Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Si Ford impose une loi de retour au travail, comment pourrions-nous la faire échouer ?

Le 3 octobre, le Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario (CSSO) du SCFP a annoncé les résultats de son vote record sur le mandat de grève : plus de 45 000 des 55 000 travailleuses et travailleurs de première ligne de l’éducation ont voté à 96,5 % en faveur de la grève si les négociations avec la province échouent.

16 octobre 2022 | tiré du site de springmagazine.ca

Quelques jours plus tard, le 6 octobre, Doug Ford a répondu ceci :

« Aux syndicats, aux syndicats d’enseignants : s’il vous plaît, ne faites pas grève. Ne me forcez pas la main. Je crois fermement à la négociation, mais ne faites pas grève. »

Les commentaires de Ford sont révélateurs : il confond les enseignants et les travailleurs de l’éducation comme s’il ne connaissait pas la différence ou les problèmes qui affectent chaque groupe. Cela pourrait aussi être délibéré : pour occulter ce pour quoi les travailleurs de l’éducation se battent et pour saper le soutien du public à leur égard.

Quoi qu’il en soit, l’effet est le même : Ford essaie de faire disparaître les travailleurs de l’éducation – et leur lutte.

Les menaces de Ford

Plus menaçante est la menace claire de Ford d’une loi de retour au travail si les travailleurs de l’éducation se mettent en grève. Cette menace pourrait également signifier une législation préventive qui considère les travailleurs de l’éducation comme « essentiels » et les prive de leur droit de grève, avant même qu’ils n’en aient l’occasion.

Les dirigeants syndicaux ont eu raison de condamner la réponse de Ford et ont attiré l’attention sur ses connotations sexistes (la grande majorité des travailleurs de l’éducation sont des femmes).

La menace de Ford est scandaleuse, mais pas surprenante. Au cours de son premier mandat, Ford a annulé les lois sur le travail décent, annulant le salaire minimum de 15 $ et le gelant pendant deux ans. Il a également abrogé les deux congés de maladie payés de l’Ontario et refuse toujours de les rétablir, même en pleine pandémie.

En 2019, le gouvernement Ford a présenté le projet de loi 124, une loi sur les restrictions salariales qui plafonnait la rémunération et les avantages sociaux de tous les travailleurs du secteur public (à l’exception des policiers et des pompiers, professions dominées par les hommes). Alors que l’inflation a grimpé en flèche, la facture a entraîné une réduction de salaire pour la plupart de ces travailleurs. Cela a également aggravé une crise de personnel dans le système de santé, où les pénuries d’infirmières et d’autres travailleurs de la santé se comptent par dizaines de milliers.

Antisyndical

Il n’y a aucun débat sur le fait que Ford est profondément antisyndical, malgré sa rhétorique « travailler pour les travailleurs ». Son bilan dit tout. De même, il n’y a pas de débat sur jusqu’où il ira. Il a déjà utilisé la législation pour mettre fin à d’autres grèves du secteur public et fera de même pour les travailleurs de l’éducation.

Nous devrions présumer que la loi de retour au travail est déjà rédigée et prête à être abandonnée à tout moment. La vraie question est de savoir si le mouvement syndical sera capable de l’arrêter.

Pour que cela se produise et pour que les travailleurs de l’éducation gagnent, les militants syndicaux et le travail décent doivent se concentrer sur le renforcement de la solidarité entre les travailleurs de la base : dans les milieux de travail syndiqués et non syndiqués, dans tous les secteurs de la main-d’œuvre et dans toutes les régions de la province. En d’autres termes, nous avons besoin d’un mouvement ouvrier uni d’en bas.

Construire à partir de la base

Il ne suffit pas d’imposer des exigences aux dirigeants syndicaux et d’attendre qu’ils agissent. Nous avons besoin d’une base forte, confiante et mobilisée pour pousser les dirigeants réticents ou conservateurs à montrer leur solidarité avec les travailleurs de l’éducation et, lorsque Ford présentera une loi de retour au travail, à se mobiliser pour la rejeter.

Mais il est tout aussi important de construire une base de base pour soutenir et défendre les dirigeants syndicaux de gauche, tels que la direction de l’OSBCU, qui sont prêts à faire grève et à résister aux menaces de Ford.

Sans une base solide derrière eux, les dirigeants progressistes peuvent être isolés rapidement par une adhésion passive dans leurs propres syndicats ou par des dirigeants conservateurs dans d’autres. Ils ont également besoin de soutien pour résister à la pression visant à diluer leurs demandes ou à les abandonner complètement.

Le vote de grève inspirant de l’OSBCU est le résultat de l’orientation de la direction vers la base : des centaines d’organisateurs et de militants se sont engagés dans d’innombrables conversations individuelles avec les membres pendant de nombreux mois et les ont impliqués dans la mobilisation plus large. Ces conversations ont inclus des discussions franches sur la possibilité d’une loi de retour au travail et sur ce que le syndicat pourrait faire pour défendre leur droit de grève.

Droit de grève

Nous devons reproduire cette approche à l’extérieur de l’OSBCU, en particulier dans les syndicats d’enseignants (où la direction semble avoir adopté une stratégie de négociation « décontractée » avec la province). Les travailleurs de l’éducation se battent pour bien plus que des emplois décents et un meilleur système éducatif. Leur lutte devient rapidement la plus importante lutte syndicale en Ontario : une lutte qui pourrait déterminer l’avenir de la libre négociation collective dans la province.

Nous ne savons pas encore à quoi cela pourrait ressembler de défier la législation, mais nous pouvons faire beaucoup maintenant pour nous préparer à ce moment.

Premièrement, nous devons obtenir autant de soutien que possible pour les travailleurs de l’éducation en dehors de l’OSBCU : parmi les élèves, les parents, les enseignants, les travailleurs d’autres secteurs et le grand public. Nous voulons que les travailleurs de l’éducation sachent que, s’ils doivent faire grève, nous les soutenons.

De même, nous devons éroder la confiance de Ford, de Lecce et de leur caucus pour prendre des mesures contre les travailleurs de l’éducation. Nous devons leur montrer la vague de soutien aux travailleurs de l’éducation et mettre le gouvernement Ford sur le reculoir.

Solidarité

Des activistes le font déjà dans les communautés de l’Ontario, dans le cadre de l’initiative de solidarité « Peindre la province en mauve » de Justice for Workers : installer des affiches « Soutenir les travailleurs de l’éducation »dans leurs quartiers et autour des écoles locales et afficher des selfies de solidarité sur les médias sociaux. Une action à l’échelle de la province est maintenant en préparation pour le 21 octobre (restez à l’affût des mises à jour).

Deuxièmement, nous devons sonner l’alarme sur le fait que Ford menace de légiférer sur le retour au travail et entamer des discussions sur ce que nous pourrions faire pour la défier. Nous ne pouvons pas être pris au dépourvu lorsque Ford prend sa décision, mais nous devrions nous préparer dès maintenant à anticiper les questions des parents et des autres travailleurs au sujet d’une grève « illégale ». De même, nous devons présenter toute loi contre les travailleuses et travailleurs de l’éducation comme une attaque contre les droits du travail de tous les travailleurs de l’Ontario.

Troisièmement, nous devons nous préparer dès maintenant à prendre des mesures d’urgence partout en Ontario le jour où Ford présentera une loi de retour au travail ou à priver les travailleuses et travailleurs de l’éducation de leur droit de grève. Par exemple, dans la région du Grand Toronto, un rassemblement d’urgence pourrait avoir lieu à Queen’s Park à compter de 17 h le jour du dépôt du projet de loi. Partout ailleurs, des rassemblements pourraient avoir lieu dans les bureaux de circonscription des députés progressistes-conservateurs ou, dans les circonscriptions non progressistes-conservatrices, dans les bureaux du gouvernement provincial.

Mesures d’urgence

Mais nous devrions lancer un appel bientôt et commencer à faire des plans au niveau local. À l’échelle provinciale, nous avons besoin d’une réponse forte et unie de la part des dirigeants syndicaux qui aille au-delà d’une condamnation ou d’un engagement à lutter contre la législation de retour au travail devant les tribunaux. Le travail que nous faisons maintenant doit démontrer aux dirigeants syndicaux l’appétit (et le potentiel) de leurs propres membres pour soutenir les travailleurs de l’éducation et résister aux menaces de Ford.

La pression de la base peut renforcer la confiance des dirigeants pour prendre des mesures décisives, ce qui alimente également la pression de la base. Notre objectif doit être de veiller à ce que, lorsque la législation arrivera , la réponse immédiate soit rapide et en colère.

Une façon d’atteindre ces objectifs d’un seul coup serait de faire circuler un engagement de solidarité parmi les membres syndicaux de la base qui leur permettrait de montrer leur soutien aux travailleurs de l’éducation, tout en appelant leurs propres dirigeants à faire de même. Téléchargez un exemple d’engagement ici.

La diffusion de cet engagement créerait des occasions de conversations individuelles cruciales sur les revendications des travailleuses et travailleurs de l’éducation, la menace d’une loi de retour au travail et ce que les travailleurs pourraient faire collectivement pour la rejeter. Cela permettrait également aux militants de commencer à organiser les membres de la base pour pousser leurs dirigeants à agir, ou pour renforcer le soutien des dirigeants déjà de leur côté.

Organisez maintenant

Ce ne sont là que quelques exemples de ce que les militants pourraient faire dans les jours et les semaines à venir pour soutenir les travailleurs de l’éducation. N’importe qui en Ontario peut coller des affiches et distribuer des dépliants dans une école locale. Vous n’avez pas besoin d’être membre d’un syndicat ou d’un groupe. Si c’est le cas, c’est encore mieux : amenez des gens avec vous. Quelle que soit la façon dont vous montrez votre solidarité, partagez-la en ligne pour que les autres puissent la voir. Mais commencez à vous organiser dès maintenant.

Quoi que nous fassions, ou ne fassions pas, pour soutenir les travailleurs de l’éducation aura une incidence sur l’issue de leur lutte – et de toutes les autres luttes qui suivront. En tant que syndicalistes et militants du travail décent, nous avons la responsabilité de soutenir les travailleurs prêts à se battre et de les aider à gagner. Et s’ils gagnent, les travailleurs du monde entier seront plus confiants pour prendre des mesures similaires – grèves et autres actions sur le lieu de travail – pour lutter pour de bons emplois et des salaires décents, et adopter le programme de Ford.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...