Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Réduire l’utilisation des sacs ne suffit pas

Le Guardian sur les plastiques : réduire l’utilisation des sacs ne suffit pas
« Les entreprises énergétiques ne doivent plus être autorisées à inonder les océans de polyéthylène.

photo et article tiré de NPA 29

Alors que l’industrie pétrolière prévoit une forte augmentation de la fabrication d’emballages, la nécessité d’une action internationale sur les déchets n’a jamais été aussi claire.

Avec des images choquantes d’un poussin d’albatros tué par un cure-dent en plastique et une couverture médiatique récente de l’augmentation des déchets laissés par les visiteurs de la campagne britannique pendant la pandémie, les preuves des dommages ne manquent pas de la laideur causée par le plastique.

La sensibilisation du public au problème s’est rapidement accrue ces dernières années dans de nombreux pays et a conduit à une nouvelle législation. Mais alors que les organisations environ-nementales travaillent dur pour mettre en évidence les liens entre les industries des plastiques et du pétrole – et tandis que la pollution des océans et les échecs de l’industrie des déchets et du recyclage sont devenus des thèmes clés pour les militants – la question des plastiques n’est pas encore assez largement reconnue en raison de notre dépendance aux combustibles fossiles.

Les rapports faisant état de plans de l’industrie pétrolière visant à accroître l’offre de plastiques vierges d’un quart sur cinq ans, tout en faisant pression sur des pays comme le Kenya pour qu’ils lèvent les restrictions sur leur utilisation, montrent à quel point cela doit changer d’urgence.

Les plastiques ne sont pas un sous-produit de l’industrie des combustibles fossiles. Ils en sont le produit. L’expansion de la fabrication de plastiques, pour laquelle des entreprises telles que Saudi Aramco et Royal Dutch Shell prévoient de dépenser environ 400 milliards de dollars (300 milliards de livres sterling), fait partie de la réponse coordonnée de l’industrie à la réduction de la demande de carburant provoquée par le passage aux énergies renouvelables et à l’électricité. Véhicules.

Réduire, réutiliser et recycler est depuis longtemps le slogan des militants anti-gaspillage, et cela sera toujours un objectif. Encourager les gens à cesser de consommer des choses dont ils n’ont pas besoin, d’acheter des objets indésirables et à recycler les déchets plutôt que de les envoyer à la décharge sont des objectifs valables.

Le problème est que cela ne fonctionne pas. Actuellement, environ 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans l’océan chaque année, les dernières recherches suggérant que cette quantité pourrait tripler en 20 ans. Une nouvelle approche est nécessaire qui conserve un fort accent sur la responsabilité personnelle et collective (qui aide à garder les plages et les parcs propres), tout en augmentant fortement la pression sur les politiciens et les entreprises.

Les efforts pour limiter la production de plastiques devront être internationaux pour être efficaces. Le Kenya est un chef de file mondial en matière de législation anti-plastique. Les rapports selon lesquels les lobbyistes américains le ciblent comme une plaque tournante possible pour la fourniture de produits chimiques et de plastiques fabriqués aux États-Unis au reste de l’Afrique (après que la Chine a interdit l’importation de la plupart des déchets étrangers en 2018) sont pour le moins alarmants. Le mois dernier seulement, il a été révélé qu’il y avait déjà 10 fois plus de plastique dans l’Atlantique qu’on ne le pensait auparavant.

Et bien que personne ne sache quels seront les effets à long terme, sur les humains ou d’autres espèces, la quantité même de déchets et l’impact déjà documenté sur la faune signifient que la pollution plastique doit être traitée dans le cadre de l’urgence environnementale plus large.

Comme pour les émissions de carbone, les objectifs nationaux constitueront un élément essen-tiel de tout cadre mondial. Jusqu’à présent, les efforts du gouvernement britannique pour limiter les déchets plastiques ont été sans enthousiasme, comme l’illustre la décision malavisée de reporter de six mois l’interdiction des agitateurs et des pailles en plastique.

Et bien que ce soit une bonne nouvelle que les frais pour les sacs en plastique soient étendus aux petits magasins et doublés à 10 pence, ce pas dans la bonne direction est encore trop petit.

Les mouvements plus audacieux de détaillants offrent un certain encouragement. Morrisons vient d’annoncer qu’il teste des sacs en papier. Mais comme pour l’énergie, c’est un changement systémique qui est nécessaire, plutôt que des gestes privés, même s’ils en valent la peine et sont bien intentionnés.

Le monde se noie dans des emballages plastiques et des signes indiquent que le problème s’aggrave. Le temps presse pour y remédier.

Sam.5 sept.2020

https://www.anti-k.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...