Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections fédérales 2021

Élections fédérales - La CSQ demande aux partis politiques fédéraux de s'engager à maintenir l'accord sur le financement de la petite enfance

MONTRÉAL, le 8 sept. 2021 - Représentant près de 13 000 intervenantes en petite enfance partout au Québec, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) interpelle les partis politiques fédéraux quelques heures avant le débat des chefs afin qu’ils s’engagent à maintenir et à respecter intégralement le contenu de l’entente asymétrique Canada-Québec 2021-2026 sur le financement des services de garde, accessible ici.

Une solution logique… et économique !

Pour le président de la CSQ, Éric Gingras, l’entente Canada-Québec, qui prévoit la compensation de plusieurs milliards de dollars par le gouvernement fédéral à l’endroit du Québec, est non seulement pertinente pour redresser le réseau des services de garde et favoriser le développement des enfants, mais elle permet également de soutenir la relance économique en permettant à des milliers de parents (en grande majorité des femmes) de retourner sur le marché du travail par la création de nouvelles places. À quelques heures du deuxième débat au cours duquel les chefs des partis politiques fédéraux échangeront sur l’avenir du pays, Éric Gingras demande à ces derniers de s’engager au maintien de l’entente, qui bénéficiera au développement de milliers d’enfants et à la reprise économique pour autant de parents. « Nous interpellons les partis politiques et leurs chefs pour qu’ils s’engagent à maintenir intégralement l’entente asymétrique Canada-Québec sur le financement des services de garde jusqu’en 2026. La pénurie de places pour les familles est telle que, dans beaucoup de régions, elle constitue un véritable frein à la reprise économique, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. La dernière chose dont le Québec a besoin, c’est un frein au développement de son réseau de la petite enfance. Et cela s’applique tant pour les enfants que pour les personnes incapables de retourner sur le marché du travail, faute de places », explique Éric Gingras, président de la Centrale.

Un financement essentiel pour les conditions de travail

Du côté de la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon, le maintien de l’entente est également essentiel puisqu’il prévoit l’amélioration des conditions de travail des milliers de femmes intervenantes auprès des tout-petits, comme mentionné à l’annexe 1 de l’entente : « […] le renouvellement en cours des conventions collectives des travailleuses et travailleurs en CPE permettra d’améliorer les conditions de travail de ces derniers, notamment par des hausses salariales ». « Le contenu de l’entente asymétrique conclue entre le Canada et le Québec le mentionne noir sur blanc : le renforcement du réseau actuel passe par de meilleures conditions de travail et des hausses salariales. Cette solution est aussi une des priorités de la FIPEQ-CSQ qui, en portant la voix de ses milliers de membres, demande depuis longtemps de rémunérer les femmes à leur juste valeur », conclut la présidente.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections fédérales 2021

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...