Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

Une journée pour se recueillir et reconnaitre les atrocités que les peuples autochtones ont vécues : « Chaque enfant compte »

Kahnawake, 30 septembre 2021 — Depuis 2013, le 30 septembre est la Journée du chandail orange, en hommage aux survivants des pensionnats autochtones. Cette date s’ajoute au calendrier des jours fériés du gouvernement fédéral, devenant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Femmes autochtones du Québec (ci-après FAQ) salue la décision d’enfin donner une signification officielle à cette journée afin que chaque canadien.ne puisse prendre un moment pour se recueillir et reconnaître les atrocités physiques, psychologiques, émotionnelles, spirituelles, culturelles et sexuelles que les peuples autochtones ont
vécues dû à la colonisation.

Les 215 corps d’enfants autochtones retrouvés au mois de mai dernier à Kamloops ont été les premiers de plusieurs découvertes atroces. Depuis, le nombre ne cesse d’augmenter et la mobilisation l’entourant n’est pas représentative des profondes blessures envers les peuples autochtones. Plus que jamais, « chaque enfant compte » est aujourd’hui un moment mémorable afin de se souvenir de ces 6 509 enfants retrouvés sur les anciens sites des pensionnats autochtones.

Le terme « tuer l’Indien dans l’enfant », dénote de la gravité de la situation que FAQ déplore depuis des années concernant l’existence du racisme et la discrimination systémique envers les peuples autochtones, plus particulièrement les femmes autochtones. La Commission de vérité et réconciliation ayant qualifié les pensionnats
d’outils centraux d’un génocide culturel des Autochtones, le Canada se doit d’admettre que les peuples autochtones ont été victime non pas seulement de génocide culturel, mais de génocide au sens du droit international des droits de la personne.

FAQ tient à témoigner son soutien à toutes les personnes bouleversées par ce triste événement qui ravive malheureusement les souvenirs douloureux du passé colonial du Canada. L’organisation se réjouit néanmoins de constater que vendredi dernier, la Conférence des évêques catholiques du Canada s’est enfin excusée publiquement auprès des Premières Nations. Ils se sont engagés pleinement dans le processus de guérison et de réconciliation en annonçant des fonds en ce sens.

«  Aller de l’avant, c’est avant tout reconnaître ses torts. C’est le premier pas vers une réelle réconciliation et je suis agréablement surprise que l’Église ait enfin franchi ce cap. Notre organisme se porte garant afin d’entamer des rencontres abordant tous les moyens nécessaires pouvant protéger nos femmes et nos filles autochtones. Nous nous devons de mettre un terme à toutes les formes de violences faites envers nos aînées, nos sœurs et nos filles  », affirme Viviane Michel, présidente de FAQ.
Veuillez noter que les anciens élèves des pensionnats peuvent composer le 1-866-925-4419 pour obtenir des services de référence en cas de crise émotionnelle et de l’information sur d’autres services de soutien en santé offerts par le gouvernement du Canada.

À propos de FAQ
Fondée en 1974, Femmes autochtones du Québec est une organisation à but non lucratif qui représente les femmes
des Premières Nations du Québec ainsi que les femmes autochtones qui vivent en milieu urbain.
Femmes autochtones du Québec | Femmes autochtones du Québec (faq-qnw.org)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...