Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Algérie : Le rejet populaire et historique du régime et de sa constitution nécessite l’élection d’une Assemblée constituante souveraine !

Selon les chiffres officiels, environ 77% des électeurs ont refusé de participer à la farce du référendum organisé le 1er novembre 2020. C’est un rejet flagrant de la nouvelle constitution du régime. C’est une terrible défaite électorale du régime, de l’autorité réelle illégale et du régime qu’il incarne.

Tiré de À l’encontre.

Ce large rejet populaire de la constitution tire sa force du soulèvement du mouvement populaire d’avril 2019. Malgré la « trêve » à cause des répercussions de la pandémie du Covid-19, le volcan du mouvement est toujours en feu.

Le régime a recruté tous les moyens matériels, financiers et humains, en particulier le patronat et les partis tels que le FLN et le RND (Rassemblement national démocratique), d’une part, et d’autre part, a utilisé son contrôle total sur les médias publics et privés. Malgré tout, le régime illégal a reçu une forte gifle politique : la majorité du peuple algérien continue de réclamer le départ du régime autoritaire, néolibéral et antisocial, et rejette la continuité du régime sous quelque forme que ce soit.

À l’occasion du 66e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, le Parti socialiste des travailleurs algériens déclare que la lutte du peuple algérien pour récupérer sa liberté, sa dignité et sa souveraineté se poursuit jusqu’à aujourd’hui contre l’oppression politique et l’oppression sociale. Cette bataille passe par l’élection d’une Assemblée constituante souveraine qui exprime les aspirations démocratiques et sociales des travailleurs, des chômeurs, des femmes, des petits agriculteurs et tous les vaincus du peuple.

À cette occasion, le Parti socialiste des travailleurs continue d’affirmer la nécessité de :

– La levée immédiate de tous les obstacles à l’exercice effectif des libertés démocratiques et syndicales !

– La libération de tous les prisonniers d’opinion !

– La solidarité avec les luttes des travailleurs et la convergence entre les luttes sociales et démocratiques.

Le secrétariat national, 2 novembre 2020

*****

Suite au référendum sur la révision de la Constitution : quelle marge de manœuvre pour le pouvoir ?
Par Abdelghani Aichoun

Pensée comme le fondement principal du changement promis par le président Tebboune, la nouvelle Constitution n’a finalement pas recueilli l’adhésion populaire escomptée. Bien plus, les trop maigres scores réalisés par la mouture lors du référendum du 1er novembre en font un élément embarrassant, qui réduit la marge de manœuvre politique au sommet.

Il est clair aujourd’hui qu’avec un tel taux de participation, aborder les prochaines échéances avec la même logique et le même état d’esprit conduirait au même résultat.

La nouvelle Constitution, votée dimanche avec un taux de participation de 23,7%, va être « encombrante » à plus d’un titre pour la suite des événements. Même si la présidence de la République a exprimé, lundi, sa satisfaction en affirmant que « les résultats du référendum ont démontré que la transparence et la probité de ce scrutin ont été totales », et qu’ils « sont l’expression réelle et intégrale de ce que le peuple a voulu », il n’en demeure pas moins que le faible taux de participation (moins du quart des électeurs) représente un handicap dans la mesure où la Loi fondamentale du pays, censée être consensuelle, n’a pas bénéficié d’un soutien franc de la part des Algériens, bien au contraire.

Quelle sera donc la marge de manœuvre pour le pouvoir en place pour les échéances futures ? En indiquant dans le même communiqué que « dorénavant, et dans la continuité de l’élection du 12 décembre 2019, toutes les élections seront l’expression des aspirations de ce que souhaite le peuple algérien pour son avenir », la Présidence semble vouloir dire que sa feuille de route, dont la première étape est le référendum constitutionnel, et qui se complétera par la promulgation d’une nouvelle loi électorale avant l’organisation, à brève échéance, d’élections, locales et législatives anticipées, sera respectée.

Or, il est clair aujourd’hui, qu’avec un tel taux de participation, aborder les prochaines échéances avec la même logique et le même état d’esprit conduirait au même résultat.

A cet effet, il n’est pas à écarter, du moins c’est ce qu’exige le contexte, que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, prenne des mesures pour tenter d’assurer un environnement adéquat pour ces futurs rendez-vous, même si, jusque-là, et alors que certains s’attendaient à une politique d’apaisement envers le hirak, notamment après l’annonce de sa volonté d’aller vers une nouvelle Constitution, c’est tout le contraire qui a prévalu.

Une crise de confiance profonde

S’il y a une chose que ce dernier référendum a démontré, c’est que la crise de confiance est profonde. Et il faudrait des gestes forts pour la rétablir. Or, aller vers des législatives, par exemple, avec le risque de voir l’élection boycottée massivement, c’est se retrouver par la suite avec la même configuration politique, c’est-à-dire une majorité représentant ces mêmes formations politiques, décriées par la population et qui ne sont pas arrivées à mobiliser grand monde durant ce référendum sur la Constitution.

Il est sans rappeler, bien évidemment, qu’en plus du FLN, RND et quelques autres partis qui leur sont proches, ayant soutenu le texte, il y avait aussi les formations islamistes, MSP et FJD principalement, qui ont pris part au rendez-vous, en appelant leurs militants à voter contre la Constitution. Une même configuration au Parlement ne ferait probablement qu’accentuer la crise.

C’est dans ce sens que les résultats du référendum du 1er novembre, sur lequel a certainement parié le chef de l’Etat pour s’offrir un plébiscite, compliquent davantage la situation.

La Constitution, qui, faut-il le préciser, ne sera promulguée qu’après le retour du chef de l’Etat au pays, est d’ailleurs problématique, même pour un éventuel futur locataire du palais d’El Mouradia, si jamais la vacance du poste est déclarée, quoi qu’on n’en soit pas là, la Présidence ayant indiqué, hier, dans un communiqué que l’état de santé d’Abdelmadjid Tebboune s’améliore [alors que le système de santé est totalement débordé, le président se fait soigner en Allemagne].

Dans tous les cas de figure, il est clair qu’il n’est dans l’intérêt de personne que les choses restent en l’état. Jamais l’Algérie n’a enregistré un aussi faible taux de participation à une élection.

Beaucoup d’enseignements doivent être tirés. Sinon, la crise politique qui secoue le pays depuis février 2019 se poursuivra. L’ayant envisagé comme un moyen de s’offrir une légitimité populaire après une élection présidentielle qui a connu un faible taux de participation, le référendum sur la nouvelle Constitution a finalement débouché sur une situation plus complexe encore…

Article publié par El Watan, le 4 novembre 2020.

Abdelghani Aichoun

Journaliste pour EL Watan (Algérie).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...