Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Espagne : Les élections législatives en Catalogne maintenues

La Cour supérieure de justice de Catalogne(TSJC) a confirmé que les élections catalanes se tiendraient le 14 février et elle a ainsi décidé « d’annuler » le décret approuvé par la Generalitat, qui suspendait l’appel électoral du 14 février. Les autorités régionales, en accord avec la plus grande partie de l’opposition, avaient décidé mi-janvier de reporter ces élections au 30 mai, en raison de la crise sanitaire. Mais à la suite d’un recours déposé par diverses associations et des partis politiques, comme le PACMA, la Ligue démocratique, les fédéralistes de gauche, Left in Positive ou Impulso Ciudadano, la justice avait décidé d’annuler le décret gouvernemental, et donc de maintenir les élections le 14 février.

Tiré de El Watan.

La Catalogne lance donc une campagne électorale inhabituelle, sans savoir encore si le vote aura lieu le 14 février. La plupart des formations ont approuvé le report des élections au 30 mai, en raison de la situation sanitaire difficile en Espagne, provoquée par la Covid-19, mais la justice a provisoirement suspendu le report.

Le tribunal doit se prononcer sur le fond de l’affaire avant le 8 février, six jours seulement avant le vote. Selon la Haute Cour catalane, les mesures sanitaires en vigueur en Catalogne mises en œuvre par le gouvernement pour lutter contre la pandémie ne comportent pas de « limitation substantielle de la mobilité » des électeurs.

Et, par ailleurs, il a souligné que « la suspension des droits de vote n’est pas prévue dans l’état actuel d’alerte ». Il était également enclin à maintenir les élections, car, il faut « apprécier » qu’il y a « un intérêt public très intense à tenir les élections ». Selon les procureurs, le gouvernement ne pouvait se prévaloir d’aucune loi pour annuler les élections.

Seul un durcissement de l’état d’alerte et des mesures de restriction de la mobilité, resté entre les mains du ministre de la Santé (parti socialiste catalan) et candidat aux élections, Salvador Illa, pourrait justifier son report.

Le mouvement indépendantiste revaliderait sa majorité absolue aux élections catalanes du 14 février, au cours desquelles, l’ERC serait proclamé vainqueur avec entre 34 et 35 sièges contre 32, selon le Center for Opinion Studies (CEO) de la Generalitat, ce qui lui confère un minimum avantage sur Junts, qui obtiendrait entre 32 et 34 députés et il en compte actuellement 34.

Le Parti socialiste catalan de Salvador Illa resterait en troisième position, plus éloigné, avec 26-29 sièges contre 17 actuellement. Les deux formations pourraient rééditer le gouvernement de coalition de la dernière législature, puisqu’ensemble, elles auront entre 66 et 69 députés.

Le sondage, rendu public le premier jour de la campagne des élections régionales, est loin du dernier sondage du Centre de recherche sociologique José Félix Tezanos (CIS), qui a décerné la victoire au PSC avec entre 30 et 35 députés. Selon les résultats, les deux gouvernements possibles après le 14 février seraient un gouvernement indépendantiste avec Junts et ERC ou un tripartite de gauche composé de l’ERC, du PSC et des « communs ».

Par contre, Ciudadanos perdrait près d’un tiers de ses effectifs, entre 11 et 13 députés, contre les 36 qu’il compte actuellement, avec lesquels tomberait la formation d’Inés Arrimadas et de son candidat, Carlos Carrizosa, de la première à la quatrième position. Dans ce contexte, l’alternative à un gouvernement totalement indépendant serait la réédition d’une tripartite de gauche ERC, PSC et les « communs », qui pourrait avoir entre 66 et 72 députés.

Le mouvement indépendantiste dépasserait 50% des voix

Les formations indépendantistes obtiendraient non seulement une majorité en sièges, entre 74 et 77, mais aussi en voix, avec 51,2% de soutiens aux quatre principales forces séparatistes, Junts, ERC, le CUP et le PdeCat, malgré la grande division au sein du sécessionnisme, surtout après la dissolution de JxCat.

En revanche, les formations non sécessionnistes, Ciudadanos, le PSC, Catalunya en Comú, le PP et Vox, resteraient à 47,5% des voix. Dans ce contexte, tous les gouvernements et pactes possibles passent par les indépendantistes. La participation aux élections est entièrement conditionnée par le coronavirus et atteindra les 62%, selon les sondages.

Concernant l’indépendance de la Catalogne, le « non » représenterait 47,7% du soutien des Catalans et gagnerait d’un peu plus de trois points au « oui » (44,5%). En décembre dernier, les opposants à l’indépendance étaient de 49,9%. Le sondage montre à nouveau une hausse de l’abstention de près de 20 points par rapport aux élections de 2017.

Par ailleurs, le nombre élevé d’indécis et de non-répondants consultés, plus de 40%, oblige à observer les résultats du sondage avec prudence. 44,5% des Catalans souhaitent que la communauté devienne un Etat indépendant, contre 47,7% qui souhaitent qu’elle continue d’appartenir à l’Espagne. 5,5% ne savent pas quoi répondre et 2,3% évitent la question, selon une enquête électorale publiée par le centre d’Estudis d’Opinió.

L’ancien président de la Generalitat et candidat aux élections, Carles Puigdemont, a qualifié Junts comme le seul parti qui assurera la prospérité de la Catalogne et a implicitement dénoncé la stratégie d´Oriol Junqeras (ERC). « Vous ne pouvez pas servir deux Républiques en même temps », a-t-il affirmé lors d´une vidéoconférence depuis Waterloo (Bruxelles).

La Generalitat a libéré les prisonniers le premier jour de la campagne électorale, pour en faire les stars des rassemblements, conclut-il. « Nous ne volons pas, nous ne sommes pas des corrompus », a répliqué Oriol Junqueras, (ERC), lors de son premier rassemblement après avoir été libéré de prison.

« Il est essentiel que nous allions voter le 14 février. Ils nous ont imposé cette date pour jouer avec notre peur, car ils savent que ce n’est qu’en ayant peur qu’ils peuvent nous battre. C’est pourquoi ils nous ont mis en prison et nous ont donné une date qui n’est pas la meilleure pour les gens d’aller voter », a-t-il ajouté.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...