Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Tatyana, journaliste russe : "Alors que je n’ai que 22 ans, je me sens coupable de ce qui est survenu !"

Journaliste indépendante, qui travaille pour divers titres de la presse russe, Tatyana Kolobakina ( voir photo ) a signé la tribune contre la guerre en Ukraine. À 22 ans, elle continue de s’opposer malgré les risques, à cette intervention.

photo :Tatyana Kolobakina. L’Humanité, 8 mars 2022.
Publié le mardi 8 mars 2022 par le journal l’Humanité (France)

Par Vadim Kamenka

*L’Humanité.*** Pouvez-vous nous dire brièvement sur quels motifs vous avez décidé de condamner l’attaque des forces militaires russes - ou une opération spéciale comme on dit officiellement - contre l’Ukraine ?

*Tatyana Kolobakina.*Comme citoyenne russe, il me semble malhonnête et honteux de se taire sur ce qui est interdit de nommer un chat un chat. J’ai de la famille à Kharkov ( Kharkiv, en Ukrainien ). Quand tout cela a démarré, ils ont écrit à ma mère pour lui dire : « jamais on aurait pu s’attendre à une telle chose de la part de la Russie. Et pour quelles raisons ? ». Et j’ai fondu en larmes car véritablement je ne sais pas pourquoi nous agissons ainsi vis-à-vis de nos proches et de nos amis. Je me sens coupable de ce qui est survenu alors que je n’ai que 22 ans ! Il y a trois ans, je suis devenue journaliste indépendante et j’ai déjà dû subir des fouilles et deux interrogatoires sur des bases politiques. Mais peu importe, il me semble qu’il faut faire plus. Et notamment condamner l’agression russe.

*L’Humanité.*** À votre avis, comment pouvez-vous trouver un chemin vers la paix entre la Russie et l’Ukraine et arrêter des victimes des deux côtés ?

*Tatyana Kolobakina.*Je crois que le seul moyen pour rétablir la paix est le retrait des troupes russes par Vladimir Poutine. Il n’existe aucune autre solution. Je tiens à saluer le courage et la force des Ukrainiens dans cette guerre. Mais celui qui doit arrêter ce processus dévastateur, c’est le président russe qui en a été l’initiateur.

*L’Humanité.*Justement, après cette nouvelle loi contre la liberté de la presse, de quelle manière votre rédaction pourra-t-elle couvrir la guerre en Ukraine ?

*Tatyana Kolobakina.*Après l’introduction de la censure militaire, nous avons dû nous y conformer pour nous permettre de continuer à informer les Russes de ce qui se passe réellement sur place. Pour cela nous avons décidé de ne pas utiliser le terme de « guerre » à propos notamment des documents concernant les forces russes et de beaucoup d’autres car sinon nous risquons une peine pouvant aller jusqu’à quinze ans d’incarcération, en colonie pénitentiaire. Néanmoins nous continuons à écrire sur les vies brisées des Ukrainiens sur les conséquences de la soi-disant « opération spéciale » comme la désigne Poutine sur la vie des simples citoyens russes.

*L’Humanité.*** Auriez-vous un message en particulier à adresser ?

*Tatyana Kolobakina.*** Je veux dire que nous nous battons et que nous dépensons de très nombreux efforts pour être utiles. Ce qui se passe nous afflige et nous fait très mal. Afin que cette situation prenne fin, nous sommes prêts à sacrifier notre liberté, notre santé et même, y compris, jusqu’à notre vie ( rappelez-vous l’assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa ). Lutter pour la paix c’est à l’heure actuelle notre tâche primordiale.

Je voulais enfin remercier ceux qui en Europe soutiennent le camp de la paix et les journalistes. Vos paroles nous donnent de la force pour continuer notre combat pour la vérité et la paix.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...