuite. Il précise qu’en 2014, 16 000 logements sociaux ont perdu les subventions qu’ils recevaient d’Ottawa depuis des décennies. Sur les 552 000 logements qui jouissent toujours d’un tel financement, 25 000 en seront privés en 2015 et 24 000 autres en 2016. « C’est 1,7 milliard $ que le gouvernement fédéral consacre à chaque année aux logements sociaux existants. Cette somme doit être maintenue non seulement pour éviter de fortes hausses de loyer aux locataires à faible revenu qui habitent présentement ces logements, mais aussi pour en préserver l’accessibilité financière pour les générations à venir », s’exclame M. Saillant.

2 milliards $ pour de nouveaux investissements en logement social

Le gouvernement fédéral doit par ailleurs se donner les moyens d’aider un plus grand nombre de ménages en difficulté, estime le FRAPRU. Selon des chiffres provenant de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, 989 365 ménages locataires ont des besoins impérieux de logement au Canada. Or, Ottawa n’accorde présentement que 250 millions $ par année à l’ensemble des provinces et des territoires pour s’occuper d’un problème d’une telle ampleur, ce qui est ridiculement peu, selon le FRAPRU qui revendique que le budget Oliver augmente cette somme pour la porter à 2 milliards $ par an et que celle-ci soit entièrement consacrée au logement social.

Une augmentation marquée des investissements en itinérance

Enfin, le FRAPRU revendique une augmentation marquée des budgets consacrés à la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI). Au Québec, les organismes communautaires intervenant dans ce secteur devraient disposer d’un budget annuel de 50 millions $ plutôt que 20 millions $, comme c’est le cas depuis une quinzaine d’années. De plus, le FRAPRU joint sa voix à celle du Réseau SOLIDARITÉ Itinérance Québec pour réclamer que les sommes additionnelles versées par Ottawa permettent à nouveau de favoriser une multitude de formes d’intervention en itinérance, dont plusieurs sont sérieusement pénalisées depuis que le gouvernement fédéral a modifié son approche en la matière.

Sur le même thème : Logement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...