Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Économie

Alimentation. L’Inde interdit l’exportation de son blé, les prix s’envolent

New Delhi a décidé vendredi 13 mai de suspendre ses exportations de blé pour faire face aux menaces sur la sécurité alimentaire. Lundi 16 mai, les marchés ont mal réagi et les cours ont augmenté de 6 % pour atteindre leur plus haut niveau en deux mois.

Tiré de Courrier international.

Les prix du blé ont connu une nouvelle flambée lundi 16 mai, après l’annonce vendredi 13 mai par l’Inde, deuxième producteur au monde après la Chine, d’un embargo sur sa production, rapporte le Financial Times. Cette décision “alimente la pression sur les prix de l’alimentation alors que la pénurie de l’offre mondiale secoue les marchés internationaux”, relève le quotidien économique.

Le boisseau a atteint 12,47 dollars, en hausse de 5,9 % sur le marché des contrats à terme de Chicago, “son plus haut niveau depuis deux mois”. En Europe, le cours du blé a également battu un record absolu, clôturant lundi à 438,25 euros la tonne.

Depuis le début de l’année, “les prix du blé ont augmenté de plus de 60 %”, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, deux pays qui représentent “près d’un tiers des exportations mondiales de blé”.

Volte-face indienne

Et l’Inde, qui avait pris le relais de la baisse de la production ukrainienne, “grâce notamment à une récolte exceptionnelle de sept millions de tonnes l’an dernier”, a opéré ce week-end “une volte-face” pour juguler l’inflation, à “son plus haut niveau depuis huit ans”. Le gouvernement a expliqué que l’embargo quasi-total des exportations de blé devait “gérer la sécurité alimentaire globale du pays et répondre aux besoins des pays voisins et des autres pays vulnérables”.

Ce changement soudain intervient “après deux mois de canicule en Inde, avec des températures allant jusqu’à 45 °C” qui ont asséché les cultures et laissent supposer que les rendements seront singulièrement touchés cette année.

Récoltes en berne

La semaine dernière, le ministère de l’agriculture aux États-Unis a annoncé une baisse historique de la production mondiale de blé en 2022-2023, en raison de l’invasion russe en Ukraine et des aléas climatiques mondiaux.

Selon le programme alimentaire des Nations unies, “la guerre en Ukraine a exposé la fragilité des chaînes d’approvisionnement mondiales à des chocs soudains, avec de graves conséquences pour la sécurité alimentaire”, souligne le quotidien britannique.

Courrier international

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Économie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...