Édition du 11 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Contre l’ubérisation de l’industrie du taxi

tiré de l’Aut’Journal |2019/03/25

Certains d’entre vous l’ont certainement entendu de vive voix, Michel Chartrand avait l’habitude de dire que le capitalisme était apatride, amoral, asocial et anational. À cette époque, les multinationales défendaient certes leurs intérêts, mais elles n’érigeaient pas en système l’attaque systémique et ouverte contre les réglementations et l’évasion fiscale généralisée. Avec les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) et les NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) de ce monde, force est d’admettre que nous sommes passés à un autre niveau.

Le cas d’Uber est particulièrement frappant. Les « taxis » d’Uber arrivent dans une ville en cowboy. Cachés derrière le fallacieux prétexte d’innovation technologique, ils entrent dans un marché sans respecter aucune des règles. Ils parlent d’économie de « partage » mais, en réalité, ils viennent instaurer la loi de la jungle, une loi de la jungle qui ne peut conduire qu’à des problèmes dont Uber n’a que faire puisque son but est tout autre : saper les bases juridiques des pays.

Uber, année après année, est déficitaire. Dans certaines villes américaines, le coût des transports effectués par Uber ne couvre même pas le coût réel (essence, entretien de véhicule et salaire). S’il continue ses activités, c’est parce qu’il est subventionné par des commanditaires aux poches profondes et surtout intéressées comme Google, Amazon et Goldman Sachs (réf. : les blogues du monde diplomatique d’Evgeny Morozov).

Ces compagnies, comme par hasard, sont les assises des plus importantes fortunes du monde. Elles ont construit ces fortunes en pratiquant systématiquement l’évasion fiscale et en violant ouvertement les règles en vigueur dans les pays. Non seulement elles pratiquent l’évasion fiscale, mais elles encouragent les consommateurs à le faire en ne percevant pas les taxes sur les produits qu’ils leur vendent. Dans l’échelle des ennemis du bien commun, elles se situent au premier rang. Michel Chartrand dirait : des maudits bandits.

Uber est loin d’être une fatalité. Dans plusieurs pays, il est interdit. Parmi les pays qui l’interdisent totalement, on trouve le Danemark, la Hongrie, la Bulgarie et la Chine. Quant à l’Australie, la France, l’Italie, la Finlande, l’Allemagne et les Pays-Bas, Uber y est partiellement interdit.

Le ministre Bonnardel a non seulement choisi d’en faire une fatalité, mais il va jusqu’à prendre le rôle du promoteur zélé. Entre autres, il a annoncé la fin du contingentement des taxis et des territoires exclusifs, la baisse des exigences (permis de classe 5, détenus par la majorité des chauffeurs) et la fin à l’immatriculation T réservée aux taxis. Comme Uber, Bonnardel agit en cowboy.

À première vue, il apparaît pour le moins précaire juridiquement d’éliminer comme ça, d’un trait, des gens qui ont signé des contrats et engagé des dizaines de milliers de dollars en respectant scrupuleusement les règles en vigueur. Heureusement pour nous tous, il semble bien que les vrais chauffeurs de taxi ne se contenteront pas d’attendre les recours juridiques. Un mouvement d’ampleur se dessine et on a envie de terminer en disant ce que disent tous les syndiqués à la suite de la présentation d’un camarade en conflit : SOLIDARITÉ ! Cette lutte nous concerne toutes et tous.
 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...