Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Les nôtres

Présence de Lorraine Guay

Ce vendredi 17 juin, Lorraine Guay est décédée. Il n’est pas exagéré de dire que le monde militant est en deuil, tellement son rayonnement a été grand et marquant.

Sur Facebook, le jour même, de très nombreuses personnes d’horizons divers lui ont rendu hommage, des personnes qui ont côtoyé, apprécié et aimé cette grande amie, femme de cœur et d’action, d’espoir et de ténacité.

Ces personnes nous ont permis de publier ici des extraits de leurs témoignages, qui donnent à entrevoir la richesse de la personnalité de Lorraine, la diversité des luttes où elle s’est engagée et la force de sa présence.

D’autres publieront des témoignages plus élaborés ; l’intention ici est de présenter un recueil rapide et sans prétention de propos spontanés qui ont suivi l’annonce du décès.

Les textes sont anonymisés, pour que l’attention demeure sur la personne de Lorraine.

Nous savons déjà qu’il y aura une célébration dans les prochains mois au Centre St-Pierre.

* * * * *

Ce triste matin, Lorraine Guay nous a quitté·es. C’est en écoutant "Gracias a la vida", chanson qu’elle adorait, en regardant son sourire, que j’ai essayé de l’accompagner virtuellement vers l’ultime transition... Nous allons nous ennuyer profondément de la belle Lorraine, militante, féministe, intellectuelle, pleine de vie et d’espoir. Quel privilège de t’avoir côtoyée et d’avoir milité à tes côtés depuis plus de trois décennies. Repose en paix chère amie, on continue la lutte et tu seras toujours avec nous...

* * * * *

Aujourd’hui, une grande dame, une militante, une pionnière, une bâtisseuse nous a quitté·es. Merci Lorraine Guay pour tout ce que tu as apporté au Québec. Tu as été une militante de la première heure : des luttes féministes à celles contre l’impérialisme, de celles pour la libération de la Palestine à celles pour la protection des services publics, des programmes sociaux et de la lutte à la pauvreté. Tu as consacré ta vie à la justice sociale, comme peu de gens l’ont fait. Les mouvements sociaux, et plus largement, le Québec entier perd un monument. Tu vas nous manquer. Repose en paix. xxx

* * * * *

Une grande militante féministe québécoise vient de nous quitter. Chère Lorraine Guay , tu vas nous manquer, me manquer. Durant ce long parcours de combattante qui a été le tien, tu as dû en croiser des jeunes femmes qui, comme moi, t’admiraient en silence même quand tu nous faisais savoir que tu n’étais pas contente de nos prises de positions. Il y a quelques mois, alors qu’on ne s’est pas beaucoup côtoyées, j’ai repensé à ce long café qu’on avait pris ensemble dans Côte-des-Neiges et je t’ai appelée. Tu étais déjà très malade, mais quand j’ai exprimé mon inquiétude, tu m’as répondu avec la détermination qu’on te connaît : je ne vais pas mourir demain, là ! Tu m’as même dit que si tu pouvais, tu viendrais à mon lancement. Tu n’es pas venue, mais comme les quelques fois où on a échangé, tu m’as donné toute une dose de courage. Merci pour tout, Lorraine. Bon voyage !

* * * * *

On n’est jamais vraiment préparé·e à recevoir une telle nouvelle...J’ai connu Lorraine dans les années 1960 alors que nous militions dans la JEC... Son engagement social a toujours fait partie intégrante de sa vie. Je ressens ce matin une profonde tristesse... et une grande reconnaissance pour tout ce qu’elle a apporté....Elle a toujours été un exemple (inaccessible, je dirais) pour moi... GRACIAS à toi Lorraine ! et à la vida qui m’a fait te connaitre !!

* * * * *

Lorraine Guay was one of the most important feminist and radical leaders in Quebec. She left us too soon.

* * * * *

Une annonce difficile à faire.
Notre amie Lorraine Guay est décédée ce matin, entourée de ses proches.
C’est un gros deuil qui touchera beaucoup, beaucoup de monde, tellement elle était aimée, que ce soit comme militante, comme travailleuse ou comme amie.

Le grand nombre et l’importance des enjeux sociaux auxquels elle a contribué élargissent l’onde de choc que son décès causera.
La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles aussi est en deuil, puisque Lorraine en a été la première coordonnatrice, durant les années 1990, alors qu’elle travaillait aussi pour le Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec.

Je l’ai personnellement connue en 1995, lors de l’organisation de la marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses", et l’amitié s’est conjuguée depuis à nos militances respectives. Toutes et tous devez avoir des souvenirs forts, notamment de sa droiture, de sa chaleur et de sa compassion.

* * * * *

C’est avec tristesse que j’apprend le décès de Lorraine Guay ce matin.
Lorraine va me manquer par sa rigueur incroyable tant en santé et services sociaux que pour la Palestine libre.

J’ai fait partie d’une délégation internationale après l’opération Plomb durci avec Lorraine. C’est toute une expérience que de travailler et militer avec elle. Tout est possible avec Lorraine.

Elle était aussi la voix du RÉCIFS à la Coalition Solidarité Santé jusqu’à récemment.

Elle va me manquer lourdement et je la porte dans mon coeur pour toujours, xxx.

* * * * *

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Lorraine Guay, qui était membre de la Fédération des femmes du Québec et qui a milité avec nous de façon ininterrompue depuis 30 ans.

Les mouvements féministes ont perdu une grande alliée, une militante d’exception qui faisait de l’éducation populaire son cheval de bataille. Elle est la preuve qu’on n’arrête jamais de vouloir changer le monde, qu’on essaie jusqu’à notre dernier souffle.

Merci Lorraine, pour tout, on continue la lutte et on ne lâche rien.

* * * * *

Lorraine était une femme d’exception. Une militante dévouée et généreuse, qui dans sa pratique et ses actions était rigoureuse et méthodique. Tout au long de sa vie, elle aura été de différents combats : les luttes de libération nationale ou populaire au Salvador et au Nicaragua, sans compter la Palestine qu’elle a adoptée ces dernières années.

* * * * *

Je suis très bouleversé par la nouvelle, même si nous l’attendions plutôt tard que tôt. Sa générosité était sans limite et ne s’est jamais démentie. Elle laisse en deuil non seulement le mouvement féministe, mais aussi le mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire, le mouvement syndical en santé, le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien, et plus généralement le mouvement de solidarité internationale suivant une ouverture d’esprit rare. Puissent les nouvelles générations s’emparer de sa sage radicalité !

* * * * *

Une grande femme est partie ! Merci Lorraine, pour ton engagement social y ta solidarité avec nos peuples d’Amérique latine !

* * * * *

D’un coup sec, je suis envahi d’une très grande tristesse ce matin mais aussi d’une énorme gratitude envers Lorraine Guay. Elle m’a tellement appris, ainsi qu’à nous tous et toutes, sur le sens des mots humanité, féminisme, solidarité, communauté, transformation sociale, pratiques alternatives… et sur tant d’autres mots qui tapissent l’univers de l’action communautaire autonome militante.

Merci du fond du cœur ! Repose en paix !

* * * * *

Lorraine Guay n’est plus, mais on se souviendra d’elle pendant des décennies. On se souviendra de son engagement, de sa militance, des luttes qu’elle a menées, de son intégrité, de sa grande confiance dans les personnes et de son profond amour de l’humanité.

Lorraine te rencontrer, travailler avec toi et être ton amie aura été un des plus beaux privilèges de ma vie. Repose en paix.

Mes plus sincères condoléances à toute sa famille bien-aimée.

* * * * *

Elle était une femme et militante lumineuse.

* * * * *

Amiga del alma…. « Gracias a la vida por haberte conocido … ».

* * * * *

Quelle femme extraordinaire ! Quelle perte aussi. Mon coeur est en lambeau.
Une ouverture à l’autre, une capacité à dialoguer, une écoute immense, une humilité sans borne et pourtant, une femme d’une telle culture, d’une telle cohérence. Elle m’a toujours inspiré l’espoir malgré les contextes désespérants dans lesquels nous baignons. Merci Lorraine !
Seguimos !

* * * * *

Such an inspiring woman- in every way. Rest in love brave beautiful bright star. Merci du fond du cœur.

* * * * *

Je veux rendre un hommage tout en douceur et en amour à Lorraine Guay, grande amie et camarade, qui est décédée hier.

Lorraine est l’une de mes seul.e.s mentores, une femme extraordinairement inspirante, incroyablement puissante, lumineuse, rieuse et dont la force n’avait pour seule égale que son humilité. Elle est de la trempe de celles qui marquent l’histoire par leurs actions et cet engagement inébranlable à lutter contre TOUTES les formes d’injustice, de domination, d’exploitation et d’oppressions... « Qui sommes-nous pour être découragées ? » résonne comme un rappel de notre position dans ce monde et ses systèmes que nous combattons. Cette question est un moteur qu’elle nous offre et dont je me saisis.

Nous avons débattu, elle m’a éclairé.e et toujours elle se montrait ouverte à remettre en question sa vision des choses à la faveur d’une nouvelle idée, d’un nouvel angle de lecture, d’un nouvel apport conceptuel. Battante et intellectuelle sans tambours ni trompettes, constante et jamais figée... toujours à combattre les oeillères et à se méfier de l’autoritarisme (et du pouvoir) et des dérives potentielles de nos mouvements de lutte.

* * * * *

Oh que je suis triste d’apprendre cette nouvelle ! Lorraine m’a marquée profondément et souvent, lorsque je suis découragée de la lutte, je me rappelle ses paroles comme quoi les luttes sociales sont longues, beaucoup plus que notre vie, et qu’il faut considérer notre contribution comme un apport à la longue trame de la transformation vers la justice et la dignité. Ce soir, en me remémorant mes pas assez nombreuses rencontres avec cette grande militante, je réaffirme mon engagement ! Repose en paix, Lorraine, nous sommes nombreuses à avoir été marquées par ton parcours et nous continuerons à nous en inspirer !

* * * * *

Je suis triste, très triste. Notre belle amie Lorraine nous a quitté.e.s.
Lorraine, tu es une femme que je ne pourrais jamais oublier ; te côtoyer dans la rue lors des manifestations, occuper des locaux et expérimenter avec toi la désobéissance civile (pacifiquement mais avec tant de détermination), m’attabler à tes côtés pour partager nos indignations ou tout simplement pour piquer une petite jasette au hasard de nos rencontres dans des rassemblements ou des assemblées générales, tout ça fait partie de mes petits et grands bonheurs, de mes doux souvenirs de toi. Nous serons nombreuses à continuer la route avec la certitude de ta présence à nos côtés, chaque fois que nous devrons lutter pour plus de justice et pour la paix en ce monde.

Maintenant ta nouvelle route te permettra peut-être de croiser d’autres qui nous ont quittées : Hélène Pedneault, Léa Roback, Madeleine Parent ; ça risque de faire un "méchant raveaux" sur le nuage.

Au revoir Lorraine, merci à la vie de m’avoir permis de croiser ta route.

* * * * *

Merci pour tous vos beaux témoignages, ils nous font du bien. Mes frères, ma tante, ma maman et moi avons eu la chance de l’accompagner lors de l’aide médicale à mourir ce matin à 9h17. Ce fut doux, mais le vide n’en est pas moins grand. Lorraine voulait réciter son poème préféré, mais n’en a pas eu la capacité ; elle aurait voulu que je le partage, alors le voici : « Quand je serai très vieux ».

Quand je serai très vieux

Demain peut-être

Quand l’ange tournera discrètement la page inachevée

Quand j’aurai fini de traquer les mots

Défaillant d’en avoir tant mis sur la page

Quand viendra le temps de partir

Toute parole close

L’âme bleue pareille au silence

Et livrée aux confins de l’absence

Quand il faudra s’en aller sans rien trahir

Que nulle hâte ne tirera plus par la manche

Que sera passée l’heure des floraisons et des peines

Quand il faudra remiser la plume avec le sablier

Replier mes solitudes avec mes amitiés

Ranger mes rêves dans l’armoire aux ténèbres

Ce jour-là toutes mes nuits au bout des mains

Je fermerai les yeux de la mémoire

Tendu dans l’attente de la lumière

Transi de tenace espérance

L’âme enfouie dans ses feuillages

Ses heures résignées en un vaste songe

J’abandonnerai ma main consolée dans la tienne

Ce sera le matin, je pense.

(Quand je serai très vieux : Fernand Dumont, La part de l’ombre)

Presse toi à gauche tient à remercier Élisabeth Germain pour toute l’aide apporté à ce texte.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Les nôtres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...