Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Cultures, arts et sociétés

Retrait du groupe Mise en demeure de la programmation du Party illégal du 23 juin

Censure sur commande de Jean Charest

Le maire de Québec s’est empressé de s’y conformer

Dans un autre chapitre de son opération “Ce soir, on fait peur au monde”, Jean Charest y est allé d’une dénonciation de la “banalisation de la violence” en direction du groupe musical Mise en demeure. Associé à l’affiche satirique inspirée du tableau de Delacroix “Liberté guidant le peuple” montrant Amir Khadir en leader démocratique triomphant et Jean Charest gisant au sol dans une mise en scène qui rappelait les émeutes contre Charles X à Paris en 1830, mobilisations qui ont eu raison du monarque qui avait auparavant suspendu les libertés civiques. Toute comparaison avec la situation actuelle au Québec ne serait dûe qu’au hasard le plus total.

Des rumeurs donnant une indication des intentions des libéraux quant à la stratégie électorale qu’ils entendaient adopter lors du prochain scrutin circulaient déjà. Diaboliser le mouvement étudiant, en identifier des radicaux et monter en épingle le danger d’anarchie pour ensuite présenter les libéraux comme garants de la loi et l’ordre et ainsi couper l’herbe sous les pieds de la CAQ et affubler le PQ de l’image de l’intimidation et de la rue. Des extraits d’une présentation Powerpoint ont été coulés et révélés aux médias. Les démentis de Charest et de sa clique ont révélé ce qu’ils niaient lors des semaines précédentes, soit depuis la répression de Victoriaville. Et nous passerons sous silence l’impressionnante campagne de dénigrement à l’endroit d’Amir Khadir et de sa famille.

Pourtant, le gouvernement Charest est beaucoup moins empressé à dénoncer les appels à la violence en provenance de l’extrême-droite. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui manquent actuellement. Outre les propos orduriers de la part de policiers et rapportés dans certains médias (1), des appels à la violence contre les étudiantEs et les gens qui les appuient deviennent de plus en plus fréquents : un haut fonctionnaire du ministère des Affaires municipales et membre actif de l’organisation néo-faciste Jeune nation, Bernard Guay appelle à adopter les méthodes nazi dans une lettre au quotidien Le Soleil (2) ; des militaires stationnés à Valcartier tiennent des propos qui ne laissent aucun doute quant à leurs objectifs d’extrême-droite (3) ; Réjean Breton présenté comme un fleuron de la droite appelle à la violence physique sur Gabriel Nadeau-Dubois et Amir Khadir (4). Ça commence à faire pas mal de cas qui sont passés sous l’écran radar de Jean Charest et de ses intentions prétendument pacifistes.

Censure

Le quotidien Le Soleil indiquait mercredi dernier que le groupe Mise en demeure devait se produire sur les plaines d’Abraham à la Fête nationale, dans le cadre du « Party clandestin » organisé par Envol et macadam. Cet événement est subventionné par la Ville de Québec. Selon Jean Charest, il fallait absolument réagir, car la banalisation de la violence doit cesser. D’après lui, Envol et macadam doit également lui « rendre des comptes » sur ses choix.

Outre le fait qu’il faut dénoncer cette situation pour ce qu’elle est, soit une opération de censure ouverte, il faut aussi se questionner sur les pressions exercées sur les organisateurs d’événements et sur les artistes pour qu’ils entrent dans le moule du discours dominant et qu’au prix d’un appui financier, jouent le jeu de l’oligarchie.

Bien qu’Envol et Macadam ne soit pas reconnu comme un événement engagé, les responsables avaient évoqué le refus de faire de la censure lors de l’édition 2011 de l’événement alors qu’un groupe d’extrême droite, Légitime violence, était inscrit à sa programmation. Le rappeur Webster, chanteur du groupe Limoilou Starz, avait dénoncé dans les médias la présence du groupe au festival. Le festival a dans un premier temps refusé de retirer le groupe de sa programmation. “Ça aurait ouvert la porte à la censure, ça aurait été une sorte de jurisprudence pour tous les événements culturels.” avait déclaré François Valenti, un employé du festival.

Le groupe Mise en demeure n’a pas eu la même opportunité. “Simon Gaudry [directeur général du festival] m’a tenu au courant des menaces, raconte Raf Stomper, membre de Légitime violence qui a accepté de se retirer de la programmation. Un membre de la haute direction a été menacé de mort, c’était pas tripant pantoute. Ils [Envol et Macadam] ont tout fait pour nous garder, mais c’est nous qui avons décidé de débarquer.” (5) Le porte-parole du groupe a été conciliant avec les organisateurs car en conférence de presse, il a été déclaré que c’est à la suite d’un appel des organisateurs que le groupe a été expulsé de la programmation (voir la vidéo du point de presse du groupe). Bref, est-ce deux poids, deux mesures dans le cas de ce festival ? On fait tout pour conserver à l’affiche un groupe d’extrême droite mais on se plie rapidement à l’injonction du maire autoritaire de Québec Régis Labeaume, question de conserver les subventions de la Ville (135 000$ en 2012 pour organiser le “Party clandestin" de la Fête nationale (6)).

À quand une condamnation de cette violence et de cette censure par Jean Charest et ses ministres ?

Mise en demeure en conférence de presse / 14 juin 2012

Notes

1 Lire notamment http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/09/temoignage-policier-manifestation_n_1504791.html ou ici http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/michele-ouimet/201205/30/01-4529998-bourres-de-prejuges-les-policiers.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4529974_article_POS4

2 Voir http://www.fachowatch.com/tag/bernard-guay/

3 http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201205/25/01-4528833-propos-fascistes-des-militaires-de-valcartier-rappeles-a-lordre.php

4 http://blogues.lapresse.ca/lagace/2012/06/13/gabriel-nadeau-dubois-rejean-breton-prone-les-claques-sur-la-gueule/

5 http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/sur-scene/201109/14/01-4447787-legitime-violence-se-retire-denvol-et-macadam.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_en-manchette_2238_section_POS4

6 http://www.ville.quebec.qc.ca/docs/pv/comite_executif/pv_ce_1005171315.pdf

Sur le même thème : Cultures, arts et sociétés

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...