Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Asie. Travailleurs en lutte sous fond de pandemie

Les travailleurs d’Asie du Sud et du Sud-Est sont confrontés à des défis liés au coronavirus et aux réponses de leurs gouvernements à la crise, comme la perte d’emplois, le vol des salaires et le manque de contrôle sur quand et comment ils travaillent en période de distanciation sociale. Voici un tour d’horizon.

Tiré de Europe solidaire sans frontière.

Des dizaines de milliers de travailleurs des plantations de thé dans les districts de Syllhet et Habiganj, dans le nord-est du Bangladesh, ont unilatéralement déclaré un jour férié fin mars par peur d’attraper COVID-19. Les travailleurs du thé, dont la plupart gagnent moins de 1 $ par jour, sont invités par la direction à poursuivre leur travail physiquement exténuant malgré le risque d’exposition. Le reste du pays est en fête nationale de dix jours déclarée par le gouvernement. « Les travailleurs du thé gagnent trop peu et vivent dans des maisons insalubres et surpeuplées. Si le virus infecte les travailleurs du thé, ce sera désastreux pour la communauté », a déclaré Pankaj Kanda, vice-président d’un syndicat des travailleurs du thé.

Toujours au Bangladesh, un million de travailleurs de l’habillement ont été licenciés ou licenciés parce que des marques nord-américaines et européennes ont invoqué des clauses dans leurs contrats pour annuler des commandes et refusent d’en passer de nouvelles. L’industrie du vêtement est le principal moteur de l’économie et des millions de personnes dépendent des salaires des travailleurs de l’habillement. En moyenne, les travailleuses du vêtement bangladaises, principalement des femmes, gagnent moins de 100 dollars par mois. Les travailleurs qui sont encore employés travaillent dans la crainte de contracter COVID-19 dans des conditions de travail et de transport qui ne permettent pas la distanciation sociale. Certains organes de presse ont signalé que le Bangladesh pourrait voir jusqu’à deux millions de personnes mourir de la maladie en cas d’épidémie majeure.

Les perturbations dans l’industrie mondiale du vêtement et la volonté de la direction de répercuter les coûts sur les travailleurs sont également évidentes dans le secteur de l’habillement au Cambodge, où près de 1 000 travailleurs ont déclenché une grève illimitée à l’extérieur d’une usine de Phnom Penh. Les travailleurs protestaient contre le non-paiement des salaires par la direction, ce que la direction dit qu’elle ne peut pas faire parce que l’argent n’est pas entré. Au 1er avril, au moins 91 usines de confection ont été fermées, le gouvernement s’engageant à payer les salaires des 61 500 travailleurs touchés. .

Au Myanmar, 500 000 travailleurs de l’habillement ont déjà été licenciés et les usines devraient être fermées temporairement dans tout le pays. Les travailleurs des usines du Myanmar sont confrontés à une double menace dans des conditions de travail dangereuses et à des difficultés financières imminentes une fois les lieux de travail fermés. Ces travailleurs du vêtement qui travaillent encore sont confrontés à des conditions très dangereuses, avec un EPI inadéquat et sans distanciation sociale. Les demandes antérieures des syndicats du vêtement de fermer les usines pour des raisons de sécurité n’ont pas entraîné d’action immédiate de la part des propriétaires d’usine et du gouvernement. Plusieurs propriétaires ont également saisi l’occasion pour attaquer les syndicats des travailleurs de l’habillement, licenciant tous les travailleurs syndiqués tout en conservant les syndicats non syndiqués. De nombreux syndicats craignent que les propriétaires tentent de rejeter davantage de syndicats lors de la réouverture future des usines. —Andrew Tillett-Saks

En Inde, le gouvernement de droite a laissé des centaines de milliers de travailleurs migrants bloqués sans travail ni transport dans leurs villages et villes d’origine. Les médecins et les infirmières qui traitent les patients atteints de COVID-19 sont devenus la cible de châtiments sociaux comme le crachement et les expulsions. Comme dans d’autres pays, les lignes de fracture préexistantes de la société ont été mises à nu par la pandémie et la réponse du gouvernement. Les Dalit (anciennement connus sous le nom d ‘« intouchables ») à Mumbai sont invités à nettoyer les poubelles des maisons où vivent les patients atteints de coronavirus. Ils ont reçu de l’EPI, mais disent qu’ils n’ont pas été formés sur la façon d’utiliser correctement l’équipement et qu’on leur a dit de réutiliser des combinaisons, des masques et des gants jetables. Lorsque les travailleurs ont demandé au gouvernement de la ville pourquoi ils devaient réutiliser l’équipement, on leur a dit que de nouvelles combinaisons,

Thaïlande : Le verrouillage partiel de Bangkok et l’ordre du ministère thaïlandais de l’ Intérieur de fermer 18 postes frontières le 23 mars ont déclenché un exode massif de travailleurs migrants du Myanmar, du Cambodge et du Laos, avec des estimations variant entre 60 000 et 200 000 personnes ayant quitté le pays. Peu étaient capables de pratiquer la distance sociale dans les gares routières bondées et les zones frontalières, ce qui faisait craindre une infection. Les ambassades du Myanmar et du Cambodge en Thaïlande exhortent les travailleurs migrants à ne pas rentrer chez eux afin d’éviter de propager le virus. Le gouvernement thaïlandais a déclaré l’état d’urgence en vigueur du 26 mars au 30 avril et la plupart des types d’entreprises ont été fermés, à l’exception des banques, des hôtels, des établissements de santé, des usines et des services postaux. —Kim Rogovin, Forum international des droits des travailleurs

Aux Philippines, le gouvernement a déclaré un verrouillage le 17 mars, interrompant les transports publics et fermant la plupart des industries, à l’exception de celles jugées essentielles. Mais l’industrie des centres d’appels du pays – la plus importante au monde – a été autorisée à rester ouverte. Le réseau des employés de l’industrie BPO (BIEN) a rapporté fin mars que de nombreux travailleurs des centres d’appels étaient contraints de venir travailler, continuant à partager des casques et incapables de pratiquer la distanciation sociale. Plus de la moitié ont déclaré qu’ils n’avaient pas la possibilité de travailler à domicile. Une pétition de l’organisation pour suspendre le travail sur place et mettre en place des arrangements de travail à domicile, garantir les revenus des travailleurs et fournir des tests de masse gratuits a atteint près de 10 000 signatures. Le Financial Times a rapporté la semaine dernière que les employés de l’entrepreneur Teleperformance qui traitent les appels concernant les caméras de sécurité Ring d’Amazon dorment sur les sols des bureaux et les tapis roulants dans des conditions exiguës, face au choix de le faire ou de renoncer à leurs revenus. Aux Philippines également, environ 17 000 personnes parmi les citadins pauvres ont été arrêtées alors qu’elles violaient le verrouillage pour trouver de la nourriture.

Version française : Plateforme Altermondialiste (Québec)

Source : Labor Notes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...