Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

C’est féministe d’exiger un cessez-le-feu en Israël-Palestine

Les femmes ne sont pas des pacifistes naturelles, mais le féminisme est un mouvement contre la violence et la domination.

Trois jours avant que le Hamas ne commette l’attaque la plus sanglante contre des civils israéliens dans l’histoire du pays, quatre jours avant que les forces de défense israéliennes ne répondent par la punition collective la plus dévastatrice contre des civils palestiniens dans une longue histoire de punition collective, des féministes palestiniennes et israéliennes se sont réunies pour réclamer la paix.

Tiré The intercept
https://theintercept.com/2023/10/26/israel-palestine-feminism-ceasefire/?utm_medium=email&utm_source=The%20Intercept%20Newsletter
photo :Des soldats israéliens empêchent une femme palestinienne âgée de traverser la frontière dans la ville de Hawara, près de la ville de Naplouse, en Cisjordanie. Photo de Nasser Ishtayeh/ Sipa via AP Images

Judith Levine
26 octobre 2023,

Le 4 octobre, des centaines d’entre elles, vêtues de blanc et de turquoise, portant des hijabs et des chapeaux de soleil, se sont retrouvées devant le mur qui sépare Jérusalem-Ouest de la Cisjordanie occupée (de nombreuses Palestiniennes ont manqué l’ événement parce qu’elles n’ont pas pu obtenir l’autorisation de traverser). Sous une estrade de parapluies blancs, elles ont marché jusqu’au Monument de la Tolérance à Jérusalem pour un rassemblement, puis ont roulé jusqu’à la mer Morte. Sur la plage, autour d’une table de négociation symbolique, aux côtés de diplomates et d’autres personnalités, elles ont lu un "appel des mères" en faveur d’une résolution non violente du conflit.

Rédigée associée par l’organisation israélienne Women Wage Peace et l’organisation palestinienne Women of the Sun, la déclaration commence ainsi : "Nous, mères palestiniennes et israéliennes, sommes déterminées à mettre fin au cercle vicieux de l’effusion de sang et à changer la réalité du conflit difficile entre les deux nations, dans l’intérêt de nos enfants.

Ou, comme le fait Huda Abu Arqoub, directrice de l’Alliance pour la paix au Moyen-Orient : "Nous voulons que nos enfants soient vivants plutôt que morts".
Qualifier le document d’appel des mères est à la fois sincère et stratégique. L’expression "femmes et enfants", en particulier "mères et enfants", est à la fois puissante et pernicieuse. Pour la presse, il s’agit d’un raccourci commode pour désigner l’"être humain". Pour les propagandistes, cela augmente les enjeux. Le Hamas est "un groupe terroriste meurtrier, responsable de meurtres et d’enlèvements de bébés, de femmes, d’enfants et de personnes âgées", déclare l’armée israélienne. Pour certaines féministes, cela signifie que la capacité biologique de donner naissance rend les femmes naturellement pacifiques et leur confère la responsabilité unique de s’opposer à la violence.

En même temps, l’expression « femmes et enfants » infantilise les femmes. Il est pire de tuer une femme qu’un homme parce que les femmes, comme les enfants, sont sans défense, passives, innocentes. C’est ironique en Israël, une nation qui se targue d’avoir fait de l’égalité des sexes un principe fondateur et qui impose le service militaire à tous les citoyens israéliens adultes (à l’exception des Israéliens arabes et des juifs orthodoxes) . C’est insultant dans un conflit où les femmes, tant israéliennes que palestiniennes, sont les artisans de la paix les plus audacieux.

Les femmes doivent-elles s’exprimer en tant que femmes contre la guerre ? C’est un point qui fait l’objet d’un perpétuel débat féministe. Mais une chose est indiscutable : Les féministes devraient, et doivent, s’exprimer en tant que féministes contre cette guerre, contre l’occupation israélienne et le pilonnage actuel de Gaza. Hannah Safran, féministe israélienne chevronnée, a déclaré : "Comment pouvez-vous demander la liberté pour vous-même ? "Comment pouvez-vous demander la liberté pour vous-même si vous ne la demandez pas pour les autres ?

EN FAIT, en tant que gardiennes de la vie quotidienne, les femmes sont touchées de manière disproportionnée par la guerre et l’occupation. Dans une déclaration datant de 2022, la directrice du Women’s Centre for Legal Aid and Counselling, une organisation féministe de défense des droits de l’homme située à Ramallah, en Cisjordanie, décrit comment les politiques israéliennes telles que la démolition de maisons, les restrictions de mouvement, les raids nocturnes et les arrestations d’enfants alourdissent le fardeau de la famille et du foyer, renforçant les "rôles traditionnels des femmes au sein de la société patriarcale palestinienne". Associées aux lois discriminatoires relatives au regroupement familial et au mariage, ainsi qu’à la surveillance culturelle exercée par les islamistes radicaux, ces politiques exagèrent la domination masculine et la dépendance féminine et piègent les femmes dans des relations abusives.

Les femmes sont également touchées différemment : La violence est sexuelle. "Dans les situations de conflit, le viol et la violence sexuelle sont utilisés comme des outils stratégiques, systématiques et calculés de guerre, de nettoyage ethnique et de génocide", écrivent les auteurs d’une étude récemment publiée sur le viol en temps de guerre en Éthiopie. Ils citent quelques taux de prévalence approximatifs : 39 % des femmes violées pendant le génocide rwandais, 25 % en Azerbaïdjan, 33,5 % au Libéria. Le viol, écrivent-ils, peut aussi être "un dernier acte d’humiliation avant de tuer la victime". Celles qui survivent deviennent souvent des parias de la société, leurs enfants sont bannis de la communauté car ils sont reconnus comme des rejetons de l’ennemi.

Mais si cette spécificité de l’expérience inspire les femmes à s’exprimer en tant que femmes contre la guerre, c’est l’adhésion aux droits de l’homme universels qui a mobilisé les mouvements féministes contemporains en faveur de la libération palestinienne et de la réconciliation non violente.

Pour les féministes palestiniennes du Moyen-Orient et de la diaspora, les liens entre la domination masculine et l’oppression coloniale sont évidents. Le Palestine Feminist Collective, basé aux États-Unis, se décrit par exemple comme "un groupe de féministes palestiniennes et arabes engagées dans la libération sociale et politique de la Palestine en affrontant la violence, l’oppression et la dépossession systémiques liées au genre, au sexe et à l’époque coloniale". Le Women’s Centre for Legal Aid and Counselling fait le lien entre « la nécessité de lutter contre la discrimination et la violence à l’égard des femmes au sein de la société palestinienne et la nécessité de soutenir la lutte nationale pour la liberté et l’indépendance » face à l’occupation israélienne".

Filastiniyat, qui soutient les femmes journalistes, en particulier celles de Gaza, et publie leur travail sur le réseau NAWA Online Women Media Network, milite également « sur les questions liées aux libertés, au développement des médias, aux droits des femmes et aux droits de l’homme". Au cas où quelqu’un penserait que cette organisation médiatique est une plateforme neutre, son hashtag est #GazaGenocide.

Il a fallu un certain temps aux féministes israéliens pour faire le lien. "Dans le passé, nous disions que nous étions féministes pour lutter pour les droits des femmes et pour gagner l’armée, et cela n’avait aucun rapport avec la situation de la Palestine", a déclaré Safran au journaliste Peter Beinart. Le réseau des femmes israéliennes, fondé en 1984 par Alice Shalvi, leader de la deuxième vague récemment décédée, plaide depuis longtemps en faveur d’une participation égale des femmes à tous les aspects de la vie publique israélienne, y compris l’armée.

Mais toutes les féministes de la deuxième vague ne voulaient pas participer à tout ce que faisaient les hommes israéliens. Marcia Freedman, une féministe de gauche née aux États-Unis qui a été la première membre ouvertement lesbienne de la Knesset, a très tôt défendu une solution à deux États. Malgré la rhétorique des FDI sur la protection des femmes et des enfants, elle a vu le lien entre le militarisme et la violence à l’égard des femmes. En 1976, Mme Freedman a présenté la question de la violence domestique à l’organe directeur, où elle a été ridiculisée et rejetée.

Le réseau des femmes israéliennes "se battait pour que les femmes soient des pilotes. [Elles pensaient que nous devions être présentes partout où il y a un pouvoir de décision", a déclaré Mme Safran. En Israël, un grade militaire élevé est presque une condition préalable à l’exercice d’une fonction politique élevée. "Nous n’étions pas favorables à ce que les femmes - ou qui que ce soit d’autre - rejoignent l’armée.

Sur ce point, le féminisme libéral l’a emporté. Grâce à des décennies de procès et de batailles législatives, la présence des femmes dans l’armée israélienne a régulièrement augmenté dans toutes les fonctions et à tous les grades. Mais une société totalement militarisée comme celle d’Israël - l’entraînement de base "transforme les civils en soldats", se vante Tsahal - est une société masculiniste. Cela signifie que les femmes doivent être féminisées, même lorsqu’elles portent des armes. Les femmes sont exemptées de service lorsqu’elles commencent à faire des choses féminines, comme se marier et avoir des enfants. Elles sont rarement appelées comme réservistes, alors que 360 ​​000 d’entre elles ont été mobilisées pour combattre à Gaza. Et si les femmes sont montées en grade, les soldats masculins les maintiennent à leur place. Un rapport du gouvernement de 2021 a révélé que plus d’un tiers des femmes servantes dans les forces armées avaient été victimes de harcèlement sexuel.

La manifestation publique par les Israéliens de la conviction qu’un mouvement pour la pleine citoyenneté des femmes doit être pour la pleine citoyenneté de tous a été un premier pas vers une collaboration au-delà des points de contrôle. Au cours de la seconde Intifada, les Femmes en noir, qui n’avaient pas de leader, ont commencé à organiser des veillées tous les vendredis contre l’occupation. Rapidement, des Israéliens arabes se sont joints aux manifestations, et le mouvement s’est étendu à la Palestine et au reste du monde.

Certaines féministes libérales ont fini par les rejoindre. En 1991, après avoir dirigé pendant plus de dix ans une école expérimentale pour jeunes filles orthodoxes à Jérusalem, Mme Shalvi a été contrainte de démissionner. Ce n’est pas parce qu’elle avait mis en place des programmes controversés, comme des cours de planification familiale et de résolution des conflits, mais parce qu’elle avait invité des filles arabes à ces cours, participé à des dialogues avec des femmes. Palestiniens et soutenus le processus de paix israélo-palestinien.

SI TOUTES les féministes, qu’elles soient palestiniennes ou israéliennes, n’établissent pas ces liens entre les droits des femmes, les droits des Palestiniens et les droits de l’homme, leurs ennemis, eux, le font certainement. Les situations ne sont pas exactement parallèles, mais les féministes, tant en Israël que dans les territoires palestiniens, sont attaquées par les éléments les plus tribalistes de leurs sociétés, chacun envisageant sa propre version d’une société "pure", dont l’accomplissement requiert la modestie, la piété et la soumission des femmes.

En formant une coalition entre son propre Likoud et les sionistes religieux d’extrême droite, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a créé le gouvernement le plus radicalement nationaliste et le plus d’influence par la religion de l’histoire d’Israël. Les droits des femmes et des LGBTQ+ figurent parmi ses cibles de destruction. Il a transformé l’Autorité pour la promotion du statut de la femme, autrefois indépendante, en un organe nommé par le pouvoir politique. Il a annulé son soutien à la Convention d’Istanbul sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et a affaibli les lois antidiscriminatoires et l’application des ordonnances de protection contre les agresseurs domestiques, alors même que les féminicides sont en augmentation , la plupart des meurtres étant commis par des partenaires masculins ou des membres de la famille.

Les sionistes messianiques qui veulent étendre la propriété juive à chaque pouce de territoire, du Jourdain à la mer, sont tout aussi désireux d’effacer les femmes de chaque pouce de la vie publique. Les efforts visant à mettre la Cour suprême à genoux s’accompagnent d’efforts visant à fortifier les tribunaux rabbiniques et, en fait, à transformer Israël en une théocratie où la vie civile, criminelle et personnelle est conforme à la loi halachique rigide, c ’est-à-dire à la loi religieuse juive. L’un des objectifs des partis religieux est de mettre fin à l’intégration de la dimension de genre dans l’armée et, finalement, d’exclure complètement les femmes. Le rôle des femmes est de faire et d’élever autant de bébés juifs que possible.

Dans l’administration de Netanyahou, seuls neuf postes sur 64 sont occupés par des femmes. La nomination la plus cynique est sans doute celle de May Golan au poste de ministre de la promotion de la femme. Faucon virulent et autoproclamé "fier raciste", Golan n’est pas non plus l’ami des féministes pacifistes, c’est le moins que l’on puisse dire. "Je n’ai jamais vu autant de féministes se taire en même temps", at-elle déclaré la semaine dernière à un intervieweur flagorneur sur TalkTV. "La seule fois où elles se taisent, c’est lorsqu’une femme juive ou israélienne est violée ou assassinée. Pendant 20 minutes, elle a exploré sa bonne foi" en tant que femme et en tant que ministre de la promotion de la femme " pour légitimer sa conviction que les Palestiniens de Gaza, tous les Palestiniens, ne méritent aucune pitié. " Je connais la situation des femmes arabes dans le monde ", at-elle déclaré. " Il s’agit d’une culture sombre, très sombre. ... La différence entre nous et eux [est] entre le bien et le mal".

Pendant ce temps, à Gaza et en Cisjordanie, les islamistes radicaux, dont le Hamas, se montrent de plus en plus répressifs et agressifs. Dans les mosquées et sur les réseaux sociaux, les campagnes contre les mariages d’enfants et la violence sexiste, en faveur de l’avortement médicalisé, de l’égalité des sexes au sein du mariage, des droits des personnes LGBTQ+ et des libertés sexuelles sont dénoncées comme des "programmes étrangers" corrompus et contraires à la charia. Les attaques contre les féministes, les journalistes, les personnes LGBTQ+ et les défenseurs des droits de l’homme sont constantes et parfois mortelles. Il ne s’agit pas d’actes de terroristes isolés. Le ministère de l’éducation de Cisjordanie, par exemple, réprime les études féminines et réalise de nombreux programmes laïques et fondés sur les droits dans les écoles publiques.

Selon Amnesty International, « les autorités palestiniennes de Cisjordanie et de la bande de Gaza ont continué à restreindre fortement la liberté d’expression, d’association et de réunion. Elles ont également placé de nombreuses personnes en détention arbitraire et en ont soumise beaucoup à la torture et à d’autres mauvais traitements". Vingt-neuf meurtres de femmes et de jeunes filles par des membres de leur famille ont été signalés dans les territoires occupés en 2022, mais les tribunaux ont fait obstacle aux plaintes pour violence domestique. En juillet de la même année, "les forces de sécurité ont regardé sans réagir une foule battre des jeunes et des enfants qui participaient à un défilé [...] à Ramallah où figuraient des drapeaux arc-en-ciel".

Les fondamentalistes religieux des deux camps accusent les féministes de fomenter le chaos en sapant le genre et la famille patriarcale. Les ultranationalistes condamnent les défenseurs féministes des droits de l’homme pour avoir brouillé les pistes en insistant sur la valeur égale de chaque vie. Ces accusateurs ont raison.

Le féminisme est, au fond, un mouvement contre la domination. Il est féministe d’exiger la fin de l’apartheid israélien et de l’occupation des terres palestiniennes. Le féminisme est un mouvement contre la violence. Il est féministe de dénoncer la barbarie, quelle que soit l’énormité des crimes qui la motivent. Pour s’opposer à la domination et à la violence, les féministes - pas en tant que femmes ou mères, Israéliennes ou Palestiniennes - doivent exiger un cessez-le-feu immédiat et la fin du siège, un embargo sur les armes de la part. des puissances occidentales, et la mise en œuvre d’une opération humanitaire massive à Gaza.

Le féminisme est un mouvement fondé sur la possibilité d’une profonde transformation humaine. Cela signifie qu’il faut continuer à croire en la possibilité d’une solution négociée en Israël-Palestine, qu’il s’agisse d’un seul État ou de deux, avec la liberté et les droits démocratiques pour tous.

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...