Édition du 26 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

COP26 à Glasgow : les syndicats écossais appellent à une transition net zero et à la mobilisation dans les rues

Voici la position de la centrale syndicale écossaise, Scottish Trades Union Congress (STUC) forte de plus d’un demi-million de membres, sur la COP 26 tel qu’exposée par sa secrétaire générale Roz Foyer le 11 août dernier. C’était à l’occasion d’un forum international organisé par le réseau Trade Unions for Energy Democracy afin de répondre à la question COP 26 : Que veulent les syndicats ?

A. La STUC est membre actifve de la COP26 Coalition et prévoit organiser un bloc syndical lors de la manif du 6 novembre à Glasgow. La manif est intitulée : Global Day of Action for Climate Justice.
De plus, le STUC soutient et participera au Sommet des peuples organisé par la COP26 Coalition, sommet qui se tiendra à Glasgow du 7 au 10 novembre.

B. À l’occasion de la COP26, la STUC lance une campagne pour mettre de l’avant les trois grandes priorités qui découlent de sa vision d’une transition juste pour les travailleurs et travailleuses :

 a. Des emplois de bonne qualité pour les travailleurs écossais dans le domaine des énergies renouvelables. Tout ceci dans le cadre d’une société publique contrôlant la production et la distribution de l’énergie. 

 b. Un programme de rénovations éco-énergétique des bâtiments résidentiels dans les grands centres urbains. Programme à être mis en oeuvre par le secteur public (municipal et local) et non l’entreprise privée.

 c. Revenir à des systèmes de transport en commun abordables, sous contrôle public avec gestion démocratique.

De plus, la STUC et la COP26 Coalition endossent une grande rencontre syndicale internationale en ligne qui aura lieu mardi le 5 octobre à 13h30 (heure d’ici) sous le thème Trade Unions for Climate Justice. Lien fb : https://www.facebook.com/events/1774274599439652/

L’appel syndical est on ne peut plus clair : « La justice climatique est une question syndicale. On s’organise pour sortir massivement dans les rues le 6 novembre ».

Roger Rashi

Pour référence, voici le Bulletin 111 du TUED publié le 16 août 2021 : 

Le 11 août, le TUED a organisé son dernier Forum mondial, afin de répondre à la question suivante : "COP26 : Que veulent les syndicats ?"

Le Forum a bénéficié des contributions du centre national hôte de la COP26, le Scottish Trades Union Congress (STUC), le UK Trades Union Congress (TUC), la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), la Confédération syndicale des Amériques (TUCA), le Public and Commercial Services Union (PCS) du Royaume-Uni et l’Internationale des services publics (ISP).

Près de 150 participants se sont joints à l’appel, provenant de 69 syndicats de 40 pays du monde entier.

Le forum s’est ouvert sur les remarques de Roz Foyer, secrétaire générale du STUC. En tant que centrale syndicale nationale pour l’Écosse, avec 40 syndicats affiliés à partir de 2020, le STUC représente plus de 540 000 syndicalistes. Basé à Glasgow, le STUC accueillera des syndicalistes du monde entier lors de la COP26, en partenariat avec le TUC britannique. (L’enregistrement de la contribution complète de Foyer est disponible ici).

Foyer a commencé par souligner les priorités de la campagne nationale du STUC en Écosse en vue de la COP26, en notant que celles-ci "s’accordent très bien avec l’approche TUED" :
Nous nous efforçons d’abord et avant tout en ce moment de construire un véritable redressement populaire après la pandémie, et ce redressement populaire que nous appelons de nos vœux consiste à demander des changements systématiques dans la façon dont notre économie est organisée, et à vraiment changer le récit autour de "privé = bon, public = mauvais". Et nous voulons également que notre économie soit reconstruite sur la base d’une transition juste. Tout le monde parle d’une "transition juste" pour les travailleurs, mais nous ne pensons pas que cette transition juste soit réalisée par les gouvernements à l’heure actuelle. Nous voulons donc que les gens se remettent de la pandémie et qu’ils effectuent une transition vers le net zéro.

La crise Covid et la crise climatique ont toutes deux mis en évidence le fait que le secteur privé et les grandes entreprises se sont révélés totalement incapables de relever les défis économiques et sociaux auxquels les économies du monde entier sont désormais confrontées. Je pense que les choses étaient déjà claires lorsque les citoyens ordinaires, par l’intermédiaire de leurs gouvernements, ont été contraints de renflouer les banques pendant la crise financière de 2010. La dernière incarnation de cette situation est constituée par les divers plans de sauvetage gouvernementaux que nous avons vus à travers le monde pendant la crise, qui, bien que nécessaires pour sauver des emplois à court terme, ont été largement axés sur le sauvetage des patrons et du secteur privé.

Ainsi, alors que nous envisageons la nécessité vitale de décarboniser et d’atteindre le zéro net par le biais d’une transition juste, il est tout à fait impensable que cela puisse être réalisé sans une intervention massive du gouvernement, et sans l’efficacité et la responsabilité qui ne peuvent être assurées que par une prestation directe du secteur public.

En ce qui concerne les préparatifs de la COP26, Foyer a souligné que l’approche du STUC est d’utiliser la COP26 comme une opportunité de campagne et de levier, et comme un moyen de construire la conscience et le pouvoir de la classe ouvrière, et de faire des demandes au gouvernement qui sont enracinées dans les besoins matériels réels des travailleurs en Ecosse. À cette fin, le STUC a identifié trois priorités de campagne sur lesquelles il se concentrera au cours des mois précédant la COP26.

Premièrement, le STUC demande des emplois de bonne qualité dans le domaine des énergies renouvelables pour les travailleurs écossais :

Nous avons besoin d’emplois réels et de qualité dans le domaine des énergies renouvelables. L’Écosse ne manque pas d’énergie renouvelable. Nous avons l’énergie éolienne et l’énergie des vagues. Nous avons une bonne transition sur le papier vers les énergies renouvelables. Mais notre économie à faible émission de carbone et d’énergie renouvelable est dominée par des intérêts privés et étrangers. À l’exception d’une seule turbine de démonstration au large des côtes écossaises, toute l’énergie éolienne offshore de l’Écosse est actuellement contrôlée par des sociétés privées ou des gouvernements étrangers. Et ces entreprises ne sont que trop disposées à délocaliser des emplois et à expédier du contenu - en termes de matériel nécessaire aux projets d’énergie renouvelable - de l’autre côté du monde. Pour nous, cela n’a aucun sens du point de vue de la justice sociale et environnementale. Cela a conduit à ce que l’on appelle ici, en Écosse, la "bataille pour BiFab", qui vise à faire travailler nos chantiers de fabrication ici, en Écosse.

Mais au lieu que les syndicats aient à monter des campagnes réactives basées sur les chuchotements des patrons de l’industrie à propos du prochain contrat, ce dont nous avons besoin, c’est d’une société d’énergie publique et de systèmes pour construire des énergies renouvelables, gérer les réseaux d’énergie et coordonner les mises à niveau, en veillant à ce que le travail sur les énergies renouvelables ne soit pas délocalisé à l’autre bout du monde, mais qu’il soit basé sur des chaînes d’approvisionnement locales, des compétences locales et la création d’emplois locaux et de nouvelles industries pour les travailleurs. Et le marché ne fournira pas cela ; cela doit être fait par le grand gouvernement.

Deuxièmement, le STUC aimerait voir un programme de rénovation rue par rue pour l’amélioration de la conservation des bâtiments :

Deux de nos plus grandes villes ici en Ecosse - Dundee et Glasgow - ont des niveaux très élevés de logements impropres à l’utilisation, et tout simplement, si nous voulons réduire les émissions, et créer des emplois, et lutter contre la pauvreté énergétique de notre population, alors c’est la plus grande intervention unique que nous pourrions obtenir de notre gouvernement ici en Ecosse. Mais à l’heure actuelle, une grande partie de la rénovation et de notre secteur de la construction se caractérise par des pratiques d’emploi très douteuses, telles que le faux travail indépendant et l’exploitation de la main-d’œuvre immigrée.

Ainsi, pour créer des emplois syndiqués de bonne qualité et s’assurer que les profits ne sont pas accaparés par les riches, ce dont nous avons besoin, c’est de programmes de rénovation rue par rue, détenus et mis en œuvre par le secteur public, ici en Écosse. Et nous pensons que les autorités locales écossaises - nos conseils locaux élus - sont les mieux placées pour le faire.

Troisièmement, Foyer a appelé à un retour des systèmes de transport public écossais à la propriété et au contrôle publics :

Nous devons reprendre le contrôle de nos transports publics - en particulier de nos bus - et expérimenter [c’est-à-dire tester] la gratuité des bus. À Glasgow, où se déroule la COP26, les niveaux de pauvreté sont élevés et la moitié des ménages n’ont pas accès à une voiture. Et pourtant, notre réseau de bus privatisé signifie que les entreprises privées bénéficient de subventions gouvernementales tout en supprimant des lignes et en augmentant les tarifs pour ceux qui peuvent le moins se le permettre.

Que ce soit pour des raisons de changement climatique, de réduction de la pollution de l’air pour nos citoyens, d’inclusion sociale, de sécurité des travailleurs ou de soutien à notre fabrication nationale d’autobus propres et verts ici en Écosse, nous aimerions que le transport par autobus soit public et abordable.
En résumé, Foyer a souligné que le STUC croit que ce sont des campagnes comme celles-ci qui "sont enracinées dans les besoins matériels des travailleurs, derrière lesquelles les syndicalistes, les environnementalistes et les groupes communautaires peuvent se rallier, et qui uniraient les mouvements autour de la classe, du climat et du bien-être communautaire".

En même temps, a-t-elle noté

Sur le terrain à Glasgow, il est tout à fait possible que nous assistions à des conflits industriels qui coïncident avec la COP26. Certains d’entre eux pourraient être liés à nos éboueurs, qui doivent faire face à des réductions des services de traitement des déchets. Nous avons les travailleurs du conseil municipal de Glasgow, ici dans la ville, qui doivent faire face à des coupes sombres dans les installations communautaires, avec plus de 500 emplois menacés à l’heure actuelle, ainsi qu’à des réductions réelles de salaire pour les travailleurs et à des problèmes persistants d’égalité de rémunération. Nous avons aussi nos travailleurs du secteur de l’hôtellerie et de la restauration à qui l’on demandera sans doute de s’occuper des délégués avec des contrats "zéro heure" au salaire minimum. Et bien sûr, le STUC sera prêt à soutenir tout groupe de travailleurs en conflit avec leur employeur, que ce soit pendant la COP ou après.

Foyer a également passé en revue les plans provisoires pour les actions et activités du STUC dans les mois à venir et pendant la COP (tout en notant que beaucoup de choses restent incertaines autour de la COP elle-même en raison des restrictions du Covid, et que les plans spécifiques peuvent changer).

Il est à noter que le STUC prévoit d’organiser un bloc syndical pour la mobilisation de la Coalition COP26 prévue le samedi 6 novembre, et soutiendra la Coalition COP26 dans sa coordination d’un Sommet des Peuples, du 7 au 10 novembre. De plus amples informations seront disponibles en temps voulu sur le site web du STUC.

En préparation de la COP, le STUC accueillera également une conférence le 2 septembre, avec des partenaires du Partenariat pour une transition juste. Parmi les intervenants figureront Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, Asad Rehman,directeur exécutif de War on Want, et Sean Sweeney, coordinateur du TUED.

Après la contribution de Foyer, le Forum mondial a également accueilli les contributions de :

• Sam Mason, chargé de mission, PCS, actif au sein du Caucus syndical de la Coalition COP26.
• Mika Minio-Paluello, responsable politique, Climat et industrie, Trades Union Congress (TUC), Royaume-Uni.
• Alana Dave, directrice du transport urbain à la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF)
• Bárbara Figueroa, Secrétaire au développement durable, Confédération syndicale des Amériques (TUCA)
• David Boys, Secrétaire général adjoint, Internationale des services publics (ISP)
L’enregistrement de l’intégralité du Forum mondial avec tous les intervenants et les discussions est disponible ici.
En toute solidarité,
L’équipe TUED
• Soutenez notre travail ! Si vous souhaitez soutenir le travail des Syndicats pour la démocratie énergétique, vous pouvez faire un don déductible des impôts en suivant ce lien : https://tinyurl.com/support-tued.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...