Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Résistance

Il y a 50 ans, René Dumont (et d’autres) lançait un signal écologique que tous les pays développés aurait dû prendre en compte, mais que les gouvernements ont ignoré, préférant faire une course au PIB et au toujours promis « plein emploi » en misant sur leurs entreprises. Or au fil des décennies celles-ci ont un capital qui n’est plus national et ne connait qu’un seul pays, la bourse. Les pays continuent de renoncer à coups de privatisations à tous les leviers qui leurs permettaient de gouverner un pays et d’être indépendants.

tiré de : https://lejustenecessaire.wordpress.com/2019/04/22/resistance/

Ils déroulent des tapis rouges et se soumettent aux desiderata des entreprises, par idéologie néolibérale et par intérêt, qui imposent leurs dérives et font tourner la finance avec des banques qui prêtent à tour de bras pour maintenir le système. Les pays focalisés sur la compétition au PIB et l’objectif de croissance, oublient toujours un peu plus les humains et l’écologie, et alimentent le capitalisme et le 1% le plus riche.

Les dirigeants des multinationales dopés par les stock-options et poussés par les actionnaires, par la carotte ou le bâton poussent leurs personnels à produire plus et moins cher et pas trop durable, pour consommer toujours plus. Les entreprises se rachètent les unes les autres et diversifient leurs activités, en maintenant une pseudo concurrence alors que les actionnaires sont les mêmes. L’écologie est écrasée par la compétition économique, et le sera encore plus si on ne limite pas la rentabilité du capital, la terre ne doit plus servir à nourrir cette compétition que les pays se livrent à travers les multinationales, qui se servent des pays tant qu’ils coopèrent à leurs profits. La France recueille 300M€ pour faire vivre les 66 millions de français, quand le CAC40 offre 57M€ à quelques actionnaires qui vont spéculer dans le système financier.

Ce dessin montre la quantité d’énergie globale utilisée depuis 1965 jusqu’à maintenant avec une projection pour le futur. Or on voit que l’énergie verte ne représente RIEN et même si on pourvoit en énergie, notre consommation de ressources est telle que les générations futures n’auront plus grand chose à consommer. Si cette pénurie annoncée n’est pas gérée mondialement par tous les gouvernements et équitablement nous irons vers des conflits voir des guerres, car sans ressources ce n’est plus un coup de frein mais un choc brutal avec la réalité, notre vitesse n’est pas celle de la planète et de la nature (à quoi sert la 5G). Toutes les marches pour le climat et les manifestations d’écoliers ne font pas changer le raisonnement des gouvernements qui sont toujours dans la compétition pour faire du dollar et de la croissance, dans le travailler plus pour payer les retraites, alors que plus de 95% de l’argent/dette créé par les banques ne sert qu’à spéculer, ils poussent des milliards d’individus à s’agiter encore plus, et plus longtemps.

Nous ne pouvons pas laisser nos enfants mener un combat dont nous sommes la cause, l’avenir de l’humanité demande que nous unissions nos efforts pour tuer le néolibéralisme qui nous mène à notre perte, et pour cela, les partis, mouvements, groupes écologistes (sponsorisés par qui ?) doivent être tous unis, pour mener une action concertée pacifique pour renverser ce capitalisme néolibéral, et obliger les gouvernements à utiliser le capital des plus riches pour la transition écologique, car malheureusement nos élus ont concédé tant de pouvoir, que quelques grosses entreprises pesant financièrement plus que des états peuvent éviter taxes et impôts sans être inquiétées, ou d’investir dans des domaines abandonnés par eux pour des raisons de pur profit et d’accaparation, en fait ils ont été renversés par l’économie et nous ne pouvons compter que sur nous.

Tous les humains sont prêts à faire un effort écologique et à moins consommer (entre 5-10 fois moins pour 1/3 de l’humanité), mais les entreprises vont en sens contraire, et le capitalisme ne fera de l’écologie que s’il y a profits, mais ira contre si ceux-ci ne croissent pas, or la pauvreté n’étant pas résorbée, une partie de l’humanité ne se sentira pas concernée par le sauvetage de la planète. Or tous les partis écologiques ne mettent pas assez l’humain en priorité, et semblent adhérer à l’économie de marché qui est l’ennemie de l’écologie, et à demander à l’individu plus qu’aux entreprises et donc moins à l’économie.

On a limité la vitesse sur les routes pour diminuer le nombre d’accidents mortels, de même, il faut limiter le rendement du capital pour tuer cette course à la fortune et au monopole (fusion Renault/Fiat), le plafonner juste au-dessus de l’inflation. Les écologistes doivent créer de nouvelles règles économiques qui respectent les cycles de la planète et les expliquer sur un site mondial, pour imposer une dictature économique contre le néolibéralisme, avec une prise en compte du stock des ressources, de leur exploitation et de leur répartition dans l’équité et dans le temps, pour que nos enfants aient un juste nécessaire pour vivre dans la dizaine de siècles à venir. C’est parce qu’il n’y a aucune restriction sur ces ressources que l’économie peut s’en goinfrer pour fabriquer du dollar en générant du CO2 , et enrichir ce 1% de la planète. Nous sommes responsables, mais tous drogués et prisonniers de l’obligation de travailler pour faire tourner ce système que tous les gouvernements et entreprises entendent perpétuer, toutes nos actions pour l’écologie ne diviseront pas par 10 notre besoin d’énergie, elles n’arrivent même pas à freiner le système. Les gouvernements sont otages de l’économie qui mène le train du monde à grande vitesse, et nous demandent de freiner avec un pied, et de courir avec l’autre pour maintenir la croissance, et même ceux d’extrême droite n’ont plus de contrôle.

Le site mondial écologique aura pour objet d’orienter notre consommation vers d’éventuels acteurs prêts à mettre en œuvre cette nouvelle économie où on produit durable et écologique, il poussera les consommateurs vers ces entreprises, mais comme il y aura des résistances dans certains secteurs, il faudra les faire sauter en désignant une entreprise et une seule, même néolibérale, car nous avons des besoins et sommes dépendants du système, mais par contre on boycottera tous les concurrents tant qu’aucun n’optera pour la nouvelle économie. Si certains basculent vers celle-ci, il seront désignés dans le site mondial et les consommateurs se fourniront chez eux. Regardez le dessin au-dessus, le mot « choix » risque de disparaître un jour.

Le secteur bancaire peut servir d’exemple s’il résiste, et qu’aucune banque n’accepte ces nouvelles règles économiques écologiques, notre action consistera à migrer nos économies et notre compte courant vers une seule banque désignée par le site mondial et boycotter toutes les autres. Entre rapacité et automatisme, les actions boycottées vont tant chuter qu’elles devront choisir entre un capital qui rapporte moins, ou des actions qui valent zéro. Ce type de vote où chaque billet de banque pèsera plus lourd que toutes les marches pour le climat, obligera les multinationales et les pays à migrer vers une économie écologique. C’est en allant tous sur le même bord, qu’on fera chavirer le néolibéralisme. Secteur d’activité par secteur d’activité, ce type de « vote » peut orienter vers une économie écologique, et donner une chance aux gouvernements de reprendre leur rôle.

Ce mode d’action pacifique accélérera l’action des états vers une transition écologique où les entreprises seront impliquées beaucoup plus que les individus. Je veux bien ne plus utiliser de plastique, mais que les entreprises cessent de nous les imposer, je veux bien moins polluer avec ma voiture, mais que les constructeurs cessent de construire des SUV et 4X4 toujours plus lourds et sur-motorisés qui consomment trop (pour rouler à 50Km/h de moyenne), je veux bien consommer local mais qu’on ne nous impose pas un commerce international qui sur-produit et pollue avec des milliers de porte-containers pour quelques dollars de plus, ou une nourriture qui parcoure des milliers de kilomètres pour se consommer à leur lieu de production. Tous les scientifiques du monde payés par les gouvernements, les alertent, et ne sont pas écoutés ce n’est pas seulement la grève, mais donner leur démission puisque leur travail n’est pas pris en compte, et se faire embaucher par Total ou Bayer, ils gagneraient plus. On peut les aider, en occupant le WEB pendant des jours par l’envoi et le renvoi de mails de 10-15Mo à des centaines de destinataires, de préférence dans les grosses entreprises, pour paralyser le réseau et faire payer les GAFA. On peut faire sauter les plombs du réseau électrique en décidant à une heure précise et pendant 1/4 d’heure, d’allumer tous nos appareils gourmands en énergie pour interrompre cette agitation économique et faire bouger les politiques.

Nous devons obliger les gouvernements et les états à prendre leurs responsabilités par rapport à l’économie qui dicte à la planète un mode de vie insoutenable, pour une poignée d’arrivistes et de riches héritiers vivant de la rente, qu’ils les imposent et légifèrent « à la source » une réglementation écologique qui aille vers plus de sobriété des ressources (vous pouvez signer cette pétition symboliquement). Si malgré cela, les gouvernements ne font rien, le peuple prendra ses responsabilités.

La démocratie devra être ré-inventée pour éviter de se trumper par l’élection de « sauveur », par une véritable représentation d’un vrai peuple, pour prendre les décisions sans idéologies politiques ou religieuses, sans en faire un métier, et indépendante du dollar. Tous les partis, même écologiques, sont prisonniers de ce capitalisme néolibéral qui est le seul et vrai ennemi de la terre et de l’humanité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...