Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Constituante en Catalogne

Pour un processus constituant en Catalogne

Ceux qui nous gouvernent nous ont conduit à une situation de faillite. Et maintenant, ils ont l’intention de nous faire payer pour le gaspillage et la mauvaise gestion de quelques-uns. Ils nous disent que nous sommes coupables, sinon complices la crise. Ils veulent que nous nous repentions, que nous acceptions les souffrances provoquées par les coupures et l’austérité ... « Nous mériterions notre sort, nous disent-ils.

Traduction Presse-toi à gauche !

(tiré du site : http://esthervivas.com)

Le gouvernement de M. Artur Mas a été le fer de lance des coupures en Catalogne. Mais les coupures avaient déjà commencé, malheureusement, avec le triumvirat. Les souhaits de Mme Angela Merkel sont des ordres pour le CiU. Et ainsi de suite. La Catalogne est à l’avant-garde du néolibéralisme en Europe. Elle fut le premier pays à appliquer des frais pour l’accession aux soins de santé, à imposer une très importante augmentation des frais de scolarité universitaires, à lancer une offensive frontale pour mettre fin à l’éducation et à la santé publiques. Et n’oubliez pas, également, que les policiens catalans ont été les premiers à criminaliser et à réprimer les résistances populaires.

Les chiffres ne mentent pas. Environ 30% des Catalans sont pauvres. 57%, chaque mois, ne peuvent joindre les deux bouts. 39% des familles ne peuvent même pas se permettre une semaine de vacances dans l’année. Le taux de pauvreté en Catalogne est de huit points au-dessus de la moyenne européenne, selon l’enquête sur les conditions de vie et les habitudes de la population de 2011 de la Députation de Barcelone. Et chaque jour, ici, 100 familles sont expulsées, comme le rapporte la Plateforme des personnes affectées par une hypothèque. Derrière ces chiffres, il y a des personnes et des familles qui souffrent de la crise. Nous sommes, sans aucun doute, dans une situation de véritable urgence sociale.

Aux mains des voleurs

Et pendant ce temps, les principaux partis catalans sont dans les eaux profondes de la corruption. La Convergence dont le siège est repris pour couvrir le cas Palau, le nouveau secrétaire général de la la Ciu, Oriol Pujol, doit démissionner et est accusé de baigner dans une intrigue (ITV). Accusé, lui aussi, sans être forcé de démissionner, son député, Xavier Crespo, est impliqué dans l’affaire – Clotilde. Unio, et reconnu coupable dans l’affaire du financement irrégulier dans le cas Pallarols. Le PSC a été immergé dans l’affaire Mercury avec l’un de ses principaux barons, Manuel Bustos, maire de Sabadell, inculpé et contraint à la démissionner de son poste après une bataille farouche de l’opposition. Nous sommes livrés, sans aucun doute, aux mains de voleurs.

C’était déjà dit ouvertement, Félix Millet est maintenant déshonoré. Président du conseil d’administration du Palau de la Música et auteur de son saccage. Tels sont les 400 patrons de la Catalogne. Toujours présents aux endroits considérés comme les quatre lieux clés du pouvoir catalan : le Lyceum, le conseil consultatif de La Caixa, le Palau de la Música et le stade Camp Nou. "Il y a environ 400 personnes que nous avons rencontrées partout. Il y a une unité de la famille, de la même compagnie, nous sommes d’accord sur beaucoup de choses », a déclaré Félix Millet dans une entrevue recueillie dans « L’Oasi Catala » (Planeta, 2001). Pour ces 400, la fête est finie.

C’est assez !

Aujourd’hui, 93% des Catalans perçoivent la corruption comme un problème grave ou très grave, selon le baromètre de l’Office de lutte antifraude de Catalogne, 2012. Et bien que M. Artur Mas ait en bouche les discours contre la "corruption" convoquant des sommets pour la frime, tous les yeux sont posés sur la classe politique. Pour beaucoup, ce n’est pas une crise, mais une grosse arnaque et une dépossession collective. Si une minorité sort gagnante de la crise, la grande majorité en sort perdante.

La désaffection pour la politique atteint de nouveaux sommets, mais également, et même si cela semble contradictoire, la volonté de se réapproprier les affaires collectives. Avec la crise, le masque du capitalisme est tombé. Nous avons vu que ce qui est décidé dans les institutions nous concerne : la façon dont la réforme du travail nous laisse sans emploi ; comment la Loi sur les hypothèques nous jette à la rue et nous laisse endettés pour la vie ; comment on réforme la constitution pour mettre un plafond au déficit public des hôpitaux, des cliniques et des écoles publiques. Et c’est là que les gens ont dit : « Assez, c’est assez ».

Mais non seulement il y a une illégitimité croissante du système actuel des partis politiques traditionnels, des institutions comme la monarchie, etc., Mais en Catalogne, cette crise s’ajoute à l’effondrement du modèle d’autonomie surgi de la transition et son manque de démocratie évident, en ce moment, pour de larges secteurs de l’opinion publique catalane a certainement provoqué une hausse de l’aspiration de l’indépendance. Et alors que M. Artur Mas (et les autres) profitent de la situation pour nous dire que « l’Espagne nous vole », ils se drapent du drapeau catalan pour couvrir leur arsenal de coupures. Il est évident que les voleurs sont dans la maison et qu’il est temps de s’en débarrasser.

Il s’agit de décider de notre avenir en tant que peuple, mais aussi décider du pays, de la société, de la politique et l’économie que nous voulons. Il ne s’agit pas de l’indépendance au service des 400, ni d’une Catalogne faite pour les Millet, Brufau, Pujol, Montull, Crespo et ainsi de suite. Nous avons besoin d’une Catalogne faite par et pour ceux d’en bas.

Teresa Forcades et Arcadi Oliveres

La crise actuelle ouvre une brèche que nous devons approfondir. Il faut être indigné, révolté, désobéir et construire des alternatives au jour le jour, mais il est nécessaire également de construire des alternatives politiques et sociales répondant à la volonté majoritaire. Qu’ils s’en aillent tous et qu’ils ne reviennent plus. Et c’est là que s’inscrit la proposition du manifeste « Pour un processus constituant » lancé par Teresa Forcades et Arcadi Oliveres la semaine dernière en Catalogne. Il est temps d’aller de l’avant.

Il ne s’agit pas de manifestes et de déclarations de bonnes intentions contre le capital, mais de renverser les fondements du système pour le bien de la majorité, pour ceux et celles qui souffrent de la crise aujourd’hui. Parce que si nous ne le faisons pas, d’autres le feront. Et l’indignation, comme nous le savons, n’est pas toujours à gauche. La Grèce nous montre comment il y a aussi une indignation de droite. Et en Italie, il y a une antipolitique sans orientation claire. D’où la proposition d’Arcadi Oliveres et de Teresa Forcades qui est un acte de responsabilité et d’engagement vis-à-vis les opprimés.

Ce manifeste indique clairement que le système ne fonctionne pas et quel genre de monde nous voulons et comment nous pouvons le changer grâce à la mobilisation. Il nous faut un outil politique et social large, unitaire et capable de rassembler l’ensemble de la gauche, les mouvements sociaux et des personnes qui résistent. Un outil dont le but principal est d’avoir une majorité politico-électorale pour lancer un processus constituant en Catalogne, pour donner la parole au peuple et pour nous permettre de décider ensemble le pays que nous voulons. Au travail.

Esther Vivas

Auteur de "En campagne contre la dette” (Syllepse, 2008), co-coordinatrice des livres en espagnole "Supermarchés, non merci" et "Où va le commerce équitable ?" et membre de la rédaction de la revue Viento Sur (www.vientosur.info).

Sur le même thème : Constituante en Catalogne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...