Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

En Israël, une alerte au tsunami

La Jornada

En mai, lors d’une réunion à huis-clos de nombreux chefs d’entreprise israéliens, Idan Ofer, de la société Tycoon, a déclaré : « Nous sommes en train de devenir l’Afrique du Sud . L’impact économique des sanctions seront ressenti par toutes les familles en Israël."

La principale préoccupation des magnats des affaires est la session de l’Assemblée générale des Nations Unies de septembre prochain où l’Autorité palestinienne veut faire voter une proposition reconnaissant l’Etat palestinien.

Gilleman Dan, ancien ambassadeur d’Israël à l’ONU, a averti les participants que « le matin après le préavis de reconnaissance de l’Etat palestinien, une douloureuse et dramatique sud-africanisation commencera", ce qui signifierait qu’Israël se transformerait en un Etat paria devant faire à des sanctions internationales.

Dans la réunion et les suivantess, les oligarques ont exhorté le gouvernement de faire des propositions et des efforts sur le modèle de la Ligue arabe et de l’accord officieux de Genève de 2003, dans lequel des négociateurs israéliens et palestiniens de haut d’un accord détaillé de deux Etats a été accueilli par la plupart des pays, gouverné par Israël et ignorée par Washington.

En mars, le ministre de la défense israélien Ehud Barak a averti que la possible action de l’ONU serait un « tsunami ». La crainte, c’est que le monde condamne Israël pour avoir violé, non seulement le droit international, mais de commettre des actes criminels dans un État occupé reconnu par l’ONU.

Les États-Unis et Israël mènent campagne diplomatique intense pour contrer ce tsunami. Si ils échouent, la reconnaissance d’un Etat palestinien est probable.

Plus de 100 Etats ont déjà reconnu la Palestine. Le Royaume-Uni, la France et les autres nations européennes ont élevé le statut général de la délégation palestinienne à celle de “missions diplomatiques et d’ambassades”, le statut normalement réservé aux Etats », explique Victor Kattan de l’American Journal of International Law.

La Palestine a également été admis dans des organisations des Nations Unies en dehors de l’Unesco et l’Organisation mondiale de la Santé, qui ont évité de prendre cette décision de peur de perdre du financement des États-Unis, ce qui n’est pas une menace en l’air.

En juin, le Sénat américain a adopté une résolution menaçant de suspendre l’aide à l’Autorité palestinienne si elle persiste dans son initiative à l’ONU. Susan Rice, l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies a prévenu qu ’« il ya une plus grande menace » pour le financement américain des Nations Unies » si la perspective d’un Etat palestinien est soutenu par les Etats membres", rapporte le Daily Telegraph (Londres ). Le nouvel ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor, la presse israélienne a rapporté que la reconnaissance de l’ONU "conduirait à la violence et à la guerre."

L’ONU reconnaîtra vraisemblablement la Palestine dans les frontières internationalement reconnues, y compris le plateau du Golan, la Cisjordanie et Gaza. Les hauteurs du Golan ont été annexées par Israël en Décembre 1981, en violation des ordres du Conseil général de la Sécurité de l’ONU.

En Cisjordanie, les colonies israéliennes et les initiataives por les soutenir constituent clairement une violation du droit international, selon la Cour mondiale et le Conseil de sécurité. En février 2006, les États-Unis et Israël ont imposé un blocus à Gaza après le "mauvais côté", le Hamas ait remporté les élections palestiniennes, reconnues comme libres et équitables. Le situation est devenue beaucoup plus difficile en juin 2007 après un coup d’Etat militaire manqué soutenu par les Etats-Unis pour renverser le gouvernement élu.

En juin 2010, le siège de Gaza a fait l’objet d’une condamnation du Comité international de la Croix-Rouge qui fait rarement de tels rapports, comme étant "une punition collective en violation flagrante » du droit international humanitaire. La BBC a rapporté que le CICR « dresse un portrait de la difficile situation des hôpitaux de Gaza à court d’équipement, des coupures de courant pendant plusieurs heures chaque jour, de l’eau impropre à la consommation humaine » et, bien sûr, du blocus qui constitue un véritablement emprisonnement de la population .

La situation comprend la politique criminelle des Etats-Unis et d’Israël imposant depuis 1991 la séparation de Gaza de la Cisjordanie, veillant à ce que l’Etat palestinien soit, en fait, entouré de puissances hostiles : Israël et la dictature jordanienne. Les Accords d’Oslo signés par Israël et l’Organisation pour la Libération de la Palestine en 1993, interdisent pourtant de séparer Gaza de la Cisjordanie.

Une menace plus immédiate pour la politique américaine et israélienne est flottille qui essaie de défier le blocus de Gaza avec des lettres et de l’aide humanitaire. En mai 2010, la dernière de ces tentatives ont conduit à une attaque par des commandos israéliens dans les eaux internationales, un acte criminel grave en lui-même, au cours duquel neuf passagers ont été tués, et qui a été sévèrement condamné en dehors des États-Unis.

En Israël, la plupart des gens sont convaincus que les commandos ont été les victimes innocentes, attaquées par les passagers, ce qui est un autre signe de l’irrationalité autodestructrice qui empoisonne la société.

Aujourd’hui, l’UE et Israël tentent activement de bloquer la flottille, le secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a quasiment autorisé l’utilisation de la violence, soulignant que "les Israéliens ont le droit de se défendre si les flottes tentent de provoquer une action pour entrer dans les eaux israéliennes" , ou dans les eaux de Gaza, comme si la bande de Gaza appartenaient à Israël.

La Grèce a accepté d’empêcher que les bateaux quittent leurs ports (ie, les bateaux qui n’ont pas été encore sabotés), mais contrairement à Clinton, la Grèce a reconnu une "zone maritime de appartenant à Gaza."

En Janvier 2009, la Grèce s’était distingué en refusant de permettre que des armes américaines soient expédiées par voie maritime vers Israël à partir des ports grecs pendant l’attaque cruelle États-Unis et d’Israël contre la bande de Gaza. La Grèce, qui n’est plus un pays indépendant compte tenu de sa crise financière actuelle ne peut évidemment pas se permettre cette intégrité inhabituelle.

Prié de dire si la flotte était une « provocation », Chris Gunness, porte-parole de l’Agence de secours et de travaux de l’ONU pour Gaza, décrit la situation comme désespérée. « S’il y avait une crise humanitaire, s’il n’y avait pas une crise dans presque tous les aspects de la vie à Gaza, il n’y aurait pas besoin de la flotte ... 95 pour cent de l’eau de Gaza n’est pas potable, 40 pour cent des maladies sont transmises par l’eau ... 45,2 pour cent de la population active est au chômage, 80 pour cent de la population doit compter sur l’aide, et le nombre de pauvres a triplé depuis le début du blocus. Retirer ce blocus et on n’aura pas besoin d’une flottille. "

Les initiatives diplomatiques comme la stratégie de l’Etat palestinien, en général, comme les actions non-violentes, menacent ceux qui ont un quasi-monopole de la violence. Les États-Unis et Israël cherchent à maintenir des positions indéfendables : l’occupation et la rupture d’un consensus écrasant en faveur d’un règlement diplomatique.

Noam Chomsky

prof. MIT

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...