Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections Québec 2014

Une démocratie pour les femmes aussi

La démocratie se construit au fil des luttes des gens pour leurs droits. Certains pays ne connaissent pas actuellement le vote démocratique. Sommes-nous donc chanceux, chanceuses de vivre dans une si belle société !

Mais les dernières élections nous prouvent qu’encore le Québec a du chemin à faire pour vivre une réelle démocratie.

D’abord chaque vote ne compte pas de la même manière : si on vote dans une petite circonscription en région ou si on vote à Montréal dans une circonscription populeuse. UnE seulE députéE sera éluE par circonscription. Nombre d’articles ont été écrits sur les distorsions. En 2014, plus de 60 % des personnes votantes (soit 71 % des personnes éligibles) n’ont pas voté pour le Parti Libéral. Seul un changement de mode de scrutin permettra de corriger ces distorsions. Le vote proportionnel avec compensation régionale a été reconnu comme un outil capable d’être rapidement mis en place et de résoudre les problèmes. Mais les grands partis ont bien analysé les pertes encourues et la possibilité de prendre le pouvoir peut devenir ainsi plus difficile. Il faudra une mobilisation plus large de la population pour leur faire lâcher le morceau. Les femmes ont intérêt à suivre ce débat de société. Trop longtemps leur vote a été assimilé au vote de leur père ou de leur mari. Elles ne devaient surtout pas penser par elles-même et annuler le vote du patriarche. Le vote actuel minimise le vote des femmes en région. Comment aller voter quand notre vote ne compte pas réellement et est partie négligeable dans le système ?

La présence des femmes est aussi un élément important. Les femmes sont dans l’ombre des élections. Elles font beaucoup de travail de pointage, de soutien, d’administration. Mais les coulisses ne donnent pas accès au pouvoir. Les femmes doivent être aussi personnalités publiques. Depuis belle lurette la présence des femmes tourne autour de 25 % à l’Assemblée nationale. En 2012 il était de 33 %, en 2014 il sera de 27 %. Un recul. Le premier ministre Couillard veut s’inspirer du cabinet paritaire de monsieur Charest et vise une fourchette d’entre 40 et 60 % de femmes ministres. C’est une leçon pour madame Marois qui fut, certes, la première femme, premier ministre mais qui n’a pas cru nécessaire d’avoir la parité des ministres. Il importe pour réaliser cela que les femmes se présentent en politique et pas seulement dans les circonscriptions perdues d’avance. Elles doivent avoir une place réelle dans la sélection des candidatures. Des mesures devraient obliger les partis à offrir aux électeurs et électrices une liste paritaire de candidatures. C’est possible puisque Québec Solidaire, malgré ses faibles forces, réussit la parité dans les candidatures et ce, depuis au moins trois élections de suite.

Enfin en 2014, les revendications concernant les femmes ont été absentes. C’était même gênant d’entendre les cheFFE-s parler d’équité salariale durant les débats. Pourtant, comment intéresser les femmes si leurs revendications sont absentes des programmes politiques ? À quoi ça sert de voter si on ignore les besoins des femmes ? Les femmes forment la moitié de l’humanité. Ce n’est pas une minorité dont il faut tenir compte. Il faut plus que cela pour reconnaître l’apport et la place des femmes.

En fait, il faut voir qu’à l’instar de toute la société, le patriarcat se marie au capitalisme même dans le mode de votation. Commencer à arracher des droits pour faire respecter la démocratie c’est commencer à extirper ces deux maux de civilisation.

Avec le printemps qui arrive enfin, commençons à enlever ces deux mauvaises herbes de nos jardins sociaux.

Chloé Matte Gagné

Sur le même thème : Élections Québec 2014

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...